AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.13/5 (sur 200 notes)

Nationalité : Belgique
Né(e) à : Wavre (Belgique) , le 14 mai 1939
Biographie :

Colette Nys-Mazure, née le 14 mai 1939 à Wavre (Belgique), est une écrivaine belge de langue française.

Suite au décès de ses parents, elle part habiter chez des membres de sa famille dans le Tournaisis, une région qu'elle affectionne beaucoup et qu'elle ne quittera plus.

Titulaire d'une maîtrise de lettres à l'Université catholique de Louvain où elle a effectué ses études de 1957 à 1961, elle est devenue professeur de lettres de 1961 à 1999. Elle a également été assistante à l'Université catholique de Louvain de 1974 à 1980 et conférencière à partir de 1989 au Centre Vauban de l'Université catholique de Lille.

Son premier recueil, La vie à foison, est publié en 1975 par le Centre Froissart de recherches poétiques.

Si la poésie reste son territoire de prédilection, elle a également écrit des essais sur Suzanne Lilar et Tahar Ben Jelloun, des nouvelles et des pièces de théâtre qui connaissent un grand succès. Elle anime aussi des ateliers d'écriture et de lecture. Elle est membre de l'Association des Écrivains belges de Langue française.

Colette Nys-Mazure fait partie du groupe Unimuse avec, entre autres, Paul André, Jacky Legge, Françoise Lison-Leroy, Marie-Clotilde Roose et Michel Voiturier. Créée en 1952, cette association d'écrivains du Tournaisis et des environs peut être considérée comme la « Maison de la Poésie » du Hainaut occidental, même si elle ne possède pas de local fixe.

Sur le plan privé, Colette Nys-Mazure est la mère de cinq enfants et la grand-mère d'une dizaine de petits-enfants.Colette Nys-Mazure, née le 14 mai 1939 à Wavre (Belgique), est une écrivaine belge de langue française.

Suite au décès de ses parents, elle part habiter chez des membres de sa famille dans le Tournaisis, une région qu'elle affectionne beaucoup et qu'elle ne quittera plus.

Titulaire d'une maîtrise de lettres à l'Université catholique de Louvain où elle a effectué ses études de 1957 à 1961, elle est devenue professeur de lettres de 1961 à 1999. Elle a également été assistante à l'Université catholique de Louvain de 1974 à 1980 et conférencière à partir de 1989 au Centre Vauban de l'Université catholique de Lille.

Son premier recueil, La vie à foison, est publié en 1975 par le Centre Froissart de recherches poétiques.

Si la poésie reste son territoire de prédilection, elle a également écrit des essais sur Suzanne Lilar et Tahar Ben Jelloun, des nouvelles et des pièces de théâtre qui connaissent un grand succès. Elle anime aussi des ateli
+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Colette Nys-Mazure   (64)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

