AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.16 /5 (sur 78 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : New York City , 1970
Biographie :

Auteur à succès et scénariste de renom aux États-Unis, David Benioff , né David Friedman, a notamment adapté pour Spike Lee son premier roman, 24 heures avant la nuit (The 25th Hour), avec Edward Norton dans le rôle principal.

Benioff a élaboré le scénario de Troie (2004) et a également écrit le script du thriller psychologique Stay (2005), réalisé par Marc Forster avec Ewan McGregor et Naomi Watts. Il est le scénariste du film "Brothers" (2009).

Il vit à Los Angeles avec sa femme l'actrice Amanda Peet (2012).
Il est le cocréateur de la série télévisée Game of Thrones.

Ajouter des informations
étiquettes
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
tynn   30 janvier 2013
La ville des voleurs de David Benioff
Staline visite une ferme collective dans les environs de Moscou.../...il veut savoir comment marche chez eux le dernier plan quinquennal.

"Dis-moi, camarade, demande-t-il à l'un des fermiers. Que donnent les pommes de terre cette année?

- D' excellents résultats, camarade Staline. Si nous les entassions, leur pile s'élèverait jusqu'à Dieu.

- Mais Dieu n'existe pas, camarade paysan, lui rétorque Staline.

- Les pommes de terre non plus, camarade Staline."
Commenter  J’apprécie          140
David Benioff
Cer45Rt   29 juillet 2019
David Benioff
BALON GREYJOY. Quelle est notre devise ? La devise de notre maison ?

THEON GREYJOY. Nous ne semons pas.

BALON GREYJOY. Nous ne semons pas. Nous sommes des Fer-Nés. Nous ne sommes pas des sujets, nous ne sommes pas des esclaves, nous ne labourons pas les champs ni ne travaillons dans les mines, nous prenons ce qui nous appartient. Ta vie parmi les loups a fait de toi un faible.

( Extrait des dialogues de "Game of Thrones" )
Commenter  J’apprécie          140
litolff   25 février 2015
La ville des voleurs de David Benioff
Il n'y a rien au monde qui donne un tel sentiment de solitude que le bruit de deux personnes en train de faire l'amour.
Commenter  J’apprécie          80
Pacomeux   19 avril 2014
La ville des voleurs de David Benioff
Le talent ressemble à une maîtresse fanatique.

Elle est belle et lorsque vous êtes en as compagnie les gens vous regardent, font attention à vous.

Mais elle débarque chez vous à des heures impossibles et disparait parfois pendant des semaines. Et elle ne supporte pas l'autre part de votre existence: celle qui concerne votre femme, vos amis, vos enfants...

C'est avec elle que vous passez la soirée la plus intense de la semaine mais un jour elle vous quittera pour de bon.

Des années après son départ, vous la reverrez un soir au bras d'un jeune inconnu et elle fera mine de ne pas vous reconnaître. (Kolya citant Radchenko - p. 233)
Commenter  J’apprécie          40
Ingrid91   25 octobre 2013
La ville des voleurs de David Benioff
- Quand as-tu chié pour la dernière fois ? me demanda abruptement Kolia.

- Je ne sais pas. Cela fait peut-être une semaine.

- Moi, cela remonte à 9 jours. Je les ai comptés. 9 jours ! Quand cela daignera enfin survenir, j'organiserai une grande fête et j'inviterai les plus belles filles de l'université à célébrer l'évènement.

- N'oublie pas la fille du Colonel.

- Je n'y manquerais pas. Ma soirée de merde aura plus fière allure que son satané mariage.

.....

- Ce garçon ne ment pas, dit Kolya en lui tapotant l'épaule. Si c'était le cas, il sait bien que nous reviendrions lui briser les doigts, puisque nous appartenons au NKVD.

- Vous n'êtes pas du NKVD dit le gamin.

Kolya sortit la lettre du Colonel de la poche de son manteau et en tapota la joue du gamin.

- Voici une lettre du Colonel du NKVD nous autorisant à aller chercher des œufs. Que dis-tu de ça ?

- En avez-vous une autre de Staline vous autorisant à vous torcher le cul ?

- Il faudrait qu'il commence à m'autoriser à chier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Prudence   09 février 2019
La ville des voleurs de David Benioff
- Ils croient vraiment nous pousser à déserter en tenant un discours pareil? Ils oublient que nous sommes les inventeurs de la propagande!



[deux Russes discutant d'un prospectus allemand]
Commenter  J’apprécie          40
lexote   01 octobre 2009
La ville des voleurs de David Benioff
Talent must be a fanatical mistress. She's beautiful; when you're with her, people watch you, they notice. But she bangs on your door at odd hours, and she disappears for long streches, and she has no patience for the rest of your existence : your wife, your children, your friends. She is the most thrilling evening of your week, but some day she will leave you for good. One night, after she's been gone for years, you will see her on the arm of a younger man, and she will pretend not to recognize you.
Commenter  J’apprécie          30
Prudence   09 février 2019
La ville des voleurs de David Benioff
J'ai toujours envié les gens qui s'endorment en un clin d’œil. Leur cerveau doit être d'une propreté exemplaire, le plancher de leur boîte crânienne balayé dans ses moindres recoins et tous leurs petits monstres sagement enfermés dans une corbeille de linge sale, au pied de leur lit.
Commenter  J’apprécie          32
lexote   01 octobre 2009
La ville des voleurs de David Benioff
One moment I thought I had a few minutes left to live; the next a sniper from Archangel was flirting with me. Was she flirting with me? The days had become a confusion of catastrophes; what seemed impossible in the afternoon was blunt fact by the evening. German corpses fell from the sky; cannibals sold sausage links made from ground human in the Haymarket; apartment blocs collapsed to the ground; dogs became bombs; frozen soldiers became signposts; a partisan with half a face stood swaying in the snow, staring sad-eyed at his killers. I had no food in my belly, no fat on my bones, and no energy to reflect on this parade of atrocities. I just kept moving, hoping to find another half slice of bread for myself and a dozen eggs for the colonel's daughter
Commenter  J’apprécie          20
Oloutam   01 décembre 2017
La ville des voleurs de David Benioff
Comme celle des ampoules, la lueur des étoiles était-elle incapable de dépasser un certain seuil ? Depuis le toit du Kirov, il m'arrivait d'apercevoir la torche d'un soldat à plusieurs kilomètres de distance, même si ce rai de lumière ne pouvait pas parvenir jusqu'à moi ni éclairer mon visage. Mais là encore : pourquoi le rai d'une lampe perdait-il son pouvoir au-delà de quelques mètres ? Les particules de lumière s'éparpillaient-elles comme des grains de plomb après l'explosion d'une cartouche ? Et d'ailleurs, la lumière était-elle composée de particules ?
Commenter  J’apprécie          20
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Mon oncle d'Amérique

C'est paradoxal, mon oncle est un chasseur solitaire ...

Francis Scott Fitzgerald
Carson Mc Cullers

13 questions
23 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature américaine , roman , culture littéraire , écrivain , MandragoresCréer un quiz sur cet auteur