AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Critiques de Daniel Loayza (73)
Classer par:   Titre   Date   Les plus appréciées


Oedipe roi
  12 avril 2013
Oedipe roi de Daniel Loayza
Voici donc la tragédie " so folk " de Sophocle. Mais pourquoi est-elle si populaire ?

Pourquoi tellement elle et si peu Ajax, par exemple, dont la finalité profonde me semble si comparable ?

C'est vrai qu'elle est très bien écrite et que définitivement, Sophocle est LE grand tragédien grec, selon moi, devant tout autre. Mais ça ne suffit probablement pas pour expliquer un tel succès.

Le sujet alors ? Pourquoi pas, mais je le répète, Ajax n'est pas si différente de cette pièce à cet égard.

Alors je vais avancer ma théorie (au sens que j'ai indiqué une fois, c'était dans ma remarque sur Terre Des Hommes, il me semble), qui vaut ce qu'elle vaut, mais que je vais essayer d'étayer, tant bien que mal.

Et bien, selon moi, si Œdipe Roi est si populaire et fonctionne si bien encore de nos jours, c'est probablement parce que c'est l'une des seules tragédies grecques qui nous replace à peu près dans le même bain culturel que les spectateurs de l'Antiquité auxquels elles étaient toutes destinées.

Je m'explique. Il n'était pas un spectateur des pièces d'Eschyle, Sophocle ou Euripide qui ne connaissait sur le bout des doigts les subtilités de la mythologie ainsi que les archi-classiques (même pour l'époque) Iliade et Odyssée.

Donc, aucun point du scénario de ces pièces n'était une découverte pour les spectateurs, seuls comptaient la qualité de la langue dans laquelle était énoncée les tirades et la morale sous-jacente à chacune.

De nos jours, peu nombreux sont encore les fervents connaisseurs de ces moindres détails mythologiques. Le scénario est donc une découverte et nécessite même souvent des explications pour le néophyte.

Qu'en est-il d'Œdipe ? Qui ne connaît pas le fameux " complexe " ? Et est-il faux d'affirmer que, peu ou prou, parmi les lecteurs, tout le monde sait plus ou moins qu'Œdipe a tué son père et épousé sa mère ?

Voilà donc un point très important : pour ainsi dire, chaque lecteur moderne de cette tragédie en connaît par avance le scénario, exactement comme nos aînés de l'Antiquité.

Voilà pourquoi l'empathie fonctionne si bien, voilà pourquoi l'on peut encore être bouleversé, car on voit, sous nos yeux, s'accomplir un destin que chacun de nous connaît, sait inéluctable, fatal, implacable et pathétique.

On se met à la place du pauvre diable, qui est un homme bien sous tous points de vue, honorable, héroïque, magnanime... et qui, pourtant, sous l'angle de la morale, pour qui connaît le fin mot, est le dernier des derniers.

Il n'a pourtant jamais voulu se rendre coupable de quoi que ce soit. Mais c'était plus fort que lui, c'était au-dessus de lui que cela se jouait, c'était de l'ordre de la destinée, du divin. Et un simple mortel n'est rien, dans l'esprit de l'époque, face au divin, face aux oracles et toutes les choses de ce genre.

La finalité civique de cette pièce est donc exactement la même que pour Ajax, édifier le public et lui montrer qu'il n'est point de salut sans allégeance aux dieux.

C'est pourtant le volet psychologique qui nous intéresse le plus aujourd'hui. C'est donc un curieux hasard qui fait qu'on s'intéresse, de nos jours, plus à cette pièce qu'à beaucoup de ces petites sœurs. Pour Sophocle, parricide et inceste étaient probablement parmi les pires maux qui soient et avaient pour vocation de faire vibrer la corde sensible du trémolo de notre âme, agitant pitié, empathie et commisération.

