AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.1 /5 (sur 116 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Oyster Bay's Centre Island
Biographie :

Cornelia Read est issue d'une vieille famille américaine qui a connu des jours meilleurs. Elle grandit dans un milieu hippie, en Californie.

Elle se définit comme une "rescapée" de son milieu social WASP.

Après l'université, elle devient journaliste. Une période de chômage la voit atterrir plus ou moins par hasard dans un atelier d'écriture de polars où elle commence à écrire en reprenant un fait divers réel dont son entourage lui a parlé et qui n'a jamais été résolu : cela donnera Champs d'ombres.

Cornélia Read a connu un jolie succès avec son premier roman «Champs d’ombre» (Actes noirs, 2007) roman finaliste de nombreux prix, dont l'Edgar Award.

Deux ans plus tard, elle récidive avec «L’école des dingues» paru chez Actes Sud.

Elle a deux filles jumelles, dont la plus jeune est atteint d'autisme sévère.

+ Voir plus
Source : notabene.forumactif.com
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (50) Voir plus Ajouter une citation
pyrouette   30 septembre 2012
L'Ecole des dingues de Cornelia Read
J'avais toujours reproché aux psys d'avoir assassiné le langage. Quand on fait bouillir tous les mots, la précision, les métaphores et la beauté s'évaporent et il ne reste plus au fond de la marmite que des blocs de jargon carbonisés.
Commenter  J’apprécie          70
pyrouette   02 octobre 2012
L'Ecole des dingues de Cornelia Read
… J’en étais venue à soupçonner que les milliers de règles mesquines qu’il imposait à ses employés (sans parler de la crainte et de la fatigue ainsi créées) avaient pour but de nous faire perdre notre assise, de nous briser. Comme un camp d’entraînement des marines, ou comme quand on n’avait pas le droit d’aller aux toilettes pendant ces séminaires où on payait pour s’en prendre plein la gueule.
Commenter  J’apprécie          40
Sharon   26 janvier 2019
Champs d'ombres de Cornelia Read
Avec une très grande fortune, vous pouvez mettre le grappin sur au moins une Européenne fin de race et, à la quatrième génération, cela donne des dobermans dotés d'une lettre de Habsbourg, c'est pourquoi je n'ai jamais aimé Southampton.
Commenter  J’apprécie          30
Sharon   13 février 2019
L'Ecole des dingues de Cornelia Read
Il y a des personnes qui sont bipolaires.

Moi je suis simplement polaire.
Commenter  J’apprécie          40
collectifpolar   08 décembre 2019
L'Ecole des dingues de Cornelia Read
— Combien de gens en tout ? demanda Sitzman. Pendant toute la guerre ?

— Il doit y avoir les chiffres là-dedans, dis-je en prenant le manuel. Page 236 : soixante-deux millions cinq cent trente-sept mille huit cents morts au total, militaires et civils.

Sitzman examina la page :

— Dont cinq millions sept cent cinquante-quatre mille juifs victimes de l’Holocauste.

— Trois millions rien qu’en Pologne, précisai-je.

Silence.

J’entendis des pas dans le couloir.

— Comment ils ont pu faire ça ? demanda Sitzman. Soixante-deux millions ?

Les pas ralentirent et s’arrêtèrent juste devant la porte de la classe.

— Aucune idée, répondis-je.

— Et on continue à en tuer, ça n’arrête pas, dit LeChance.

— Mais il y a des gens qui essaient de faire en sorte que ça s’arrête. Parce que, même s’il y a eu la Société des Nations après la Première Guerre mondiale – vous vous souvenez peut-être, elle n’a rien pu pour empêcher la Seconde –, certains étaient prêts à réessayer. Roosevelt, Staline et Churchill, à Yalta. Ils ont invité quarante-six pays à San Francisco. Les Allemands n’avaient même pas encore capitulé.

— Pourquoi à San Francisco ? demanda Wiesner.

— Parce qu’on imagine la Californie comme un territoire tout neuf, je pense. C’est là qu’on va quand on veut tout reprendre à zéro, quand on veut se débarrasser du passé. La ruée vers l’or… les années 1960…

Mes parents…

— Grateful Dead et compagnie, c’est ça ? demanda LeChance en souriant.

— Exact. Tout ça. Les hippies, Peace and love, le LSD. Les pèlerins et les rêveurs. Les marches pour la paix. C’est le début de l’histoire que j’ai connue quand j’étais petite.

— Raconte-nous ! me supplia LeChance.

