AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations de Constantin Virgil Gheorghiu (122)


Jcequejelis   03 décembre 2012
La vingt-cinquième heure de Constantin Virgil Gheorghiu
Comprends-tu pourquoi ces lunettes me sont si chères ?
C'est avec ces lunettes que j'ai aperçu la première fois ma femme. C'est avec elles que j'ai vu mille et mille belles filles. Avec elles j'ai contemplé des tableaux, des statues, des musées, des villes... C'est avec elles que j'ai regardé le ciel, la mer, les montagnes. Que j'ai lu, des nuits durant, des centaines et des centaines de livres. C'est avec ces lunettes que j'ai vu mon père mourir. Avec elles que je vous ai vu, toi et tous mes amis. C'est avec ces lunettes que j'ai vu l'Europe s'écrouler, et les hommes mourir de faim, être faits prisonniers, torturés, s'éteindre dans les camps de concentration.

694 - [Le livre de poche n° 172, p. 450]
Commenter  J’apprécie          260
Sachenka   17 juin 2019
La vingt-cinquième heure de Constantin Virgil Gheorghiu
- L'amour est une passion, Mr. Lewis, dit-elle. Vous avez dû l'entendre dire, ou au moins l'avez-vous lu vous-même quelque part.
- Mais nous sommes de nouveau d'accord, dit-il. L'amour est une passion.
- Mais vous êtes absolument incapable d'éprouver aucune passion, dit Nora. Et pas seulement vous. Aucun homme de votre Civilisation n'est capable d'avoir de la passion. L'amour, cette suprême passion ne peut exister que dans une société qui estime que chaque être humain est irremplaçable et unique. La Société à laquelle vous appartenez croit justement que chaque homme est parfaitement remplaçable. Vous ne voyez pas dans l'être humain, et par conséquent dans la femme que vous prétendez aimer, un exemplaire unique créé par Dieu ou par la nature - en une seule édition. Chez vous, chaque homme est créé en série. À vos yeux une femme en vaut une autre. En ayant cette conception vous ne pouvez pas aimer.
Commenter  J’apprécie          242
Nono19   25 septembre 2012
La vingt-cinquième heure de Constantin Virgil Gheorghiu
Même le plus noble idéal, national, social ou religieux, ne peut excuser l'injustice faite à un seul homme.
Commenter  J’apprécie          220
michelekastner   02 mars 2013
La vingt-cinquième heure de Constantin Virgil Gheorghiu
L'heure dans laquelle je m'intègre n'appartient plus à la vie, je suis incapable de passer avec mon poids de chair et de sang à travers elle. C'est la vingt-cinquième heure, l'heure où il est trop tard pour être sauvé, trop tard pour mourir, trop tard pour vivre. Il est trop tard pour tout.
Commenter  J’apprécie          210
babycomeback44   03 février 2014
La vingt-cinquième heure de Constantin Virgil Gheorghiu
moi, je suis un homme, et si je n'ai rien fait de mal à personne n'a le droit de me garder enfermé et de me torturer. ma vie et mon ombre m'appartiennent et qui que vous soyez, quels que soient les tanks, les mitrailleuses, les avions, les camps et l'argent que vous possédez, vous n'avez pas le droit de toucher à ma vie et à mon ombre.
Commenter  J’apprécie          201
sayed   19 juillet 2011
La vingt-cinquième heure de Constantin Virgil Gheorghiu
L'homme se trouvera enchainé par la société technique pendant de longues années. Mais il ne périra pas dans les chaines. La société technique peut créer du confort. Mais elle ne peut pas créer de l'Esprit. Et sans esprit il n'y a pas de génie. Une société dépourvue d'hommes de génie est vouée à la disparition . La société technique qui prend la place de la société occidentale et qui va conquérir toute la surface de la terre, périra elle aussi
Commenter  J’apprécie          200
Sachenka   22 janvier 2019
Les noirs chevaux des Carpates : (La Maison de Petrodava) de Constantin Virgil Gheorghiu
«Les plus belles choses au monde sont sans doute le vol de l'oiseau, le galop du cheval, l'amour, la nage dans un torrent comme les truites, et sûrement la mort. De ces cinq choses, j'ignore le vol parce que je n'ai pas d'aile et je ne le connaitrai jamais. Mais le vol doit être exactement comme le galop. Plus fort peut-être. Et comme l'amour. Et comme la nage à contre-courant dans le torrent. Et peut-être comme la mort. La mort doit être tout aussi voluptueuse. Je la connaîtrai, bien sûr. Bien plus tard. Mais je la connaîtrai avec certitude.»