« Une anthologie de femmes-poètes ! - Eh oui, pourquoi pas ? […] On a dit du XIXe siècle que ce fut le siècle de la vapeur. le XXe siècle sera le siècle de la femme. - Dans les sciences, dans les arts, dans les affaires et jusque dans la politique, la femme jouera un rôle de plus en plus important. Mais c'est dans les lettres surtout, - et particulièrement dans la poésie, - qu'elle est appelée à tenir une place considérable. En nos temps d'émancipation féminine, alors que, pour conquérir sa liberté, la femme accepte résolument de travailler, - quel travail saurait mieux lui convenir que le travail littéraire ?! […] Poète par essence, elle s'exprimera aussi facilement en vers qu'en prose. Plus facilement même, car elle n'aura point à se préoccuper d'inventer des intrigues, de se créer un genre, de se faire le champion d'une idée quelconque ; - non, il lui suffira d'aimer, de souffrir, de vivre. Sa sensibilité, voilà le meilleur de son imagination. Elle chantera ses joies et ses peines, elle écoutera battre son coeur, et tout ce qu'elle sentira, elle saura le dire avec facilité qui est bien une des caractéristiques du talent féminin. […] Et puis, au moment où la femme va devenir, dans les lettres comme dans la vie sociale, la rivale de l'homme, ne convient-il pas de dresser le bilan, d'inventorier - si l'on peut dire, - son trésor poétique. Les temps sont arrivés où chacun va réclamer le bénéfice de son apport personnel. […] » (Alphonse Séché [1876-1964]) « Il n'y a pas de poésie féminine. Il y a la poésie. Certains et certaines y excellent, d'autres non. On ne peut donc parler d'un avenir spécial de telle poésie, masculine ou féminine. La poésie a toujours tout l'avenir. Il naîtra toujours de grands poètes, hommes ou femmes […]. Où ? Quand ? Cela gît sur les genoux des dieux, et nul ne peut prophétiser là-dessus. […]. » (Fernand Gregh [1873-1960]) 0:00 - Silvia Baron Supervielle 0:38 - Annie Salager 1:28 - Vénus Khoury-Ghata 2:13 - Colette Nys-Mazure 2:44 - Françoise Thieck 3:10 - Josée Lapeyrère 4:42 - Jeanine Baude 5:36 - Générique Contenu suggéré : QUI NYMPHE, QUI MADONE #12 : https://youtu.be/_wcvfKF95-A QUI NYMPHE, QUI MADONE #10 : https://youtu.be/gpR3cP7lxR4 QUI NYMPHE, QUI MADONE #9 : https://youtu.be/DtWZIHZU7Vo QUI NYMPHE, QUI MADONE #8 : https://youtu.be/¤££¤50Vénus Khoury-Ghata44¤££¤ QUI NYMPHE, QUI MADONE #7 : https://youtu.be/bPexQr8zYWY QUI NYMPHE, QUI MADONE #6 : https://youtu.be/IKim_loBAbs QUI NYMPHE, QUI MADONE #5 : https://youtu.be/p1ZeL66gnaY QUI NYMPHE, QUI MADONE #4 : https://youtu.be/yos¤££¤54Françoise Thieck63¤££¤ QUI NYMPHE, QUI MADONE #3 : https://youtu.be/D_5987PxJRU QUI NYMPHE, QUI MADONE #2 : https://youtu.be/wGvAEiMIJ2k QUI NYMPHE, QUI MADONE #1 : https://youtu.be/2eLyH8-CM68 Femmes écrivains : https://www.youtube.com/playlist?list=PLQQhGn9_3w8qhOvXJDXpE1fe92htazYwn Références bibliographiques : Couleurs femmes, poèmes de 57 femmes, Paris, co-édition le Castor Astral/Le Nouvel Athanor, 2010. Françoise Chandernagor, Quand les femmes parlent d'amour, Paris, Cherche midi, 2016. Images d'illustration : Silvia Baron Supervielle : https://thalim.cnrs.fr/manifestations-culturelles/article/gestes-et-poesie-rencontre-avec-silvia-baron-supervielle Annie Salager : https://poussiere-virtuelle.com/wp-content/uploads/2017/04/Annie-Salager.jpg Vénus Khoury-Ghata : https://i0.wp.com/arablit.org/wp-content/uploads/2020/08/khoury-ghata-cat2.jpg?ssl=1 Colette Nys-Mazure : https://www.tga.fr/colette-nys-mazure-poete-chretienne-et-libre.html Josée Lapeyrère : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/2c/Josée_Lapeyrère.jpg Jeanine Baude : http://editionsws.cluster011.ovh.net/wp-content/uploads/2015/05/DSCN5542.jpg Bande sonore originale : Arthur Vyncke - Uncertainty Uncertainty by Arthur Vyncke is li

+ Lire la suite

Citations et extraits (204) Voir plus Ajouter une citation
Colette Nys-Mazure
Mystérieusement
fleurissent les arbres
loin du jardin
où leurs racines
n'en finissent pas de s'étreindre.