Pour nous c'est autre chose et papa Freud y joue un grand rôle, mais peu importe, grâce à notre connaissance préalable du mythe, nous entrons mieux dans la tragédie et elle fonctionne donc à ravir.

Le mot de la fin sera donc, me concernant, si vous n'en choisissez qu'une, parmi tout l'héritage classique, optez plutôt pour celle-ci qu'une autre, car il y a plus de chance qu'elle fonctionne avec vous que toute autre. Mais bien évidemment, ceci n'est que mon avis, c'est-à-dire, bien peu de chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          732
Oedipe roi
  07 juillet 2021
Oedipe roi de Daniel Loayza
Dans mon cursus universitaire, je suis tenue de lire certains ouvrages - majoritairement des classiques -, ce qui m'a amenée à découvrir le très célèbre Œdipe Roi de Sophocle.



Nous suivons le tragique destin de ce personnage, Œdipe. Roi de Thébès, il doit sortir la ville d'une période sombre en découvrant qui a tué l'ancien roi de Thébès, Laois.



Cette histoire n'était pas évidente à suivre, d'autant plus que je ne suis pas habituée au genre théâtral, si bien que je n'ai pas franchement aimé ma lecture. Toutefois, c'était chouette de pouvoir découvrir ce texte connu et reconnu ! Je pourrais éventuellement le relire dans un cadre moins scolaire qui me permettra de mieux l'apprécier !
Commenter  J’apprécie          352
Oedipe roi
  14 décembre 2020
Oedipe roi de Daniel Loayza
Ça craint à Thèbes . La peste s'est abattue sur la ville et la ville s'en remet à son roi, Œdipe, qui l'a déjà libérée du Sphinx. Le roi a envoyé son beauf , Créeon , demander conseils aux Dieux. Tant que les assassins de Laïos, l'an roi, ne seront pas retrouvés, point de salut...



Qu'est ce que c'est bien quand même . Digne d'un bon polar, avec des héros pour qui l'honneur prévaut sur la vie . Et quelle énigme. Pauvre Oedipe, ce n'est pas bien cool comme situation tout ça. Coucher avec sa mère, tuer son père, tout cela sans le savoir, on ne le souhaite pas à son pire ennemi...

J'ai trouvé le texte très moderne, très facile à lire , et vraiment contemporain dans les idées. A part pour l'honneur des dirigeants. Quand dans la Grèce antique on est prêt à mourir pour un écart de langage , nous on a des politiciens qui nous mentent "les yeux dans les yeux "(quel champion celui là mais la déontologie qui m'habite me fera taire son nom).

C'est une heure de lecture , du suspens quand on ne connait pas l’énigme (il vaut mieux quand même entamer la lecture avec deux trois notions chronologiques ) mais aussi un plaisir de lectures avec des tirades magnifiques .

Sophocle, so folk !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          345
Oedipe roi
  30 novembre 2012
Oedipe roi de Daniel Loayza
Génial ! Moi qui raffole de romans policiers et qui ne jure que par la psychanalyse, je ne sais pas comment j'ai pu vivre jusqu'à 31 ans sans lire "Œdipe roi" ! Bien entendu on en connait tous plus ou moins les tenants et les aboutissants et c'est pourquoi je n'avais jamais jugé utile de lire le texte avant, mais vraiment vraiment vraiment, même si d’Œdipe on nous a déjà rabâché les oreilles, la pièce de Sophocle vaut quand-même la lecture et je me sens personnellement grandie d'avoir côtoyé enfin personnellement ce roi au destin plus que funeste. En effet, je connaissais son histoire mais pas tellement l'homme en lui-même me suis-je rendue compte. A vrai dire j'ai eu la surprise de le découvrir naïf et archi-arrogant ce cher Œdipe, mais ces grises facettes de sa personnalités ne m'ont pas empêché de m'attacher à lui et surtout de vibrer au rythme de son histoire. Le mythe d'Œdipe est d'une richesse rare et l'écriture étonnamment moderne de Sophocle le rend vivant et très entrainant, aussi je ne peux qu'en recommander chaudement la lecture! C'est une petite pièce et une heure ou deux vous suffiront amplement pour en venir à bout et il est à parier que comme moi vous en sortirez grandis ou tout du moins instruits, éveillés ou titillés, ce qui est déjà pas mal...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          301
Oedipe roi
  22 novembre 2020
Oedipe roi de Daniel Loayza
Alors que Thèbes souffre les pires calamités, Créon, beau-frère d'Oedipe révèle l'oracle salvateur: punir l'assassin de Laïos, ancien gouverneur de Thèbes.



