AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques de David Roberts (II) (11)
Classer par:   Titre   Date   Les plus appréciées
Mallory & Irvine : À la recherche des fantômes..
  29 juillet 2015
Mallory & Irvine : À la recherche des fantômes de l'Everest de David Roberts (II)
Si vous connaissez Mallory et Irvine, si vous vous intéressez à l'histoire de l'alpinisme, je vous recommande fortement ce livre. Dans le cas contraire, ce n'est vraiment pas l'ouvrage idéal pour débuter dans ce domaine : de nombreuses considérations techniques et des références abondantes à des hommes et des faits de l'histoire de ce sport risquent de rebuter le lecteur débutant.

Ce livre est le fruit d'une enquête, une enquête passionnante.

Depuis 1924, la disparition de George Mallory et Andrew Irvine sur l'Everest reste un mystère. Que s'est-il passé depuis la dernière fois où ils ont été aperçus, grimpant à l'assaut du toit du monde ? Et surtout, la question fondamentale : ont-ils péri lors de leur ascension, près du but, ou sont-ils morts lors de la descente, ce qui ferait d'eux les premiers vainqueurs de l'Everest ?

Une expédition américaine de 1999 s'est donné pour but de lever le voile sur cette histoire. Une équipe part avec pour objectif, moins d'atteindre le sommet que de rechercher des indices, des traces, tout élément permettant de comprendre et de reconstituer les faits.

Le livre est construit comme une enquête policière : on trouve des indices, on teste, on fait des déductions, etc. C'est passionnant.

Au fil des pages, un portrait des deux héros se dessine, surtout de Mallory, à la personnalité fascinante. Le tout est enrichi de quelques rappels historiques bienvenus.

L'équipe marche sur les traces d'Irvine et Mallory, reconstitue leur parcours, analyse les difficultés qu'ils ont pu rencontrer en se remettant dans le contexte d'une époque où les vêtements et le matériel étaient loin d'être aussi performants que l'équipement moderne.

L'ouvrage est très complet, et j'ai beaucoup apprécié la rigueur intellectuelle des auteurs. Pas de déduction hasardeuse, pas de supposition en l'air : ils ne s'appuient que sur des certitudes, et lorsqu'il n'y en a pas, faute de preuves, ils avancent des hypothèses, mais ils ne prétendent jamais avoir trouvé la vérité absolue quand ce n'est pas le cas.

Leur récit prend d'autant plus de force, et constitue un formidable hommage à Mallory et Irvine, et à travers eux à tous les pionniers de l'alpinisme pour qui j'ai une profonde admiration.

Pour ceux que le sujet intéresse, je vous recommande le livre d'Edmund Hillary "Au sommet de l'Everest : il y a 50 ans, l'Everest, l'expédition qui a vaincu le toit du monde". L'arrivée au sommet y est décrite d'une très belle façon, pleine d'émotions. Et surtout, Hillary raconte qu'il a cherché des traces du passage de Mallory et Irvine. Alors que s'il en avait trouvé, cela l'aurait aussitôt privé du "titre" de vainqueur de l'Everest, titre qu'il venait tout juste de gagner !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Annapurna, une affaire de cordée
  08 janvier 2014
Annapurna, une affaire de cordée de David Roberts (II)
Maurice Herzog, vainqueur de l'Annapurna en 1950, premier homme à plus de huit mille mètres, est devenu un héros, une légende vivante. Son livre "Annapurna, premier 8000", vendu à plus de dix milllions d'exemplaires dans le monde, est en tête des ventes des livres de montagne.

Cependant, au fil des années, des critiques sont apparues, de petites phrases ont été lâchées ça et là, des doutes sur la véracité de son témoignage ont émergé : la légende a commencé à se fissurer.

David Roberts, alpiniste et écrivain américain fasciné depuis toujours par cette épopée, a voulu en savoir plus. Pendant trois ans, il a mené une véritable enquête dont il nous donne ici les résultats. Et son livre, qui se lit comme un véritable roman policier, est passionnant. Son éditeur a dit de lui : "J'ai travaillé avec Colombo, il portait un anorak...". L'auteur ne cherche pas à polémiquer, il ne veut pas jeter de l'huile sur le feu, il veut simplement comprendre et donner une version la plus proche possible de la vérité, arguments à l'appui.



