AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.99 /5 (sur 367 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Diane Peylin est une jeune auteure Française.
Elle a été professeur de français, puis institutrice ou encore gérante de gîtes et villas en Ardèche. Aujourd'hui, elle se décrit comme nomade et vit sur un voilier avec son fils et son compagnon.

Publications:

2008 : ‘’Chambre 442’’ (sur la prostitution en Thaïlande) - NOUVELLE - chez Jacques André Editeur

2010 : ‘’Noa, de l’autre côté…’’ (illustré par Gaëlle Boissonnard) - CONTE - chez Balivernes Editions.

2011 : ‘’A l’ endroit où elles naissent’’ (préfacé par Maxime Le Forestier) - ROMAN - Grand Prix du Roman de l’été et Coup de Cœur Paulo Coelho - chez Les Nouveaux Auteurs. (également chez Pocket)

2012 : "Sang tsigane'' - ROMAN - Les Nouveaux Auteurs

Plus d’informations sur mon site : http://l.encre.de.l.amer.over-blog.com/
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Diane Peylin   (9)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

A la rencontre de Diane Peylin (Juin 2016) TV07


Citations et extraits (83) Voir plus Ajouter une citation
"On a deux vies. La deuxième commence le jour où on réalise qu'on en a juste une. "
Confucius .
Commenter  J’apprécie          331
Les choses passent mais laissent toujours des traces. Elles s'imprègnent. Parfois c'est énorme, voyant, odorant. Mais c'est souvent imperceptible. Les marques et les morsures d'une vie trouvent toujours des cachettes dans le corps et dans le cœur. Elles se planquent sous des couvertures, s'enferment à clé dans les tiroirs, s'entassent sous les os. Et les images les plus crasses sont souvent réduites en miettes pour se perdre dans les méandres du cerveau.
Commenter  J’apprécie          221
Je pensais être parti plus longtemps. Je croyais m'être perdu dans quelque chose d'immense, d'irréversible, bien plus qu'un labyrinthe, un abîme. J'étais terrifié à l'idée de cette inexorable perte, de cette nouvelle vie, vide de tout ce qui avait été, de cette page que j'avais tourné sans me soucier des conséquences, de cette fuite, de ces années. Mais non.
Tout est là.
Commenter  J’apprécie          150
Les yeux d'un père, ce qu'ils disent, infligent, cachent, ça construit un homme. Ce sont ses fondations, ses points d'ancrage. À partir de là, c'est tout qui s'échafaude, peu importe si les piliers sont bancals et vermoulus, il faut bien que l'enfant devienne homme. il grandit, en équilibre sur ses soubassements fissurés, et se réveille un jour au bord du gouffre, conscient que, de toute façon, il était voué à s'effondrer.

p.121
Commenter  J’apprécie          140
Un jour
Il y aura autre chose que le jour
Une chose plus franche, que l'on appellera le Jodel
Une encore, translucide comme l'arcanson
Que l'on s'enchâssera dans l'oeil d'un geste élégant
Il y aura l'auraille, plus cruel
Le volutin,plus dégagé
Le comble, moins sempiternel
Le baouf, toujours enneigé
Il y aura le chalamondre
L'Ivrunini, le baroïque
Et tout un planté d'analognes
Les heures seront différentes
Pas pareilles, sans résultat
Inutile de fixer maintenant
Le détail précis de tout ça
Une certitude subsiste : un jour
Il y aura autre chose que le jour.

(Boris Vian)
Commenter  J’apprécie          130
Mon père ne m'a jamais donné de coups, pourtant, plus d'une fois, il m'a mis à terre.
Commenter  J’apprécie          130
Car Salvi croit au pouvoir des morts, il pense que ce sont des invisibles et non des absents, que même après leur départ ils continuent de jouer un rôle.
Commenter  J’apprécie          120
Il y a des jours où le temps s'arrête pour une longue respiration. Où les mâchoires se desserrent. Où les questions persistantes ne persistent plus. Laissant naître des bulles d'air sous le crâne. Des heures suspendues qui se balancent au gré des courants d'air en se moquant des nuages noirs qui se cachent derrière. Des jours entre parenthèses où les draps blancs des fantômes ne couvrent plus le regard des vivants.

p.97
Commenter  J’apprécie          90
Cette souffrance n’était pas la sienne et leur présence l’empêchait de s’en défaire. Il était temps pour elle d’ignorer leurs plaintes, d’écouter ses propres désirs et d’entendre à nouveau l’écho de son rire chatouiller ses oreilles.
Commenter  J’apprécie          80
Pyromane. Tu as dans la tête des allumettes qui craquent. Crac. Étincelles meurtrières qui naissent sous ton crâne. Crac. Tu es possédé par une foudre démoniaque. Tu rêves de flambeaux et de bûchers. De braises et de briquets. Dragon de pacotille, tu craches et tu fuis quand tout flambe. Et tu cherches dans la nuit des lambeaux carbonisés. Trophées.

p.158
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Diane Peylin (458)Voir plus

Quiz Voir plus

Le Nouveau Roman

Le Nouveau Roman est un mouvement littéraire qui s’est essentiellement déployé :

Dans les années 50/60
Au cours des années 1920
Dans les années 80/90
Vers la fin du XIX° siècle

8 questions
3 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

{* *}