AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.09 /5 (sur 16 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Casablanca , 1941
Biographie :

Colette Roumanoff est née à Casablanca en 1941. Diplômée de Sciences po et licenciée en droit en 1961, elle travaille d’abord comme expert économique et journaliste. En 1967 elle
fait son premier voyage en Inde. Elle a écrit sur cette expérience « Les yeux de l’Orpheline ». Elle collabore à une société d’importation de produits indiens, créée par Daniel. En 1978 elle commence le piano qu’elle étudie ensuite à l’Ecole Normale de musique pendant 15 ans.
A partir de 1987, elle coécrit les sketches de sa fille Anne Roumanoff qu’elle coache et met en scène jusqu’en 1997. A partir de 1990 elle donne des cours de théâtre dans des collèges et écrit des adaptations de « Peau d’Ane », de « Cendrillon », de «Blanche-Neige ».
Parallèlement, elle fonde en 1993 sa compagnie de théâtre, spécialisée dans les pièces classiques et les spectacles pour enfants. La compagnie Colette Roumanoff a aujourd’hui 16
spectacles à son répertoire et donne 200 représentations par an à Paris au Théâtre Fontaine et en province. Sa fille Valérie y est comédienne, sa fille Katherine est la créatrice des costumes.
Son fils Patrick a créé le site : www.theatre.roumanoff.com .
En 2004, elle publie chez l’Harmattan : « Une enfance marocaine » à partir d’un manuscrit de sa mère. www.degracia.roumanoff.com En 2009 pour changer l’approche et l’image de la maladie d’Alzheimer, elle crée avec sa fille Valérie, le site www.alzheimer-autrement.org
+ Voir plus
Source : www.reseau-memoire-alois.fr
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Dans le cadre de la programmation spéciale consacrée à la maladie d'Halzheimer ce mercredi 21 septembre sur France 2, Colette Roumanoff et son entourage expliquent à Frédéric Lopez leur combat pour apporter un autre regard sur la maladie.


Citations et extraits (9) Ajouter une citation
mosaique92   10 novembre 2016
Le bonheur plus fort que l'oubli de Colette Roumanoff
Le patient Alzheimer a un cadeau à nous faire chaque jour, si l'on sait le recevoir ; celui de nous aider à investir notre énergie dans le présent, ici et maintenant, un présent dégagé des ombres du passé et des rêves du futur, un présent qui a le goût délicieux du bonheur...
Commenter  J’apprécie          50
mosaique92   14 novembre 2016
Le bonheur plus fort que l'oubli de Colette Roumanoff
On appelle incompréhensibles les comportements qu'on ne sait pas décoder. L'accompagnement devient alors un drame. La notion de démence joue souvent le rôle d'une excuse qui montre que l'on n'est pas assez ouvert pour se demander s'il y a quelque chose à comprendre. Tout devient plus simple si l'on cesse de questionner, de critiquer et surtout de se scandaliser. Le patient a de bonnes raisons de faire ce qu'il fait, même si l'on ne sait pas encore lesquelles. On peut lui accorder le bénéfice du doute, en attendant de comprendre. En d'autres termes on peut appeler cela le respect de l'autre.
Commenter  J’apprécie          30
michoko   24 novembre 2017
Alzheimer : Accompagner ceux qu'on aime de Colette Roumanoff
Ce sont les personnes qui ont le plus de déficiences cognitives qui portent le plus d'attention aux personnes qui les approchent. Cela peut paraitre étrange, mais on le comprend assez bien : ils ne peuvent pas juger une personne sur son apparence, car les critères sociaux que les personnes dites "normales" appliquent automatiquement leur manquent, tout simplement. Ils vont donc se référer à l'état intérieur de la personne et sauront évaluer son degré de bienveillance et son degré de sincérité.
Commenter  J’apprécie          20
michoko   30 novembre 2017
Alzheimer : Accompagner ceux qu'on aime de Colette Roumanoff
La bienveillance est un parfum qui se perçoit de loin.
Commenter  J’apprécie          40
liketheleaf   26 décembre 2016
Les yeux de l'orpheline de Colette Roumanoff
Enfin, je rencontrai Daniel. Ses yeux n’étaient ni gais ni tristes. Il avait même un visage sans expression. Cela venait, je l’appris plus tard, des longues heures qu’il passait à méditer, le dos bien droit, les jambes croisées. Je me sentais attirée par lui d’une manière étrange. En tremblant un peu, je lui confiai un jour qu’il m’arrivait de me sentir petite, toute petite comme une noix. Il écoutait gravement :

-Comme une noix, comment ?

En repliant mon index sur mon pouce, je dessinai un petit cercle :

Comme ça.

-Mais ce n’est même pas une noix cela, c’est une noisette.

-Oui, si on veut, dis-je toute émue, une noix ou une noisette c’est pareil. Je me sens si petite que j’ai l’impression de n’avoir ni bras, ni jambes et j’ai très peur.

Je n’en avais jamais autant dit.

-Et vous avez peur de quoi ?

-De quoi ? Je ne sais pas, c’est comme si tout autour de cette noix il n’y avait que du noir, un noir très triste et qui donne envie de pleurer.

Il m’écoutait tellement que je me suis mis à dire des choses auxquelles je n’avais jamais pensé auparavant.

-Ainsi, me dit-il, vous êtes une petite noix.

Il me parlait si gentiment que je me sentais fondre complètement à l’intérieur.

-Non, pas toujours, il y a au contraire des jours où je me sens très solide, d’ailleurs, je fais plein de choses. J’adore même faire plusieurs choses à la fois.



Le lendemain, quand je le vis arriver, je le trouvai tout changé. Il me sembla moins raide, plus souriant.

-Je vous ai rapporté quelque chose, me dit-il et il ouvrit sa main. Dedans, il y avait trois noisettes.

-Voilà, vous allez les garder dans votre poche et chaque fois que vous serez triste, vous regarderez ces noisettes et vous pourrez vous dire ceci : « Même si je deviens aussi petite que la plus petite de ces trois noisettes, eh bien Daniel m’aime. »



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
liketheleaf   26 décembre 2016
Les yeux de l'orpheline de Colette Roumanoff
J’ai peur du trou noir, du torrent de larmes qui me secoue furieusement. J’ai peur de me noyer dedans. Heureusement l’homme sage est devant moi. Il sourit. Ce torrent ne l’effraie pas. Il sait le début et la fin de l’histoire, il sait le pourquoi et le comment. Je sens qu’il accueille ce torrent de tristesse à l’intérieur de lui. Pourtant il ne devient pas triste. Je ferme les yeux. Je me laisse glisser. Si je me noie, il me rattrapera. Je pleure, je pleure. Il me semble qu’il y a à l’intérieur de lui, un lac, un lac immense et infini. Le torrent de mes larmes en le traversant ne fait pas une ride.
Commenter  J’apprécie          10
michoko   24 novembre 2017
Alzheimer : Accompagner ceux qu'on aime de Colette Roumanoff
Les patients Alzheimer partagent cette qualité avec les très jeunes enfants : ils sont extrasensibles.
Commenter  J’apprécie          20
michoko   10 décembre 2017
Alzheimer : Accompagner ceux qu'on aime de Colette Roumanoff
Il faut bien comprendre que le plongeon dans le passé est un refuge contre un présent insupportable.
Commenter  J’apprécie          20
Etoilesonore   02 novembre 2016
Le bonheur plus fort que l'oubli de Colette Roumanoff
Alzheimer nous a déjà remarié un millier de fois.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
166 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur cet auteur