AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.78 /5 (sur 224 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Le Mans , le 26/10/1953
Biographie :

David Le Breton est professeur à l'Université de Strasbourg, membre de l'Institut universitaire de France et chercheur au laboratoire Cultures et Sociétés en Europe.

Anthropologue et sociologue français, il est spécialiste des représentations et des mises en jeu du corps humain qu'il a notamment étudiées en analysant les conduites à risque.

Il a aussi écrit sur des thèmes plus personnels : le silence (Du silence - Métailié) ou sur la marche (Éloge de la marche).

En 2007, il publie un polar "Mort sur la route" chez Métailié qui reçoit le prix Michel Lebrun à la 25ème heure (Salon du livre du Mans).

Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Présentation de l'ouvrage "Le silence et la parole, contre les excès de la communication", Editions Eres 2017, auteurs : Philippe Breton et David le Breton

Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (147) Voir plus Ajouter une citation
Giraud_mm   31 mars 2019
Marcher : Eloge des chemins et de la lenteur de David Le Breton
Contrairement à la route, le chemin est un appel à la lenteur et non à la vitesse, à la rêverie et non à la vigilance, à la flânerie et non à l'utilité d'un parcours à accomplir, il procure la confiance et non la menace
Commenter  J’apprécie          300
frconstant   17 août 2017
Marcher : Eloge des chemins et de la lenteur de David Le Breton
Marcher c'est avoir les pieds sur terre au sens physique et moral du terme, c'est-à-dire de plain-pied dans son existence.
Commenter  J’apprécie          280
aleatoire   10 septembre 2019
Disparaître de soi de David Le Breton
Cependant, un changement radical n'implique pas toujours un événement traumatique ou heureux qui bouleverse en effet d'un seul trait le rapport au monde, il s'installe parfois dans la longue durée. Insensiblement chaque jour apporte son grain de sable qui peu à peu enraye le mouvement régulier de la personne. Elle devient lentement autre, étrangère à soi-même. (...)

Chacun de nous est fait de bien plus d'imprévisible que de probable. Nos existences sont autant faites des occasions manquées que des événements qui les ponctuent. Nul ne peut vivre toutes les virtualités qui étaient en lui, ni même les imaginer. Chaque instant qui passe laisse derrière soi une infinité de vies possibles qui n'ont tenu qu'à un souffle. Le hasard, ce que l'individu en fait, sa volonté de chance ou son abandon aux circonstances, dessinent des parcours personnels qui auraient pu être radicalement autres.
Commenter  J’apprécie          223
Vianna   22 février 2015
Du silence de David Le Breton
"N'ouvre la bouche que si tu es sûr que ce que tu vas dire est plus beau que le silence", dit un proverbe arabe.

Commenter  J’apprécie          240
Vianna   04 mars 2015
Du silence de David Le Breton
Allié à la beauté d'un paysage le silence est un chemin menant à soi, à la réconciliation avec le monde. Moment de suspension du temps où s'ouvre un passage octroyant à l'homme la possibilité de retrouver sa place, de gagner la paix.
Commenter  J’apprécie          200
deuxquatredeux   27 octobre 2016
Du silence de David Le Breton
Le seul silence que l'utopie de la communication connaisse est celui de la panne, de la défaillance de la machine, de l'arrêt de transmission. Il est une cessation de la technicité plus que l'émergence d'une intériorité. Le silence devient alors un vestige archéologique, un reste non assimilé. Anachronique dans sa manifestation il produit le malaise, la tentative immédiate de le juguler comme un intrus. Il souligne les efforts qui restent encore à fournir. pour que l'homme accède enfin au stade glorieux de l'homo communicans. Mais simultanément le silence résonne comme une nostalgie, il appelle le désir d'une écoute sans hâte du bruissement du monde. L'ébriété de paroles rends enviable le repos, la jouissance de penser enfin l'événement et d'en parler en prenant le temps dans le rythme d'une conversation qui avance à pas d'homme en s'arrêtant enfin sur le visage de l’autre. Et le silence, de refoulé qu’il était prend alors une valeur infinie. La tentation est parfois grande d’opposer à la « communication » profuse de la modernité, indifférente au message, la « catharsis du silence » (Kierkegaard) en attendant que soit pleinement restaurée la valeur de la parole.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          181
carre   16 juillet 2012
Mort sur la route de David Le Breton
Le reste du temps il disposait de la clé de la maison et du frigidaire pour se débrouiller. Il ne manquait de rien, comme lui avait dit une fois sa mère qui lui trouvait l’air un peu triste et le rabrouait à ce propos.

– On t’a toujours tout donné.

Ce jour-là il eut envie de lui répondre que ce n’était pas cela qu’il attendait, mais il s’était arrêté ne sachant pas vraiment ce qu’il attendait d’eux.
Commenter  J’apprécie          170
keisha   13 avril 2012
Marcher : Eloge des chemins et de la lenteur de David Le Breton
La marche est inutile comme toutes les activités essentielles. Superflue et gratuite, elle ne mène à rien sinon à soi-même après d'innombrables détours." (p 31)

"Bien que les pieds de l'homme n'occupent qu'un petit coin de terre, c'est par tout l'espace qu'ils n'occupent pas que l'homme peut marcher sur la terre immense." (Tchouang-Tseu)(p 37)

"Un marcheur est un homme ou une femme qui se sent passionnément vivant et n'oublie jamais que la condition humaine est d'abord une condition corporelle, et que la jouissance du monde est celle de la chair, et d'une possibilité de se mouvoir, de s'extraire de ses racines." (p 51)

"Et parfois une heure seulement dans la forêt ou dans la ville, près de la mer ou sur les collines, suffit à emmener infiniment loin, et pourtant au coeur de soi, et aboutir au retour au sentiment d'y voir plus clair, d'avoir élagué bien des tracas."(p 155)

Pour les urbains, ne pas rater les idées de Pérec pour transformer une promenade en ville...(p 123)
Commenter  J’apprécie          150
Giraud_mm   22 avril 2019
Marcher : Eloge des chemins et de la lenteur de David Le Breton
Comme tout homme, le marcheur ne se suffit pas à lui-même, il cherche sur les sentiers ce qui lui manque, mais ce qui lui manque est ce qui fait sa ferveur. Il espère à chaque instant trouver ce qui alimente sa quête.
Commenter  J’apprécie          160
IreneAdler   11 juillet 2014
Signes d'identité : Tatouages, piercing et autres marques corporelles de David Le Breton
Les modifications corporelles (tatouages, scarifications, etc.), même si elles miment parfois de manière explicite celles des sociétés traditionnelles, en sont bien éloignées en dépit du discours enthousiaste de ceux qui en revendiquent la filiation. La marque contemporaine est individualisante, elle signe un rejet singulier dont le corps n'est pas relieur à la communauté et au cosmos comme il l'est dans ces sociétés où l'homme cherche à se dissoudre dans le groupe, elle est à l'inverse une affirmation de son irréductible individualité.
Commenter  J’apprécie          130

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Voyage d'hiver... Schubert et compagnie

Entrons dans la musique : En quelle année Franz Schubert a-t-il composé le Voyage d'hiver?

1797
1827
1857
1887

7 questions
10 lecteurs ont répondu
Thèmes : musique romantique , essai , romanCréer un quiz sur cet auteur

.. ..