AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.78 /5 (sur 25 notes)

Nationalité : Canada
Biographie :

Écrivaine québécoise née en 1957.

Journaliste pigiste depuis plus de 20 ans après avoir œuvré 8 ans dans le domaine de la publicité, Danielle Goyette a rédigé une multitude d'articles et de reportages dans les domaines encyclopédique, culturel, touristique et psychologique pour différents magazines québécois.

En 2002, elle recevait le Prix de la Presse aux Grands Prix du tourisme de la Montérégie et en 2007, le Prix du Meilleur Article canadien en tourisme familial remis par TMAC (association des journalistes en tourisme canadien). Elle fut également l'une des six finalistes aux Grands Prix canadiens Antor 2008 pour le Prix du Meilleur Article en tourisme international. Elle reçut également quelques prix du temps où elle était rédactrice publicitaire et réalisatrice.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Zombies, vampires, sorcières, fantômes... Avec humour, la collection As-tu-peur? catapulte son jeune public dans des mondes qui fascinent et font frémir. Joyeusement illustré, chaque livre aborde un thème insolite par des blagues, de courtes bandes dessinées, un courrier du c?ur, un menu réinventé et d?autres drôleries. Les capsules « Vrai de vrai » et « Scoop » révèlent de palpitants renseignements scientifiques et culturels. Une série de Danielle Goyette et Mathieu Benoit editionsmichelquintin.ca


Citations et extraits (142) Voir plus Ajouter une citation
Cielvariable   04 juin 2018
Ovnis de Danielle Goyette
« C’était comme si quelque chose retenait mon auto, la tirait, lui drainait son énergie. »

Steve



« Ils m’ont appliqué sur la tête un genre de casque et quelque chose dans la bouche pour retenir ma langue. »

Natalie



« Ces gros appareils de couleur gris métallique et argenté n’émettaient pas de son. »

Sylvain



« Une intelligence non humaine pourrait-elle habiter le même espace que nous, mais dans un temps différent, un temps décalé par rapport au nôtre? »

François C. Bourbeau, Réseau Ovni-Alerte



De nombreux cas fascinants d’observations d’ovnis ont été rapportés au Québec. Plusieurs témoins ont accepté de nous raconter leur histoire. Avez-vous entendu parler de l’ovni demeuré près de trois heures au-dessus de l’hôtel Hilton Bonaventure, à Montréal? Des analyses incompréhensibles du sol au site d’atterrissage d’un ovni à Sainte-Marie-de-Monnoir? Du cas troublant d’une rencontre du troisième type en Gaspésie?



Vous verrez, après de la lecture de cet ouvrage, vous ne regarderez plus le ciel de la même façon!



La collection QUÉBEC INSOLITE nous entraîne dans les coulisses d'un univers mystérieux et étrange, ébranlé par des phénomènes souvent encore inexpliqués.



S'appuyant sur des témoignages intrigants et captivants, les livres de la collection donnent aussi la parole à des sceptiques et à des scientifiques (psychologues et psychiatres, sismologues, biologistes, ingénieurs...). À la lumière de leurs connaissances, ces spécialistes posent un regard analytique sur des manifestations énigmatiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   02 mai 2014
Caramel mou de Danielle Goyette
Dans le cours de math, tout redevenait simple : 1+1 égalait 2. Rien de plus. Pas de multiplication. Pas de soustraction. Surtout pas de division. Dans mes cours d’algèbre, je prétextais des co-sinus bloqués pour aller me reposer à la maison. Et la petite gripette que j’étais allait faire guili-guili à son Guimauve à qui elle pardonnait soudain toutes ses absences. J’avais à nouveau le caramel bien mou !
Commenter  J’apprécie          20
Cielvariable   24 juin 2018
Magiciens et mentalistes de Danielle Goyette
« Après avoir réussi à couper un cheval en deux, la disparition de 12 spectateurs demeure encore mon numéro le plus spectaculaire. »

