AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.26 /5 (sur 19 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1971
Biographie :

Fils d’un père turc et d’une mère française, David Boratav est né en 1971 à Paris.
Diplômé de l’I.E.P de Paris, de la Faculté de Droit de Strasbourg et de la Faculté de Droit de Leeds au Royaume-Uni, il a été assistant parlementaire à Paris et à Bruxelles, puis traducteur, critique à Londres et à New-York.
Ayant vécu à Istanbul, Londres, New-York, Paris, il s’est imprégné de langues et de cultures étrangères qui ont inspiré son premier roman : 'Murmures à Beyoglu' (2009).
Ce roman a reçu le prix Gironde Nouvelles Ecritures 2009.
David Boratav a traduit 'Warlock', de l'auteur californien Oakley Hall (éditions Rivages Noirs, 2011).


Ajouter des informations

Entretien avec David Boratav à propos de son roman Portrait du Fugitif :



02/08/2016

Dans votre roman Portrait du fugitif, le narrateur retrace le parcours de son ami Sébastien jusqu`à sa disparition. Pourquoi décide-t-il de reconstruire son parcours, de dresser son portrait par les mots ?



Hermann, le narrateur, vit depuis trop longtemps avec sa fascination pour Sébastien, son ami d’université, qu’il a perdu de vue vingt ans auparavant. L’âge aidant, il décide de confier ses souvenirs, peut-être pour avancer, peut-être par ce que le temps est venu pour lui de réfléchir au mystère de sa disparition – car dès le départ, la vie de Sébastien est une énigme… Comme la vie de toute personne, elle est un labyrinthe de questions plus qu’une somme de réponses. Les motivations mêmes du narrateur, d’ailleurs, ne sont pas claires : cherche-t-il à déchiffrer le sens du message que lui envoie ce souvenir de jeunesse ? A envoyer une bouteille à la mer à son ancien ami, avec l’espoir de le retrouver vivant ? Veut-il faire l’un de ces portraits réalistes de personnages hors du commun dont l’époque est si gourmande ? Cherche-t-il à écrire un roman ? Nous ne le saurons qu’à la fin, mais ce ne seront, là encore, que des hypothèses, des spéculations…



Un jour, Sébastien décide ainsi de disparaître. Vous-même, comprenez-vous ce choix ? Comment l`expliquez-vous ? Qu’est-ce qui le pousse à fuir ?



Oui, bien sûr, je comprends ce choix et je le valide ! Cette fuite qu’il entreprend est le sujet central de l’histoire : elle fait de Sébastien un héros à part entière. En cela, Sébastien a entièrement réussi son entreprise : il n’est pas artiste au sens strict du terme, mais cette trajectoire qu’il choisit, c’est son œuvre d’art à lui. Il subjugue son ami Hermann par une véritable amitié, qui suscite chez lui une affinité et un attachement sincères. Puis il disparaît, donnant l’impression, peut-être fausse d’ailleurs, qu’Hermann a une dette envers lui : Hermann devient alors le narrateur obligé de cette vie inachevée de Sébastien et le seul et unique dépositaire de son histoire. Il y a quelque chose d’un peu diabolique là-dedans, qui n’est pas sans rappeler les romans noirs où l’on s’attache à certains personnages secondaires qui sont lâchement assassinés dans le chapitre suivant. Sans compter, bien sûr, que cette question de la disparition évoque, de manière involontaire, les disparitions réelles des jeunes gens d’aujourd’hui, attirés par d’autres frontières que celles que je trace dans le livre, mais toutes aussi dangereuses… C’est un exemple de plus de ce va-et vient quasi mimétique entre l’art et la réalité.



Sébastien est un jeune homme très talentueux, qui n`arrive pas forcément à trouver sa place. Pensez-vous que la jeunesse, pour talentueuse qu`elle soit, ait particulièrement de mal, aujourd`hui, à trouver sa voie ?



