AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.73 /5 (sur 66 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 5/04/1958
Biographie :

Daniel Schneidermann est un journaliste français, né à Paris le 5 avril 1958. Il se consacre en particulier à l'analyse des images télévisuelles, en écrivant des chroniques hebdomadaires, d'abord dans Le Monde puis dans Libération. De 1995 à 2007, il a dirigé et présenté l'émission de télévision Arrêt sur images sur France 5. Après 2007, suite à l'arrêt du programme sur décision de la chaîne, l'émission est transposée sur internet sous le nom @rrêt sur images.

Il a aussi publié sous le pseudonyme de David Serge.

Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Daniel Schneidermann   (24)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Discussion animée, animée par Judith Bernard et Daniel Schneidermann, 17 juin 2010

Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
bibiouest   24 décembre 2018
Berlin, 1933 de Daniel Schneidermann
Ceux qui font bouger l'histoire son obsessionnels. Les lanceurs d'alerte sur l'évasion fiscale sont obsessionnels. Les défenseurs des droits de l'homme, aujourd'hui, à l'heure où j'écris, sont obsessionnels. Les militants et les journalistes qui alertent sans relâche sur le changement climatique sont obsessionnels. Les équipages qui vont sauver des migrants en Méditerranée sont obsessionnels. Les militants qui, aujourd'hui, alertent sur l'emprise croissante de Google et d'Amazon, et qui hurlent dans le désert, sont obsessionnels. Ils ne sont pas drôles. Ils ne savent souvent pas rire. Ils ne sont pas léger. Ils n'ont aucun humour.

Ce livre lui-même, le mien, je le pressens, va être assez obsessionnel. Depuis le début de cette expédition, je me sens obsessionnel. Jamais assez ! Non, on n'en aura jamais assez. Ce ne sera jamais assez. On ne criera jamais assez fort contre l'indifférence des états aux catastrophes planétaires qui menacent. Contre le cynisme des dictateurs.
Commenter  J’apprécie          422
bibiouest   24 décembre 2018
Berlin, 1933 de Daniel Schneidermann
Laura Leff est aussi obsessionnelle qu'un troll sur les réseaux sociaux...

Comme une poignée, hélas trop mince, de journalistes américains trollèrent les nazis jusqu'au bout, sans jamais lâcher.
Commenter  J’apprécie          120
Allantvers   12 décembre 2018
Berlin, 1933 de Daniel Schneidermann
(La pratique des interviews et tribunes politiques payantes) est largement répandue avant guerre. Herman Goering se faisait payer très cher par la presse américaine pour livrer des chroniques régulières. Au plus fort de l'Anschluss, alors que les démocraties se couchent devant la force hitlérienne, un seul élu britannique plaide pour une riposte énergique: il s'appelle Winston Churchill. On lui propose de s'exprimer au micro de la radio américaine. Et Churchill refuse : le cachet n'est pas assez élevé. La radio propose 50 dollars. Churchill en réclame 500. L'émission ne se fera pas.
Commenter  J’apprécie          70
Allantvers   09 décembre 2018
Berlin, 1933 de Daniel Schneidermann
A lire aujourd'hui tous les compte rendus de ces cruciales semaines où Hitler s'empare des pleins pouvoirs, la seule langue qui tienne le coup, qui nous raconte l'histoire telle qu'on la raconte aujourd'hui, avec les mots d'aujourd'hui, est celle des articles de l'Humanité. Lire l'Humanité, c'est lire un tract quotidien sur la barbarie nazie, la sauvagerie hitlérienne, toute cette langue militante dont la guerre et la Résistance, dix ans plus tard, ratifieront dans le sang la pertinence.

Ce journalisme que je m'épuise à critiquer, le journalisme militant, qui subordonne la recherche de la vérité à celle des vérités utiles à la cause, ce journalisme à œillères, c'est le seul donc, qui, aujourd'hui, n'a pas à rougir de ce qu'il a produit. C'est lui qui, rétrospectivement, a tapé le plus juste. Tous les raisonnables, tous les scrupuleux, les balancés dans mon genre ont contribué à endormir les foules.

Quelle est cette fatalité qui rend la note juste illisible et le trompeur tellement lisible?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
nunux34   26 septembre 2012
Le cauchemar médiatique de Daniel Schneidermann
C'est un cauchemar très ordinaire. Des visages familiers (présentateurs de

télévision, journalistes, comédiens), des voix qui respirent l'équilibre, la compétence et le bon sens (sociologues, psychiatres, anciens des services secrets, professeurs en Sorbonne, avocats, procureurs de la République, syndicalistes policiers, anciens ministres, ministres actuels, philosophes), toutes personnes apparemment saines d'esprit, exerçant d'éminentes responsabilités, détenteurs de cartes tricolores, habituées des plateaux de télévision, vous tiennent soudain des propos déments.
Commenter  J’apprécie          40
Lybertaire   19 septembre 2012
Du journalisme après Bourdieu de Daniel Schneidermann
Depuis quelques années, le système a inventé la plus prodigieuse machine à effacer les scandales de l’ère moderne : elle s’appelle Canal+. Des guignols à « Nulle Part ailleurs », en passant par « Le Vrai Journal » de Karl Zéro, Canal+ censure chaque jour, chaque semaine, à ciel ouvert, sous les rires et les applaudissements. La chaîne cryptée ne censure pas par le silence. Elle censure par la pratique jubilatoire du confusionnisme, en nivelant le grave et l’anodin, l’image tournée et l’image truquée, en installant à la même table la journaliste et la présentatrice météo, en faisant applaudir par un public de collégiens les colères comme les chansons, en dissolvant les larmes dans le ricanement, en faisant se tutoyer le journaliste et le ministre.
Commenter  J’apprécie          30
Anneetmots   17 mai 2021
Berlin, 1933 de Daniel Schneidermann
Embarrassé, Lanzmann ne sait trop comment poser la question suivante : « Quand on était à Washington, pouvait-on se représenter les camps, Auschwitz, ou Treblinka ? »

Karski réfléchit longuement. « Probablement pas. C’était sans précèdent. Notre cerveau ne peut opérer que dans certaines limites. » (page 391)
Commenter  J’apprécie          30
Lybertaire   19 septembre 2012
Du journalisme après Bourdieu de Daniel Schneidermann
Toute saga économique ou diplomatique, toute crise internationale, tout conflit social, tout fait divers […] comporte toujours des éléments que les journalistes sont tentés de gommer ou d’atténuer parce qu’ils leur paraissent nuire à la « lisibilité » de l’affaire qu’ils relatent.
Commenter  J’apprécie          20
Anneetmots   17 mai 2021
Berlin, 1933 de Daniel Schneidermann
Des SA dissuadent des spectateurs d’entrer dans les cinémas gérés par des juifs. Que peuvent faire les juifs sinon se conformer aux conseils officiels : « La meilleure chose que vous puissiez faire, c’est de mourir. »

Six jours plus tard, sous la même signature, le journal affiche à la Une : « Mon expulsion par les nazis ». Il a été rédigé depuis Londres. Dès 1933, Stephens avait prévu la suite des évènements pour lui : « Il est impossible d’écrire la vérité, la vraie vérité, sur l’Allemagne et de rester un correspondant accrédité à Berlin. » (page 240)
Commenter  J’apprécie          10
Lybertaire   19 septembre 2012
Du journalisme après Bourdieu de Daniel Schneidermann
À la base de toute vocation de journaliste, se trouve un certain renoncement à l’affirmation de soi. Être journaliste, c’est-à-dire observateur, c’est d’abord accepter de s’effacer.
Commenter  J’apprécie          21

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura