AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.95 /5 (sur 151 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Marseille , 1966
Biographie :

Jeune auteure, encouragée par le franc succès de sa nouvelle : La Robe Rouge d'Helen, primée par le jury Hachette Black Moon, et sur les conseils de la célèbre auteure jeunesse Meg Cabot, elle décide de poursuivre son rêve et de proposer son premier roman à l'édition. Il s'inscrit dans la lignée des contes modernes nimbés de magie, son titre TOUCH Rédemption

Ajouter des informations
étiquettes
Citations et extraits (43) Voir plus Ajouter une citation
pititecali   19 juillet 2013
Touch : Réminiscence de Danielle Guisiano
Ma soeur, je n'en avais qu'une. Ce lien de sang qui nous unit face à tout, même face à l'incroyable. Cette valeur de solidarité, de générosité et de partage qui perdure contre vents et marées. Je savais que rien ne nous détacherait. Un seul clignement de paupières et tout était accepté, pardonné. Un élan d'amour et de reconnaissance me combla subitement. Nos mains s'unirent et se pressèrent en silence, nos prunelles se fondirent l'une dans l'autre, un nouveau pacte était scellé. Un pacte d'amour et de fraternité que rien ne semblait ébranler.
Commenter  J’apprécie          70
nanet   27 juin 2012
Touch : Rédemption de Danielle Guisiano
Je me suis souvent demandé comment je reconnaîtrait la personne qui m'était promise. Quelle trace, quel écho elle renverrait afin que mon âme ne se fourvoie pas. Quelle assurance à n'en pas faillir me permettrait d'affirmer qu'il en s'agissait d'elle et d'aucune autre ? "

(P50)
Commenter  J’apprécie          70
pititecali   16 juillet 2013
Touch : Rédemption de Danielle Guisiano
Je connais les difficultés que vous allez devoir traverser, mais n'oubliez jamais que l'espoir est un moteur formidable. Ne dit-on pas "A coeur vaillant rien d'impossible" ? Les ressources humaines sont insoupçonnables et vouloir c'est pouvoir. N'en doutez jamais Lily, même dans les pires moments, rappelez-vous en.
Commenter  J’apprécie          50
Paroledunelivrophage   10 septembre 2017
De ronces et d'écume de Danielle Guisiano


— Seigneur Dieu, jura-t-elle, je rêve, ou je suis morte…



Un puissant hoquet ébranla son être, et les larmes inondèrent ses joues.



La main virile rejoignit la sienne, l’empêchant d’ôter complètement la capuche qui le masquait encore.



— Ni l’un ni l’autre, ma mie.



Évy laissa une longue plainte s’échapper de sa poitrine en feu. Ses dernières forces l’abandonnèrent et elle s’affaissa mollement tandis que d’un bras puissant il la retenait. Il logea la tête blonde dans son cou et la pressa timidement contre lui.



— C’est bien moi, ma mie, soupira-t-il contre son oreille, je suis enfin de retour.



Décidée à en avoir le cœur net, Évy se redressa et baissa résolument l’étoffe qui l’occultait à sa vue. Le regard d’Adam brûlait d’un feu contenu, son visage apparut, plus émacié que dans son souvenir. Sa joue gauche était barrée d’une cicatrice rosâtre qui courait de l’oreille au menton. De ses doigts fiévreux, elle en suivit le tracé, ce qui eut pour effet de provoquer une grimace de souffrance chez son partenaire.



— Mes prières ont été exaucées, balbutia-t-elle en fermant les paupières.



Puis, elle enroula ses bras derrière le cou de son époux et posa délicatement ses lèvres sur la bouche tremblante qui lui faisait face.



— Mais comment est-ce possible ? sanglota-t-elle contre sa bouche.



Il l’écarta lentement, dégageant ses cheveux rebelles pour examiner son minois.



— J’ai perdu la mémoire.



— Adam ! Vous êtes vivant ! renifla-t-elle.



Il serra les dents pour ne pas trahir sa peine et son amertume.



