AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.09 /5 (sur 686 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Nancy , le 08/11/1974
Biographie :

Delphine Horvilleur, née en 1974 à Nancy, est une femme rabbin française, elle est également auteure et philosophe.

En 1992, elle part vivre à Jérusalem.

En 2008, elle obtient son diplôme de rabbin à New York et elle est nommée rabbin à Paris pour le Mouvement juif libéral de France (MJLF).

Elle est, depuis 2009, directrice de la rédaction du magazine Tenou'a, qui explore la richesse de la pensée juive.


Ajouter des informations
Bibliographie de Delphine Horvilleur   (13)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Les deux derniers ouvrages respectifs de Delphine Horvilleur, "Vivre avec nos morts", chez Grasset et de Leïla Slimani, "Regardez-nous danser", chez Gallimard, sont étroitement liés. En effet, il est possible de faire de nombreuses passerelles entre ces deux livres.  Trois jours après les résultats du premier tour de l'élection présidentielle qui opposent Emmanuel Macron à Marine le Pen, les deux auteures s'expriment sur les sentiments qui peuvent le plus primer : la peur et l'absence.  Retrouvez l'intégralité de l'interview ci-dessous : https://www.france.tv/france-5/la-grande-librairie/

+ Lire la suite
Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (303) Voir plus Ajouter une citation
Delphine Horvilleur
Lutvic   19 mars 2021
Delphine Horvilleur
On a longtemps pensé que le propre de l’homme était le langage, le rire ou les rites funéraires, or il n’en est rien. Au bout du compte, il me semble que le propre de l’homme est sa capacité de raconter des histoires et se raconter des histoires. Si certains tournent cela en ridicule, je pense à l’inverse que la force des humains tient à cette capacité à construire des mondes, et à avoir une action politique dans le monde en partageant des récits qui leur permettent d’agir ensemble.



Si nos traditions religieuses, chacune par le biais de ses propres narratifs, se révèlent porteuses d’histoires de vie, elles peuvent apporter quelque chose de l’ordre d’une bénédiction pour nos sociétés. Quand elles se font porteuses de récits de mort – comme elles l’ont souvent fait dans l’histoire, et particulièrement ces dernières années –, alors elles sont une malédiction. Car les assassins du Bataclan se racontaient eux aussi des histoires qui, de leur point de vue, étaient sacrées. De ce travail de conteur, on peut faire le meilleur comme le pire.



A ce titre, les histoires constituent une arme de destruction ou de construction massive dans le monde. Mais quand la mort surgit, la puissance de ces récits est décuplée. Face à la dévastation, soit vous la laissez s’emparer de vous, soit vous agissez avec vos mots pour la contrer.



Source : https://www.lemonde.fr/le-monde-des-religions/article/2021/03/14/delphine-horvilleur-la-laicite-est-une-forme-de-transcendance-une-promesse-d-infini_6073040_6038514.html
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          585
migdal   02 mai 2021
Vivre avec nos morts de Delphine Horvilleur
Personne ne sait parler de la mort, et c'est peut-être la définition la plus exacte que l'on puisse en donner. Elle échappe aux mots, car elle signe précisément la fin de la parole. Celle de celui qui part, mais aussi celle de ceux qui lui survivent et qui, dans leur sidération, feront toujours de la langue un mauvais usage. Car les mots dans le deuil ont cessé de signifier. Ils ne servent souvent qu'à dire combien plus rien n’a de sens.
Commenter  J’apprécie          521
Delphine Horvilleur
Nastie92   22 avril 2019
Delphine Horvilleur
L'antisémitisme est toujours le prélude, le clignotant, le marqueur d'un effondrement général, dont les Juifs sont les premières victimes, mais dont on sait très vite qu'il va concerner tout le monde.

Donc je pense qu'aujourd'hui il faut qu'il y ait un relais de parole, très fort, et d'action, que chacun perçoive à quel point c'est SON problème.

