AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.05/5 (sur 58 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Vichy , le 12/09/1957
Mort(e) le : 12/09/2020
Biographie :

Dominique Kalifa est un historien français, spécialiste de l’histoire du crime et de ses représentations au XIXe et pendant le premier XXe siècle. Il est professeur des universités à l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne où il co-dirige le Centre d’histoire du XIXe siècle. Depuis le printemps 2008, il est aussi professeur à l'Institut d'Etudes Politiques de Paris (Sciences Po.)
Dominique Kalifa s’est donné la mort le 12 septembre 2020 à Brugheas, dans l’Allier, département où il était né soixante-trois ans plus tôt, le 12 septembre 1957, à Vichy.

Ancien élève de l’École normale supérieure de Saint-Cloud, agrégé d’histoire, Dominique Kalifa a travaillé sous la direction de Michelle Perrot, pour sa thèse à Paris-VII en 1994, et d'Alain Corbin, qui a présenté son dossier d’habilitation et à qui il a succédé à la Sorbonne en 2002. Il a travaillé sur les récits de crimes et la crise sécuritaire du début du XXe siècle (L’Encre et le Sang, 1995), écrit le premier livre consacré au métier de détective privé (Naissance de la police privée, 2000) et réfléchi sur l’histoire de la culture de masse (La Culture de masse en France). Avec l’historien Philippe Artières, il a rédigé en 2001 un ouvrage expérimental, Vidal le tueur de femmes. Une biographie sociale, entièrement composé d’extraits d'archives montés dans un récit biographique. Ses principaux articles ont été réunis en 2005 dans un ouvrage intitulé Crime et culture au XIXe siècle. Ses recherches actuelles portent sur les bagnes militaires français et l'imaginaire de "Biribi". Depuis 1990, Dominique Kalifa est également collaborateur du supplément littéraire du quotidien Libération.
+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Dominique Kalifa   (23)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Le retour de l'âge d'or du reportage ? .
Les reporters ont coutume de dire que leur travail commence dès qu?ils sortent de chez eux, contrairement à celui de l?enquêteur. Existe-t-il d?autres spécificités ? le temps long le caractérise, ainsi que le témoignage de première main. le reporter prend le temps de l?observation, de l?écoute et de la narration. de nouveaux médias s?emparent de cette temporalité, notamment via le format du feuilleton. Assiste-t-on pour autant à un nouvel âge d?or du reportage ? Des modèles économiques innovants y sont associés, dans le contexte d?une presse en difficulté qui cherche à se renouveler. S?agit-il de modes éditoriales ou de modèles pérennes ? Avec : Dominique Kalifa, Judith Perrignon, Patrick Saint-Exupéry de, Raphaël GarrigosCC-BY-NC-ND 2.0

