AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.89/5 (sur 387 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 07/02/1974
Biographie :

Cynthia Fleury (civilement Fleury-Perkins) est une philosophe et une psychanalyste française.

Elle est professeur titulaire de la chaire Humanités et Santé au Conservatoire national des arts et métiers et professeur associé à l'École nationale supérieure des mines de Paris (Mines-ParisTech), titulaire également de la chaire de philosophie à l'hôpital Sainte-Anne du GHU Paris psychiatrie et neurosciences et est membre du conseil d'administration de l'ONG Santé Diabète.

Elle a auparavant enseigné la philosophie politique (en qualité de research fellow et associate professor) à l'American University of Paris, et a été chercheuse au Muséum national d'histoire naturelle.

En 2000, elle soutient à l'Université Paris-Sorbonne-Paris IV une thèse de doctorat en philosophie (métaphysique-ontologie) intitulée "La métaphysique de l'imagination".

Elle a été nommée en 2013 membre du Comité consultatif national d'éthique (CCNE). De 2006 à 2009, elle est chercheuse à l’Institut des sciences de la communication du CNRS et, de 2009 à 2014, chercheuse au laboratoire "Conservation des espèces, restauration et suivi des populations" (CERSP, devenu CESCO), au Muséum national d'histoire naturelle (MNHN/CNRS).

Ses travaux portent sur les conduites entropiques des démocraties, la réforme des institutions et des comportements, les outils de régulation démocratique et de gouvernance publique.

Elle a publié plusieurs livres dont "Reconquérir le courage" (2017), lauréat du Grand Prix du livre audio 2018 du CNL, et de "La Fin du courage" (2010), Prix Afci du livre décerné par l'Association française de communication interne.

Elle tient une chronique hebdomadaire, dans "L'Humanité" depuis 2003. Elle est souvent invitée à la radio et à la télévision, pour présenter ses livres et parler de thèmes tels que la résilience, la psychanalyse, la politique, la religion ou l'imagination.

Elle a également écrit "Dialoguer avec l’Orient" (2003), "Les pathologies de la démocratie" (Fayard, 2005) et "Le soin est un humanisme" (2019).
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Cynthia Fleury   (28)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (92) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

En lien avec l'exposition «La France sous leurs yeux. 200 regards de photographes sur les années 2020», une table ronde réunit quatre auteurs qui échangent sur les nouvelles représentations de la France contemporaine. Quatre auteurs ont été invités à regarder les travaux produits par les 200 photographes de la grande commande nationale pour le photojournalisme et à rédiger quatre essais dédiés chacun à une notion de la devise nationale, convoquant journalisme (Liberté par Pierre Haski, journaliste), philosophie (Fraternité par Cynthia Fleury, philosophe et psychanalyste), histoire (Égalité par Judith Rainhorn, historienne, et Potentialités par Pierre Charbonnier, philosophe). Ils échangeront sur les nouvelles représentations de la France contemporaine. Table ronde animée par Sonia Devillers, France Inter, membre du jury de la grande commande pour le photojournalisme Plus d'informations sur l'exposition «La France sous leurs yeux. 200 regards de photographes sur les années 2020» : https://www.bnf.fr/fr/agenda/la-france-sous-leurs-yeux

+ Lire la suite
Podcasts (3) Voir tous


Citations et extraits (390) Voir plus Ajouter une citation
Comment découvrir la porte d’entrée des êtres et des choses ? Comment accéder à l’autre, à tout ce qui n’est pas moi, à tout ce qui m’échappe et m’abandonne à la solitude ? Oui, je vais perdre ceux que j’aime. Oui, je vais mourir. Mais à cette certitude s’ajoute une grâce ou une énigme. Il existe des instants, des lieux à mi-chemin entre monde visible et monde invisible où le temps se suspend, où la dimension de l’un et de l’autre donne accès à une vérité plus belle et plus vraie. Seules ces rencontres inestimables avec l’autre nous aident à saisir le fait même de voir ou de penser.
Commenter  J’apprécie          450
Les formes modernes de l'absence de pensée.

