AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.81/5 (sur 50 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 1/05/1938
Biographie :

Dominique Fourcade est un écrivain et poète français.

À partir de 1958, il entretient pendant une quinzaine d'années une amitié très étroite avec René Char dont il dirige en 1971 le "Cahier de l'Herne". En 1972, il achève un travail commencé quatre ans plus tôt en publiant les "Écrits et propos sur l’art de Matisse" aux éditions Hermann.

Depuis "Le ciel pas d’angle" en 1983 jusqu'à "Vous m’avez fait chercher" en 2021, Dominique Fourcade a publié dix-huit livres chez P.O.L

Il est aussi critique d'art, spécialiste de l’œuvre de Matisse ou de Simon Hantaï sur lesquels il a écrit livres et articles.

L’ensemble de son travail peut être compris comme la réalisation d’un seul grand poème, d’une unique phrase, qui sans fin s’improvise, syllabe après syllabe, se risque et circule dans des formes multiples qui incluent le livre mais ne s’y limitent pas : feuillets, marque-pages, cartes, affiches, essais, lectures, entretiens, expositions, parmi lesquelles, au Centre Pompidou, Henri Matisse 1904-1917 en 1993 et Simon Hantaï en 2013.

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Dominique Fourcade   (23)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Dominique Fourcade - ça va bien dans la pluie glacée ? - éditions P.O.L - à l'occasion de la parution de "ça va bien dans la pluie glacée ?" aux éditions P.O.L, à Paris le 22 février 2024
Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
À René Char

Char, vous avez forcé l'éclair au nid, et sur l'éclair vous bâtissez.

Les dieux coiffent le masque à l'approche du poète, et leurs voies sont obscures. Mais vous, d'avoir un jour, sur votre face, senti passer le souffle de l'Insaisissable, vous n'avez jamais guéri.

Parmi la foule de besaciers, de chiffonniers et d'orpailleurs qui tiennent entre eux la cote des valeurs littéraires comme la cote mobilière, vous marchiez à grands pas vers vos lointains relais, sachant sur quelles pierres nues fut par instant posé le luth de l'Étranger…

Et l'on aimait, entre poètes, vous savoir là, sans autre signe d'élection que cet éclair au front. Et vos aînés vous savaient gré de tenir haut et ferme la torche d'athlète qui chemine : sachant à quelle orée de France vous vous étiez un jour levé, seul et sans maitre, au chant très sombre du loriot.

Pour vous, Char, mon affectueuse pensée, mon affectueuse confiance.

Saint-John Perse

(p. 13)
Commenter  J’apprécie          503
Avenir déjà raturé ! Monde plaintif !

(p. 164)
Commenter  J’apprécie          170
SEPTIÈME POÈME FANG YI


Quand tu en déchires sans bruit le tissu pour que respire
son étoile de quel côté du réel es-tu
De quel côté du réel est-elle
Bleu d'encre et seuil de l'émoi enfin détachés — clairs
sur les bords — il y a du rose un rose venteux au
bord des choses
Voisine d'une autre diaphane aussi voisine d'une autre
à paraître
Sans quoi nous serions sans indice des parois de la vie à
toutes les profondeurs
La zone conversationnelle est la zone qui contient les
fréquences propres à la communication humaine
Tu fermes les yeux tu touches et tu frissonnes tu n'as
pas touché pour frissonner tu touches tu frissonnes
tu ouvres les yeux tu touches avec les yeux
Tant de mots plus ou moins accentués courent sous les
doigts la phrase est ininterrompue
À la surface
Plus ou moins déchirée — quand le soir les distances
s'atténuent sans que rien ait été physiquement déplacé
reste une surface plate sans épaisseur pourtant volu-
mineuse est-ce que c'est ça
Plus ou moins calme c'est l'air qui fait plan

Commenter  J’apprécie          80
D'ailleurs qu'y ferait JE ? Au mieux JE est une harmonica méduse, vêtue d'un cache cœur. Un toujours faux masculin, un très peu plausible féminin.
Commenter  J’apprécie          80
PREMIER POÈME FANG YI


