AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.67/5 (sur 51 notes)

Nationalité : Mexique
Né(e) à : Matamoros , le 1/10/1964
Biographie :

Cristina Rivera Garza est une historienne et romancière mexicaine. Elle est diplômée en histoire de l’Amérique latine et enseigne à l’université de San Diego. Elle a écrit six romans, dont Personne ne me verra pleurer, qui a été traduit dans plusieurs langues, et a reçu le prix du Meilleur Roman au Mexique en 2000.

Ajouter des informations
Bibliographie de Cristina Rivera Garza   (2)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Rentrée littéraire 2023 Rencontre avec Cristina Rivera Garza Trente ans après le meurtre de sa petite soeur, Cristina Rivera Garza retourne au Mexique pour tenter de faire rouvrir l'enquête et retrouver l'assassin qui n'a jamais été condamné. Avec une douleur ancienne et une rage froide, elle rassemble des archives – articles, témoignages, brouillons de lettres, journaux intimes, plans d'architecte – pour comprendre l'engrenage qui a mené au crime mais aussi et surtout pour redonner voix à Liliana au-delà de son statut de victime. Écrit dans une prose lumineuse et acérée, L'Invincible Été de Liliana est un livre d'amour, de révolte et de deuil. C'est aussi une excavation dans la vie d'une jeune femme qui n'avait pas le langage pour identifier, dénoncer et lutter contre la violence sexiste qui caractérise tant de relations patriarcales. Grâce à Cristina Rivera Garza, sa soeur, la voix de Liliana traverse le temps et rend ainsi justice aux nombreuses femmes qui, chaque année, sont victimes de violences conjugales. « L'Invincible Été de Liliana » de Cristina Rivera Garza Traduit de l'espagnol (Mexique) par Lise Belperron Suivez toute l'actualité des éditions Globe sur les réseaux sociaux https://instagram.com/editions_globe https://twitter.com/EditionsGlobe https://www.facebook.com/EditionGlobe

+ Lire la suite

Citations et extraits (10) Ajouter une citation
Il faut attendre le 14 juin 2012 pour que le féminicide soit inscrit dans la loi comme un crime au Mexique, dans le Code pénal fédéral: "Article 325: Commet le crime de féminicide toute personne qui ôte la vie à une femme en raison de son sexe". Avant cette date, la plupart des féminicides s'appelaient crimes passionnels. S'appelaient mais pourquoi elle s'habille comme ça? S'appelaient une femme doit toujours rester à sa place. S'appelaient elle a bien dû faire quelque chose pour finir comme ça. S'appelaient ses parents l'ont négligée. S'appelaient la fille qui a pris une mauvaise décision. S'appelaient même elle l'a bien mérité. Le manque de langage est effarant. C'est un manque qui nous entrave, nous étouffe, nous étrangle, nous crible de balles, nous écorche vives, nous ampute, nous condamne.
Commenter  J’apprécie          70
Au milieu de l'hiver, j'apprenais enfin qu'il y avait en moi un été invincible »

