AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.88 /5 (sur 19439 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Boulogne Billancourt , le 01/03/1966
Biographie :

Delphine de Vigan est une romancière française.

Son premier roman, "Jours sans faim", est paru en 2001 aux éditions Grasset sous le pseudonyme de Lou Delvig, pour ne pas heurter sa famille.

En 2007, "No et moi" reçoit le Prix des Libraires. Ce "roman moral" à succès sur une adolescente surdouée qui vient en aide à une jeune SDF a été récompensé par le prix du Rotary International 2009 et par le Prix des libraires 2009. Il a été traduit en vingt langues et une adaptation au cinéma a été réalisée par Zabou Breitman, film sorti en novembre 2010.

En 2008, Delphine de Vigan a participé à la publication de "Sous le manteau", un recueil de cartes postales érotiques des années folles.

En 2009, elle a été récompensée par le "prix du roman d'entreprise," décerné par deux cabinets de conseil (Place de la Médiation et Technologia) avec le soutien du ministre du travail de l'époque Xavier Darcos, pour ses "Heures souterraines" (Jean-Claude Lattès) qui a également obtenu le prix des lecteurs de Corse en 2010. Le roman a été adapté pour Arte par Philippe Harel.

En 2011, elle obtient le prix du roman Fnac, le Prix Roman France Télévisions et le Prix Renaudot des Lycéens pour "Rien ne s'oppose à la nuit" ainsi que le grand prix des lectrices Elle 2012.

Toujours en 2011, elle co-scénarise le film de Gilles Legrand "Tu seras mon fils" avec Niels Arestrup et Lorant Deutsch.

En 2012, elle signe la préface de la BD de sa sœur Margot "Frangines, et c'est comme ça".

En 2015, elle a publié un nouveau roman "D'après une histoire vraie" couronné par le Prix Renaudot et le Prix Goncourt des Lycéens. Le roman est adapté pour le cinéma par Roman Polanski avec Éva Green et Émmanuelle Seigner.

Après son roman "Les loyautés", paru en 2018, elle continue à explorer les grandes valeurs humaines avec "Les gratitudes", paru en mars 2019.

Mère de deux enfants, elle vit avec le critique littéraire, reporter et animateur d'émissions culturelles de radio et de télévision, François Busnel.
+ Voir plus
Source : http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2018/04/delphine-de-vigan-la-realite-sensible.html
Ajouter des informations

30/03/2018

Entretien avec Delphine de Vigan, à propos de son ouvrage Les loyautés



Alors que vos précédents romans ont remporté de nombreux prix parmi les plus prestigieux et que vous êtes aujourd`hui une auteure traduite dans le monde entier, comment vivez-vous la parution d`un nouvel ouvrage ? Etes-vous plutôt rassurée par la confiance et la fidélité que peut vous accorder le public ou vivez-vous cela comme une nouvelle prise de risque, un nouveau départ ?

Chaque roman est une sorte de commencement, ou de recommencement. Un petit saut dans le vide. En la matière, rien ne me rassure et je n`ai aucune envie de me reposer sur mes lauriers ! Je cherche à chaque fois une forme nouvelle, et à déplacer mes propres lignes. Je cherche une forme d`inconfort. Car c`est là que la littérature peut surgir. J`ai la chance d`avoir des lecteurs qui me suivent, qui s`intéressent à mon travail, à son évolution, et à ses contretemps.



Vous revenez donc en librairie avec Les loyautés, votre dernier roman. Cette fois, vous brouillez la frontière entre l`âge adulte et l`enfance à travers quatre personnages, deux jeunes et deux adultes, dont chaque duo semble vouloir emprunter des qualités et des tourments à l`autre. Une volonté de votre part d`écrire sur la confusion des âges à notre époque ?

Mon idée était de travailler sur les loyautés. Ces promesses silencieuses, ces dettes invisibles, ces pactes tacites que nous abritons parfois sans en avoir conscience. Quand je commence à travailler sur un livre, les personnages s`imposent souvent d`eux-mêmes. Sans que je sache - en tout cas au départ - d`où ils viennent, de quoi ils sont faits. Les deux adolescents du roman me sont apparus très vite. Ils étaient là : petites silhouettes encore enfantines dont les corps inachevés sont les caisses de résonance d`un monde qu`ils ne comprennent pas. Ils intègrent et portent sans le savoir les failles des adultes qui les entourent.