Le titre est déjà révélateur ; "une affaire de cordée" montre d'emblée que l'exploit n'est pas à mettre au crédit d'un seul homme, mais bien d'une cordée de quatre hommes, dont les photos sont sur la couverture : Maurice Herzog, Louis Lachenal, Lionel Terray et Gaston Rébuffat. Ces quatre alpinistes ont joué un rôle indispensable dans la conquête du sommet et le retour au camp de base.

David Roberts dans ses recherches et dans ses discussions avec de nombreux proches de membres de l'expédition, notamment les veuves de Lionel Terray et Gaston Rébuffat, a réuni un très grand nombre d'informations et de documents écrits qui permettent de mieux comprendre toute l'histoire, car chacun des alpinistes avait pris des notes ou tenu un journal de bord. Et ces écrits se révèlent être une mine d'informations, que David Roberts analyse, recoupe méticuleusement, tel un enquêteur scrupuleux.

Dès le départ la communication autour de l'expédition avait été verrouillée, tous les membres avaient signé un accord leur interdisant de publier quoi que ce soit pendant cinq ans : voilà qui laissait au chef, Maurice Herzog, le champ libre, étant le seul à pouvoir s'exprimer.

Les "Carnets du vertige" de Louis Lachenal, édités initialement en 1956, soit après la mort de l'auteur, ont été mis en forme d'après les notes de l'alpiniste, par Gérard Herzog, le frère de..., et ont été expurgés de tout ce qui pouvait gêner : rien ne devait ternir la belle légende de l'Annapurna et de son vainqueur. En 1996, Jean-Claude Lachenal, fils de Louis, viendra trouver l'éditeur Michel Guérin, spécialiste de montagne, avec l'ensemble des notes de son père, et une nouvelle version, bien différente de la première, sera éditée.

Tout ceci ternit l'image d'un alpinisme glorieux et désintéressé, le héros n'est plus si beau. Gaston Rébuffat, écœuré, dira d’ailleurs au retour de l'expédition : "Je ne crois plus en l'amitié".



Je ne vais pas vous lister toutes les révélations, toutes les anecdotes, toutes les petites phrases écrites par les uns et les autres et mises au jour par David Roberts. Lisez vous-mêmes ce livre passionnant dans lequel on découvre des héros humains, avec leurs faiblesses d'hommes. L'exploit sportif ne s'en trouve pas diminué, mais vu sous un jour plus réaliste, moins idéalisé. Pour moi, "Annapurna, une affaire de cordée" est un complètement de lecture indispensable au livre de Maurice Herzog "Annapurna premier 8000" si l'on veut avoir une vision plus juste de ce que fut cette extraordinaire aventure.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          225
Solo intégral
  20 septembre 2016
Solo intégral de David Roberts (II)
Une excellente biographie du jeune prodige de l'escalade passé à la postérité avec ses ascensions en libre intégrale (sans corde, sans matériel autre qu'une paire de chaussons et, quand il ne l'oublie pas au camp de base, un petit sac de magnésie). J'ai toujours eu les mains moites en visionnant ces vidéos hallucinantes, où l'on hésite à tirer un diagnostic sur la folie du grimpeur ou sur la maîtrise incroyable, technique et surtout psychologique qui rend ces prouesses possibles. La biographie est construite à deux voix, celle de David Roberts, l'auteur d'Annapurna une affaire de cordée et celle d'Alex Honnold lui-même qui commente, précise, justifie ses choix, ses excès. On y découvre l'intelligence et la finesse d'un personnage au caractère bien trempé, frôlant souvent l'arrogance et plein de contradictions entre son désir d'indépendance et son besoin de présence médiatique, entre ses aspirations écologiques et ses expéditions coûteuses à l'autre bout du monde. Si ses exploits dans le granit du Yosemite sont fascinants, la narration de la traversée intégrale du Fitz Roy, incursion d'un grimpeur dans un monde d'alpinistes et qui lui vaudra la reconnaissance ultime du Piolet d'Or, est réellement magique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Annapurna, une affaire de cordée
  31 août 2014
Annapurna, une affaire de cordée de David Roberts (II)
David Roberts revient sur la polémique liée à l’ascension de l'Annapurna en 1950 (premier 8000 !) par Herzog, Lachenal, Rebuffat, Terray...