(" Feux dans la nuit")
Commenter  J’apprécie          384
Colette Nys-Mazure
«J'aime beaucoup un poème japonais d'Issa, qui dit :

« En ce monde
« Nous marchons sur le toit de l'enfer
« Et nous regardons les fleurs. » ...»

[ Les ombres et les jours ]
Commenter  J’apprécie          370
Colette Nys-Mazure
Délivrer les sources,
célébrer les silences
et leur ouvrir les ailes,
crier la vie muette, timide, désarmée,
ameuter les rêves,
marcher dans le fil du jour,
maintenir le coeur sur le cadran solaire,
divulguer l'amitié,
créer dans la torsion de l'être,
ravir le secret vital.
Commenter  J’apprécie          362
Colette Nys-Mazure
Alanguie

C’est une femme lente, indolente sous le ciel, le bleu, l’ardeur du bleu. Un fruit de saveur ; pulpe soleilleuse. Une bouche mûre, cheveux d’herbe à faucher. Bras et jambes dans un feu de joie hâlée, fusante. Une femme abeille, de sucs alourdie. À lézarder sans fin dans le jour délirant. Une chair à étreindre. Languide, elle se dérobe.
Commenter  J’apprécie          350
Elle n'écoute pas vraiment ce que je raconte et cela ne me déplaît pas car j'aime sa liberté, cette distance que je n'ai pas. Je n'arrête pas de faire attention à l'autre, de me faire du souci pour lui. Je me répète en vain la boutade de Lacan : "Si tu te mets à la place de l'autre, lui, où se met-il ?" (p.102)
Commenter  J’apprécie          310
Colette Nys-Mazure
Mathématiquement tien


Deux paires de lunettes pour quatre yeux
Deux têtes sous le même bonnet
Un tandem  un ballon pour deux

Aucune semaine des quatre jeudis
Huit jours de congé
De grande vacances à l'infini

Dix pastilles à la menthe
Soudées au fond de nos six poches
Plus de vingt tours dans notre sac

Une seule parole

               À ce compte-là
               Combien vaut notre amitié ?
Commenter  J’apprécie          300
Colette Nys-Mazure
Je dis la beauté du monde toujours offerte,
Là, sous mes doigts, sous mes yeux.
La joie pudique et la fête sans lendemain.
L'espérance apprise,
La sève obstinée,
La chanson patiente.
Les instants d'éternité et l'éternité entrevue.
L'aventure inouïe d'un réveil ,
Le jaillissement de la création
Et l'invention de l'amour.
Le bonheur surpris et la mort apprivoisée.

Je ne maudirai pas les ténèbres.
Je tiendrai haut la lampe.

(" La vie à foison")
Commenter  J’apprécie          296
Colette Nys-Mazure
Tu te replies
dans ce silence
cerné de musique
venue d'ancienne mémoire
tu te déplies tu te déploies
vers ces terres de longue souvenance
tu ploies sous l'afflux du temps
du sang secret
du saint empire d'enfance
d'outre-naissance
tu te relies
tu étreins tes racines

(" Feux dans la nuit")
Commenter  J’apprécie          290
Si nous étions présents à nous-même, si nous ne nous absentions pas en regrets ou en désirs, nous dilaterions notre existence, nous ne perdrions aucune parcelle de vie. Nous ne nous étonnons pas assez, nous ne nous émerveillons qu'occasionnellement. Histoire d'éveil et question d'usure.
Commenter  J’apprécie          270
Colette Nys-Mazure
Parce que tu te tiens
au bord du jardin
de l'aube du jour
à chaque levée des ténèbres
tu sens que la vie t'emporte

Tu descelles la pierre noire
la lourde cécité des limbes

Tu repères
les signes ailés entre les feuilles
les voix éparses

La premiere lueur fête le vert
les couleurs imminentes

Quotidien
présent sans prix
unique magnifique fugace

Le chant s'est pendu aux branches du saule
il hante nos fenêtres

(" Le for intérieur ")
Commenter  J’apprécie          250

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Colette Nys-Mazure (224)Voir plus

¤¤

{* *} .._..