Commenter  J’apprécie          191
Sachenka   16 juin 2019
La vingt-cinquième heure de Constantin Virgil Gheorghiu
- Je suis écrivain, dit Traian. D'après moi, un écrivain est un dompteur. En montrant aux êtres humains le Beau, c'est-à-dire la Vérité, ils s'adoucissent.
Commenter  J’apprécie          180
gill   05 mars 2012
La vingt-cinquième heure de Constantin Virgil Gheorghiu
Iohann Moritz apprit que tous les juifs avec lesquels il se trouvait avaient été amenés au camp sur des ordres de réquisition. Il était convaincu maintenant que l’État réquisitionnait les juifs comme on réquisitionne les chevaux, les charrettes et les sacs de blé. Mais lui n'était pas juif. C'est ce qu'il voulait dire à l'adjudant. Il n'y avait personne d'autre à qui il aurait pu le dire. Mais l'adjudant n'avait jamais de temps libre. Un jour enfin il parvint à lui parler. L'adjudant était furieux...
(extrait du chapitre 32)
Commenter  J’apprécie          180
Sachenka   20 janvier 2019
Commenter  J’apprécie          170
lilianelafond   02 décembre 2013
La vingt-cinquième heure de Constantin Virgil Gheorghiu
« De toute ma vie, je n’ai désiré que peu de choses : pouvoir travailler, avoir où m’abriter avec ma femme et mes enfants et avoir de quoi manger. C’est à cause de cela que vous m’avez arrêté ? Les Roumains ont envoyé le gendarme pour me réquisitionner — comme on réquisitionne les choses et les animaux. Je me suis laissé réquisitionner. Mes mains étaient vides et je ne pouvais lutter ni contre le roi ni contre le gendarme qui avait des fusils et des pistolets. Ils ont prétendu que je m’appelle Iacob et non Ion comme m’avait baptisé ma mère. Ils m’ont enfermé avec des juifs dans un camp entouré de barbelés, — comme pour le bétail — et m’ont obligé à faire des travaux forcés. Nous avons dû coucher comme le bétail avec tout le troupeau, nous avons dû manger avec tout le troupeau, boire le thé avec tout le troupeau et je m’attendais à être conduit à l’abattoir avec tout le troupeau. Les autres ont dû y aller. Moi je me suis évadé. C’est à cause de cela que vous m’avez arrêté ? Parce que je me suis évadé avant d’être conduit à l’abattoir ? Les Hongrois ont prétendu que je ne m’appelais pas Iacob mais Ion et ils m’ont arrêté parce que j’étais Roumain. Ils m’ont torturé et m’ont fait souffrir. Ensuite ils m’ont vendu aux Allemands. Les Allemands ont prétendu que je ne m’appelais ni Ion ni Iacob, mais Ianos et ils m’ont torturé à nouveau, parce que j’étais Hongrois. Puis un colonel est venu qui m’a dit que je ne m’appelais ni Iacob ni Iankel — mais Iohann — et il m’a fait soldat. D’abord il a mesuré ma tête, il a compté mes dents et mis mon sang dans des tubes en verre. Tout cela pour démontrer que j’ai un autre nom que celui dont m’a baptisé ma mère. C’est à cause de cela que vous m’avez arrêté ? Comme soldat, j’ai aidé des prisonniers français à s’évader de prison. C’est pour cela que vous m’avez arrêté ? Lorsque la guerre a pris fin et que j’ai cru que j’aurais, moi aussi, droit à la paix, les Américains sont venus et ils m’ont donné, comme à un seigneur, du chocolat et des aliments de chez eux. Puis, sans dire un mot, ils m’ont mis en prison. Ils m’ont envoyé dans quatorze camps. Comme les bandits les plus redoutables qu’ait jamais connus la terre. Et maintenant je veux moi aussi savoir : pourquoi. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Sachenka   21 janvier 2019
Les noirs chevaux des Carpates : (La Maison de Petrodava) de Constantin Virgil Gheorghiu
L'homme est universel. International. La planète est la patrie de n'importe quel homme. Demain il n'y aura plus ni frontières, ni nations. Tous les hommes seront égaux entre eux.
Commenter  J’apprécie          160
gouelan   14 juin 2019
La vingt-cinquième heure de Constantin Virgil Gheorghiu
"Dieu aussi fit de tels gestes inutiles lorsqu'il créa l'univers", pensa Traian. "Dieu créa des choses sans utilité pratique. Mais ce sont les plus belles. La vie de l'homme est une création inutile. Tout aussi inutile et absurde que mon geste ou celui de mon père. Mais cette ferveur est magnifique. Malgré son inutilité, elle est inégalable."