— J’étais mort, longtemps. Il n’y a que plusieurs semaines que je me suis souvenu que j’étais vivant, qui j’étais réellement.



— Pourquoi ne pas être venu au manoir ? reprocha-t-elle d’une voix d’enfant.



Il prit son visage en coupe et se perdit dans la contemplation des iris clairs qui le questionnaient.



— Parce que ma mémoire est encore bien fragile. Je voulais vous voir, milady. Votre réputation de bienfaitrice vous précède et je n’ai eu qu’à suivre les traces des miséreux pour vous rencontrer.



— Je ne comprends pas.



— Au milieu des eaux troubles qui peuplaient mes nuits, un regard clair me donnait de l’espoir. Je savais qu’il existait quelque part, le seul fil d’Ariane qui me restait, c’était vous. Je voulais être sûr que vous étiez celle qui hantait mes songes.



Évy se mit à trembler entre ses bras. La joie infinie qui l’envahissait ne pouvait cacher un immense doute. Si ces yeux n’étaient pas les siens, mais ceux de sa cousine ?



— Suis-je réellement celle-là ?



Il frôla sa joue du plat de la main. Du pouce, il pinça doucement son menton et maintint son visage face au sien. Son regard profond plongea dans les yeux azurés, bouleversant son cœur supplicié.



— Oui, Évy, sans nul doute, vous êtes celle-là.



La joie était telle qu’elle en était presque douloureuse. Reniflant contre son cou, ravalant les larmes qui manquaient de la submerger à nouveau, elle questionna.



— Vous rappelez-vous qui je suis ?



— Vous êtes la perle de ma vie, le joyau qui enchante mon cœur. Vous êtes celle qui a failli me briser en se sauvant loin de moi. Vous êtes mon mousse et je suis votre dévoué capitaine.



Elle partit d’un rire libérateur.



— Vous n’avez pas oublié !



— Non, Évy, je n’ai pas oublié cela. Le reste, il faudra peut-être qu’avec beaucoup de patience vous me le réappreniez.



— Nous avons la vie devant nous.



Il l’étreignit avec force, s’apprêtant à l’embrasser, mais il remarqua soudain sa réticence.



— Qu’y a-t-il, milady ?



— Vous allez devoir vous modérer, milord.



Elle prit l’une de ses mains et la guida lentement sous son manteau en la posant à plat sur son ventre. Adam accusa un hoquet de surprise lorsqu’il comprit l’objet de cette bosse, un rictus de joie déforma son visage.



Alors, un énorme sanglot contracta la poitrine du lord qui s’autorisa enfin à pleurer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
missmolko1   15 mai 2015
De ronces et d'écume de Danielle Guisiano
Évy se ratatina sous la honte et le désespoir



— Une dernière chose, ma nièce, n’oubliez pas que le baron, ici présent, vous fait don de son nom et son titre. Soyez-en digne.



Digne ! Quel culot ! Elle manqua s’étouffer en ravalant les paroles amères qui lui montaient aux lèvres. Mais jamais elle n’aurait voulu contrarier son oncle, il avait été un père pour elle. Sans un mot, elle se leva, acquiesça de la tête, s’inclina en une rapide révérence et quitta le bureau sans savoir comment ses jambes pouvaient encore la porter.



Ce malotru ! Comment avait-il osé travestir la vérité ? La faire passer pour une moins que rien aux yeux de ses parents. Elle se jura qu’elle le lui ferait payer, une telle traîtrise ne pouvait rester impunie. Il voulait l’épouser ? Soit ! Ni son nom, ni son titre ne le mettrait à l’abri du calvaire qu’elle comptait lui faire endurer, en guise de représailles.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   12 décembre 2015
L'art et la manière de Danielle Guisiano
...prenez une fraise et léchez-la. Sentez-la. Voyez comme il est agréable d’utiliser son odorat avant d’utiliser ses lèvres. Ensuite vous laisserez votre bouche explorer le fruit et jouer avec.