Tragique enquête d'Oedipe voyant se refermer sur lui les pires soupçons, acculé à s'aveugler et quitter la ville .



Et ce qui me frappe, c'est qu'il ose, malheureusement désespérément, défier la prophétie divine annonçant qu'il tuerait son père et tomberait dans le lit de sa mère.
Commenter  J’apprécie          292
Oedipe roi
  29 novembre 2015
Oedipe roi de Daniel Loayza
Quel calvaire que ce livre ! Le théâtre antique n'est décidément pas ma tasse de thé, loin s'en faut ! Ce livre avait déjà été une véritable épreuve quand il m'a fallu le lire dans le cadre de mon programme du BAC il y a 12 ans de ça, mais la relecture a été plus que pénible. Lu par petits morceaux, je me suis ennuyée à mourir tout du long.

Pourtant férue de mythologie, je ne comprends pas pourquoi je n'accroche pas. Le personnage d'Oedipe me tape sur les nerfs, les autres n'ont que peu de profondeur.

Je préfère et de très loin l'adaptation d'Antigone par Jean ANOUILH, le personnage a d'ailleurs beaucoup plus de profondeur.

Un livre qui reflète bien la catégorie pour laquelle je l'ai lu dans le cadre du challenge variétés : livre lu à l'école mais pas aimé. Le mot est faible.
Commenter  J’apprécie          243
Oedipe roi
  20 juin 2013
Oedipe roi de Daniel Loayza
Qui est donc cet Œdipe dont le nom a fini par devenir celui d’un complexe ? Cité à tout bout de champ, à tort ou à raison, on se persuaderait presque de le connaître sans en avoir lu la légende. Sophocle nous apprendra-t-il quelque chose de plus que nous ne savions pas encore ?





Le plus grand défaut d’Œdipe Roi est peut-être son succès. Tout le monde connaît la conclusion de l’histoire : Œdipe a tué son père, épousé sa mère, il se percera les yeux et sera banni de la cité. En revanche, on connaît moins l’histoire qui précède ces révélations. C’est sur ce point précisément que l’Œdipe Roi de Sophocle est intrigant.





La peste s’est abattue sur Thèbes. En cette époque où tous les maux ont une origine divine, un prêtre et des enfants viennent supplier le roi Œdipe de combattre le coupable de ce châtiment, comme il avait auparavant su vaincre Sphinx. Œdipe envoie son beau-frère Créon consulter l’Oracle de Delphes pour en apprendre davantage. Le verdict tombe : les dieux sont courroucés par la mort de Laïos et ne seront pas en paix tant que son meurtrier ne sera pas découvert. A cette étape-là de l’intrigue, nous avons déjà tous deviné la nature du coupable. Tirésias le devin intervient alors pour suggérer à Œdipe, à demi-mot, qu’il serait peut-être bien responsable de la colère des dieux… Malheur au devin ! Œdipe s’insurge, pense à une machination de Créon pour s’emparer du trône, et refuse de croire aux prédictions. Jocaste, la femme d’Œdipe, en rajoute et lui conseille de ne pas accorder trop de crédit à ces oiseaux de mauvais augure. Pour le rassurer, elle prend en exemple un oracle reçu jadis par son ancien époux Laïos : il devait mourir assassiné par un enfant né de leur union, mais il fut finalement tué par des étrangers au cours d’un déplacement, et le seul enfant né de Laïos et Jocaste avait été abandonné sur le mont Cithéron dès sa naissance. Rassuré, mon petit Œdipe ? Plus tellement…