Comme dans No et moi, l`un de vos précédents romans, vous vous intéressez à la figure de ces jeunes qui ont vieilli trop vite, qui ont été jetés trop tôt dans la rudesse de l`âge adulte. Inévitablement, on pense à Zazie dans le métro de Raymond Queneau ou encore à Holden Caulfield, le personnage principal de L`Attrape-cœurs de J.D. Salinger. Pourquoi ces personnages vous intéressent-ils tant ?

L`adolescence et la pré-adolescence m`intéressent beaucoup, c`est vrai. Sans doute parce que j`ai eu moi-même le sentiment de grandir trop vite, et que mon entrée dans l`âge adulte n`a pas été simple ! C`est l`âge des mises en danger et des questions essentielles. Un âge fascinant. En ce qui concerne Théo et Mathis, ils sont juste au bord, au seuil, et j`aime cette idée qu`ils ont encore l`air d`enfants. Pourtant quelque chose gronde à l`intérieur d`eux qu`il faudrait savoir entendre.

Ecrire sur cet âge, c`est aussi une manière d`interroger les adultes que nous sommes devenus. Abritons-nous en nous-même l`enfant que nous avons été ? Avons-nous été capable de réparer ses blessures ? Lui avons-nous rendu justice, avons-nous piétiné ses rêves ? Quelle est l`empreinte indélébile dont nous ne pouvons nous défaire ? Est-il possible de l`apprivoiser ?



D`ailleurs le sujet des problèmes d`alcool chez les préadolescents et les jeunes adultes est finalement assez peu traité dans les romans et la littérature contemporaine. D`où vous est venue l`idée d`écrire sur ce thème ?

L`idée vient d`une histoire qu`on m`avait racontée, et qui correspond plus ou moins à la scène finale du roman. Une histoire qui s`est bien terminée mais qui aurait pu être fatale. Par ailleurs, aucun parent aujourd`hui ne peut ignorer que les jeunes boivent de plus en plus jeunes et d`une manière de plus en plus extrême. Cela m`interroge beaucoup. Qu`est-ce que cela révèle du monde qui les entoure et de la pression qui pèse sur eux de toute part ?



Vous évoquez également dans votre roman la difficulté de la profession d`enseignant aujourd`hui, une profession qui doit osciller entre l`apprentissage des connaissances indispensables et l`éducation à rattraper là où les parents ont peut-être abandonné leur rôle. Pourquoi est-ce une dimension qui a pu vous intéresser dans ce livre ? Avez-vous été au contact d`enseignants qui ont pu vous livrer quelques mots sur leur quotidien ?

Là aussi, cela correspond pour moi à des interrogations plus qu`à des convictions. J`imagine combien le métier d`enseignant doit être complexe et exigeant, et combien il est remis en question, bousculé, par les évolutions récentes de notre société. Je ne crois pas que l`enseignant doive se substituer à la famille et endosser un rôle éducatif, mais il ne peut ignorer dans certains cas que l`enfant est en danger. Les quelques enseignants que je connais sont confrontés chaque année à ces situations. Ils ne sont pas toujours formés, ni aidés par l`institution pour tenter d`y répondre.



Deux de vos romans ont déjà fait l`objet d`une adaptation au cinéma. Pensez-vous souvent à cet aspect visuel de votre écriture lorsque vous vous plongez dans la rédaction d`une nouvelle histoire ?

Par l`écriture, je tente de faire naître des images, de convoquer des décors, des souvenirs, des sensations. Cela fait partie de mon travail d`écrivain. Mais je ne pense pas à l`adaptation. On peut avoir une écriture très visuelle, et très complexe à adapter.




Delphine de Vigan et ses lectures



Quel est le livre qui vous a donné envie d`écrire ?

Aucun en particulier. Si la lecture joue aujourd`hui un rôle très important dans mon travail d`écrivain, je ne suis pas sûre qu`elle en soit l`origine.



Quel est l`auteur qui vous a donné envie d`arrêter d`écrire (par ses qualités exceptionnelles...) ?

James Salter, que j`ai pourtant lu en Français.



Quelle est votre première grande découverte littéraire ?

Je crois que c`est Guy de Maupassant. Une vie. Je l`ai étudié en classe de troisième pour la première fois. Je ne lisais que des BD, Gaston Lagaffe, Lucky Luke. Je me rappelle d`un choc. L`idée que l`on pouvait raconter une vie en un livre, c`était merveilleux.