On dit souvent aux enfants de ne pas jouer avec la nourriture : essaie-t-on de les frustrer pour l’avenir, ou l’adulte a-t-il beaucoup de mal à accepter la sensualité ? Julien huma le fruit, le tenant entre ses doigts comme un objet précieux. Sa langue roula sur la peau granuleuse, lui renvoyant mille signaux agréables, l’odeur suave l’enveloppa et tout naturellement il eut envie de jouer avec la chair tendre et juteuse avant de l’avaler. Il fit plusieurs tentatives, découvrant chaque fois une nouvelle sensation. Puis, des fraises, la voix lui conseilla de passer à la figue, de l’ouvrir par le milieu et de découvrir l’intérieur du fruit, les yeux fermés.

C’était sucré. Un nectar de miel coulait dans sa gorge. Il ne mangeait jamais ainsi, il pelait ses fruits et les coupait. Les sensations offertes par sa langue qui se tapissait de suc révélaient en lui un besoin charnel, excitant ses papilles mais aussi une sensualité muselée qui ne demandait qu’à s’épanouir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
FiftyShadesDarker   18 février 2019
Où que tu sois, tome 2 : Je t'attendrai de Danielle Guisiano
- Jusqu'au bout de la nuit. Et crois-moi, en matière de nuit, j'en connais un rayon. mais avec toi, je n'ai plus peur de marcher dans l'ombre.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaoui   12 décembre 2015
L'art et la manière de Danielle Guisiano
Il était bien décidé à montrer à la femme qu’il aimait que grâce à elle et pour elle, il maîtrisait désormais l’art et la manière.
Commenter  J’apprécie          30
rowenabookine   28 décembre 2018
Où que tu sois, tome 1 : Je t'entendrai de Danielle Guisiano
Faisons un vœu, Angel, réserve moi ton premier regard sur le monde, je veux connaître la couleur de tes yeux.
Commenter  J’apprécie          30
cocomilady   25 octobre 2018
Ombre vive tome 1 : Double voeu de Danielle Guisiano
"Écosse 1740



Le sang gouttait sur le tapis de fourrure, formant une tâche mouvante.



Liam Macvin, les yeux ouverts, la main crispée sur son cou tailladé vivait ses dernières minutes. Le froid l’avait déjà emprisonné de sa gangue funeste. L’esprit cognant comme un oiseau fou, prisonnier des ténèbres, virevoltant de pensées incohérentes en crise d’horreur, il mourait, assassiné sur son lit de noces.



Un homme se tenait debout, poignard à la main. Celui qui venait de lui trancher la carotide n’était autre que son unique frère, Darnel. De son bras gauche, il ceignait la taille de Lorna, encore vêtue de sa tunique blanche de jeune épousée. D’un regard rendu flou par la vie qui le fuyait, Liam embrassa la scène avec une acuité étonnante. La chiche lumière de la lune qui inondait la pièce, le son de son râle et la respiration saccadée de sa promise, lui apparurent avec une netteté exacerbée.



Comment son esprit pouvait-il enregistrer autant de détails au seuil de la mort ?



L’épouvante fit place à la surprise et à l’analyse. Son jeune frère lui volait d’un seul coup sa vie, sa femme et son statut de laird du clan Macvin. Après avoir survécu à tant de virulentes batailles, Liam n’aurait jamais pensé mourir dans un lit, trahi par le sang familial.



Il rassembla ses dernières forces pour maudire celui qui l’observait. Une étincelle se propagea d’un regard à l’autre, les liant une dernière fois par la complicité qui avait été la leur. Il comprit qu’il n’aurait aucune sépulture consacrée, son corps serait sans doute abandonné au fond du loch. Le laird déchu sentit sa flamme s’éteindre, entraînant dans son sillage son âme damnée."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Triangles amoureux: on recherche le troisième point.

Carmen, Don José, ...

Almaviva
Catherine
Christian
Escamillo
Forcheville
Lancelot
Mathilde de La Mole
Santos Iturria

16 questions
62 lecteurs ont répondu
Thèmes : triangle amoureux , littérature , théâtre , opéra , cinemaCréer un quiz sur cet auteur