Œdipe se souvient que jadis, l’Oracle de Delphes lui avait révélé qu’il n’était pas le vrai fils de Polybe et de Mérope, et qu’il serait un jour coupable de parricide et d’inceste. Ne réfléchissant pas à la contradiction, Œdipe avait alors décidé de fuir ses parents pour ne pas accomplir les deux dernières prédictions. Chemin faisant, il avait subi une altercation avec une troupe d’hommes de laquelle il était sorti victorieux, massacrant toute âme qui vive. La vérité continue de cheminer avec les témoignages d’un messager puis d’un berger. Ce dernier finira par avouer qu’il a récupéré l’enfant abandonné par Jocaste et Laïos, et que cet enfant n’est autre qu’Œdipe. Grand fracas ! A présent, nous connaissons tous la suite de l’histoire : Œdipe n’est pas le fils de Polybe et de Mérope. Il est l’enfant de Laïos, qu’il a assassiné au cours de sa fuite, et l’enfant de Jocaste, qu’il a épousée et dont il a eu deux filles. Là où Œdipe et Jocaste, en bons précurseurs de Freud, auraient simplement pu tomber dans la névrose, ils préfèrent avoir recours aux expédients les plus extrêmes : Jocaste se pend et Œdipe se perce les yeux avec les épingles des vêtements de Jocaste.





Pour mieux apprécier cette histoire, il faut encore une fois se projeter loin dans le temps et imaginer être un spectateur qui découvre pour la première fois Œdipe Roi. On imagine que l’intérêt pris pour la progression de l’intrigue doit être beaucoup plus grand que le nôtre, puisque nous connaissons déjà sa résolution. Est-ce un plaisir pour Sophocle de mettre en scène des rois qui doivent à chaque fois apprendre l’humilité et la soumission à des forces qui leur sont supérieures ? Il se permet ainsi de nous glisser une petite leçon de morale qui fait toutefois pâle figure face aux détournements sordides empruntés par son esprit créateur.





Prise en elle-même, cette pièce n’est intrigante que pour ceux qui ne connaissent pas le mythe d’Œdipe. Elle est distrayante car sans cesse rythmée par les sentiments et les impulsions démesurés de ses personnages, mais ralentie par des complications dramatiques qui semblent parfois gratuites. Si Œdipe Roi n’était inventé qu’aujourd’hui, nous n’en dirions sans doute pas grand-chose, mais si cette pièce n’avait pas été créée plus tôt, notre héritage culturel serait radicalement différent. Peut-être parce que je louche un peu trop, il me semble reconnaître dans cette pièce tous les fondements qui ont permis à de nombreux auteurs postérieurs de fonder ou de contester leurs hypothèses concernant le destin, et c’est pourquoi Œdipe Roi est finalement le plus fascinant.
Lien : http://colimasson.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          235
Oedipe roi
  09 mai 2015
Oedipe roi de Daniel Loayza
Je vais choquer les puristes, mais pour moi, le mythe d'Oedipe, c'est La machine infernale de Jean Cocteau. J'ai adoré.



Alors, me plonger dans ce texte ancien n'a fait que souligner ce que j'aime dans La machine infernale, sa poésie, son onirisme. Ici, le style est traditionnel. On imagine le choeur déclamer sur un côté de la scène. L'histoire, on la connaît, heureusement, car elle n'apparaît pas aussi limpide.