L'auteur a fait de nombreuses recherches et a comparé les récits des différents alpinistes présents au sein de l’expédition, notamment le célèbre Annapurna, premiers 8000 écrit par Herzog dès son retour en France.



Alors qu 'Herzog devient un héros, les autres sont plus ou moins oubliés. David Roberts tente de comprendre ce qu'il s'est réellement passé pendant l'expédition himalayenne mais aussi à leur retour. Il revient sur la vie, la personnalité et l'expérience de chacun des protagonistes et fait en filigrane de merveilleux portraits de Lachenal, Rebuffat et Terray.



Un travail de recherche impressionnant d'un amoureux de la montagne et de l'histoire de l'alpinisme.
Commenter  J’apprécie          30
Annapurna, une affaire de cordée
  28 mars 2013
Annapurna, une affaire de cordée de David Roberts (II)
1950, une année décisive dans le domaine de l’alpinisme. Le premier sommet de plus de 8000 mètres est vaincu, par une cordée française, menée par son charismatique chef d’expédition, Maurice Herzog.



Après une étonnante hésitation, c’est sur l’Annapurna que se porte le choix de l’assaut, car en effet, élément surprenant, l’équipe a hésité entre l’Annapurna et ses 8091 mètres, et le Dhaulagiri, et ses 8167 mètres. Et le choix ne se fit qu’après divers tâtonnements.



L’Annapurna est le 10ème plus haut sommet du monde, mais reste à ce jour le plus dangereux de l’Himalaya, environ un mort pour deux ascensions réussies, et pour comparaison ces chiffres se portent à un pour quatre sur le K2 et un pour 9 sur l’Everest.



L’expédition de 1950 est de fait extrêmement médiatisée. Les droits pour photos et récits sont vendus à prix d’or aux magazines, et un seul récit sera admis, et cela sous contrat, pour une durée de cinq ans. Ce récit c’est celui du chef d’expédition, Maurice Herzog, afin qu’aucunes voix discordantes ne viennent enrayer une histoire qui doit entrer dans la légende.



Mais la victoire, comme pour toutes expéditions de cette envergure, n’était pas acquise.



Dans son équipe, Herzog compte des grimpeurs parmi les plus prestigieux. Un tandem qui avait déjà fait ses preuves, sur la célèbre face nord de l’Eiger par exemple, Lionel Terray et Louis Lachenal, tout deux guides à Chamonix, Gaston Rebuffat, le célèbre grimpeur marseillais, mais aussi d’autres que l’histoire à moins retenu, comme Jean Couzy, Marcel Schatz, Jacques Oudot et Francis de Noyelle.



David Roberts est américain, alpiniste et journaliste, passionné depuis son plus jeune âge par ces hommes de légende, dont il rêve adolescent de se faire remarquer.



Il s’étonne. Si la majorité des français connaissent Maurice Herzog pour sa grande première sur l’Annapurna, peu sont capables de citer ne serait-ce que le nom du second pionnier du premier 8000 foulé par l’homme, Louis Lachenal, et encore moins sont ceux capables de citer les membres clés de l’expédition de sauvetage héroïque qui fut entreprise par Lionel Terray et Gaston Rebuffat pour permettre à leurs deux compagnons de revenir vivants.



Sans nul doute, la carrière politique de Maurice Herzog, ministre des sports et de la jeunesse, allait peser lourd sans sa notoriété. Mais peut-être pas autant que son livre, véritable best seller, « Annapurna, premier 8000 » qui allait s’écouler à des milliers d’exemplaires, un tirage qui, si on mettait les livres les uns sur les autres, dépasserait la hauteur de l’Annapurna à en croire son auteur !



Un livre effectivement incroyable, qui narre la conquête d’un extrême qui semblait interdit à l’homme, et qui fut réalisée grâce à l’héroïsme et la fraternité d’une cordée de compagnons soudés contre le déchaînement des forces de la Nature. Cette thématique romantique par excellence allait permettre au livre de dépasser largement le cercle restreint des amateurs de littérature d’alpinisme.



C’est la fierté nationale de la France qui vibrait réellement au claquement muet du drapeau tricolore accroché à un piolet, que Herzog arbore, victorieux, sur une photo qui allait faire le tour du monde.