Le ciel pas d'angle je n'étais pas en alerte je n'ai à
aucun moment buté contre rien je pense avoir glissé
sur la terre sans que quelque chose se soit dérobé ou
a-t-elle défailli la ligne d'air qui me portait s'est-elle
dérobée faute que je l'aie assez clairement aimée le ciel
je ne m'attendais pas qu'il fût vert je n'avais pas songé
qu'il brûlât quand j'y ai été propulsé ni qu'il fallût dire
si c'était la terre ou le ciel puisqu'elle c'est lui d'où cascade
sans parole ce voile de rose quand je reviendrai et
même si je ne reviens pas je lui manifesterai mon
amour en repassant à travers elle masse de la pénétra-
bilité même la terre à bleuir à débleuir tout espace de
temps n'est qu'un moment d'une plus grande chose
comme quelques lignes du poème en glissant le long
de la courbe vers le haut les yeux pleins d'air je vois les
graines ce qu'il y a dans le ciel
Commenter  J’apprécie          30
Les trous noirs sont voyants dans l'espace noir
Les trous dans la façade le texte
Le corps noir
J'écris en ôtant aux mots leur peau
Je vise à la ressemblance du poème avec le textuel une fois la
peau enlevée
Les trous dans le seul corps la langue
Le tangible seul dans le tangible
Commenter  J’apprécie          40
Clé pour le présent : il y a un
groupe de racines voyelles + 1 qui
indique l'objet éloigné, le poème
sans doute, et qui est commun aux
mots IL, AUTRE, OUTRANCE –
UTTERANCE

I


ce IL qui est la figure du poème, la figure de l'éloigné
la figure de la parole, celle qui par essence va trop loin
la force même de l'autre, celui qui me manque le plus
et c'est quand j'en suis le plus proche qu'il me manque le plus

là, tout contre lui
serait-ce moi à jamais l'éloigné
et non l'autre

ce IL où se silhouèttent à la fois le seuil, le franchissement et la
   présence (la parole)

ce L qui est dans IL comme il est dans outrance et dans autre et
   dans utterance
sonnant magnifiquement là où il est
et dont aucune phrase ne dit ce que c'est


p.9
Commenter  J’apprécie          20
Une gifle – dans l’instant de l’entrée au camp, avant même la fouille au corps, totale s’évanouir. Ainsi est donné le la de la sécurité moyenne. C’est un moment où il y a beaucoup de souffrance à aimer la vie. Bien sûr une spécialiste est en charge, en somme une préposée, mais c’est presque un automatisme, ces gifles sont calculées depuis la nuit des temps (en fait, depuis qu’il y a espèce humaine), il y en a un stock sur l’étagère – ce sont vos joues qui sont sans précédent de témérité et de fraîcheur, au point que la gifle est étonnée et comme surprise. Je dois dire que vous les recevez comme personne.
Commenter  J’apprécie          20
j’ai juste la force de dire à Hirsch que je le rejoins à la maison d’édition. incapable de conduire je me gare dans la voie des bus, encombrements klaxons sans nom sanglots. je hurle de désarroi. une patrouille de police, constatant mon état, veut me faire descendre de voiture. je me reprends, explique la situation, ils veulent bien me laisser poursuivre. je me gare dans une rue latérale, je connais le quartier, j’achète des pommes place Jacques Demy au marché du vendredi, et je fréquente chez Desnoyer. je veux faire vite mais je suis d’une grande maladresse, tout m’est hostile et étranger, je heurte la mallette arrière d’une moto, j’écrase un pigeon
entre la phrase « j’ai une mauvaise nouvelle à vous annoncer » et « Paul est mort », il ne s’est pas passé un millième de seconde, que j’ai vécu comme une éternité, tentant de la mettre à profit pour écarter qu’il puisse s’agir de Paul et lui substituer n’importe qui, n’importe quoi pouvant faire l’objet de la catastrophe qui va s’abattre. tout sauf lui
Commenter  J’apprécie          10
Ainsi par une nuit d’été, une nuit ou un petit matin d’été, la mort est venue accomplir une première formalité auprès de Simon Hantaï, non sans avoir toléré beaucoup de choses, et notamment qu’une œuvre magnifique, de grande ampleur, de toute beauté, attirante à jamais, se réalisât.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Dominique Fourcade (36)Voir plus

Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
1529 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..