Y a-t-il une jeunesse talentueuse qui ne trouve pas sa place ? Je pense que oui, car il y a un peu du dieu Chronos, celui qui dévore ses propres enfants, dans cette génération qui était elle-même jeune en 1968, celle qui a enfanté les garçons comme Sébastien. Dans le roman, c’est l’insupportable Pergaam – le beau-père de Sébastien – qui en est le porte-voix, en même temps qu’une inépuisable source comique. Pour peu qu’on puisse en juger, cette génération accepte assez mal que la génération suivante, celle de ses enfants, puisse lui succéder, s’épanouir à son tour, faire sa propre révolution… Sébastien, lui, a la chance de ne pas avoir de père, et donc, même s’il est fragilisé par les questions que suscite son absence, il est aussi libéré d’un regard, et jusqu’au bout, il a l’ambition de tenir tête au monde et d’y prendre sa place. Vous dites juste : il y a beaucoup de talent chez mon jeune héros. Je le définirais comme un être d’exception, un surdoué, un ultrasensible, et plus important encore un romantique, qui cherche dans le monde une forme de justice et d’absolu. C’est cela je crois, l’aspect le plus universel de la jeunesse de Sébastien – ce qui s’exprime avec le plus de force et de conviction chez lui, comme chez beaucoup de jeunes gens : son romantisme, et sa difficulté à s’inscrire dans le monde actuel.



Le thème de l’absence (celle de Sébastien, mais aussi le père de ce dernier, que Sébastien n’a jamais connu) est très présent dans votre roman. Est-ce un thème qui vous intéresse particulièrement ?



C’est un peu comme le fantôme d’Hamlet, la pièce de William Shakespeare : l’absence du roi assassiné se rappelle constamment aux personnages. Le récit d’Hermann, le narrateur, se construit autour de l’absence de son ami Sébastien. Et la quête de Sébastien, son insatisfaction et son envie de partir, sont elles-mêmes des façons de combler l’absence de son père. Cette double absence (celle de Sébastien, celle du père) se communique ainsi à tout le livre. Faut-il rappeler que lorsque tout est exposé, dit, confié, confessé, c`est-à-dire lorsqu’on écrit des romans comme on se déshabille, pour « se livrer » (un mot que je déteste), se dévoiler et échapper à toute forme de mystère, dans le réalisme le plus ennuyeux, l’impudeur la plus grotesque ou l’autofiction la plus triviale, alors il n’y a plus de mystère et il n’existe plus d’œuvre d’art digne de ce nom ? Cela m’évoque Et in arcadia ego, ces mots qui figurent dans l’un des plus célèbres tableaux de Nicolas Poussin, Les Bergers d’Arcadie et qui auraient facilement pu se trouver en exergue de Portrait du fugitif. Regardez ces bergers penchés, intrigués devant cette inscription latine sur la tombe : elle leur parle de mortalité, du destin d’un homme qui n’est plus, de notre très bref passage sur terre et donc aussi, de l’absence, qui est le vrai mystère.



Les personnages de votre roman sont encore de jeunes étudiants. Est-ce pour vous une période charnière ? Est-ce à ce moment de la vie qu`une personne prend, selon vous, ses décisions les plus importantes ?



Ces jeunes étudiants sont les personnages centraux de l’histoire, dans un monde façonné par des adultes qui en possèdent toutes les clefs et qui, pourtant, se comportent tous assez médiocrement. Je pense en effet que la période du passage à l’âge adulte est essentielle, non parce que les décisions que l’on prend à cet âge-là sont les plus importantes, mais parce que c’est là que notre regard sur le monde se forge. Et qu’on l’oublie ensuite, ou qu’on s’en souvienne toute sa vie, la beauté et l’intensité de ce que l’on vit dans ces moments, les grandes conquêtes et déceptions amoureuses, la virulence de l’indignation face à l’injustice du monde – toutes ces émotions qu’on éprouve alors – ne seront plus jamais aussi vraies, vitales et précieuses.




La Guerre de Bosnie-Herzégovine est très présente dans le récit et a une forte influence sur les personnages. Elle remet en cause certaines de leurs conceptions. Que représente cette guerre pour vos personnages ? Et pour vous ?



Cette guerre dévastatrice pour l’Europe, qui ne s’en n’est d’ailleurs jamais remise, fait irruption dans la vie de Sébastien et de ses camarades avec la même violence et la même absurdité que dans mes propres souvenirs. La guerre des Balkans, à tous points de vue fratricide, a eu, si l’on peut dire, cette double qualité de se dérouler aux frontières de l’Union européenne, et d’avoir été, comme la première guerre du Golfe juste avant elle, surmédiatisée. Ce n’est pas mon rôle de produire du commentaire, ou de livrer, sous le couvert d’un roman, un témoignage pseudo-journalistique et pseudo engagé sur les conséquences désastreuses de cette guerre. Portrait du fugitif n’est pas ce genre de roman – que je n’apprécie pas du tout d’ailleurs. Je dirais simplement ici que nous avons sérieusement minimisé l’impact du conflit en ex-Yougoslavie sur toute une génération d’Européens de l’ouest… Les jeunes personnages de mon roman sont effectivement déstabilisés par les images de cette guerre, qui les fait douter des certitudes qu’ils viennent tout juste d’acquérir, grâce à leur éducation, aux études qu’ils ont choisies, à leurs choix personnels. Avant même que ces certitudes ne se cristallisent en actions ou en projets concrets, elles sont radicalement, irrémédiablement remises en cause par l’horreur tout aussi concrète des tirs des snipers et du nettoyage ethnique. Sarajevo, Srebrenica, cette guerre insupportable, c’est la première grande déception politique de ma vie, le moment où ma croyance dans l’Europe en tant qu’idée politique a commencé à sérieusement se fissurer.