— D’accord. Quand on en sera au Viêtnam.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Wictoriane   13 janvier 2010
L'Ecole des dingues de Cornelia Read
Je passais la nuit à tenter de me réfugier dans l'oasis du sommeil, pour la voir se dissiper tel un mirage chaque fois que je croyais être sur le point d'atteindre l'ombre attirante de ses palmiers.
Commenter  J’apprécie          20
collectifpolar   08 décembre 2019
L'Ecole des dingues de Cornelia Read
Un bon mois avant Noël, Forchetti formula l’évidence :



— T’es à chier, comme prof.



Les six autres gamins la bouclèrent aussitôt, leurs regards allant de lui à moi. Pour une fois tout s’arrêta : le tortillage de cheveux, le mâchouillement de crayon et la démangeaison liée à l’angoisse adolescente.



Forchetti fit éclater son chewing-gum et le bruit résonna entre les parpaings d’un jaune bilieux.



La salle était affreuse. Déprimante. Moi non plus, je n’avais pas envie d’être là, mais on n’est pas censé dire ça quand on est le seul adulte présent.



Dehors, les arbres perdaient leurs dernières touches de cuivre rouge et de laiton poli. Les feuilles désolées étaient prêtes à se laisser tomber du haut des érables, des ormes et de Dieu sait quel autre genre d’arbres de la côte est dont je ne connaissais toujours pas le nom, douze ans après avoir quitté la Californie.



Je me détournai lentement de la fenêtre et je croisai les bras.



— Tu l’as lu, ce foutu chapitre ?



Forchetti grimaça pour extirper la petite boulette de Juicy Fruit qu’il avait sur la langue, toute chaude de salive. Il éleva cette cochonnerie à la hauteur de ses yeux et fit mine de me viser, en plein dans le front.



Sans me laisser impressionner, je contemplai son visage étroit, ces traits poupins écrasés par des sourcils noirs poussés trop vite.



— Tu l’as lu, oui ou non ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   06 juillet 2015
Champs d'ombres de Cornelia Read
Je caressais depuis longtemps l’espoir de faire revenir mon père en m’accrochant à tout ce qu’il avait laissé derrière lui, en fermant les yeux bien fort et en ne pensant qu’à des jolies choses. On allait nous donner une seconde chance, à tous les deux. Il suffisait d’appuyer sur le bouton “marche arrière” jusqu’à ce qu’on revienne au moment où il avait foutu le camp alors que j’avais quatre ans. Et on effacerait toutes les conneries qui s’étaient produites ensuite.

Ça ne risquait pas d’arriver.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   03 mars 2016
L'enfant invisible de Cornelia Read
Trop souvent, dans ma propre vie, j’avais éprouvé ce sentiment d’impuissance, d’incapacité à aider d’autres enfants quand cela aurait été si nécessaire. La seule chose qui avait changé, c’est que j’avais un corps d’adulte, désormais. Mais, à l’intérieur, je me sentais encore toute gamine, le petit garçon manqué qui avait envie de défendre toutes les victimes, dans la cour de récré ou à la maison, à coups de pied et à coups de poing.
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolar   08 décembre 2019
L'Ecole des dingues de Cornelia Read
Elle ouvrit les yeux et me sourit.



Et nous fûmes sauvés par l’arrivée du Dr Ed, avec sa pile d’Assiettes de Médocs.



Il fit le tour de la table, remettant à chaque prof l’épais disque blanc d’une assiette de cantine.



Chacune était remplie d’un demi-cercle de minuscules enveloppes brunes. La dernière fois que j’avais vu ce genre d’article de papeterie, elles étaient remplies de marijuana mexicaine totalement sans effet, et se vendaient cinq dollars pièce à Manhattan, dans la 14e Rue, entre la Deuxième et la Troisième Avenue, vers 1983.



Dans ma tête, je les appelais encore des “poches à dope”, association d’idées dont je ne me sentais pas prête à faire part aux autres convives.



Chaque enveloppe portait le nom de famille d’un gamin et l’initiale de son prénom, suivis d’une liste des médicaments contenus à l’intérieur : Haldol, Prozac, lithium, Lexomil.



Lulu, Mindy, Tim, Gerald et le Nouveau reçurent leurs assiettes respectives des mains du Dr Ed, en terminant par le Nouveau.



Le Dr Ed eut une conversation avec lui, en désignant successivement chaque enveloppe et son destinataire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Trouver le polar avec du geek dedans ...

Très facile, je suis une trilogie de Stieg Larrson qui a été prolongée à sa mort. Lisbeth Salander est une geekette qui aide le journaliste Mikael Blomkvist dans ses enquêtes . Mon titre est ...

Les ombres de la toile
M, le bord de l'abîme
Millenium
Sous les vents de Neptune

13 questions
25 lecteurs ont répondu
Thèmes : romans policiers et polars , informatique , geek , humourCréer un quiz sur cet auteur

.. ..