AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.19/5 (sur 59 notes)

Nationalité : Russie
Né(e) à : Moscou , le 19/02/1964
Biographie :

Dmitri Michaïlovitch Lipskerov (Дмитрий Михайлович Липскеров) est un écrivain, romancier, nouvelliste et dramaturge.

Diplômé de la prestigieuse école théâtrale Chtchoukine (1981-1985), il commence alors à écrire des pièces de théâtre et devient membre de l’Union des écrivains soviétiques en 1989.

Il connaît la consécration littéraire avec ses deux premiers romans : "Les quarante ans de Tchantchjoe" et "L’Espace de Gottlieb" (1998). Publié d’abord dans la prestigieuse revue Novy Mir en 1996, "Les quarante ans de Tchantchjoe" est réédité par Vagrius en 1997, et figure dans la liste des livres sélectionnés pour le Booker Prize russe en 1997.

"Le dernier rêve de la raison", son troisième roman, est publié en 2000 et "Léonide doit mourir", en 2006.

En 1998, Lipskerov fonde le prix littéraire indépendant, Debut, destiné à aider les auteurs débutants, et en 2008, le prix Neformat.

Il a vécu aux Etats-Unis de 1991 à 1993. Père de deux enfants, il vit actuellement à Moscou, où il possède également un restaurant.

