AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.55 /5 (sur 241 notes)

Nationalité : Canada
Né(e) à : Québec , 1972
Biographie :

Après un doctorat en littérature à l’Université McGill, Dominique Fortier exerce les métiers de réviseure, de traductrice et d’éditrice.

Elle a traduit une quinzaine d’ouvrages littéraires et scientifiques, dans des disciplines aussi diverses que les sciences politiques, la linguistique et la botanique.

Elle vit à Montréal. Du bon usage des étoiles est son premier roman, il est finaliste au Prix des libraires du Québec 2009.

Le 2 mai 2019, paraît en France, « Au péril de la mer », qui a obtenu le Prix Littéraire du Gouverneur Général 2016.


Source : www.editionsalto.com
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Hotel Lonely Hearts | Heather O'Neill Dans un orphelinat de Montréal, toutes les filles s'appellent Marie, et tous les garçons, Joseph. Mais parmi la grisaille des enfants abandonnés brillent deux étoiles: Rose et Pierrot. Les deux orphelins se produisent en spectacle devant de riches Montréalais pendant les Années folles. Il joue du piano, elle danse, et ils rêvent ensemble de fonder le plus grand cirque du monde. Arrivent plutôt la Crise, la pauvreté crasse et une double plongée dans l'univers interlope. La Dépression est cruelle aux rêveurs, qui continueront pourtant de chercher à se réunir au clair de la lune. L'auteure de la vie rêvée des grille-pain signe un conte sentimental d'une magie brute, porté par un érotisme troublant, où la misère se voile de paillettes et l'amour a raison de toutes les tempêtes. Traduit de l'anglais par Dominique Fortier editionsalto.com/catalogue/hotel-lonely-hearts-heather-oneill/
+ Lire la suite
Citations et extraits (183) Voir plus Ajouter une citation
palamede   10 janvier 2017
La porte du ciel de Dominique Fortier
Dans certaines villes, les volontaires se pressaient pour rejoindre les rangs tant de l'Union que de la Confédération, s'étirant en deux longues files d'un côté et de l'autre d'une même rue, frères, cousins, voisins se saluant de la main avant de prendre les armes les uns contre les autres.
Commenter  J’apprécie          290
Sachenka   29 novembre 2015
La porte du ciel de Dominique Fortier
Vous n'avez pas besoin que je vous explique le moyen de sortir d'un labyrinthe : il suffit simplement de refaire à l'envers le chemin que nous avons parcouru ensemble. [...]

Mais il est un autre moyen de sortir d'un labyrinthe : c'est d'inventer soi-même le chemin au fur et à mesure, jusqu'à la sortie, que l'on invente aussi.
Commenter  J’apprécie          250
Sachenka   27 novembre 2015
La porte du ciel de Dominique Fortier
Dans la deuxième moitié du dix-neuvième siècle, quand les canons se seront tus, le temps va s'arrêter sur les berges du lent cours d'eau, il va s'allonger dans l'herbe, s'assoupir et faire le même rêve pendant des générations au cours desquelles les femmes montreront en silence à coudre à leurs filles de curieuses courtepointes que personne ne verra, toutes différentes et toutes mystérieusement apparentées, uniques et soeurs. À même les restes de la vie quotidienne, elles tailleront des morceaux de ciel, échafauderont des maisons, dessineront des labyrinthes pour assembler des ouvrages dont chacun est un miracle.
Commenter  J’apprécie          240
Cetsak   07 juin 2019
Au péril de la mer de Dominique Fortier
Le passé est le roc sur lequel sont bâties nos maisons et l’encre avec laquelle on écrit nos livres.

De temps à autre, en ouvrant une porte, on se trouve face à face avec un fantôme qui nous dévisage - il a aussi peur que nous. Le truc, c’est de le prendre par la main, de l’amener en pleine lumière, de lui préparer une tasse de thé s’il le veut bien, de s’asseoir devant lui et de le peindre jusqu’à avoir jeté sur le papier le dernière de ses ombres. Le fantôme risque de disparaître, mais il nous restera le dessin.
Commenter  J’apprécie          223
Sachenka   04 avril 2016
Au péril de la mer de Dominique Fortier
Constat apparenté : on est toujours le Moyen-Age de quelqu'un.
Commenter  J’apprécie          240
Sachenka   06 avril 2016
Au péril de la mer de Dominique Fortier
"Une bibliothèque, vous voyez, tentait cet après-midi d'expliquer Robert au frère Clément, c'est aussi un jardin : cessez de vous en occuper et elle meurt."