Nul doute qu’en 1950, une telle victoire était plus qu’attendue pour faire renaître de ses cendres la dignité nationale ternie par des années de collaboration et de guerre. Le partenariat politique entre de Gaulle et Herzog symbolisait précisément l’affirmation d’un pays indépendant et fort.



Alors pourquoi tant d’ombres et de malaises dans le milieu de l’alpinisme autour de cette victoire ?



Face à un Herzog triomphal, Lachenal disparaît relativement de la scène médiatique. Las et presque écoeuré de la gestion publicitaire de cette ascension, qui lui couta à lui, comme à Herzog, doigts et orteils, des suites de gelures …et diminuaient de fait leurs incroyables aptitudes sportives…



Que c’est-il passé sur le toit de l’Annapurna ?



Une polémique existe depuis des années sur cette victoire.



Fasciné par ces personnages, David Roberts mène l’enquête, et retrace la vie, les exploits et les désillusions de cette cordée d’exception.

Que Louis Lachenal n’était pas prêt à sacrifier ses pieds pour le sommet, et qu’il ait mal vécu cette marche forcée est un fait désormais établit.



Mais était-il prêt à accepter de mentir sur leur victoire en jouant le jeu des photos triomphales afin qu’un Herzog exalté accepte de faire demi-tour ?



C’est la théorie de certains.



C’est même celle relayée par Félicité Herzog, la propre fille de Maurice Herzog, dans un livre poignant écrit sur son père, « Un héros », paru quelques mois avant la mort de celui-ci.



Pour d’autres, Herzog et Lachenal étaient de taille à réussir un tel exploit, et en payèrent le prix élevé qui allait avec.



David Roberts retrace ces scènes incroyables, où Herzog et Lachenal se font amputer leurs orteils à même le wagon indien qui les ramène à Dehli où un avion les attend, ou encore lorsqu’il dépeint la stupeur qui saisit les médecins en France lorsqu’ils enlevèrent les bandages de fortunes qui maintenaient les pieds de Herzog, et en virent jaillir des asticots de la tailles de « crayons » se gavant des chairs mortes…



Aucun doute n’est permis sur la force et l’endurance de ces hommes.



Nul doute non plus sur les enjeux d’avantage politiques que sportifs qui divisèrent sans doute la cordée idyllique dépeinte par Herzog. Seul Lionel Terray allait continuer sa carrière – et quelle carrière ! – d’alpiniste.



Pour conclure, cet ouvrage est fascinant, car traite de tous les sujets propres à la nature humaine ; l’amitié , la rancune, la force, la faiblesse, l’intégrité et la politique…mais dans ce cadre de la démesure, qui pousse l’homme à se hisser jusqu’à un sommet sur ses pieds gelés… Est-ce que Lachenal et Herzog auraient dû faire demi tour avant d’en arriver là ? C’est sans doute la grande question qui anime et animera toujours les pensées de chaque alpinistes lorsqu’ils se retrouvent seul face à la terrible question qui fût posée au guerrier Achille par les dieux eux-mêmes.


Lien : http://madamedub.com/WordPre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
Solo intégral
  25 février 2020
Solo intégral de David Roberts (II)
« À un moment donné, je n'ai plus que que la moitié de deux doigts dans la fissure et mes pieds ne sont pas sur des prises mais en adhérence sur le mur. Une toute petite partie de mon corps touche le rocher. L'air est autour de moi. J'ai l'impression de marcher dans le vide et c'est une sensation extraordinaire. »



« Pendant la projection, j'étais assis dans le public à coté d'une femme qui m'a posé une question que je n'avais jamais entendue: « Je sais que vous n'êtes pas anxieux quand vous grimpez en solo, m'a-t-elle dit. Mais qu'est ce que cela vous fait de voir ça en film ? » « J'ai les mains moites », ai-je admis. »



Un livre que j'ai lu suite au visionnage de « Free Solo », le documentaire du National Geographic qui a reçu l'oscar 2019 du meilleur documentaire. Pour une fois, je vous engage à voir le film avant de lire le livre si vous êtes néophyte comme moi même si, comme à chaque fois, on trouvera plus de détails dans le livre et celui-ci sera moins lisse, holywoodisé, que le documentaire (notamment les parties à l'étranger).