site officiel : http://lipskerov.ru/
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Dmitri Lipskerov   (3)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
Cette fois-ci la partie se prolongea sur trente-deux coups, après quoi, il resta sur le tablier les trois pièces blanches principales, face au roi noir, protégé par un seul pion.
Iossif aurait pu abréger bien plus tôt les souffrances de l'adversaire, mais il voulait l'inciter à se rendre, ce qui aurait épargné au colonel le déshonneur lié à la formule "échec et mat". Or, le guébiste ne se rendait pas, il faisait courir son roi deci delà, en constellant l'échiquier de gouttes de sueur, tandis que Iossif lui préparait échec après échec, jusqu'à ce que Biélitch lui adresse enfin un signe de la tête : "Achève-le !"
Iossif déplaça sa tour à l'horizontale et déclara :
- Échec et mat !
Le commandant fut sur le point de danser à la cosaque. Son visage avait rougi comme celui de Jamine, mais pour une autre raison : c'était du bonheur, alors que le colonel semblait au bord de l'apoplexie.
- Youpin ! répliqua le guébiste. Sale youpin ! À sa grande surprise, Iossif montra les dents :
- Amateur de sexe anal !
- Tu te permets de me parler comme ça, roquet ? fit le colonel bardé de décorations. D'un bond, il tendit la main vers son holster. Je vais te noyer dans les chiottes bâtard ! Je vais te fusiller sous les yeux de Lénine ! Mais qu'est-ce qu'il fout encore ici, Lénine ? Pourquoi vous ne l'avez pas viré de là, putain ?
Le commandant fut obligé d'intervenir :
- Remettons tout cela à plus tard, monsieur le colonel. Il y a des règles à respecter. Il faut jouer la troisième partie. Quand on a fait une promesse, on la tient. Après, vous pourrez fusiller Lénine lui-même, si cela vous chante.
Commenter  J’apprécie          5648
Le dernier épisode lui était envoyé par une vessie pleine qui tira Arséni Andréiévitch du sommeil, quoique pas complètement.
En pilotage automatique, il quitta son lit et, sans ouvrir les yeux, pour rester en contact avec son rêve, il se rendit dans sa salle de bain à laquelle l'éclairage nocturne donnait une teinte légèrement verdâtre. Les deux pieds devant la cuvette, il abaissa son pantalon de pyjama et sa main s'aventura vers son bas-ventre. Rien. Elle ne parvenait pas à trouver l'objet de sa quête, l'appendice que l'organisme utilise en général pour se séparer d'un excès de liquide. Il lui fallut se réveiller afin de restaurer sa coordination. Ouvrant les yeux, il plaqua une main sur le mur, tandis que la seconde partait à la recherche de l'organe le plus important du corps masculin. Aucune trace... Tel un vieil ordinateur qui aurait planté, le cerveau d'Iratov analysait avec difficulté l'information transmise par voie tactile. Il dut se pencher pour activer sa vision. Et, à ce moment là, un cri d'agonie monta de sa conscience, comme si on venait de le perforer à l'aide d'un couteau électrique.
Il n'y avait rien !!! Que dalle !!!
Commenter  J’apprécie          4541
Pendant une longue minute, elle se retrouva privée de l'usage de la parole. Dans sa main, agitant pieds et poings, gisait un homoncule tout nu, au petit visage fripé, à peine plus grand que l'index d'Alissa. Il était de sexe masculin et versait de minuscules larmes perlées.
- Il est vivant ! Lâcha la jeune fille qui poussa un cri, toute excitée par ce miracle inédit de la nature.
Un gnome ! J'ai attrapé un gnome ! (son âme vit alors naître quelque chose qui tenait de la fête improvisée). Un petit gnome ! Un petit gnome rien qu'à moi !
Après quoi elle se dit que ce n'était pas un simple gnome, mais un petit Schtroumpf tout ce qu'il y avait d'authentique. Si elle-même n'avait jamais vu ce dessin animé étranger, plusieurs filles de sa classe étaient allées le regarder à Vladimir et n'avaient ensuite cessé de parler avec enthousiasme de ces bonshommes rigolos.
- Alors t'es un Schtroumpf ? Chuchota-t-elle au petit bonhomme.
Sa découverte cessa de sangloter pour poser ses minuscules mirettes sur le visage d'Alissa.
- Qu'est-ce que t'es mignon !
Commenter  J’apprécie          4515
Bien entendu, l'homme est une créature suprêmement hautaine, et il considère son cerveau comme le summum de la Création Divine.
Commenter  J’apprécie          371
Il n’y a rien de plus écœurant dans l’existence qu’une femme dont le comportement est prévisible.
Elle n’avait rien d’un long fleuve tranquille, elle ressemblait plutôt à un océan, capable de vous surprendre par une tempête inattendue , qui cherche un jour à vous fracasser contre les rochers du rivage , avant de vous réconforter le lendemain, en vous berçant doucement dans ses eaux étales, alors même que les météorologues ont prévu de fortes vagues.
Commenter  J’apprécie          242
Etait-ce la faute d'Alexandra si la nature avait commis l'erreur de loger son âme de femme dans un corps d'homme?
Commenter  J’apprécie          300
- Tu te baignes ? demanda la jeune fille avec une indifférence feinte, avant de répondre pour elle-même : Moi oui.
Avec ces mots, elle priva complètement Ilya de forces et de raison. Pendant un instant, il lui sembla qu'Aïza allait aussitôt enlever son pantalon de satin, découvrant ses jambes nues aux mollets puissants, surmontés de genoux ronds couverts d'un duvet blond, avec, encore au-dessus, un ventre plat orné du petit trou du nombril; ensuite, elle jetterait sa chemise aux manches courtes sur le sable, mais ce qu'il y avait dessous, ce qui pointerait comme des noyaux de cerises sous le coton blanc, Ilya ne pouvait plus se le représenter, ayant peur d'en mourir. Même sans cela, tout son corps était secoué de forts tremblements, et une ancre marine vint inopinément alourdir son pantalon, ce qui … l'obligea à tourner son ancre du côté où brûlait le soleil, pour que la jeune fille ne raille pas sa faiblesse inattendue.
Commenter  J’apprécie          250
Se rendant compte soudain de la présence d’une tierce personne qui observait leurs contorsions amoureuses, elle a voulu arrêter le train qui prenait de la vitesse, mais ses freins avaient lâché depuis longtemps et, tout en m’aguichant du regard, elle n’a pu qu’émettre des cris sauvages qui sonnaient de façon obscène à mon oreille. Quand il n’a plus de freins, un train siffle frénétiquement, comme pour faire ses adieux, avant de s’écraser et de former un amas de métal ratatiné mêlé de chair. Elle a lancé son chant du cygne.
Commenter  J’apprécie          165
Il aimait passer ses nuits avec Svietlana Ivanovna. La vice-rectrice en était au stade où la fleur est encore pleine de force et de beauté, mais on y sent une légère fêlure, à l’apogée même de cette floraison après laquelle débute un flétrissement à peine perceptible. Or, à l’approche de cette chute inéluctable, les pétales dégagent un parfum si suave, si épicé…
Commenter  J’apprécie          144
Le premier amour est toujours bref. Il doit en aller ainsi. Soit tu en conserveras un souvenir plutôt désagréable, soit il deviendra pour toi l’étoile du berger. Tout ce qui t’arrivera dans ta vie, tu l’évalueras à l’aune de ce premier sentiment.
Commenter  J’apprécie          146

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Dmitri Lipskerov (60)Voir plus

Quiz Voir plus

Sylvain Tesson

Quelle formation a suivi Sylvain Tesson ?

histoire
géographie
russe
urbanisme

10 questions
327 lecteurs ont répondu
Thème : Sylvain TessonCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}