Bref, je sais, c'est l'original, mais parfois une réécriture peut endiabler bien davantage le sujet.
Commenter  J’apprécie          151
Oedipe roi
  23 février 2012
Oedipe roi de Daniel Loayza
Oedipe Roi est une des pièces les plus connus dans le théâtre Antique et moi, si j'ai eu l'envie de la lire c'est parce que j'ai suivi des cours de mythologie et de tous les mythes revus, j'ai été plus que touchée par l'histoire d'Oedipe. Je suis même littérairement tombée amoureuse d'Oedipe.



Pour vous expliquer un peu la pièce, elle se déroule un peu comme une intrigue policière. Les faits ont été commis. Oedipe a tué son père et épousé sa mère (sans savoir que ce sont ces parents) mais il recherche l'assassin. Il ignore bien entendu que c'est lui et c'est là le point intéressant de la pièce. Comment va réagir Oedipe face à ce cruel destin?



Quand je dis que je suis tombée littérairement amoureuse d'Oedipe, c'est par son histoire tragique et par ses répliques. Je trouve ce personnage vraiment attachant. La pièce se lit très vite au vue de son nombre de pages et ce n'est pas très difficile. Pas plus difficile que d'autres pièces de théâtre en tout cas.

Je trouve qu'Oedipe Roi est une pièce qui mérite d'être lu et de mon côté, c'est ma pièce de théâtre préférée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Oedipe roi
  08 avril 2020
Oedipe roi de Daniel Loayza
Abandonné par Laïos et Jocaste parce qu’il avait été prédit qu’il tuerait son père et épouserait sa mère, Oedipe a réalisé la prophétie sans le savoir et est devenu roi de Thèbes. Mais la ville est en proie à une peste envoyée par les dieux, parce que le meurtrier de Laïos n’a pas été puni. Oedipe va alors tout faire pour retrouver le coupable, ignorant que c’est lui-même qu’il cherche.



C’est parfois compliqué de se sentir investi-e dans une tragédie grecque, du fait que le contexte semble souvent obscur et que les références sont trop pointues pour des lecteurs contemporains. J’avais rencontré ce problème avec Euripide ou Eschyle, mais avec cette pièce, j’ai été agréablement surprise. Je pense que la traduction y est pour beaucoup, bien que cette édition date de 1961. C’est une version destinée à des étudiants, probablement des collégiens vu les notes (un élève plus avancé n’aurait pas eu besoin de certaines précisions) et la présentation de l’oeuvre qui précède la pièce proprement dite. Le traducteur semble avoir fait également un travail d’adaptation et c’est une bonne chose, parce que le texte est clair et fluide, on ne bute pas sur des détails incompréhensibles ou une prose trop élitiste.



Je connaissais déjà l’histoire, mais j’ai apprécié de la redécouvrir sous ce format. La façon dont l’auteur exploite l’intrigue permet d’aborder beaucoup de thèmes très intéressants et de développer la psychologie des personnages et leur évolution face aux découvertes qu’ils font. C’est une tragédie, alors forcément ça finit mal, mais l’histoire ne s’arrête pas là, elle se poursuit dans deux autres pièces de l’auteur: Oedipe à Colonne et Antigone. Je n’ai que la seconde dans ma PAL pour l’instant, mais je compte bien lire les deux dans un avenir pas trop lointain.

(...)

Une bonne lecture, je recommande si le sujet vous intéresse ou si vous aimez le théâtre, ça se lit très facilement.
Lien : https://bienvenueducotedeche..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Oedipe roi
  18 février 2016
Oedipe roi de Daniel Loayza
Œdipe roi est une tragédie vieille de vingt-quatre siècles et cependant sans rides. C’est aussi une preuve de plus que si l’on devait enseigner aux bambins de l’école primaire les mythes grecs tels qu’ils furent établis dans l’antiquité, ce serait direct la garde à vue ! Par exemple, demandez-vous pourquoi il y a de l’écume autour d’Aphrodite quand elle jaillit des eaux !

Cet Œdipe, on le récupère ici dans toute sa splendeur de roi de Thèbes, après avoir vaincu le Sphinx, sorte de Julien Lepers de l’époque en moins accommodant avec les candidats, les dévorant lorsqu’ils ne répondaient pas correctement aux questions !