« Mais Twight a aussi écrit « Alpinisme extrême » , le manifeste qui a largement défini un nouveau style d'ascension, léger, rapide, et engagé. »



« Vivre dans un van correspondait bien à mes idéaux de simplicité, de frugalité et d'efficacité. »



« Alex note que personne dans ce groupe de grimpeurs d'élite, n'est mort en repoussant ses limites en solo intégral. »



C'est un livre qui m'a rappelé l'autobiographie « Jours barbares » ( sur le surf), un mec qui vit sa passion à travers le monde en rencontrant des personnes (dont des nanas) qui la partagent et forment une communauté et qui se rappelle l'histoire de celle-ci. Un livre qui parle aussi de la confrontation entre « un tourisme / une activité de masse » (voir encore ces décharges sur l'Everest) et des puristes qui recherchent la beauté du geste. On va découvrir l'homme qui ne s'est défini comme athlète que récemment et son histoire. Tous ses exploits sont bien retracés et ils ne concernent pas que le solo intégral (qu'il fait aussi sans les répéter à l'avance !). On verra aussi comme Alex a appris à sortir de sa « bulle Yosemite » (certain diront même sa bulle américaine). Je n'ai aucune expérience d'alpinisme et ma seule expérience d'escalade est un modeste stage ADEPS en salle où on a fini en escalade libre sur une falaise en extérieur (par contre, j'ai aussi fait du parachutisme). Bref, je suis proche du néophyte et je peux dire que ce livre, tout en étant parfois technique, est très accessible. Il n'y a d'ailleurs pas de glossaire et ce n'est pas nécessaire (sinon wiki est ton ami). Tout est bien expliqué et clair. Au pire, des images sur le net sont trouvables sans problème tant pour le matos que pour les voies et différents sites.



Une bonne partie de la filmographie d'Honnold (ex Honnold 3.0) est sur sa page wiki en anglais, on pourra y rajouter Sufferfest ou Race for the Nose par exemple. Quelques-unes des ces vidéos (dont Free Solo) sont trouvables sur le net, notamment sur les chaînes du National Geographic ou de Red Bull. Remarquons que le livre est illustré par deux séries de très belles photos couleurs. Au-delà des films, le livre donne aussi pas mal de suggestions de lecture de livres en complément dont, par exemple, « Push ! La vie au bout des mains » de Tommy Caldwell.



« Un neurobiologiste s'était planté devant lui et lui avait dit solennellement (en parlant de moi): « L'amygdale de ce gamin ne fonctionne pas. » L'amygdale est une partie du cerveau qui déclenche la réponse au danger: fuite ou combat. » (Lors d'une séance de dédicaces)



« C'est bizarre : je peux me rappeler mes mouvements précis dans Glowering Spot mais pas l'endroit où j'ai dîné le soir, et avec qui. »



Le livre ne parle pas des examens IRM d'Alex qu'on voit dans le documentaire et où l'on apprend qu'il a effectivement un amygdale qui fonctionne différemment (sans que l'on sache la part génétique, son père aurait pu être autiste asperger, ou acquise par sa « spécialisation en maîtrise de la peur », https://www.esanum.fr/today/posts/letrange-cerveau-du-plus-grand-grimpeur-du-monde )



« Pour gravir ces dalles en solo intégral, je devais rester en mouvement. Il n'y a pas de position de repos, pas d'endroits où relâcher la pression. Ces 60 mètres de granit sont les plus compacts et les plus lisses du Yosemite. »



Sur les deux chapitres rajoutés du solo intégral d'El Capitan (900 mètres et un autre nouveau chapitre fait la transition 2014-2015), on a des détails en plus au doc filmé comme ce moment où Alex voit un ami non assuré chuter en face de lui (sans trop de gravité) ou sa joie d'être encore capable de découvrir une variante sur une paroi qu'il connaît si bien et qui lui permet d'éviter un enchainement difficile en solo (on dit crux pour des parties difficiles). Par contre, tout le cheminement du solo intégral fait un peu longuet dans sa description même si on a l'impression d'y être (j'imagine le ressenti de ceux qui ont eu la chance de le pratiquer en corde).



Bref, un livre qui peut toucher à tous les publics intéressés et qui vaut allègrement son prix ! On quitte le livre comme on quitte une communauté. On sait qu'on ne l'oubliera jamais. Rappelons nous quand même qu'il n y a pas besoin de falaise pour ressentir le vertige. D'ailleurs n'y a-t-il pas quelque chose de poétique à l'expression « libérer la voie » ?