Tel est le nouvel âge du décervelage: la société de consommation et des "loisirs forcés"; la tutelle des puissances de divertissement. Derrière cette forme de "loisir", il n'y a pas de scholé, pas de lieu propre pour l'homme pour construire son processus d'individuation. "La majorité de ceux qui mènent une vie absurde ne sont pas encore conscients de ce malheur. C'est la vie qu'on les contraint à mener qui les empêche de percevoir qu'elle est absurde. Voilà pourquoi ils ne font rien contre elle. Mieux: même ce qu'ils font à côté de cette vie absurde est quelque chose qu'on fait à leur place, quelque chose qu'on leur livre. [...] puisqu'on les prive de leur autonomie, de la chance de devenir autonomes, ils restent aussi non autonomes pendant leur temps libre. Ils s'acquittent de leur plaisir servilement, tout aussi servilement qu'ils s'acquittent de leur job."
(p.52/53, éd. Gallimard)
Commenter  J’apprécie          321
Ce n'est donc pas le charisme du leader, son intelligence, son sens de l'histoire, qui lui confèrent un pouvoir sur la foule, ce sont les individus, décérébrés par leur éducation patriarcale et leur servitude volontaire - rien de nouveau depuis La Boétie - qui aspirent à être dirigés par celui qui leur donnera l'illusion de protection infantile dont ils ont besoin émotionnellement. Certes, le charisme du leader pourra aider et renforcer ce ravissement, mais il n'est pas obligatoire et l'Histoire a, du reste, prouvé que le leader était souvent un homme peu charismatique. C'est cette faiblesse charismatique que l'on a traduite en mystère charismatique pour expliquer son ascendant sur la foule, alors même que tout se jouait principalement ailleurs, précisément dans cette foule qui se dessaisissait de sa responsabilité, et de son éducation.
Commenter  J’apprécie          301
Il faut rester vigilant. Le ressentiment est un poison d’autant plus létal qu’il se nourrit du temps pour grossir et gagner en profondeur le cœur des hommes. (Page 40)
Commenter  J’apprécie          290
Mais il subsiste toujours dans le mond social, cette passion pour le pouvoir comme s'il était l'autre nom du Réel. (...) que la politique délaisse enfin la fascination pour l'idole-pouvoir.

(pp.9-12)
Commenter  J’apprécie          278
De tous nos conformismes, le conformisme de non-conformisme est le plus hypocrite et le plus répandu aujourd'hui.

(p.19)
Commenter  J’apprécie          272
Il y a des failles auprès desquelles il n'est pas bon de rester car, tel un abîme, elles aspirent, attirent par l'ampleur de leur vertige.
Commenter  J’apprécie          261
Cynthia Fleury
Consoler, c’est œuvrer pour que l’autre reprenne le pouvoir sur le pouvoir de sa souffrance...
Commenter  J’apprécie          260
Cynthia Fleury
L’éthique nous permet d’être agents de nos vies, non pas au sens de toute puissance, mais d’implication. Et c’est précisément en s’impliquant dans le monde que nous protégeons ses sujets et notre démocratie.
Commenter  J’apprécie          230
Seulement voilà, deux grands camps s'affrontent en philosophie, qu'elle soit métaphysique ou morale : d'un côté, ceux qui croient toucher du doigt la vérité et, de l'autre, ceux qui sont conscients de ses multiples voiles, qui perçoivent non la vérité mais le je-ne-sais-quoi et le presque-rien.
D'un côté ceux qui interdisent le mensonge car il est forcément contraire à la vérité, et surtout il est impossible de défendre l'universalité d'une morale si elle défend le mensonge... et de l'autre...ceux qui ne séparent pas la vérité d'une situation, d'un contexte, d'une relation à, d'une responsabilité ici et maintenant, non qu'ils défendent la relativité de la vérité, mais plutôt sa relationalité...il y a des mensonges qui sauvent les êtres et les âmes.
(...)
S'il y avait eu un résistant dans votre armoire et que les flics boches venant le chercher vous aviez dit "oui il est dans cette armoire" parce que c'est la vérité, vous l'auriez dit ?
-Ah non je ne l'aurais pas dit.
-Alors, vous n'auriez pas été pure.
-Non, je n'aurais pas été pure, mais comment concilier les inconciliables alors qu'au niveau d'une quête plus personnelle on vise tout de même à une harmonie dans la personalité ?
-Alors ca, madame, on fait ce que l'on peut.

(pp.54-56)
Commenter  J’apprécie          211

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Cynthia Fleury (672)Voir plus

Quiz Voir plus

Cannes dans les romans

Maigret passe ses vacances dans un palace cannois mais il va devoir enquêter sur le meurtre d'un jeune homme noyé dans la baignoire d'une des chambres de l'hôtel. Vous lisez (Indice: Suédois):

Le Charretier de la providence
L'Improbable Monsieur Owen
La Tête d'un homme

8 questions
89 lecteurs ont répondu
Thèmes : Cannes (Alpes-Maritimes) , Alpes-Maritimes (France) , villes , france , cinema , littérature , polar noir , adapté au cinéma , culture générale , festival de cannesCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}