Quel est le livre que vous avez relu le plus souvent ?

Madame Bovary de Gustave Flaubert sans doute. Je l`ai étudié plusieurs fois (au collège, au lycée, en classe préparatoire) et l`ai relu beaucoup plus tard pour mon plaisir.



Quel est le livre que vous avez honte de ne pas avoir lu ?

Ulysse de James Joyce.



Quel est le classique de la littérature dont vous trouvez la réputation surfaite ?

Aucun. Si un livre a traversé les siècles, c`est qu`il a capté quelque chose d`essentiel. Il se peut que cela ne me touche pas ou ne m`intéresse pas, mais cette pérennité a un sens.



Avez-vous une citation fétiche issue de la littérature ?

Des dizaines…



Et en ce moment que lisez-vous ?

Je travaille en tant que scénariste sur l`adaptation d`un roman magnifique de Natacha Appanah, Tropique de la violence. Ce qui m`amène à lire ou relire ses livres plus anciens. Je suis actuellement dans La noce d`Anna, un de ses premiers romans, très fort.



Découvrez Les loyautés de Delphine de Vigan publié auxéditions JC Lattès :



Entretien réalisé par Lara Debelle et Rémy Watremez



étiquettes
Videos et interviews (108) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
33EME FÊTE DU LIVRE DE BRON 6—10 MARS 2019 HIPPODROME DE PARILLY + LIEuX PARTENAIRES Au fil des grands romans, essais, bandes dessinées, recueils poétiques ou livres jeunesse publiés dans l'année, nombreux sont les auteurs qui explorent les liens entre nature et culture, animalité et civilisation, instinct et normes sociales, urbanité et sauvagerie. De Serge Joncour à Nicolas Mathieu, Prix Goncourt 2018 pour Leurs enfants après eux, en passant par la brillante essayiste Marielle Macé, l'écrivain David Diop ou le grand anthropologue Philippe Descola, cette interrogation sur la part animale se double d'une réflexion profonde sur les enjeux de notre monde contemporain – l'urgence environnementale, la violence sociale, la pauvreté, les migrations – autant de thèmes que la littérature et les sciences humaines permettent d'éclairer et de mettre en perspective. Mais La Vie Sauvage, c'est aussi la vie vivante, électrique, désobéissante, audacieuse et imaginative, cette part de rêve et de poésie, de subversion et d'invention que les livres continuent de porter envers et contre tout. La littérature aussi est une forme de vie sauvage ! Avec DOMINIQUE A · NINE ANTICO DIDIER CORNILLE · GAUTHIER DAVID PHILIPPE DESCOLA · DAVID DIOP · FABCARO · JÉRÔME FERRARI · JÉRÉMIE FISCHER · RAPHAËLE FRIER · CLAIRE GARRALON · PIERRE GUYOTAT · SERGE JONCOUR · ANDREÏ KOURKOV · OLIVIA DE LAMBERTERIE · RÉGIS LEJONC · NICOLAS MATHIEU · LAURENT MOREAU · FRANÇOIS MOREL · JEAN-CLAUDE MOURLEVAT · FRANCK PRÉVOT · VÉRONIQUE OVALDÉ · ATIQ RAHIMI · DELPHINE DE VIGAN · ÉRIC VUILLARD · VALÉRIE ZENATTI. Festival en entrée libre. Programmation complète sur www.fetedulivredebron.com. Suivez la Fête du Livre de Bron : facebook.com/fetedulivredebron twitter.com/FeteBron instagram.com/fetedulivredebron Réalisation : François Leconte/Agence Tintamarre ©2019
+ Lire la suite
Podcasts (6) Voir tous


Citations et extraits (3351) Voir plus Ajouter une citation
lagrandestef   11 février 2010
No et moi de Delphine de Vigan
On est capable d'envoyer des avions supersoniques et des fusées dans l'espace, d'identifier un criminel à partir d'un cheveu ou d'une minuscule particule de peau , de créer une tomate qui reste trois semaines au réfrigérateur sans prendre une ride , de faire tenir dans une puce microscopique des milliards d'informations . On est capable de laisser mourir des gens dans la rue.
Commenter  J’apprécie          4214
caro64   15 mai 2009
No et moi de Delphine de Vigan
Dans la vie il ya un truc qui est gênant, un truc contre lequel on ne peut rien: il est impossible d'arrêter de penser. Quand j'étais petite je m'entraînais tous les soirs, allongée dans mon lit, j'essayais de faire le vide absolu, je chassais les idées les unes après les autres, avant même qu'elles deviennent des mots, je les exterminais à la racine, les annulais à la source, mais toujours je me heurtais au même problème: penser à arrêter de penser, c'est encore penser. Et contre ça on ne peut rien.
Commenter  J’apprécie          2600
Marsup   12 mai 2010
No et moi de Delphine de Vigan
«Et si c'était ça le bonheur, pas même un rêve, pas même une promesse, juste l'instant.»
Commenter  J’apprécie          2341
Mia   10 février 2008
No et moi de Delphine de Vigan
Noël est un mensonge qui réunit les familles autour d'un arbre mort recouvert de lumières, un mensonge tissé de conversations insipides, enfoui sous des kilos de crème au beurre, un mensonge auquel personne ne croit.
Commenter  J’apprécie          1820
marina53   14 septembre 2015
D'après une histoire vraie de Delphine de Vigan
De certains mots, de certains regards, on ne guérit pas. Malgré le temps passé, malgré la douceur d'autres mots et d'autres regards.

Commenter  J’apprécie          1553
She_Night   02 octobre 2010
Les heures souterraines de Delphine de Vigan
- A partir de quand on est en couple?

- Quand on pense à l'autre tous les jours, quand on a besoin d'entendre sa voix, quand on s'inquiète de savoir si il ou elle va bien. Quand on est capable d'aimer l'autre tel qu'il est, quand on est seul à voir ce qu'il peut devenir, quand on a envie de partager l'essentiel. Quand cela devient plus important que tout le reste.
Commenter  J’apprécie          1520
caro64   26 janvier 2010
Les heures souterraines de Delphine de Vigan
Mais les gens désespérés ne se rencontrent pas. Ou peut-être au cinéma. Dans la vraie vie, ils se croisent, s’effleurent, se percutent. Et souvent se repoussent, comme les pôles identiques de deux aimants.
Commenter  J’apprécie          1450
marina53   11 octobre 2012
Rien ne s'oppose à la nuit de Delphine de Vigan
J'écris ce livre parce que j'ai la force de m'arrêter aujourd'hui sur ce qui me traverse et parfois m'envahit, parce que je veux savoir ce que je transmets, parce que je veux cesser d'avoir peur qu'il nous arrive quelque chose comme si nous vivions sous l'emprise d'une malédiction, pouvoir profiter de ma chance, de mon énergie, de ma joie, sans penser que quelque chose de terrible va nous anéantir et que la douleur, toujours, nous attendra dans l'ombre.
Commenter  J’apprécie          1410
pages-de-lecture   18 juin 2009
No et moi de Delphine de Vigan
Je ris aussi je crois, je suis heureuse, là, tout de suite, dans l'engourdissement du sommeil, et si c'était ça le bonheur, pas même un rêve, pas même une promesse, juste l'instant.



Moi, je m'en fous pas mal qu'il y ait plusieurs mondes dans le même monde et qu'il faille rester dans le sien. Je ne veux pas que mon monde soit un sous ensemble A qui ne possède aucune intersection avec d'autres (B,C ou D), que mon monde soir une patate étanche traçée sur une ardoise, un ensemble vide.



Dans les livres il y a des chapitres pour bien séparer les moments, pour montrer que le temps passe ou que la situation évolue, et même parfois des parties avec des titres chargés de promesses, La rencontre, L'espoir, La chute, comme des tableaux. Mais dans la vie il n'y a rien, pas de titre, pas de pancarte, pas de panneau, rien qui indique attention danger, éboulements fréquents ou désillusion imminente. Dans la vie on est tout seul avec son costume, et tant pis s'il est tout déchiré.
Commenter  J’apprécie          1280
isabiblio   25 juillet 2009
No et moi de Delphine de Vigan
"certains secrets sont comme des fossiles et la pierre est devenue trop lourde pour la retourner"
Commenter  J’apprécie          1031

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Delphine de Vigan

Delphine de Vigan a écrit son premier roman "Jours sans faim" sous un pseudonyme. Quel est-il ?

Agnès Dantzig
Lou Delvig
Sara Dliping
Mia Dumrig

10 questions
216 lecteurs ont répondu
Thème : Delphine de ViganCréer un quiz sur cet auteur

.. ..