AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.16 /5 (sur 156 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Nancy , le 08/11/974
Biographie :

Delphine Horvilleur, née en 1974 à Nancy, est une femme rabbin et une journaliste française.

En 1992, elle part vivre à Jérusalem.

En 2008, elle obtient son diplôme de rabbin à New York et elle est nommée rabbin à Paris pour le Mouvement juif libéral de France (MJLF).
Elle est, depuis 2009, directrice de la rédaction du magazine Tenou'a, qui explore la richesse de la pensée juive.


Ajouter des informations
Bibliographie de Delphine Horvilleur   (10)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

"Vivre avec nos morts", chez Grasset, est le titre du dernier livre de Delphine Horvilleur, l'une des seules femmes rabbin de France. À ce titre, elle accompagne des endeuillés au quotidien. Son oeuvre célèbre à la fois la puissance de la vie et celle des mots en s'adressant à chacun, sans barrière de religion. Ce récit est un recueil de deuils à la fois de célébrités, mais aussi d'anonymes.  Retrouvez l'intégralité de l'interview ci-dessous : https://www.france.tv/france-5/la-grande-librairie/

Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (96) Voir plus Ajouter une citation
Delphine Horvilleur
Lutvic   19 mars 2021
Delphine Horvilleur
On a longtemps pensé que le propre de l’homme était le langage, le rire ou les rites funéraires, or il n’en est rien. Au bout du compte, il me semble que le propre de l’homme est sa capacité de raconter des histoires et se raconter des histoires. Si certains tournent cela en ridicule, je pense à l’inverse que la force des humains tient à cette capacité à construire des mondes, et à avoir une action politique dans le monde en partageant des récits qui leur permettent d’agir ensemble.



Si nos traditions religieuses, chacune par le biais de ses propres narratifs, se révèlent porteuses d’histoires de vie, elles peuvent apporter quelque chose de l’ordre d’une bénédiction pour nos sociétés. Quand elles se font porteuses de récits de mort – comme elles l’ont souvent fait dans l’histoire, et particulièrement ces dernières années –, alors elles sont une malédiction. Car les assassins du Bataclan se racontaient eux aussi des histoires qui, de leur point de vue, étaient sacrées. De ce travail de conteur, on peut faire le meilleur comme le pire.



A ce titre, les histoires constituent une arme de destruction ou de construction massive dans le monde. Mais quand la mort surgit, la puissance de ces récits est décuplée. Face à la dévastation, soit vous la laissez s’emparer de vous, soit vous agissez avec vos mots pour la contrer.



Source : https://www.lemonde.fr/le-monde-des-religions/article/2021/03/14/delphine-horvilleur-la-laicite-est-une-forme-de-transcendance-une-promesse-d-infini_6073040_6038514.html
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          565
Delphine Horvilleur
Nastie92   22 avril 2019
Delphine Horvilleur
L'antisémitisme est toujours le prélude, le clignotant, le marqueur d'un effondrement général, dont les Juifs sont les premières victimes, mais dont on sait très vite qu'il va concerner tout le monde.

Donc je pense qu'aujourd'hui il faut qu'il y ait un relais de parole, très fort, et d'action, que chacun perçoive à quel point c'est SON problème.

(La Grande Librairie 27 mars 2019)
Commenter  J’apprécie          390
Delphine Horvilleur
Nastie92   09 avril 2021
Delphine Horvilleur
On a tous besoin de rire de Dieu, et je crois que pouvoir rire du sacré est ce qui le constitue, est sa sacralité. S'imaginer qu'on ne peut pas rire de Dieu, à mon sens, c'est le profaner.



[France Culture 03/03/2021, émission "La grande table"]

Commenter  J’apprécie          230
anneqlf   19 avril 2021
Vivre avec nos morts de Delphine Horvilleur
Elle disait qu'on a toute sa vie l'âge de son traumatisme.
Commenter  J’apprécie          20
Passemoilelivre   17 avril 2021
Vivre avec nos morts de Delphine Horvilleur
Il s’agit au fond d’accepter que le propre de la mort est qu’on n’y est plus vivant, apparente lapalissade qui énonce une vérité terrifiante et profonde.
Commenter  J’apprécie          30
Delphine Horvilleur
Nastie92   23 mars 2021
Delphine Horvilleur
Le monde ne se répartit pas entre ceux qui croient et ceux qui ne croient pas, mais entre ceux qui font dans leur monde de la place à l'autre et ceux qui refusent d'en faire.



[France Culture 03/03/2021, émission "La grande table"]

Commenter  J’apprécie          193
Passemoilelivre   17 avril 2021
Vivre avec nos morts de Delphine Horvilleur
Les tueurs ont-ils perçu le paradoxe obscène de leur geste assassin ? Leur croyance en un Dieu qui demande vengeance et se vexe d’être méprisé constitue un gigantesque blasphème. Quel Dieu « grand » devient si misérablement « petit » qu’il a besoin que des hommes sauvent son honneur ? Penser que Dieu s’offusque d’être moqué, n’est-ce pas la plus grande profanation qui soit ? Grand est le Dieu de l’humour. Tout petit est celui qui en manque.
Commenter  J’apprécie          10
Passemoilelivre   17 avril 2021
Vivre avec nos morts de Delphine Horvilleur
Le judaïsme ne connaît aucun clergé, et tout ce qu’un rabbin accomplit peut en principe être réalisé et énoncé par n’importe qui d’autre. Le rabbin n’est qu’une personne dont la communauté reconnaît l’érudition et qu’elle se choisit comme guide, mais en aucune manière, il ou elle n’est un intermédiaire entre Dieu et les hommes.
Commenter  J’apprécie          00
Aela   23 août 2013
En tenue d'Ève : Féminin, pudeur et judaïsme de Delphine Horvilleur
Il est aujourd'hui essentiel d'encourager une réflexion sérieuse sur le genre, au sein des traditions religieuses.

Ce débat, amorcé outre-Atlantique, est d'autant plus complexe que la pensée religieuse et le rite structurent constamment le monde en états contraires et structures binaires entre lesquels l'humanité navigue.

Dans le judaïsme par exemple, cette division du monde est omniprésente: des séparations sont établies entre les statuts (casher/non-casher, pur/impur, etc..) et tout particulièrement entre les genres (hommes/femmes).

La pratique religieuse se méfie des zones floues et des hybrides.

Elle ordonne bien souvent l'univers en catégories distinctes et met en garde contre ce qui lui semble être générateur de confusion.
Commenter  J’apprécie          160
alainmartinez   12 avril 2021
Vivre avec nos morts de Delphine Horvilleur
La laïcité française n’oppose pas la foi à l’incroyance. Elle ne sépare pas ceux qui croient que Dieu veille, et ceux qui croient aussi ferme qu’il est mort ou inventé. Elle n’a rien à voir avec cela. Elle n’est fondée ni sur la conviction que le ciel est vide ni sur celle qu’il est habité, mais sur la défense d’une terre jamais pleine, la conscience qu’il y reste toujours une place pour une croyance qui n’est pas la nôtre.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Sobibor

Pourquoi son père vient-il chercher Emma au supermarché ?

Parce qu'ils ont rendez-vous
Parce que la mobylette d'Emma est en panne
Parce qu'elle a essayé de voler des marchandises

15 questions
94 lecteurs ont répondu
Thème : Sobibor de Jean MollaCréer un quiz sur cet auteur

.. ..