Vient un devin, venu pour démêler une affaire de meurtre qui provoque la colère d’un dieu, lequel a répandu la peste dans Thèbes. Ce devin, c’est Tirésias – dont beaucoup plus tard, les mamelles accoucheront d’un mot promis à un grand succès : « surréaliste » ; les lecteurs d’Apollinaire me comprendront !

Ledit devin, contraint de révéler ce qu’il sait, répand sur Œdipe des secrets terribles qui vont le précipiter dans les affres de la tragédie. Il en ressortira comme vous savez…enfin, j’espère, parce que le mythe d’Œdipe est aussi important pour votre culture générale que de goûter au moins une fois aux Bêtises de Cambrai ! Donc, Œdipe, après avoir mené une enquête, doit se rendre à l’évidence : il a tué son père et épousé sa mère – c’est lourd à porter quand même ! Alors, il se crève les yeux. Ce qu’ils peuvent être excessifs ces méditerranéens !

Mais ce qui compte, ici, ce n’est pas le sujet, c’est l’art et la manière de Sophocle pour ménager l’intrigue et nous offrir des coups de théâtre de très haute voltige. Rarement le thème de la fatalité – c’est-à-dire ce qui est déterminé par avance et donc inévitable, selon le dictionnaire – aura été traité avec une telle intensité et une telle modernité, encore de nos jours. Alors, lisez cet Œdipe roi, avec ou sans complexe !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
Oedipe roi
  11 janvier 2016
Oedipe roi de Daniel Loayza
Mon poil se dresse fièrement à chaque énonciation du mot Destin. Ma fierté d'Homme libre (femme en l'occurrence), ainsi bafouée, s'empourpre froidement tandis qu'elle assiste, incrédule, à l'accomplissement irrémédiable d'une prédiction. Péché d'hybris ? Orgueil et préjugés ? Impossible de trancher. Et Maître Freud étant passé par là il y a déjà bien longtemps, Sophocle me laisse encore aujourd'hui un goût amer de révolte et de colère à l'encontre de ceux qui, résignés, laissent leur vie entre les mains de vagues dieux obscènes et totalement indisciplinés.

Seul espoir : la conviction que le Salaud sartrien peut être évincé ; la seule parcelle de liberté concédée à l'Homme par inadvertance peut être saisie au vol par les plus courageux. La cécité d'Oedipe, ultime liberté du clairvoyant, ravit au Destin ce qu'il n'a pas su mettre sous clé.



Je m'en vais de ce pas faire connaissance avec la version féminine, ô combien désolante, de ce tableau de la condition humaine réalisé tout en nuance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Oedipe roi
  04 janvier 2015
Oedipe roi de Daniel Loayza
Cette œuvre est véritablement un classique parmi les classiques, elle est une référence tellement reprise dans la littérature, qu'il FAUT l'avoir lue ne serait-ce que pour comprendre les œuvres postérieures et même les bases de la psychologie. Sophocle est un magnifique tragédien et les qualités littéraires de son Oedipe roi sont sans équivoque.
Commenter  J’apprécie          100
Oedipe roi
  17 avril 2016
Oedipe roi de Daniel Loayza
Ah le Fatum des Grecs ! Vous croyez être maître de votre vie, de votre destin, être plus malin que les autres hommes, il n'en est rien ! Oedipe l'apprend à ses dépens. Il a résolu l'énigme du Sphinx, s'est cru plus intelligent que les autres. Devenu Roi, il se veut maintenant juste et a à coeur de retrouver le meurtrier de son prédécesseur, le roi Laïos. La pièce de théâtre devient roman policier et introspection car bien sûr le meurtrier c'est Oedipe lui-même et la reine Jocaste, veuve de Laïos qu'il avait cru protéger en l'épousant est sa propre mère ! My God ! On ne peut tromper les dieux nous fait comprendre Sophocle, on ne peut échapper à son destin car nous ne sommes que des hommes.
Commenter  J’apprécie          90
Oedipe roi
  12 janvier 2013
Oedipe roi de Daniel Loayza
je me suis rendue compte avec honte que je n'avais jamais lu cette pièce. Pourtant, c'est l'un des plus grands classiques de la littérature de l'Antiquité et j'adore ça. Ni une ni deux, je me suis plongée dedans.