Albert Camus
Commenter  J’apprécie          90
Il ressent de la joie. Seulement, il ne sais que faire de la joie.
Commenter  J’apprécie          60
Dans les livres Joaquim se sent en sécurité. Entre leurs pages il y a une cathédrale d'odeurs où tout a un nom, un tunnel de voix où il trouve des traces, des nuages.
Commenter  J’apprécie          40
Que doit-on faire des objets des morts?
A Toluca, dans la maison de mes parents, nous avons trié les livres et les cahiers, les plans, les posters, les poupées, les habits, les chaussures, et nous avons inscrit son nom au marqueur sur les cartons. Comme si on allait oublier. Comme s'il existait une infime possibilité de les confondre avec d'autres cartons.
Commenter  J’apprécie          10
Il faut attendre le 14 juin 2012 pour que le féminicide soit inscrit dans la loi comme un crime au Mexique, dans le Code pénal fédéral : « Article 325 : Commet un crime de féminicide toute personne qui ôte la vie à une femme en raison de son sexe.» Avant cette date, la plupart des féminicides s'appelaient crimes passionnels. S'appelaient mauvaises fréquentations. S'appelaient mais pourquoi elle s'habille comme ça ? S'appelaient une femme doit toujours savoir rester à sa place. S'appelaient elle a bien dû faire quelque chose pour finir comme ça. S'appelaient ses parents l'ont négligée. S'appelaient la fille qui a pris une mauvaise décision. S'appelaient même elle l'a bien mérité. Le manque de langage est effarant. C'est un manque qui nous entrave, nous étouffe, nous étrangle, nous crible de balles, nous écorche vives, nous ampute, nous condamne.
Commenter  J’apprécie          00
C'est ça, vivre en deuil : ne jamais être seule. Invisibles, mais présents sous de multiples formes, les morts nous accompagnent dans les moindres interstices des jours.
Par-dessus l'épaule, dans la voix, dans l'écho de chaque pas. En haut des fenêtres, sur le fil de l'horizon, parmi les ombres des arbres. Ils sont toujours ici, et là, avec et à l'intérieur de nous, et dehors aussi, ils nous enveloppent de leur chaleur, nous protègent des intempéries. C'est ça le travail du deuil : reconnaître leur présence, approuver leur présence. Il y a toujours d'autres yeux pour voir ce que je suis en train de voir; imaginer ce regard, imaginer ce que des sens qui ne m'appartiennent pas pourraient éprouver à travers mes sens, c'est, si on y réfléchit bien, une définition assez exacte de l'amour.
Le deuil, c'est la fin de la solitude.
Commenter  J’apprécie          00
Il faut attendre le 14 juin 2012 pour que le féminicide soit inscrit dans la loi comme un crime au Mexique, dans le Code pénal fédéral: « Article 325 : Commet le crime de féminicide toute personne qui ôte la vie à une femme en raison de son sexe. » Avant cette date, la plupart des féminicides s'appelaient crimes passionnels.
S'appelaient mauvaises fréquentations. S'appelaient mais pourquoi elle s'habille comme ça? S'appelaient une femme doit savoir rester à sa place. S'appelaient elle a bien dû faire quelque chose pour finir comme ça. S'appelaient ses parents l'ont négligée. S'appelaient la fille qui a pris une mauvaise décision. S'appelaient même elle l'a bien mérité.
Commenter  J’apprécie          00
C'est un mensonge de dire que le temps passe.
Le temps est grippé. Il y a un corps inerte ici, coincé entre les boulons et les charnières du temps, qui suspend son rythme et son écoulement. Nous n'avons pas vieilli.
Nous ne vieillirons jamais. Nos rides sont artificielles, indices de vies que nous aurions pu vivre, mais qui sont parties ailleurs. Les cheveux blancs, les caries, les os fragiles, les articulations engourdies : de simples poses, qui occultent la répétition, la redondance, le refrain.
Commenter  J’apprécie          00
Il n'existe sans doute pas au monde de lettres d'amour plus ardentes que celles que s'échangent, par la poste ou en main propre, les adolescentes.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Cristina Rivera Garza (73)Voir plus

Quiz Voir plus

Portrait de femme

Saurez-vous reconnaître parmi ces dix beautés troublantes de la littérature celle dont la perfection physique (inversement proportionnelle à son sens moral !) est précisément décrite dans la scène inaugurale de cette oeuvre unanimement célèbrée : robe de bal blanche et dos largement décolleté à la mode de l'époque, épaules laiteuses, cheveux moirés, diamants scintillants. Les hommes subjugués s'écartant à son passage sans que, souriante, elle ne regarde aucun d'eux. [...] "l'on eût dit qu'elle apportait dans son sillage toute la splendeur d'un bal. [...] si belle que, loin de recourir à la moindre coquetterie, elle paraissait au contraire avoir scrupule du pouvoir triomphal de son incontestable beauté et chercher, bien vainement, à en amoindrir l’éclat. – Quelle belle personne! disait chacun à sa vue." [...] Damned !!! Qui est-elle ? (Indice : Pâris)

Angelica Sedara
Oriane de Guermantes
Carmen
La marquise de Merteuil
Hélène Kouraguine
Scarlet O'hara
Mademoiselle de Chartres
Marguerite Gautier
Léa de Lonval
La Sanseverina

1 questions
4 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , littérature française , littérature italienne , littérature étrangère , littérature russe , littérature américaineCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}