[...]

"Les livres n'existent que tant qu'ils sont lus et recopiés pour aller continuer leur vie ailleurs, comme les fleurs qui répandent leurs pétales."
Commenter  J’apprécie          220
Cetsak   12 juin 2019
Au péril de la mer de Dominique Fortier
Ce que je sais des mots, c’est elle qui me l’a appris.

Elle les collectionnait, certains pour leur sonorité et certains pour leur signification, comme on ramasse des cailloux tantôt pour leur couleurs et tantôt parce qu’ils sont doux dans la main.

La meilleure part des mots que je connais et grâce auxquels j’arrive tant bien que mal à nommer ce qui m’entoure, je la lui dois. On ne m’a pas envoyé à l’école, et jamais on ne m’avait jugé digne de tenir une conversation sur quelque sujet sérieux. Mais Anna en me faisant la lecture ne me racontait pas simplement une histoire avec des mots, elle racontait aussi l’histoire de ces mots, comme s’ils avaient été les personnages d’un conte : d’où ils venaient,comment ils se déclinaient, quelle était leur famille, comment ils étaient arrivés là où elle les avait trouvés. Ces mots nouveaux, je me plaisais à les répéter. Aujourd’hui encore, quand il m’en vient un aux lèvres, pendant un instant j’ai l’impression de la retrouver.

Quelquefois, elle m’a demandé si je souhaitais apprendre à lire. Je lui disais non : je suis pas assez savant, je suis trop paresseux. La vérité, c’est que je voulais que les mots restent à elle pour ne pas me priver du plaisir que j’éprouvais quand elle me les donnait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          202
Cetsak   04 juin 2019
Au péril de la mer de Dominique Fortier
« Cloître », du latin « claustrum », qui signifie « enceinte ».

Depuis toujours les mots « femme enceinte » me semble étranges. Petite, j’ai longtemps entendu « femme en ceinte », comme « en voyage », « en colère », ou « en pantalon », bref un état passager qui serait, en termes grammaticaux, de l’ordre de la classification plus que de la détermination. Les choses ne se sont pas améliorées quand j’ai voulu vérifier ce que signifiait le mot. Selon le Trésor de la langue française, le verbe « enceindre » désigne le fait d’ « entourer, contenir dans certaines limites ». Or à l’évidence, la femme enceinte n’est pas entourée ni contenue, c’est en fait le contraire : elle est elle-même le contenant.

J’ai fini par résoudre la difficulté le jour où j’ai compris que le mot « enceinte » ne devait pas être entendu comme un adjectif, mais comme un substantif. Une femme-enceinte, c’est une femme qui est non pas enceinte de quelque chose, mais qui forme elle-même une enceinte. Une femme-cloître.
Commenter  J’apprécie          201
Cetsak   19 juin 2019
Au péril de la mer de Dominique Fortier
« Avez-vous entendu parler de cet homme, en Allemagne , qui a trouvé le moyen de copier le même livre cent fois ? » a-t-il demandé.

Robert a souri.

« Est-il donc éternel ?

- Peut-être bien. »

Il a souri lui aussi pour contredire le sens de ses paroles.

« Si ce que vous dites est vrai, a dit Robert, alors il sera véritablement éternel, car l’on connaîtra encore son nom dans mille ans.

- Je connais son nom aujourd’hui : il s’appelle Gutenberg. C’est un simple orfèvre.

- Les gens racontent des sottises depuis toujours, a dit Robert. L’un prétend avoir mis au point une machine volante, l’autre un instrument qui permet de marcher au fond des mers. Fadaises. Pourquoi ce Gutenberg serait-il différent ?

- Parce qu’il a réussi à faire ce qu’il dit.

- Et comment pouvez-vous en être si sûr ? ai-je demandé.

- J’ai vu ses deux livres. »
Commenter  J’apprécie          200
Sachenka   27 novembre 2015
La porte du ciel de Dominique Fortier
Ceux qui partent ne reviennent jamais, même quand ils reviennent.
Commenter  J’apprécie          213
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
157 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur cet auteur