Oedipe roi débute sur une scène de chaos: les habitants de la ville de Thèbes souffrent d'une épidémie de la peste et les champs sont secs. Les Thébains font appel à leur roi Oedipe pour mettre un terme à cette situation. Ce dernier demande l'intervention d'un devin pour déterminer la cause du mal qui les ronge. Il va finir par découvrir que les dieux le punissent lui, pour avoir tuer son père, Laïos, et avoir épousé sa mère, Jocaste. Le parricide et l'inceste sont considérés comme des crimes abjectes par la culture grecque, d'autant plus qu'Oedipe se trouve être par la même non seulement le père de ses quatre enfants, mais aussi leur frère. Il est donc condamné à l'exil.



J'ai mis en tout et pour tout 40 minutes pour le lire. Certainement parce que je connaissais déjà l'histoire, ma lecture a été très rapide. La pièce est assez courte mais comme le style est assez ancien, on aurait pu penser que ça mettrait plus de temps à lire.



C'est une pièce maîtresse de la tragédie grecque. L'essentiel est dans connaitre son contenu. La lire ne m'a rien appris de plus que ce que je ne savais déjà. Mais au moins, on peut en parler en toute connaissance de cause, sans risquer de faire un amalgame avec une réécriture qui aurait mélanger cette histoire avec d'autres pièces se référant à Oedipe.



> Une bonne lecture pour les féru d'Antiquité, mais qui ne m'a personnellement rien appris de neuf!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Oedipe roi
  29 décembre 2015
Oedipe roi de Daniel Loayza
Encore une édition scolaire très recommandable au lecteur adulte qui désire découvrir de nouveaux horizons. le texte de la pièce de Sophocle existe dans une infinité d'éditions différentes, et parfois dans des versions et des traductions variées. Comment choisir ? Cette édition-ci est une des meilleures que je connaisse : non seulement le texte de la pièce est brièvement introduit, ainsi que le théâtre grec dans ses aspects matériels, mais de réguliers "arrêts sur lecture" (que l'on peut sauter ou bien lire) expliquent au lecteur contemporain les principaux enjeux du texte, qui pourraient lui échapper : par exemple, la difficulté de traduire le titre grec ; pourquoi la scène se joue devant le palais d'Oedipe ; à quoi sert un prologue dans le théâtre grec ; comment les cinéastes ont vu et représenté ce prologue, etc ... Ces textes permettent de nous rappeler que trop souvent, nous croyons comprendre une oeuvre en passant à côté de 90% de ses caractéristiques et de ses beautés. De plus, des "Prolongements" en fin de volume, montrent comment la pièce a été lue, comprise et adaptée par Corneille, Voltaire, Nietzsche, Camus, Cocteau, Pasolini, et par les philosophes et psychanalystes qui se sont emparés du mythe et du texte pour réfléchir dessus, de Freud à René Girard. Cet excellent petit volume vaut à lui seul toute une encyclopédie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Oedipe roi
  08 avril 2012
Oedipe roi de Daniel Loayza
Je n'ai pas lu mais j'ai vu cette pièce (ce qui est mieux) un classique de chez classique, je dirais même un mythe fondateur de notre culture.
Commenter  J’apprécie          70
Oedipe roi
  18 septembre 2016
Oedipe roi de Daniel Loayza
Sophocle s'est consacré dans ses tragédies aux héros forts et qui résistent mais aussi à ceux qui finissent par vaciller. Dans la famille des Labdacide, on a Antigone qui est dans la première catégorie et puis, son père, Oedipe, plutôt dans la deuxième catégorie. Bon, c'est vrai que lire Antigone puis Oedipe, c'est comme lire la fin d'un livre et le terminer par le début... mais si Antigone est une puissante histoire de la résistance et de la rébellion, Oedipe est une terrible fable sur la condition humaine, l'inceste et sur la culpabilité.