« Je pensais que cet enchaînement serait un test de volonté et d'endurance. J'avais voulu approcher de nouveau cette zone de survie, où l'on comprend que les possibilités humaines sont presque illimitées et que notre monde contient encore des mystères. »



« Pas besoin de me sentir à 100 %, je devais juste choisir un jour et le rendre exceptionnel. »



«  C'est bien de me dire que je peux progresser sur une voie. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Annapurna, une affaire de cordée
  29 janvier 2018
Annapurna, une affaire de cordée de David Roberts (II)
L' Himalaya , mythe des sommets les plus hauts .

Conquête de l' altitude, mais aussi conquête de la reconnaissance, de l' orgueil et de la médiatisation pour certains .

Le côté sombre est ici évoqué par David Roberts avec ce livre édité en 2000 par les éditions Guérin, spécialisées en ouvrages de Montagne.

Est ce qu'un seul alpiniste doit profiter du succès et tirer seul le profit d' un exploit qui ne peut être que collectif ?

Maurice Herzog a-t-il sciemment oublié ses compagnons dans l'exposition au Monde qui a suivi l' exploit de la cordée engagée vers le sommet et a-t-il seul profité de la victoire sur ce 1er 8000 ?

Roberts pose la question et développe les réponses.

Il faut avoir lu auparavant " Annapurna, premier 8000 " de Maurice Herzog et se forger une opinion avec cet ouvrage de Roberts qui vient nous éclairer .

La montagne est grande et demeurera grande mais que les hommes sont petits parfois avec leurs vilains défauts qui viennent gâcher le paysage !
Commenter  J’apprécie          20
Annapurna, une affaire de cordée
  15 mars 2020
Annapurna, une affaire de cordée de David Roberts (II)
Très belle enquête qui donne des clefs de compréhension pour beaucoup d'expéditions de cette époque.



Lecture très agréable.
Commenter  J’apprécie          10
Annapurna, une affaire de cordée
  24 mai 2019
Annapurna, une affaire de cordée de David Roberts (II)
David roberts s'est basé sur divers ouvrages abordant la question de la première ascension de la de l'Annapurna en 1950. Principalement : Annapurna premier 8000 de Herzog, le récit de Louis Lachenal non censuré, et conquérant de l'inutile de Lionel Terray. EN plus des livres, il s'entretiendra avec divers acteurs de l'époque, alpinistes et proches de l'équipe.



Il constate et analyse les différences nombreuses entre les récits et tente d'en tirer la "vérité". Se pose alors la question de savoir si un récit d'aventure, de voyage, se doit de rester neutre et de ne pas enjoliver la vérité. Eternel débat qui ne sera jamais clos. C'est d'ailleurs, si cela vous intéresse, la question que se posait Sylvain Tesson dans son livre l'axe du loup.



Mais l'objet principale du livre est de déboulonner une idole : celle d'Herzog et David Roberts le fait bien, à la suite de nombreux articles de journaux, et même d'un livre écrit par ça fille, mais après le livre de Roberts.

On le sait donc maintenant, Herzog n'était pas une personne particulièrement sympathique, pour ne pas dire plus...



Au fil du livre, les polémiques se suivent et se ressemblent que se soit entre les membres de l'équipes ou les journalistes spécialisés montagnes et cela finis par lasser ferme. Au final le milieux montagnard n'en ressort pas grandit. On comprend que s'élever sur les plus hautes cimes n'est pas forcément s'élever humainement.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Annapurna, une affaire de cordée
  14 novembre 2018
Annapurna, une affaire de cordée de David Roberts (II)
Comme tous les livres traitant de ce sujet j'ai adoré,
Commenter  J’apprécie          00
Nous étions libre comme le vent
  02 août 2013
Nous étions libre comme le vent de David Roberts (II)
Le récit des dernières luttes apaches , des derniers résistants indiens , des derniers hommes libres Nord Americains. Un récit sans complaisance , mais poignant , émouvant , dont pour tomber dans les clichés " on ne ressort pas indemne"
Commenter  J’apprécie          00


Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

LNHI-38805

Plus haut sommet du monde, à quelle altitude culmine le Mont Everest?

8904 m
8848 m
8815 m

10 questions
31 lecteurs ont répondu
Thèmes : montagnes , Records , géographie physiqueCréer un quiz sur cet auteur