p.66
Commenter  J’apprécie          150
Nono19   26 septembre 2012
La vingt-cinquième heure de Constantin Virgil Gheorghiu
Un homme qui m'aimerait vraiment me donnerait l'impression que je suis la seule femme qui puisse le rendre heureux. Moi seule. Il me démontrerait que je suis l'exemplaire unique, qui ne peut avoir son égal sur toute la surface de la terre. Et je serais convaincue de ce fait. Un homme qui ne me donne pas la sensation d'être unique et inégalable ne m'aime pas.
Commenter  J’apprécie          150
babycomeback44   25 janvier 2014
La vingt-cinquième heure de Constantin Virgil Gheorghiu
L'espoir est une herbe qui pousse même dans entre les tombes.
Commenter  J’apprécie          140
Fleitour   12 mai 2020
La vingt-cinquième heure de Constantin Virgil Gheorghiu
Du moment où l’homme a été réduit à la seule dimension de valeur technico-sociale,
il peut lui arriver n’importe quoi. Il peut-être arrêté et envoyé aux travaux forcés, exterminé, obligé à effectuer qui sait, n'importe quel travail –
La Société technique travaille exclusivement d’après des lois techniques – en maniant seulement des abstractions, des plans –
et ayant une seule morale : la production.
p 38
Commenter  J’apprécie          110
Sachenka   23 janvier 2019
Les noirs chevaux des Carpates : (La Maison de Petrodava) de Constantin Virgil Gheorghiu
- De la part des princes, vous ne pouvez vous attendre en ce monde qu'à des extravagances, à des paradoxes ou à la terreur.
- Ne parle pas ainsi, dit le prêtre. N'importe qui a le droit de parler contre les princes et contre leur inutilité dans l'univers. Mais vous, Domnitza Roxana, vous n'avez pas ce droit. Vous faites l'élevage de chevaux de race. Des chevaux, qui pratiquement ne sont bons à rien, si vous ne considérez pas la reproduction comme un but, et je ne la considère pas ainsi. Le cheval de race est un luxe. Il ne sert à aucune activité lucrative. On ne l'élève que pour sa beauté. Et il est mille fois plus capricieux que le cheval de travail. Les princes sont ainsi : ils vivent pour être beaux, pour s'exprimer avec élégance, pour faire peur et pour commettre des extravagances. Exactement comme vos chevaux de race. Ne parlez pas contre les princes parce que, implicitement, vous parlez contre les chevaux de race. Or, vous en faites l'élevage!
Commenter  J’apprécie          110
gouelan   14 juin 2019
La vingt-cinquième heure de Constantin Virgil Gheorghiu
- Mais les hommes ne peuvent se trouver bien nulle part en ce moment. La terre a cessé d'appartenir aux hommes.

p.261
Commenter  J’apprécie          100
cmpf   15 novembre 2015
Les immortels d'Agapia de Constantin Virgil Gheorghiu
Ici, sur le versant oriental des Carpates, vivait autrefois un peuple qui s’appelait lui-même le « Peuple des Immortels ». […] Je ne peux pas vous parler de Sava Mold et de nous tous si je ne vous parle pas des Immortels. Ils sont nos pères. Qui ne sait rien sur les pères ne saura jamais toute la vérité sur les fils. Ces Immortels, qui vivaient ici et qui sont nos pères, étaient appelés, par les autres peuples, Gètes ou D’accès. Mais ils se donnaient eux-mêmes le nom d’Immortels, parce qu’ils croyaient qu’ils ne mourraient jamais. La mort n’est qu’un changement de résidence.
Commenter  J’apprécie          100
cmpf   15 novembre 2015
Les immortels d'Agapia de Constantin Virgil Gheorghiu
Ce sont les Tuniade. Des satrapes phanariotes. Divisés, comme les loups, en bandes qu’on appelle partis politiques, ils dévorent le pauvre pays depuis des siècles et des siècles. Ces Tuniade, comme tous les satrapes phanariotes, passent leurs hivers à Paris et dans d’autres endroits confortables de l’occident. Ils viennent chez nous en été. Pour assister aux récoltes. Aux paysans qui, sur leurs terres, font la cueillette des fruits et qui vendangent, ils mettent des muselières métalliques, comme à des chiens. Afin que les paysans ne mangent pas les raisins. Puis ils vendent la récolte et retournent là d’où ils sont venus.
Commenter  J’apprécie          100



Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Constantin Virgil Gheorghiu (677)Voir plus


Quiz Voir plus

Adaptations avec John Le Carré

John Le Carré était de nationalité:

américaine
française
britannique

10 questions
99 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , espionnage , espion , grande-bretagne , guerre froide , adapté au cinéma , adaptation , cinema , romans policiers et polarsCréer un quiz sur cet auteur

.. ..