(La Grande Librairie 27 mars 2019)
Commenter  J’apprécie          390
migdal   03 mai 2021
Vivre avec nos morts de Delphine Horvilleur
L'annonce d'une maladie ou d'une suspicion de maladie produit invariablement cet effet. Vos proches continuent bien sûr de vous parler, mais ils amorcent généralement à votre insu une autre conversation en votre absence, avec votre mari, votre femme, votre cercle rapproché. Et ils font de votre santé un sujet de conversation qui vous échappe. Vous percevez parfois un chuchotement à votre approche, ou une conversation qui s'arrête quand vous entrez dans une pièce.
Commenter  J’apprécie          383
Delphine Horvilleur
Christophe_bj   18 juillet 2021
Delphine Horvilleur
Déni, Colère, Négociation, Dépression et Résignation. Pour le dire autrement, la plupart des mourants diraient tour à tour et dans cet ordre : « il doit y avoir une erreur », « c’est tellement injuste », « laissez-moi au moins vivre jusque tel ou tel événement », « à quoi bon ? » et « je suis enfin prêt ».
Commenter  J’apprécie          340
viou1108_aka_voyagesaufildespages   21 mai 2021
Vivre avec nos morts de Delphine Horvilleur
Les tueurs [de Charlie Hebdo] ont-ils perçu le paradoxe obscène de leur geste assassin? Leur croyance en un Dieu qui demande vengeance et se vexe d'être méprisé constitue un gigantesque blasphème. Quel Dieu "grand" devient si misérablement "petit" qu'il a besoin que des hommes sauvent son honneur? Penser que Dieu s'offusque d'être moqué, n'est-ce pas la plus grande profanation qui soit? Grand est le Dieu de l'humour. Tout petit est celui qui en manque.
Commenter  J’apprécie          303
palamede   02 octobre 2021
Vivre avec nos morts de Delphine Horvilleur
La laïcité dit que l’espace de nos vies n’est jamais saturé de convictions, et elle garantit toujours une place laissée vide de certitudes. Elle empêche une foi ou une appartenance de saturer tout l’espace. En cela, à sa manière, la laïcité est une transcendance. Elle affirme qu’il existe toujours en elle un territoire plus grand que ma croyance, qui peut accueillir celle d’un autre venu y respirer. 
Commenter  J’apprécie          293
migdal   02 mai 2021
Vivre avec nos morts de Delphine Horvilleur
«Vous savez, nous voudrions un enterrement traditionnel même si nous ne sommes pas vraiment de "bons juifs". »



J’ai renoncé à expliquer que rien ne fait davantage de vous un juif que de dire que vous n’en êtes pas un bon, et qu'il est très juif de croire qu’on n’est pas celui qu'on devrait être. C'est plutôt la certitude d'en être un «tout à fait comme il faut» qui est généralement suspecte. Le judaïsme n’exige pas d'examen de passage à ceux qui sont déjà en son sein. Il ne connaît pas de tableau d'honneur, ne distribue aucun bon point, et chaque juif sait que pour un autre juif, sa cuisine ne sera pas assez casher et sa pratique pas assez stricte. Qu'il en soit ainsi.
Commenter  J’apprécie          280
Cannetille   28 septembre 2021
Vivre avec nos morts de Delphine Horvilleur
Pendant des années, me dit-elle, j’ai vécu une très profonde dépression. Je n’avais plus d’envie, ni de désir. La force de vie m’avait quittée et je renonçais même à sortir de chez moi, ou à rencontrer qui que ce soit. (…)

Mes enfants désespéraient et tentaient de me redonner goût à l’existence. Ils me disaient ce qu’on dit toujours aux gens qui traversent une dépression dont on ne comprend pas bien la cause : “Mais enfin, tu es en bonne santé, tes enfants vont bien, tes petits-enfants t’aiment. Tu n’as pas le droit de te laisser aller…” Toutes ces phrases absurdes de gens bien-portants manquaient totalement leur cible. La dépression n’a rien à voir avec un refus de voir ce qui va bien dans votre vie, ou une incapacité à reconnaître les bons côtés de votre existence. La conscience de votre chance ou de vos privilèges n’est jamais ce qui vous en libère ou vous allège. Et celui qui exige de vous d’en sortir ne connaît généralement rien de la mort du désir. Il n’a aucune chance de vous ramener à la vie. Il vous fait l’article d’un produit dont vous ne niez pas la valeur, mais dont il n’a jamais manqué, lui. Il n’a donc aucun argument de vente sérieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
palamede   03 octobre 2021
Vivre avec nos morts de Delphine Horvilleur
Dans les contes pour enfant, il y a souvent une ou plusieurs fées qui se penchent sur le berceau d’un nouveau-né pour y placer un souhait ou offrir un talent. J’ai souvent pensé que Simone [Veil, bien sûr] avait été l’une de ces fées pour les femmes de ma génération, et qu’elle s’était penchée sur nos berceaux en murmurant une puissante promesse. Je suis née en novembre 1974, au moment même où sa voix portait à l’Assemblée nationale un engagement solennel.

« Je voudrais tout d’abord vous faire partager une conviction de femme », avait-elle dit, avant d’ajouter : « Je m’excuse de le faire devant cette Assemblée presque exclusivement composée d’hommes. »

 Il était une fois une femme qui interpellait des parlementaires en leur présentant de prétendues excuses, mais, nous le savions bien, c’était à nous toutes qu’elle s’adressait. 
Commenter  J’apprécie          270

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Lecteurs de Delphine Horvilleur (939)Voir plus


Quiz Voir plus

Radium Girls

Au début du livre, qui est chargée de former Edna, nouvelle à l’usine ?

Quinta
Grace
Mollie

10 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Radium Girls de CyCréer un quiz sur cet auteur