L`essentiel de l`action se déroule à Paris, ville avec laquelle les personnages ont un rapport trouble : ils apprécient la ville mais ne s`y sentent pas forcément à l`aise. Quel rapport entretenez-vous avec cette ville ? Aviez-vous la volonté de faire de la capitale un personnage de votre roman ?



Je n’avais pas de volonté particulière de faire de Paris un personnage à part entière, contrairement à mon précédent roman où Istanbul, cette « vieille dame qui ment sur son âge », « murmure » aux oreilles de tous les personnages à travers les époques. Je crois qu’une ville, si elle fait partie intégrante des rêves et des pensées des personnages du roman où elle figure, y a en effet toute sa place, de manière quasi organique. Si Paris devient un personnage pour le lecteur, tant mieux, mais cela n’était pas nécessairement mon intention. J’entretiens depuis toujours des rapports houleux avec Paris, une métropole qui m’a toujours parue à la fois cosmopolite et inhospitalière, et que je ne cesse de quitter avec, toujours, beaucoup de soulagement. Pour Sébastien, Paris fait un temps illusion, sans doute parce que la littérature, Honoré de Balzac et Charles Baudelaire en particulier, font écran à une certaine forme de laideur, de lourdeur ou d’inconfort. Mais très vite, la ville le déçoit et produit chez lui un vrai désenchantement, qui devient le point de départ de son formidable projet de se retirer du monde, de s’en effacer…



Le narrateur n`est véritablement identifié que vers la fin du récit. Pourquoi avoir fait ce choix ?



Quand j’ai commencé ce livre, tout était déjà en place dans ma tête, mais le roman n’avait pas cette qualité picturale que je recherchais, où un personnage apparaît et se dessine, s’affirme à mesure que l’autre disparaît. Hermann, le narrateur, n’existait tout simplement pas. Puis un jour, à une table devant une fenêtre, à l’étage d’une maison que je ne suis pas prêt d’oublier, j’ai trouvé la voix de ce narrateur, une paire de lunettes rondes, sa barbe clairsemée, son carnet, ses doigts appliqués. A partir de là, le roman a pris son envol, il vibrait et il respirait, et il me l’a fait savoir ; je l’ai entièrement réécrit, et je l’ai terminé en trois jours.






David Boratav et ses lectures :





Quel est le livre qui vous a donné envie d`écrire ?



Il y en a des dizaines et plutôt qu’un livre, pourquoi ne pas choisir un personnage ? Pour moi, ce serait Hamlet, le personnage de William Shakespeare. Oui, je peux dire qu’Hamlet, prince du Danemark, m’a donné envie d’écrire !




Quel est l`auteur qui vous a donné envie d`arrêter d`écrire (par ses qualités exceptionnelles...) ?



L’Evelyn Waugh de Decline and Fall (Grandeur et décadence) et de Retour à Brideshead, quand j’étais étudiant, avant que je ne découvre le reste de son œuvre, moins convaincante. Plus tard, le Francis Scott Fitzgerald de Gatsby le magnifique, avant de lire Tendre est la nuit, son grand livre raté. Le Denis Diderot de Jacques le Fataliste a un temps suspendu chez moi toute envie d’écrire : tant de malicieuse virtuosité m’ont enchanté. Et presque tout Gustave Flaubert a cet effet sur moi.




Quelle est votre première grande découverte littéraire ?



Les livres de John Fante, en particulier la série où apparaît Arturo Bandini : Ask the Dust (Demande à la poussière) est un souvenir de pur ravissement.



Quel est le livre que vous avez relu le plus souvent ?



Glory (L`Exploit) de Vladimir Nabokov.



Quel est le livre que vous avez honte de ne pas avoir lu ?



Finnegans wake. Mais doit-on avoir honte de ne pas avoir lu ce livre qui terrorise même les plus grands lecteurs ?




Quelle est la perle méconnue que vous souhaiteriez faire découvrir à nos lecteurs ?



