AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.9 /5 (sur 26 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Biographie :

David Bellos est professeur de littérature française et comparée à Princeton University (USA), où il dirige le programme de traduction et communication interculturelle.

Il est titulaire d'un doctorat de l'université d'Oxford et a enseigné à Oxford (1969-72), Édimbourg (1972-82), Southampton (1982-85) et Manchester (1985-96).

Il est l'auteur de nombreux livres et articles sur l’œuvre de Balzac, ainsi que de deux biographies, de Georges Perec (1994) et de Jacques Tati (2002). David Bellos est aussi traducteur.

Il est chevalier dans l'ordre des Palmes académiques et lauréat du prix de traduction de la Fondation France-Amérique, du prix Goncourt de la biographie, et du prix de traduction du Man Booker International Prize for Fiction.

Source : nonfiction.fr
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Entretien avec David Bellos réalisé par la rédaction d'Un Livre, Un Jour.
Podcasts (3) Voir tous


Citations et extraits (10) Ajouter une citation
gavarneur   06 novembre 2019
Le poisson et le bananier de David Bellos
En fait, dans la longue et frustrante partie de squash que disputent la traduction "littérale" et la traduction "libre", la joueuse de gauche n'existe pas. Elle n'est que l'ombre d'un autre monde, plus ancien. Mais les ombres peuvent impressionner, même quand on sait qu'elles n'existent pas.

Page 127
Commenter  J’apprécie          150
gavarneur   08 novembre 2019
Le poisson et le bananier de David Bellos
« Je ne traduis mot pour mot que là où l'original – y compris l'ordre de ses mots – reste pour moi complètement impénétrable. » [Saint Jérôme à propos de sa traduction de la Bible]. Et c'est ainsi, bien entendu, que les traducteurs ont toujours procédé. Dans l'ensemble, ils transmettent le sens ; quand celui-ci est obscur, le mieux qu'ils puissent faire - car, contrairement aux lecteurs ordinaires, il leur est interdit d'omettre des portions de texte – est d'offrir une représentation des mots de l'original, pris isolément.

Page 118
Commenter  J’apprécie          123
Walktapus   17 février 2012
Le poisson et le bananier de David Bellos
L'akkadien targumannu, via le turc tercüman, a ainsi survécu jusqu'à nos jours, en anglais comme en français : dragoman, "drogman" ou "truchement" sont peut-être des termes obsolètes, mais ils figurent toujours dans les dictionnaires et fournissent sans doute le seul exemple de terme attesté sous forme écrite dont le sens soit resté stable et dont nous pouvons suivre l"histoire tout au long de cinq mille ans. Déjà présent dans le berceau de l'écriture, au coeur de l'ancienne Mésopotamie, l'un des mots racines les plus largement employés pour signifier "traducteur" s'est diffusé et transmis jusqu'à nous : quelle meilleure preuve que la pratique même de la traduction remonte à une Antiquité bien plus vénérable encore ?

(chap. 11)
Commenter  J’apprécie          60
Tandarica   09 février 2015
Le poisson et le bananier de David Bellos
Vous pouvez soutenir que la traduction littéraire est facile, puisqu'en dernière analyse, on peut y faire ce qu'on veut. Ou vous pouvez affirmer que la traduction littéraire est impossible, puisque quoi que l'on fasse, on s'expose à des objections sérieuses. La traduction littéraire se distingue de toutes les autres espèces de traduction. Elle rend à ses lecteurs un genre de service tout à fait particulier. Humblement, qu'ils le veuillent ou non, mais inéluctablement, elle leur enseigne à chaque fois ce qu'est la traduction.
Commenter  J’apprécie          60
Walktapus   17 février 2012
Le poisson et le bananier de David Bellos
Les auteurs de dialogues de doublage ne sont pas seulement des athlètes du verbe, ce sont des gymnastes de classe mondiale - mais dans les pays anglophones, leurs exploits ne sont quasiment jamais portés à leur crédit.

(chapitre 12)
Commenter  J’apprécie          60
Tandarica   09 février 2015
Le poisson et le bananier de David Bellos
Un nouveau roman étranger en traduction devrait-il se conformer à la manière et au style d'un prosateur déjà connu dans la langue cible ? Pour certains critiques, il crève les yeux que non : quand les Français importent du Paul Auster, ce n'est quand même pas pour qu'on le travestisse en Patrick Modiano.
Commenter  J’apprécie          50
Walktapus   17 février 2012
Le poisson et le bananier de David Bellos
Si vous pensiez que traduire Proust peut poser des problèmes, essayez donc Astérix.

(chap. 12)
Commenter  J’apprécie          60
Corboland78   23 août 2013
Le poisson et le bananier de David Bellos
Dans la pratique, nous consultons la page de titre, la quatrième de couverture, celle du copyright, ou encore les références à la fin d’un article pour déterminer si ce que nous lisons est ou non une traduction. Mais en l’absence de telles indications, les lecteurs sont-ils effectivement capables de distinguer, d’après le goût que laisse un texte sur leurs papilles linguistiques et littéraires, si celui-ci est « original » ou « traduit » ? Pas du tout. D’innombrables auteurs ont pu faire passer des originaux pour des traductions, ou des traductions pour des originaux, sans que personne s’en aperçoive – pendant des semaines, des mois, des années, voire des siècles.
Commenter  J’apprécie          30
Walktapus   17 février 2012
Le poisson et le bananier de David Bellos
Dans l'ensemble, ils transmettent le sens ; quand celui-ci est obscur, le mieux qu'ils puissent faire - car contrairement aux lecteurs ordinaires, il leur est interdit d'omettre des portions de texte - est d'offrir une représentation des mots de l'original, pris isolément. Un fait qui suffit d'ailleurs à expliquer le style de la traduction de l'extrait cité page 61. Peut-être que le traducteur de Derrida, loin de chercher à rendre une tonalité étrangère, était tout simplement perplexe.

(chapitre 10)
Commenter  J’apprécie          30
Tandarica   09 février 2015
Le poisson et le bananier de David Bellos
Avec Babel, on se trompe d'histoire. Selon toute vraisemblance, l'utilité première de la parole humaine fut d'affirmer la différence, non l'identité.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Ennio Morricone

Pour une poignée de dollars, Le Bon, la Brute et le Truand, il était une fois la Révolution... Comment se nomme le réalisateur de ces films, complice d'Ennio Morricone?

Francis Ford Coppola
Sergio Leone
Martin Scorcese

8 questions
24 lecteurs ont répondu
Thèmes : films , filmographie , cinema , compositeur , bande originale , adapté au cinéma , littérature , polar noir , romans policiers et polars , Musique de filmCréer un quiz sur cet auteur