Alain Choquette



« Le numéro ultime que j’aimerais concevoir en serait un de lévitation, où je dépasserais ce qu’ont fait les David Copperfield et Criss Angel de ce monde. Je voudrais voler au-dessus de la foule et peut-être même avec quelqu’un de l’assistance dans mes bras. »

Luc Langevin



« En magie, ce n’est pas ce que vous faites qui est important, c’est ce que les gens pensent que vous faites. »

Guy Camirand



« Houdini est mort un 31 octobre et, moi, je suis né un 31 octobre. Peut-être que je suis sa réincarnation? »

Patrik Kuffs



« Je soulève la boîte au-dessus de la tête du spectateur et il doit aller attraper la tarentule qui s’y trouve. »

Nicolas Gignac
Commenter  J’apprécie          10
Cielvariable   21 juin 2018
Sorcières et wiccans de Danielle Goyette
« Quand on crée un sortilège, on doit assumer entièrement son geste.» Amadriel



« Devenir sorcière était un besoin viscéral.»

Faëria



" J'ai compris que le cercle magique que j'avais tracé autour de nous était probablement tombé et que nous n'étions plus protégés.»

Merlin
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   02 mai 2014
Caramel mou de Danielle Goyette
Des solitaires affamés, en chasse de l’Autre à embrasser au coup de minuit. Goulûment. Avidement. Dégoûtant. Sans demander la permission. Car ce soir-là, tout était permis. Même l’interdit. Les nouveaux amoureux se brûlaient déjà du regard. En attente fébrile de ce gueuleton buccal. Les laissées-pour-compte rêvaient de régler leur compte avec une bouche qui ne leur appartenait plus depuis des mois. Y plonger avant que la nouvelle occupante ne s’y plonge elle-même. Passer avant elle, alors qu’on passe maintenant après elle. Et moi, le cœur à nu, à vif, je me souvenais. Avec nostalgie. De ce certain soir où la poésie m’avait si follement déballé le caramel et l’avait malaxé. Lisse et velouté.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   02 mai 2014
Caramel mou de Danielle Goyette
Je la regardais ainsi s’illuminer de l’intérieur. Ma vieille mère. Le dos courbé. Les seins flasques et d’affreux orteils. Le corps au ralenti. Des rides en cascades sur le visage. Mais une main fine et toute fraîche dans la mienne. Le cœur d’une jouvencelle éternelle. Les yeux pétillants d’une amoureuse. Le sourire d’une coquette. Ma vieille maman avait toujours autant envie d’être amoureuse qu’aux temps de ses premiers frissons. Ça n’avait jamais mûri en elle. Elle avait aimé mon père, qui nous avait quittés trop jeune. Et elle avait ensuite essayé d’en aimer d’autres. Avec toute la force de son cœur et de sa naïveté. Sans succès. Les mêmes spécimens d’hommes qui stagnaient dans ma vie.
Commenter  J’apprécie          10
Cielvariable   21 juin 2018
Fantômes et esprits errants de Danielle Goyette
« Soudain, la plainte puissante et désespérée d’une voix de femme sortie de nulle part nous a glacé le sang. »

Marc-Antoine Jussaume, Vieux Palais de Justice de l’Assomption



« S’il y avait un endroit où il risquait d’y avoir des âmes errantes, c’était bien là. J’y ai donc passé la nuit. »

Israël, ancien guide à Grosse-Île



« Quand je me trouve dans la Maison Trestler, je demande souvent à ses fantômes de ne pas m’apparaître pour ne pas me faire peur. »

Louise LeBlond Vallée, directrice générale



« Ça donnait l’impression que quelqu’un cognait de toutes ses forces avec la paume de sa main dans la vitre. »

