AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.39 /5 (sur 9 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Chicago, Illinois , le 28/03/1904
Mort(e) à : North Hollywood, Californie , le 19/01/1969
Biographie :

Day Keene, de son vrai nom Gunnar Hjerstedt, est un écrivain américain.

Son père est suédois et sa mère, irlandaise. Le jeune Gunnar abandonne ses études à 17 ans pour devenir acteur au théâtre. C'est pour ce métier qu'il choisit le nom Day Keene, abréviation du nom de jeune fille de sa mère, Daisy Keeney.

Il aborde l'écriture par des textes dramatiques, rédigeant dès le début des années 1930 des pièces de théâtre, puis de très nombreux scripts pour des feuilletons radiophoniques.

Pendant la Deuxième Guerre mondiale, il produit des nouvelles policières pour les pulps magazines. Il s'installe en Floride à la fin des années 1940.

En 1949 paraît son premier roman Framed in Guilt qui sera traduit à deux reprises en France (Reconnu coupable et Le poil roussi). Suivront une cinquantaine de titres pour l'essentiel des romans noirs, mais aussi une dizaine de westerns.

Plusieurs de ses romans et nouvelles ont connu des adaptations cinématographiques ou télévisuelles, notamment Joy House (1954), traduit en français sous le titre Vive le marié ! et porté à l'écran en 1964 sous le titre Les Félins par René Clément, avec Jane Fonda et Alain Delon.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
"Les félins" (1964) de René Clément - Bande annonce
Citations et extraits (50) Voir plus Ajouter une citation
moravia   13 mai 2017
Vive le marié ! de Day Keene
Je retournai au garage et ramassai une longue corde que j’avais vue traîner sur l’établi. J’essayai de la casser avec les mains, sans y parvenir. Elle était relativement neuve. Ce fut plus difficile de trouver un poids pour lester le cadavre. J’hésitai entre deux pavés poussiéreux d’une quinzaine de kilos et une vieille roue d’acier qui semblait provenir d’une Daimler. Je choisis finalement les pavés. Je les mis dans la malle arrière avec la corde et Martin. J’étais en train de refermer, quand la porte s’ouvrit et May descendit les marches. Si elle avait peur, ça ne se voyait pas. Ses hauts talons sonnaient sec sur la pierre. Elle portait un long manteau de vison et une élégante toque de vison, assortie. Le froid avivait le rose de ses joues. Sa respiration, qui se condensait en petites bouffées de vapeur, était précipitée…
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   07 octobre 2013
Le poil roussi de Day Keene
 A notre époque de censure et de ligues puritaines, où les acteurs et les actrices doivent mener, comme la femme de César, une existence au-dessus de tous soupçons, le sexe et le meurtre sont devenus des mots plus dangereux que la pire des insultes.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   04 juin 2019
Un chien de sa chienne de Day Keene
" On peut lui raconter n’importe quoi, à cette petite… La pauvre idiote, la cinglée de Bonnie ! Elle est tellement farcie de cachets et de gnôle qu’on peut lui faire avaler n’importe quoi. "
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   04 juin 2019
Un chien de sa chienne de Day Keene
L’ancienne strip-teaseuse portait une robe de sport blanche, d’une simplicité coûteuse, dont le décolleté en V révélait la naissance de ses seins généreux et forts célèbres. La cigarette allumée qui se balançait au coin de sa bouche lui donnait un petit air canaille. « Non, se dit Hart, ce n’est plus la même fille : les vices et les excès commencent à marquer son visage. Mendoza la considère comme une malade mentale, et je crois bien qu’il a raison… Cette fille n’est certainement pas normale… »
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   07 octobre 2013
Le poil roussi de Day Keene
Il avait tout. Il en avait même trop, il en était même rassasié. Mais, désormais, il ferait de son mieux pour apprécier sa chance et en jouir au mieux. Au lieu de geindre que la vie n’a aucun sens, il la vivrait au mieux de ses capacités. Une vie, une seule, il n’en aurait pas d’autre.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   20 juin 2016
La peche au vif de Day Keene
La plupart des livres qu’elle avait lus affirmaient qu’en général les appétits charnels s’apaisaient une fois passé cet âge. Mais pour être rassasié de quelque chose, il faut d’abord en avoir goûté à satiété. Et c’était bien là le hic.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   04 juin 2019
Un chien de sa chienne de Day Keene
Et il y avait une question de légalité. Un avocat, un détective privé et un pharmacien ne pouvaient tout de même pas s’amuser à pénétrer de force chez un multimillionnaire et à lui extorquer la vérité à coups de poing.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   04 juin 2019
Un chien de sa chienne de Day Keene
Si vous deviez vivre assez longtemps pour que ce conseil puisse vous profiter, mon petit, poursuivit-elle, je vous dirais de ne jamais vous mettre avec un vioque ! Ils se font une drôle d’idée de la rigolade.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   21 septembre 2013
Le miroir aux amourettes de Day Keene
Millet avait englouti la quasi-totalité du gain de ses trois meilleurs films pour acheter dans la vallée deux cent cinquante acres du sol le plus fertile. Une assurance pour ses vieux jours, disait-il. Mais, si son avenir s’accordait à son passé, je doutais fort qu’il vive pour en profiter. Qu’il soit encore de ce monde était un mystère pour moi. Je pourrais citer des types qui désiraient sa mort en les comptants sur mes doigts, et en employant mes deux mains j’aurais à peine commencé la liste.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   20 juin 2016
La peche au vif de Day Keene
Elle se contempla dans la glace. Les hommes n’avaient pas besoin de lui dire qu’elle était jolie : elle ne le savait que trop bien ! Ses cheveux étaient naturellement blonds. Ses yeux bleus étaient joliment placés dans son visage ; elle avait un joli nez, une jolie bouche, et un teint irréprochable. Ah ! elle ne tenait certes pas de son grand échalas de père ! Dieu seul savait de qui sa mère l’avait eue. Pas étonnant si son vieux lui flanquait des raclées chaque fois qu’il était saoul !
Commenter  J’apprécie          00
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Trouvez l'intrus dans les séries policières !

Agatha Christie : les enquêteurs

Miss Marple
Irène Adler
Tuppence Beresford
Hercule Poirot

13 questions
30 lecteurs ont répondu
Thèmes : polar noir , policier français , policier anglaisCréer un quiz sur cet auteur