Le Cavalier suédois, de Leo Perutz.



Quel est le classique de la littérature dont vous trouvez la réputation surfaite ?



1984 de George Orwell. Préférez l’émouvant et méconnu Brisure à senestre (Bend Sinister en anglais) de Vladimir Nabokov, encore lui.



Avez-vous une citation fétiche issue de la littérature ?



« Call me Ishmaël » (Moby Dick, d’Herman Melville)




Et en ce moment que lisez-vous ?



Le Poète de Michael Connelly : difficile de faire plus captivant dans le genre… Je découvre en ce moment Walden ou La vie dans les bois d’Henry David Thoreau, qu’on m’a recommandé il y a des années pour comprendre la version américaine de la liberté. Et je suis plongé depuis plusieurs mois dans l’immense corpus des lettres de James Joyce, éditées par Richard Ellmann. Elles ne cessent de me surprendre, c’est un véritable bouillonnement de vie et de littérature, de vie dans la littérature.




Entretien réalisé par Pierre Krause


Découvrez Portrait du fugitif de David Boratav aux éditions Phébus :



étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
David Boratav - Portrait du fugitif .
David Boratav vous présente son ouvrage "Portrait du fugitif" aux éditions Phébus. Rentrée littéraire 2016. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/74340/david-boratav-portrait-du-fugitif Notes de Musique : "Isolated" by Kevin MacLeod - Free Music Archive. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite

Citations et extraits (35) Voir plus Ajouter une citation
Bookycooky   18 janvier 2016
Murmures à Beyoglu de David Boratav
Babaanne(grand-mère paternelle ,en turc)possède un savoir aussi vaste que ce physique dont elle parle, un savoir tiré des journaux et des visites de ses amies qui lui rapportent ce qui se dit dans les rues où elle ne sort plus.Elle prétend même avoir déjoué un assassinat rien qu'en écoutant les conversations à sa fenêtre.Mais maintenant sa surdité lui interdit ce genre de performance et elle est devenue taciturne.Cet hiver, quand je lui ai dit que le Bosphore avait gelé, elle a répondu qu'elle avait vu ca en 1929 et que ce genre d'événement ne l'intéressait plus,qu'elle n'allait pas participer à l'hystérie collective.p249
Commenter  J’apprécie          190
Bookycooky   11 janvier 2016
Murmures à Beyoglu de David Boratav
Au Lecteur



L'harmonie d'une langue aprés tout,est autant visuelle que sonore.

P.11
Commenter  J’apprécie          180
Bookycooky   13 janvier 2016
Murmures à Beyoglu de David Boratav
Istanbul,c'est comme un tableau abstrait.Soit tu sais à quoi les couleurs correspondent, soit tu l'ignores, et alors tu dois t'en remettre à l'Istanbullu.p.76
Commenter  J’apprécie          172
Bookycooky   18 janvier 2016
Murmures à Beyoglu de David Boratav
...je pensai au désespoir de Dos Passos ( Orient-Express),jugeant que si le monde avait été cartographié dans son entier, il restait des mystères dans le cœur humain qu'aucune carte était en mesure de répertorier ....p.225
Commenter  J’apprécie          110
michelekastner   20 janvier 2013
Murmures à Beyoglu de David Boratav
Nous nous étions mariés parce que nous avions cru, ou voulu croire, à ce que nous ressentions l'un pour l'autre. A l'époque, les résidus de sens d'un tel acte, le mariage, existaient encore. Nous nous quittions parce que, en cours de route, quelque part, ces résidus s'étaient éparpillés. A présent, il ne serait venu à l'idée de personne dans notre entourage ou dans la classe sociale à laquelle nous appartenions de défendre quelque chose d'aussi suranné que l'union légitime entre deux adultes, sanctionnée par la loi. Notre âge avait en réalité, et contrairement à ce qu'elle prétendait, tout à voir avec son geste.
Commenter  J’apprécie          60
Bookycooky   11 janvier 2016
Murmures à Beyoglu de David Boratav
Some trains don't pull no gamblers

