AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques de Dian Hanson (6)
Classer par:   Titre   Date   Les plus appréciées
New Erotic Photography
  06 avril 2019
New Erotic Photography de Dian Hanson
Cette période du tournant du 21eme siècle, dans la lignée des prédécesseurs célèbres comme helmut Newton, Irina Ionesco et d'autres, n'a pas vraiment apporté grand chose de nouveau.

Chaque photographe est présenté par une fiche détaillée sur son parcours, sa tendance préférée, complétée par des citations extraite d'interviews...

Côté photo, il y a du trash et du romantique, de l'explicite et du suggéré (le plus puissant à mon sens surtout quand c'est le regard du modèle qui est mis en valeur) de la couleur et du noir et blanc...

Le monde de la photo érotique se partageait encore entre New-York, la Californie et Paris, et dans une moindre mesure Londres et Zurich.
Commenter  J’apprécie          110
The Big Book of Pussy
  18 mars 2012
The Big Book of Pussy de Dian Hanson
Il était une fois… le Minou !





Tous les amoureux du ‘triangle des Bermudes’ féminin l’attendaient avec une totale impatience, le voici donc : le livre des ‘chattes’, mais ne serait-ce pas plutôt des ‘chats’, en l’occurrence des ‘chas’ (de l’aiguille, qui a quand même un rapport visuel plus direct avec le sexe féminin que nos chers compagnons à poils et à pattes ; d’autant plus que peu de personnes ont eu la chance que d’entendre vraiment ronronner un minou féminin ; mais le fait est courant, qui vaut également aux pauvres phoques de passer pour des sodomites, alors qu’il s’agit du foc, une voile qui prend le vent… par derrière), un pavé de près de 400 pages de ‘chattes’ délicates, imprimées sur du beau papier bien épais, avec des textes en anglais, allemand et français côte à côte par colonnes, avec des photos en noir et blanc et en couleur ; bref, l’un de ces livres dont Taschen a le secret (bien faits, assez imposants de par leur taille et leur poids et pas vraiment chers par rapport à leur qualité).





Contenu :





- De la page 19 à la page 41 : une éclairée introduction de Dian Hanson (l’éditrice américaine du livre) sur les minous à travers l’histoire





- De la page 42 à la page 91 : les années 1900 à 1959, inclus un article sur la célèbre ‘porn-star’ Vanessa del Rio dont l’aiguillon de Vénus hypertrophié (clairement montré ici) est entré dans la légende





- De la page 92 à la page 163 : les années 60, inclus un article sur l’acteur et réalisateur de cinéma pornographique David ‘Pussyman’ Christopher, grand-prêtre de l’assise faciale qui tente désespérément depuis sa naissance (ou presque) de retourner d’où il vient





- De la page 164 à la page 257 : les années 70, inclus deux articles sur Mouse, la britannique performeuse qui fait de l’art et même des ‘miracles’ avec sa bonbonnière (les photos sont explicites) et Steve Shubin, le créateur des grottes d’amour artificielles de poche (l’équivalent pour les hommes des godemichés de ces dames)





- De la page 258 à la page 313 : les années 80 et 90, inclus un article sur Flower Tucci, une femme-fontaine au plaisir inondant





- De la page 314 à la page 367 : les années 2000, inclus un article sur Buck Angel, un hermaphrodite doté d’un véritable étui à clarinette strictement naturel





Le tout se présente de la manière suivante : plusieurs pages de photos pleines pages, un article illustré abondamment avec des photos de taille petite et moyenne, à nouveau plusieurs pages de photos pleines pages, à nouveau un article et ainsi de suite jusqu’aux pages finales.





Les photos sont émouvantes et raviront tous ceux qui comme Jason cherchent leur ‘Toison d’or’ des moites jungles tropicales aux pelouses parfaitement tondues de nos régions plus ‘civilisées’. Et en plus, on apprend pas mal de petites choses soit amusantes, soit intéressantes, sur les corridors d’amour, ces bouches ardentes qui n’ont pas fini de nous faire fantasmer.





Si les grandes et petites voiles de ce bateau dont l’aiguillon de Vénus, la cave à champagne et la caverne d’un Ali qui en reste baba à chaque fois, ont encore quelques mystères pour vous, embarquez donc pour ce voyage aux confins de terres encore partiellement peu pratiquées par la gent masculine : vous en reviendrez ravi, détendu et prêt, peut-être, à rejoindre les aventuriers de l’abricot fendu !