Bon, pour une fois, je ne résume pas, tout le monde connait les malheurs de Oedipe, aussi affreux qu'ils soient. Abandonné à la naissance, sous le joug d'un horrible destin qu'il accomplira sans s'en rendre compte, et comprenant l'horreur, se crèvera les yeux avant de partir.

Dans la pièce de Sophocle, Oedipe est un roi serein mais qui enquête sur l'origine de la maladie frappant Thèbes. Ici, l'ironie tragique est très mordante : quand il lance ses imprécations sur le coupable, il se lance à lui-même... en enquêtant sur le responsable, il va à sa propre perte. A chaque avancement de sa recherche, il court vers sa fin. On suit avec impuissance un héros dont nous, les spectateurs, on sait qu'il est condamné d'avance.

Les témoins autour de lui contribuent à sa malchance, passant par Jocaste qui rappelle la mort de son époux aux circonstances étranges où pire, le Corinthien qui annonce la mort du roi de sa ville, dont la nouvelle sensée bonne pour lui, va au contraire confirmer que le destin d'Oedipe est déjà fait.

Servi par l'écriture tragique, la pièce nous offre des images saisissantes, notamment la dernière très sanglante d'Oedipe aux yeux crevés et marchant à tâtons.

Une grande pièce qui nous interroge sur la responsabilité, le poids du destin, l'inceste et dont on compatit pour le plus tragique des héros.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Oedipe roi
  15 février 2015
Oedipe roi de Daniel Loayza
Lu pour le bac, dans le cadre de mon option grec ancien, j'ai adoré cette tragédie.



C'est un monument du théâtre grec antique, mais aussi un monument du théâtre tout cours.

On y voit le destin s'abattre sur Oedipe, telle une fatalité. Celui que l'on avait abandonné à cause d'un oracle qui prédisait qu'il allait tuer son père et épouser sa mère, pense se jouer des dieux en quittant Corinthe, où il avait été recueilli. lors de son voyage, il triomphe du sphinx et accède au trône de Thèbes, le Roi Laïos étant mort dans des circonstances mal connues, et épouse la vieille reine Jocaste.

Apollon envoie la peste sur Thèbes, et après consulter l'oracle de Delphes, il s'avère que la cause du courroux d'Apollon est la mort de Laïos, non élucidée.

Oedipe se met en tête d'enquêter, et là, il découvre toute la vérité, et l'horreur de l'oracle s'abattre sur lui, sans qu'il ne puisse rien faire d'autre que de se crever les yeux...



Tout le génie de Sophocle réside dans son style d'écriture et la manière dont il rend inéluctable le destin d'Oedipe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Oedipe roi
  17 août 2014
Oedipe roi de Daniel Loayza
Se réveiller un dimanche matin très tôt et se mettre à lire cette pièce de théâtre antique qu'est Oedipe roi de Sophocle ! Se fut aussi délicieux qu'une tartine nappée de chocolat, un délice. Prise dans l'intrigue, je l'ai lu, en une heure, d'une traite et je cours de ce pas m'acheter Antigone. Cette critique non constructive montre a quel point j'ai apprécié ce livre.
Commenter  J’apprécie          60




Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Calendrier Masse Critique

Mauvais genres se déroule en :

Mars Octobre
Mai Novembre
Avril Décembre
Janvier Septembre
Février Juin

5 questions
51 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture , intelligence , connaissanceCréer un quiz sur cet auteur