AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.2 /5 (sur 35 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : casablanca , 1952
Biographie :

Née au Maroc, à Casablanca, en 1952, Danièle Laufer est journaliste. Elle s'intéresse particulièrement à la famille, la filiation, l'identité. Elle a écrit pour la jeunesse, "L’Été de mes treize ans" (Je Bouquine, 1998) et "Je n'oublierai jamais ces moments-là" (Syros, 1996, réédition 2000). Pour les adultes, elle est l'auteur de différents ouvrages sur des sujets de société dont un "Traité de savoir-vivre à l'usage des familles recomposées" (Calmann-Lévy, 1996) et "Enfants uniques - des petites familles sous le regard des autres" (Bayard Editions, 1999). Elle traduit de l'anglais.
Par ailleurs, un récit à deux voix, écrit avec sa mère qui raconte son enfance en Allemagne et sa déportation, "La Vie empêchée" (Bayard Editions, 1996) lui tient particulièrement à coeur. Elle réalise également des documentaires pour la télévision. Elle vit à Paris.
+ Voir plus
Source : Decitre et http://www.ecoledesloisirs.fr/
Ajouter des informations
Bibliographie de Danièle Laufer   (30)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (61) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24   10 juin 2021
L'année du Phénix de Danièle Laufer
La fin d'une vie professionnelle, avant d'être un renouveau, c'est aussi le retour du refoulé. Quand les bouchons sautent, les paravents derrière lesquels on a pu se "planquer" pendant plus de cent soixante trimestres tombent. Il n'y a plus de masque social qui tienne. On se retrouve tout nu au milieu des cotillons. La fête est finie. Les lauriers sont coupés. (p. 24)
Commenter  J’apprécie          160
pyrouette   27 janvier 2021
Le Tako Tsubo: Un chagrin de travail de Danièle Laufer
Pendant des mois, j’ai enduré les silences soudains quand j’entrais dans notre espace commun, les soupirs exaspérés quand je tapais sur mon clavier, les regards sous-entendus… Et les accusations de parano dans la foulée.
Commenter  J’apprécie          130
petitsoleil   07 octobre 2017
Le Tako Tsubo: Un chagrin de travail de Danièle Laufer
Il y a une profonde injustice et une grande brutalité à rendre les individus responsables des problèmes qui relèvent du collectif. Il devrait y avoir une obligation de réciprocité dans l'entreprise.

Vous mettez vos compétences et votre énergie au service de votre employeur, en échange il doit vous permettre d'effectuer votre travail dans les meilleures conditions possible.

Nous avons toutes et tous des vies privées à mener. Des ressources et des fragilités personnelles.
Commenter  J’apprécie          110
pyrouette   28 janvier 2021
Le Tako Tsubo: Un chagrin de travail de Danièle Laufer
L’invisibilité sociale est une forme subtile d’humiliation. On ne regarde, on ne voit que ceux auxquels on accorde une valeur.
Commenter  J’apprécie          120
pyrouette   21 janvier 2021
Le Tako Tsubo: Un chagrin de travail de Danièle Laufer
J'avais l'impression de m'effondrer, comme un immeuble bourré d'explosifs qui retombe sur lui-même dans une avalanche de parpaings. Les dents serrées, ne surtout rien donner à voir.
Commenter  J’apprécie          110
pyrouette   22 janvier 2021
Le Tako Tsubo: Un chagrin de travail de Danièle Laufer
Je suis habituée à vivre en état de choc au boulot. Et à n'en rien donner à voir. Je surveille constamment mes paroles et mes attitudes.
Commenter  J’apprécie          110
petitsoleil   07 octobre 2017
Le Tako Tsubo: Un chagrin de travail de Danièle Laufer
A ce stade, je pense que ce qui m'a fracassé le cœur, c'est que je n'ai pas su me protéger de la brutalité et des injonctions paradoxales d'un monde du travail qui demande tout et son contraire et nous fait parfois perdre notre humanité en mobilisant pour notre survie ce qu'il y a de plus laid en nous, ce qui est le plus loin de ce que nous croyons ou voudrions être.

Un monde qui nous plonge dans un chagrin dont nous ne pouvons pas parler, car nous sommes tenus de le supporter et de le vivre de façon "positive", puisque telle est l'injonction de notre époque. Or, je suis malheureuse dans l'entreprise qui m'emploie, même si j'ai la chance de faire un travail qui me passionne, parce qu'on me demande de me conformer à des attentes qui ne correspondent pas à ce que je suis.
Commenter  J’apprécie          90
Sandau   12 décembre 2018
La mère parfaite, c'est vous de Danièle Laufer
Aujourd'hui, les mères sont presque interdites d'émotion quand ils quittent le nid. Si d'aventure elles expriment un peu de tristesse ou de nostalgie, elles s'entendent dire : "Eh bien quoi, c'est normal, c'est l'âge, tu ne vas pas en faire un plat", ce qui les condamne au silence. Sauf que, tout de même, après dix-huit, vingt ou vingt-cinq ans de " vie commune", on peut avoir un coup de blues; cela ne signifie pas que l'on voudrait les garder pour soi mais qu'une page se tourne. Le métier de mère, et de parent plus généralement, consiste à tout faire pour apprendre aux enfants à nous quitter. On le sait, et c'est très bien comme ça et on se réjouit généralement de les voir grandir. Il n'est cependant pas interdit d'être en proie, de temps à autre, à un accès de spleen.



P.33
Commenter  J’apprécie          80
fanfanouche24   17 août 2021
L'année du Phénix de Danièle Laufer
A une époque qui prône le bonheur, le jeunisme, la réussite et le pouvoir de la volonté, l'ouverture d'esprit et la joie de vivre qu'émanent de ces "jeunes" retraités au bout de quelques mois sont pour moi un plaisir et un réconfort. Les entendre disserter sur leurs projets, leurs coups de coeur, leurs découvertes, leurs passions quand ils ont enfin trouvé ce qui leur donne envie et les fait vibrer montre à quel point le travail, même quand on l'aime, peut parfois détourner les individus de leurs aspirations. Sortis des obligations de performance et de rentabilité auxquelles ils ont souscrit pendant quarante ans, ils peuvent enfin prendre le temps d'emprunter des chemins de travers pour chercher à mettre du sens et de l'essentiel dans leur existence. (p. 135)
Commenter  J’apprécie          80
Sandau   12 décembre 2018
La mère parfaite, c'est vous de Danièle Laufer
La mère suffisamment bonne, qualificatif qui devrait définitivement remplacer celui de parfaite, est une mère qui a confiance : en elle -même et en son enfant, quel que soit son âge, et qui l'accompagne sans se fustiger ni s'accuser, elle, de toutes les imperfections.



P.142
Commenter  J’apprécie          80

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

La délicatesse

Que livrait Charlotte Baron lorsqu’elle a écrasé François avec sa camionnette ?

Des colis
Des fleurs
Des repas

10 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : La délicatesse de David FoenkinosCréer un quiz sur cet auteur