AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.32 /5 (sur 222 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : New York , 1981
Biographie :

Cristina Alger est issue d’une grande famille de la finance new-yorkaise.

Son père est mort le 11 septembre 2001 dans les tours.

Diplômée de l’Université d’Harvard en 2002 et de la faculté de droit de New York en 2007, elle a travaillé comme analyste financière pour Goldman Sachs et comme juriste pour Wilmer, Cutler, Pickering, Hale, & Dorr.

"La Femme du banquier" est son troisième roman, après "Park Avenue" (Albin Michel, 2013) et "Père et fils" (Albin Michel, 2017).

site:
http://cristinaalger.com/

Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Payot - Marque Page - Cristina Alger - La femme du banquier
Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
Souri7   21 mars 2019
La femme du banquier de Cristina Alger
[...] Au début, j'étais tenté par l'argent, mais maintenant, l'argent me dégoûte. Il fait faire des choses moches aux gens, il les rend moches eux-mêmes.
Commenter  J’apprécie          370
Souri7   18 mars 2019
La femme du banquier de Cristina Alger
— Tu es tendue, lui dit Grant en posant la main sur son épaule pour masser son point de tension. Fatiguée. Désolé d'avoir réservé un vol si tardif, mais je n'ai pas trouvé mieux.

— Mmm, mon Dieu, ronronna Marina, ça fait du bien !

— J'avais pris un massage pour deux à l'hôtel demain. Mais vu qu'on va le rater, j'ai demandé à Rachel de nous en réserver un à New York. Je me suis dit que ça te ferait du bien après le vol.

Marina lui jeta un regard faussement méfiant.

— Qu'est-ce qui cloche chez toi ?

— Ce qui cloche chez moi ?

— Sérieusement. Il doit bien y avoir une entourloupe. Tu es beau, intelligent, drôle, en plus d'être sans doute l'homme le plus prévenant du monde. Il y a anguille sous roche, forcément.

— Des défauts, j'en ai plein.

— Cite m'en un.

— Je suis très poilu.

— Je trouve ça chou. Ça fait gros chat.

— Je mange un demi-litre de glace par soirée.

— Ça aussi c'est trop chou.

— Je travaille trop.

— Je suis mal placée pour te le reprocher.

— Je devrais aller à la salle de sport plus souvent.

— Tss... Les types qui sont tout le temps fourrés à la salle de sport sont ennuyeux. Toi, tu as la forme. Une forme d'enfer. Et des fesses du tonnerre.

— Et encore, tu ne les as pas vues quand j'étais dans la marine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
saigneurdeguerre   23 mars 2019
La femme du banquier de Cristina Alger
- Il m'a confié qu'il avait des doutes sur certains des clients de Jonas. OK, certains de nos clients ne sont pas vraiment... Comment dire ? Désolée, mon anglais me lâche quand je suis fatiguée... Disons qu'ils ont des petits problèmes. Ce que je veux dire, c'est qu'ils viennent chez nous pour mettre leurs sous à l'abri. Du gouvernement, de leur épouse, que sais-je. C'est notre spécialité. On cache de l'argent dans des comptes numérotés pour que personne ne puisse savoir à qui il appartient. Vous comprenez ?

- Oui, je crois. Vous sous-entendez que vos activités sont illégales ?

- Oh, pas au regard de la législation suisse. Mettons qu'un client américain vient nous voir et dépose dix millions de dollars sur l'un de nos comptes numérotés sans payer d'impôt sur cette somme, c'est lui le criminel, pas nous.
Commenter  J’apprécie          70
Moumoune   05 août 2015
Park avenue de Cristina Alger
Le fait d'être née à New York ne suffisait pas à faire de vous une New- Yorkaise : c'était dans le sang, comme une hormone ou un virus. Souvent Merill doutait d'avoir la capacité de tenir le coup à Manhattan quand elle aurait des enfants. Plus elle vieillissait, plus elle se demandait si elle ne serait pas pus heureuse dans un endroit moins bruyant, moins stressant, moins compétitif. Lily et elle étaient-elles vraiment prêtes à se battre bec et ongles comme l' avaient fait leurs parents ? A travailler cent heures par semaine, à vivre dans des appartements minuscules avec une cuisinière fonctionnant une fois sur deux, à payer trente quatre mille dollars par enfant pour un an de scolarité à Spence - trente quatre mille dollars ! Sans compter ce qu'elles auraient à dépenser pour la nourrice, la gym, tout ça afin que leur gosse ne se sente pas différents des autres....
Commenter  J’apprécie          50
MissG   24 février 2013
Park avenue de Cristina Alger
Il y avait tellement de choses qu'elle savait - des choses qu'elle ne devrait pas savoir, des choses qu'elle était censée avoir oubliées, des choses qu'elle n'était, croyait-on, pas suffisamment intelligente pour deviner toute seule. Cela faisait d'elle une menace.
Commenter  J’apprécie          60
saigneurdeguerre   23 mars 2019
La femme du banquier de Cristina Alger
- Toi, tu es persuadé que c'est le scoop de l'année.

- Euh... en effet, je ne peux pas te le cacher. Mais je pense aussi que cette histoire dépasse les compétences de la police. Elle sera incapable de te protéger contre la plus grosse banque du monde. Contre tous les chefs d'État qui y ont leur compte, contre les chefs de cartel, les terroristes et les dictateurs. Ces gens qui ont intérêt à ce qu'aucune information ne fuite.
Commenter  J’apprécie          40
Arthur409   06 avril 2019
La femme du banquier de Cristina Alger
Une fois dans la cuisine, Annabel mit l’eau à bouillir. Brusquement prise d’un vertige, elle se retint en s’agrippant au marbre frais du plan de travail. Elle ferma les yeux, s’efforça de contrôler sa respiration. Pendant quelques secondes, elle réfléchit à la situation. Si Zoé avait raison – si Matthew était impliqué dans des opérations bancaires dangereuses ou illégales -, tenait-elle tant que cela à le savoir ? Le fait d’être au courant la mettait-elle vraiment en danger ? Peut-être devrait-elle rendre ce portable à la Swiss United et sauter dans le premier avion à destination de New York. Et oublier ce cauchemar.

Mais serait-elle un jour capable de tout recommencer de zéro ? Ou bien passerait-elle sa vie à se demander ce qui était arrivé à Matthew ? Serait-elle à jamais hantée par l’idée de ne pas savoir ce pour quoi il avait été prêt à risquer sa vie ? Se repasserait-elle éternellement la liste du peu qu’elle savait en y cherchant des signes et des indices qu’elle aurait jusque-là négligés ?

Zoé détenait des informations. Elle pouvait au moins les écouter. Sinon, il lui serait à jamais impossible de se le pardonner.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MarianneLevy   09 mai 2013
Park avenue de Cristina Alger
Qui aurait dit qu'Edith Wharton croiserait un jour Gordon Gekko, le très cynique héros de Wall Street? C'est la proposition surprenante de Cristina Alger. Une plongée dans la haute société américaine, le thème de prédilection de la romancière, à travers le prisme d'une escroquerie financière qui se compte en milliards de dollars. Un roman efficace et divertissant. Comme une bonne série américaine.
Commenter  J’apprécie          40
belcantoeu   17 mars 2019
La femme du banquier de Cristina Alger
- Mathew m'a raconté que vous aviez quelqu'un.

- En effet. Il est avocat au Luxembourg. En fait, on s'est rencontré par la Swiss United. C'est l'amour de ma vie.

- D'après Matthew, il est marié.

Le visage de Zoé se décomposa.
Commenter  J’apprécie          40
belcantoeu   19 mars 2019
La femme du banquier de Cristina Alger
N'est-ce pas ainsi que toutes les liaisons commençaient? Ce genre de choses devait certainement se produire souvent à la Swiss United. Ces hommes passaient tellement de temps au bureau. En général, le soir, ils dînaient là-bas. Quand ils ne passaient pas le week-end pendus au téléphone, ils avaient l'esprit ailleurs, se montraient incapables de soutenir une conversation suivie qui porterait sur autre chose que sur les taux de change, les déductions fiscales et le cours de l'or.
Commenter  J’apprécie          30
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


.. ..