A noter : le livre est entouré d’une jaquette en plastique transparent sur laquelle est imprimé un sous-vêtement (recto et verso) qui du coup ‘disparaît’ dès que vous enlevez cette jaquette, libérant complètement des formes bien aguichantes…

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
KO-TOM OF FINLAND
  18 juillet 2017
KO-TOM OF FINLAND de Dian Hanson
Comme à son habitude Taschen nous propose un ouvrage de qualité, de belle facture. Les hommes de Tom of Finland n'ont pas perdu de leur fraîcheur. Ces histoires érotiques sont simples, réussies et participent joyeusement à la machine à fantasmes, le tout dans la bonne humeur et l'humour. L'occasion avec cette compilation de découvrir tout le talent de l'artiste et surtout Kake, le symbole de l'identité gay des années 1970. A ranger du côté de sa table de chevet
Lien : https://fromtheavenue.blogsp..
Commenter  J’apprécie          10
VA-WORLD WAR II MY BUDDY
  21 juillet 2014
VA-WORLD WAR II MY BUDDY de Dian Hanson
En gros ça parle de :



Pendant la seconde guerre mondiale, les armées encourageaient le rapprochement des soldats deux par deux, créant les "buddy", le copain à la vie à la mort. L'idée est simple: à un moment se jeter sous les flammes pour sauver le monde libre ça va bien alors les jeunes allaient se jeter pour sauver leur buddy. Aussi simple que ça. Création donc d'une amitié particulière donc, dont les photos refont surface aujourd’hui après la mort de leurs protagonistes et patiemment collectées par l'auteur.



Mon avis à moi que j'ai :



C'est une loi de la nature à peu prés aussi stable que la gravité : tu donnes un appareil photo à un mec et passé deux jours tu auras une photo de sa bite ou celles de ses copains. C'est tellement imparable que des site internet entiers marchent là dessus. A croire même que l'expression "coucou le petit oiseau va sortir" a été inventée pour eux... Autre règle intangible, passé 48 heures en isolement (camping, randonnée, isolement psychiatrique, festival des vieilles charrues) ou même moins (quelques minutes à peine pour les vestiaires) avec un ou des mecs et paf ! on va te montrer sa bite. Là aussi c'est imparable. Même quand ils peuvent l'éviter facilement, ils ne l'évitent pas, à croire donc qu'ils le font exprès. Mais tout ceci s'accompagne evidemment d'une diatribe "Hétéro Power" donc l'honneur est sauf : je te montre ma bite parce que je ne suis pas un pédé; je ne suis pas un pédé parce que je te montre ma bite. Voilà, voilà...



Si vous avez un peu suivi mon actualité littéraire (ce qui en soi n'est pas dur vous remarquerez...) vous savez que ces "trous" dans la masculinité triomphante m'ont toujours amusé, perturbé, questionné; par ce qu'il disent et par ce qu'ils cachent, ce qu'ils sous entendent. Ce qu'ils démentent aussi de l'intangibilité triomphante du genre. Et puis aussi disons-le parce qu'en tant que gay qui côtoie presque exclusivement des hétéros je m'en suis pris plein la gueule symboliquement ou directement sur ce sujet, la "tolérance " pour les gays , même avec des amis très proches , montre des limites très nettes et bien claires qui ne s'encombrent pas de formes parfois. Je ne suis pas un homme comme eux, je suis un gay avant tout et quoi qu'il arrive; on peut hurler, leur taper sur la gueule, ou se moquer de leur bêtise ahurissante, moi j'ai choisi mon camp.



Tout ceci explique donc que j'attendais ce livre entier sur ce sujet, une occasion de plus de rire et d'explorer les limites de ce fait qui m'amuse: déjà en 40 les mecs avec un appareil photo gardaient des image de la bite de leurs potes, ah, ah !



Le problème inattendu c'est que ces photos dont strictement sans ambiguïté et me voilà fort marri. A part quelques rares rares exceptions (3 photos en tout dans le livre? Toutes les photos de Proust habillé jusqu'au col sont infiniment plus troubles) ce sont clairement des photos des jeunes gens, prises dans leurs moments de repos, point barre. Ce qui est pourtant assez logique au fond puisque si l'intention n'était pas aussi claire personne n'aurait osé prendre ces photos... CQFD. Alors au final pour tout dire, ces photos mettent mal à l'aise : ce sont des photos tout à fait privées, de moments qui n’appartenaient qu'à eux et qui n'auraient jamais du être publiées. Leur destin étaient d'être oubliées au fond d'un placard et de bruler avec leurs propriétaire... Et le discours collé dessus, a force de citation de Gore Vidal, met encore plus mal à l'aise, on ne peut pas tordre indéfiniment le signifiant : ces photos n'ont rien à dire.



Enfin si, une seule chose, elles montrent à quel point les combattants étaient jeunes avec des corps et des attitudes de grands enfants, ce qui paradoxalement augmente encore le respect qu'on leur doit.
Lien : http://yannfrat.com/blog/?p=..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
The Big Butt Book
  18 mars 2012
The Big Butt Book de Dian Hanson
Et Dieu créa… la Lune !





Avec près de 380 pages de fessiers plantureux hors-normes, imprimés sur du beau papier bien épais, avec des textes en anglais, allemand et français côte à côte par colonnes, avec des photos en noir et blanc (surtout) et en couleur (en partie) ainsi que des reproductions de couvertures de magazines d’époque, c’est l’un de ces livres dont Taschen a le secret (bien faits, assez imposants de par leur taille et leur poids et pas chers par rapport à leur qualité).