No midnight ramblers,like they did before

I've been to Sugar Town,I shook the sugar down

Now I'm trying to get to heaven before they close the door



BOB DYLAN



Épigraphe
Commenter  J’apprécie          60
michelekastner   20 janvier 2013
Murmures à Beyoglu de David Boratav
S'il restait des vestiges dans cette néomégalopole - des jardins cachés derrière les murs d'enceinte, des vapeurs traçant leur fil d'écume sur le plan bleu du détroit, et des maisons de bois noirci écrasées entre les immeubles de pierre -, ces souvenirs n'étaient pas les miens. Ils appartenaient aux autres - à Orhan, à mes parents, à celal, aux morts, à tous ceux qui s'étaient figuré cet endroit de loin et s'étaient raconté Istanbul pour la regretter - mais pas à moi. Comment pouvais-je regretter ce qu'on avait exigé que j'oublie ? Il n'y avait rien, pas une pierre, pas une vue, pas un son ou une odeur, que j'eusse à regretter. Et lorsque, après avoir marché pendant des heures dans la ville, je constatai qu'il en était ainsi, que les paroles qui avaient surgi de mon Moi exacerbé lors de ma dernière séance avec Lenz avaient un sens était, fort simplement, qu'il me faudrait tout réapprendre de cet endroit qu'on m'avait forcé à désapprendre, alors seulement, graduellement, les mots de l'autre idiome resurgirent de leur immersion forcée pour actionner l'organe de la parole, et ma langue se mit à les dire, et à les énoncer avec un naturel qui défiait l'entendement, mais qui n'était rien d'autre qu'un naturel d'enfant. Et s'il était vrai que je ne retrouvais plus mon chemin dans la ville physique, la ville étrangère, j'en prenais un autre qui n'avait rien de matériel, un cheminement qui s'orientait selon une treajectoire que j'étais le seul à connaître et à suivre - des habitudes, une cartographie langagières.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
michelekastner   20 janvier 2013
Murmures à Beyoglu de David Boratav
L'observation attentive de ses compatriotes du borough d'Hackney l'avait convaincu de la vanité des projets d'intégration qui ciblaient la communauté turque depuis qu'il s'était installé sur le sol anglais. Les deux cultures étaient trop dissemblables, affirmait-il, elles s'ignoraient, ne représentaient rien l'une pour l'autre. Qu'ils soient issus de la métropole du Bosphore ou d'un village d'Anatolie, débarqués à Heathrow sous une fausse identité ou transportés par conteneur depuis Izmir pour venir demander le statut de réfugié aux autorités à Southampton, ses "administrés", comme il désignait ceux qu'il aidait quotidiennement, partageaient tous la même peur, celle de mourir loin des leurs. Ils craignaient moins d'être renvoyés par les autorités que d'être privés de terre natale. Pour comprendre leur attitude, il suffisait d'appliquer à la géographie les préceptes de la religion qui assurait qu'une vie meilleure existait dans l'au-delà. La vie réelle, c'était Londres ; l'au-delà, Istanbul, Kars ou Konya. Quelle importance avait, pour ceux qui croyait dans l'au-delà, l'intégration dans une société d'accueil ? Aucune, et les hommes politiques prêchaient leur universalisme dans le désert concluait Celal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Bibalice   29 juin 2016
Portrait du fugitif de David Boratav
Lorsqu'il repart du pays gaël par la baie de Cork, un jour de bruine qui ressemble à celui de son arrivé, il emporte un sous-bock de bière, des galets, une bouteille de Paddy. La veille au soir, il avait été témoin d'une scène entre deux jeunes amants depuis la fenêtre de son hôtel à Dublin, une vision qu'il me relata bien plus tard en semblant y chercher, comme le Yeats de Rosa Alchemica, un sens secret.
Commenter  J’apprécie          50
michelekastner   20 janvier 2013
Murmures à Beyoglu de David Boratav
Ce spectacle, à vrai dire, n'évoquait rien d'autre pour moi que l'urbanisation galopante de toutes les grandes villes sous-développées mais, à cet instant, c'est surtout à mon père que je pensais. C'était une chance qu'il ne soit jamais rentré, qu'il n'ait rien vu de cette mutation que j'avais sous les yeux. La ville d'Ali Hergün, le héros de son poème, cette cité en retrait du monde qui n'avait cessé de le hanter, n'existait plus, ou s'était dissoute dans un phénomène plus vaste - la dilatation d'un organisme devenu cent fois plus complexe et insaisissable. tandis que je tournais au hasard entre les chicots gris d'une cité déserte qui attendait le retour de ses habitants, je me dis que, en oubliant de rentrer, Naili Bey 'était épargné le mal de perdre une dernière fois ses repères dans ce paysage altéré.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

QUIZZ SUR NO ET MOI

Qui est le personnage principal?

No
Lucas
Lou
Loïc

21 questions
1392 lecteurs ont répondu
Thème : No et moi de Delphine de ViganCréer un quiz sur cet auteur