Sylvain, dans sa maison de campagne des Laurentides
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   02 mai 2014
Caramel mou de Danielle Goyette
Un Homme. À la bouche remplie de mots parfumés. Dont on ne se lasse jamais.Un Homme dans ce qui se fait de mieux. Être sublime enlaçant. Dieu de l’amour qui, lorsqu’il vous tient dans ses bras, presse avec expérience sa main droite sur votre postérieur et sa main gauche simultanément sur votre nuque. Tendresse Harlequine et coquine. Et ce n’est pas tout. Sucre d’orge parlait, mieux encore, il susurrait s’il vous plaît. Collé à mon oreille. Moi à sa langue. Alors, quand, dans un souffle calculé, il m’a charmée de ce sublime poème de Prévert… mon caramel a littéralement fondu entre ses doigts.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   24 janvier 2020
Sa main sur ma nuque de Danielle Goyette
Il aimait me répéter souvent qu’on pourrait capter les couchers de soleil de toute une vie et qu’ils seraient tous différents. Mais il est mort trop vite pour ça. D’une crise cardiaque. J’avais juste huit ans. J’ai toujours eu le sentiment qu’il n’a pas eu le temps de vivre. Il s’est effondré près de moi, dans le salon. Je me souviens de chaque seconde comme si c’était hier. Je me suis sentie tellement impuissante ! J’ai eu l’impression d’abandonner mon père dans sa mort. J’étais tellement triste. Il est mort dans mes bras trop petits et j’ai encore le sentiment parfois qu’il m’a laissé une vie trop grande pour moi. Je n’étais même pas capable de crier. Il n’y avait que du vide qui sortait de ma bouche. J’ai longtemps porté en moi la profonde douleur qu’il était mort par ma faute, parce que je n’avais rien pu faire pour le sauver. C’était un lourd fardeau à porter pour une si petite fille.

— Que c’est triste ! J’en suis désolé. Il ne devait pas être vieux.

— Il avait 46 ans. C’était bien trop jeune pour mourir. Une psychologue qui m’a suivie par la suite m’a dit un jour : « Tu sais, ton père t’a aimée plus dans les huit années de ta vie que bien des enfants seront aimés tout au long de la leur par un père aigri et malveillant qui mourra trop vieux. N’oublie jamais que tu as eu cette chance d’être aimée comme peu auront l’occasion de l’être autant en toute une vie. » Ça m’avait apaisée et aidée à surmonter ce grand vide.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   24 janvier 2020
Sa main sur ma nuque de Danielle Goyette
Jordan aimait tant déposer ses mains sur le corps de Sarah. Éveiller le désir en elle. Peu à peu. La regarder d’abord. La toucher ensuite. La pénétrer enfin. Et la bercer toujours. Il aimait voir poindre le feu dans ses yeux. Par une étincelle dans ses lumineux yeux verts vertes. Il aimait la voir chanceler. Abaisser les paupières, reposer les muscles de son visage en un sourire naissant, relever le menton, car le corps qui exulte doit respirer à l’excès. Jordan avait cette tendresse au bout des doigts qui débordaient d’un cœur trop grand. Il voulait apprivoiser toutes ses taches de rousseur, une à une. Poser ses lèvres sur chacune d’entre elles, ne jamais cesser de l’embrasser. Il désirait la nicher en lui comme on enfouit un trésor au creux d’un coffre-fort de satin. Il n’y aurait plus jamais d’espace entre leurs deux corps.

— Je t’aime, Sarah.

— Non, c’est moi qui t’aime !

Le retour à leur villa en avait été un d’urgence. D’urgence de se retrouver l’un dans l’autre, sans les autres. Un nouveau plat de fruits et de noix avait été déposé sur la table pour les sustenter. Mais ils n’avaient eu envie que de s’enivrer l’un de l’autre.

Les vêtements épars sur le sol témoignèrent de leur étreinte folle dès que la porte fût refermée sur leur amour. Étendus face à face, repus, éperdus, grisés, les jambes emmêlées, ils se fixaient sans dire un mot. Le feu entre eux se propageait à leur cœur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
156 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur cet auteur