Contenu :





- De la page 24 à 45 : une éclairée introduction de Dian Hanson (l’éditrice américaine du livre) sur les croupes à travers l’histoire





- De la page 46 à la page 105 : les années 40 & 50, inclus un article sur John Stagliano, le plus légendaire explorateur de la face cachée de la Lune du cinéma pornographique américain





- De la page 106 à 231 : les années 60, inclus trois articles sur ‘Buffie The Body’ (une afro-américaine dont le postérieur est tout simplement incroyable), le légendaire pape du dessin underground Robert Crumb (‘Fritz the cat’), qui a toujours flanqué ses héroïnes de fesses gigantesques, et ‘Watermelon Woman’, la brésilienne aux 117cm de tour de hanches





- De la page 232 à 333 : les années 70 & 80, inclus trois articles sur Coco (le célèbre mannequin et actrice de série B et compagne du rappeur Ice T), Tinto Brass (le Russ Meyer de la croupe assassine) et Eve Howard (une adepte passionnée de la fessée)





- De la page 334 à la fin : le mot de la fin et les plus impressionnantes photos du livre, un hymne aux popotins XXL





Le tout se présente de la manière suivante : plusieurs pages de photos pleines pages, un article illustré abondamment avec des photos de taille petite et moyenne, à nouveau plusieurs pages de photos pleines pages, à nouveau un article et ainsi de suite jusqu’aux très spectaculaires photos de la fin…





Les photos sont splendides et raviront tous ceux qui ont un faible pour l’étroit mousquetaire et ses deux orphelines. Et en plus, on apprend pas mal de petites choses soit amusantes, soit intéressantes, notamment sur la passion de la rude fessée chez certaines de nos compagnes…





Si vous faites partie de ceux qui succombent aux lunes astronomiques, cassez immédiatement votre tirelire et commandez ce livre imposant, et que votre étendard d’amour flotte aux vents de ces si charmants arrière-trains qui, même s’ils ne sifflent pas forcément trois fois, sauront vous faire vibrer !





A noter : le livre est entouré d’une jaquette en plastique transparent sur laquelle est imprimé un sous-vêtement (recto et verso) qui du coup ‘disparaît’ dès que vous enlevez cette jaquette, libérant complètement des formes bien aguichantes…

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
The Big Book of Breasts
  18 mars 2012
The Big Book of Breasts de Dian Hanson
Quelle émotion !





Avec près de 400 pages de gros seins comme on n’en voit pas strictement tous les jours, imprimés sur du beau papier bien épais, avec des textes en anglais, allemand et français côte à côte par colonnes, avec des photos en noir et blanc (surtout) et en couleur (en partie) ainsi que des reproductions de couvertures de magazines d’époque, c’est l’un de ces livres dont Taschen a le secret (bien faits, assez imposants de par leur taille et leur poids et pas chers par rapport à leur qualité).





Contenu :





- De la page 24 à 45 : une introduction de Dian Henson (l’éditrice à Los Angeles)





- De la page 46 à la page 121 : les années 50, inclus deux articles sur les strip-teaseuses Tempest Storm et Candy Barr





- De la page 122 à 257 : les années 60, inclus trois articles sur l’actrice June Wilkinson, une anglaise que Hugh Hefner surnomma « LA Poitrine », sur la hippie nudiste Michelle Angelo ainsi que sur l’égérie de Russ Meyer, la suédoise Uschi Digard





- De la page 258 à 390 : les années 70, inclus trois articles sur Candy Samples, une américaine mûre aux seins spectaculaires, l’actrice mexicaine Kitten Natividad qui joua notamment sous la direction de Russ Meyer et la chanteuse américaine Candye Kane





- De la page 382 à la fin : un court papier sur Norma Stitz, une afro-américaine aux seins particulièrement imposants





Le tout se présente de la manière suivante : plusieurs pages de photos pleines pages, un article illustré abondamment avec des photos de taille petite et moyenne, à nouveau plusieurs pages de photos pleines pages, à nouveau un article et ainsi de suite jusqu’aux très spectaculaires photos de la fin…





Les photos sont toutes splendides et raviront tous les amateurs mateurs de grosses poitrines. Et en plus, on apprend pas mal de petites choses soit amusantes, soit intéressantes et notamment que les seins se ‘trafiquent’ depuis bien plus longtemps que l’apparition des techniques actuelles…





Aussi si vous aimez les femmes bien faites, n’hésitez pas une seconde et passez commande : vos yeux et ce qui s’y rattache directement et indirectement vous en remercieront longtemps !





A noter : le livre est entouré d’une jaquette en plastique transparent sur laquelle est imprimé un sous-vêtement qui du coup ‘disparaît’ dès que vous enlevez cette jaquette, libérant complètement des formes bien aguichantes…

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

LNHI-32791: littérature - romans libertins et leurs auteurs

Le roman 'Le sopha, conte moral' (Claude P. de Crébillon, 1737) est une série de rencontres amoureuses narrées par un certain Amanzéï. Comment ce narrateur a-t-il appris toutes les histoires qu'il raconte au sultan Schah-Baham?

Il les a simplement vécues lui-même avec 7 femmes, en 7 ans.
Transformé en divan, il a participé en tant que meuble à ces histoires.
C'est son grand-père, grand amateur de femmes, qui les lui a racontées.

10 questions
18 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman léger , libertins , érotismeCréer un quiz sur cet auteur