AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4/5 (sur 907 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : près de Reading , le 22/08/1964
Biographie :

Diane Setterfield est une romancière britannique.

Elle est devenue célèbre grace à la publication de The Thirteenth Tale (Le Treizième Conte), promu New York Times bestseller. L'ouvrage est écrit à la manière gothique, et n'est pas sans rappeler Jane Eyre.
Avant d'écrire, Setterfield a étudié la littérature française à l'Université de Bristol.
Elle vit actuellement dans le Yorkshire du Nord avec son mari, et rédige son nouveau roman.

Elle commence à écrire Le Treizième Conte cinq ans avant sa parution. Elle prend, tout d’abord, des notes, qu’elle abandonnera un temps. Plus tard, elle rédige un premier jet, qu’elle améliorera par la suite. Ce premier roman reflète sa nostalgie et son envie d’un retour aux classiques de la littérature britannique.

Elle envoie son manuscrit à Vivien Green, son agent actuel. Il le lit le jour même et décide de l’envoyer à une douzaine d’éditeurs. La première offre tombe dès le lendemain : en effet, si Le Treizième Conte constitue son premier roman, Diane Setterfield et son écriture présentent toutes les qualités d’un écrivain confirmé.


+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Diane Setterfield   (3)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

interview de Diane Setterfield


Citations et extraits (136) Voir plus Ajouter une citation
Je consultai l'ordonnance. D'une écriture vigoureuse, il avait inscrit : Sir Arthur Conan Doyle, Les Aventures de Sherlock Holmes. Prendre dix pages, deux fois par jour, jusqu'à épuisement du stock.
Commenter  J’apprécie          240
Les gens, en mourant, disparaissent. Leur voix, leur rire, la chaleur de leur souffle. Leur chair. Et pour finir, leurs os. Plus rien n'est là pour rappeler qu'ils ont vécu. C'est une réalité à la fois terrible et naturelle. Et pourtant, certains se voient épargner un anéantissement aussi total. Car dans les livres qu'ils ont écrits ils continuent à exister. Nous pouvons les redécouvrir. Retrouver leur humour, la tonalité de leur voix, leurs humeurs. Par le biais du mot écrit, ils peuvent nous mettre en colère, ou en joie. Nous réconforter. Nous intriguer. Nous transformer. Et tout cela, alors même qu'ils sont morts. A l'instar d'insectes piégés dans l'ambre, ou de cadavres prisonniers des glaces, ce qui, selon les lois de la nature, devrait disparaître se trouve, grâce au miracle de l'encre sur le papier, préservé. Une forme de magie.
Commenter  J’apprécie          210
" - Tu connais des histoires ? demanda Emma à Aurelius.
" - Rien qu'une.
" - Rien qu'une ? fit-elle, abasourdie. Y a des crapauds dedans ?
" - Non.
" - Des dinosaures ?
" - Non.
" - Des passages secrets ?
" - Non."
Les enfant se regardèrent. De toute évidence, elle devait être plutôt moche, cette histoire.
" Nous, on en connaît des tas, dit Tom.
- Des tas, dit sa sœur d'un air rêveur. Avec des princesses, des crapauds, des châteaux hantés, des bonnes fées...
" - Des chenilles, des lapins, des éléphants...
" - Toutes sortes d'animaux.
" - Plein de sortes."
Ils se turent, absorbés dans la contemplation partagée d'autres mondes.
Commenter  J’apprécie          200
La lecture ne m'avait jamais trahie. Avait toujours été la seule chose sur laquelle je pouvais compter.
Commenter  J’apprécie          190
Quand on n'est rien, on invente. Pour combler le vide.
Commenter  J’apprécie          190
" Parfois, on sait des choses. A propos de soi-même. Des choses qui remontent loin, avant ses propres souvenirs. Sans pouvoir l'expliquer."
Commenter  J’apprécie          180
Vous connaissez ce sentiment qui vous vient quand on commence un nouveau livre avant que la membrane du précédent ait eu le temps de se refermer complètement? Les idées, les thèmes et même les personnages du dernier ouvrage ont imprégnés les fibres de vos vêtements, et quand vous ouvrez le suivant, ils sont toujours là.
Commenter  J’apprécie          170
Sa gorge expulsait les mots comme autant de petits cailloux, durs et secs.
Commenter  J’apprécie          180
La pluie d’été explosait mollement sur ses épaules en grosses gouttes tièdes qui semblaient contenir leur double poids d’eau. C’était le soir, mais il ne faisait pas encore nuit, et la lumière tombait sur les feuilles mouillées et les flaques des chemins, nimbant tout d’un scintillement argenté. Les gouttes incessantes donnaient au miroitement du fleuve un fini grêlé.
Commenter  J’apprécie          160
Bien que les enfants soient capables de la plus grande cruauté. Le problème, c'est que nous nous refusons à le reconnaître.
Commenter  J’apprécie          170

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Diane Setterfield (1191)Voir plus

Quiz Voir plus

Morales de La Fontaine (1)

Dans quelle fable de J. de La Fontaine trouve-t-on cette morale: « Rien ne sert de courir, il faut partir à point » ?

Le renard et le bouc
Le laboureur et ses enfants
Le lièvre et la tortue
L’ours et l’amateur des jardins

8 questions
197 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie françaiseCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..