+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
Les travaux d'Haussmann ont sur le Paris criminel des effets contrastés. En éventrant la Cité et son lacis de venelles insalubres, ils contribuent à rejeter vers les péripéties de l'est et du sud parisien les fameuses "classes dangereuses". Une partie des romans populaires suit donc le mouvement et situe désormais son action dans les "quartiers nouvellement annexés". Adolphe Pelot décrit ainsi Le Drame de la rue de la paix (1875), Fortuné du Boisgobey Le Crime de l'Opéra (1879), Pierre Zaccone L'Inconnu de Belleville (1881) et Jules de Gastyne Le Mystère d'Auteuil (1904). Les nouvelles gares, le bois de Boulogne, et surtout l'espace équivoque situé entre le chemin de fer et le mur d'enceinte, deviennent les lieux privilégiés des feuilletonistes. Le boulevard Lannes, le boulevard Berthier ou les berges du Point-du-Jour figurent parmi les plus sinistres.
Commenter  J’apprécie          200
L'homme qui rentrait de Biribi ou de Tatahouine était en ce sens doublement autorisé à importer ces pratiques dans les bas-fonds de la métropole. Certaines figures du Milieu ont dit cet excédent de violence, contre les femmes, les policiers, les rivaux, qui caractérisait ceux, très nombreux parmi eux, qui étaient passés par les bataillons d'Afrique. "Tous mes compagnons sont sortis de là la haine chevillée au corps, et aujourd'hui quatre-vingts pour cent des gars que j'y ai croisés sont morts dans des règlements de comptes ou tués par un flic", écrit un ancien de la section spéciale de Médénine.
Commenter  J’apprécie          200
On peut néanmoins avancer que c’est Guillaume Apollinaire qui eut l’idée maîtresse d’une Société des Amis de Fantômas , dix ans avant le surréalisme. Si ce n’est lui, du moins fit-il paraître suffisamment d’autorité, seul devant tous, pour matérialiser quelque chose de fugitif…
Commenter  J’apprécie          201
Comme toute période troublée, la Seconde Guerre mondiale favorise le crime: affaiblissement de la répression orientée davantage vers les cibles "politiques", diffusion de l'armement, multiplication des possibilités d'enrichissement rapide offertes par la désorganisation économique. L'Occupation, puis la guerre civile, accentuent ce phénomène.
A la déclaration de guerre, de nombreux truands mobilisés font connaissance avec les bataillons d'Afrique, puis sont internés comme indésirables. Mais l'armistice de juin 1940 ouvre une période faste pour le milieu. L'assimilation des maisons closes à des établissements de spectacle (loi du 31 décembre 1940) et la présence des soldats allemands font la fortune des tenanciers, qui bénéficient en outre des faveurs de l'occupant en échange de renseignements.
Commenter  J’apprécie          160
Quel extraordinaire roman que celui de notre existence !
Quelles inimaginables histoires auxquelles nous avons été mêlées !
Se trouvera-t-il quelqu'un qui se fera l'historiographe de nos aventures et de celles de Fantomas ?
(Hélène Gurn - tome XXIX)
Commenter  J’apprécie          120
Entre le lire et le croire, s'immisce toute la distance des usages sociaux, le rire, l'indifférence autant que l'adhésion. Rétive, fragmentée, l'opinion est rarement réductible à une somme de lectures, fût-elle insistante, et le lecteur façonne sans doute davantage le récit qu'il n'est façonné par lui. S'ils sont propres à dramatiser et à renforcer les préjugés du public, ces récits n'ont guère les moyens d'entretenir de profondes inquiétudes auprès de lecteurs qui ne forment jamais une masse passive et soumise. (p.269)
Commenter  J’apprécie          80
Mais le même constat est dressé par les médecins militaires. "C'est souvent le même homme qui, de 20 à 45 ans, tout à tour chasseur léger, disciplinaire ou pénitentiaire, se promène d'un corps à l'autre, du bataillon au pénitencier, du pénitentier à la section de discipline, de la section aux compagnies du bataillon d'Afrique dites de bons sujets, changeant d'uniforme, non de caractère, de casernement, non de milieu."

L'Afrique, tombeau des "pas-de-chance" et des mauvais garçons.
Commenter  J’apprécie          50
Au quotidien, la résistance passe par de menus actes qui, ensemble, permettent de maintenir un semblant de liberté. Rigoler, s'en payer une tranche, se faire la tête d'un gradé font partie de ces réjouissances qui ne coûtent pas trop cher. Inspectant un atelier, un général s'avance vers un détenu dont le képi retombe sur les yeux. "Votre képi est trop en avant", dit le général. Et il redressa la coiffure du détenu sur le front duquel on pouvait lire : "Encore un con qui me regarde".
Commenter  J’apprécie          50
La Belle Epoque est notre rêve de l'unité perdue, celui que l'on convoque dans les moments de doute ou de crise. Elle a la beauté du mort, celle qui nous émeut encore. Comme la musique de Satie, elle exprime la douceur et la nostalgie poignante du temps qui fuit, du temps perdu.
Commenter  J’apprécie          20
J’interroge mes étudiantes : « Vous arrive-t-il de vous faire suivre dans la rue ? » Les réponses sont assez unanimes : cela est évidemment possible, mais c’est très rare et un brin ridicule. Pourtant, suivre une femme dans la rue a constitué durant toute la période qui nous occupe une pratique courante, une des façons les plus banales d’aborder l’autre. « J’aimais beaucoup suivre les femmes, d’abord par manie du flâneur distrait qui attend que le hasard fournisse une direction à ses promenades solitaires, puis par goût du rêveur sentimental, guettant au coin de chaque rue l’aventure qui changera peut-être la face de sa vie », lit-on en 1907 sous le plume de Léon Blum.
[...]
Suivre une jeune femme témoignait souvent d’une incapacité à imaginer une autre façon de lui parler. Subjugué par Yvonne qu’il a croisée au Grand Palais, Alain-Fournier ne trouve pas d’autre idée que de la suivre jusqu’au boulevard Saint-Germain où elle habite. Il y retourne ensuite tous les jours, jusqu’à ce qu’il ose enfin l’aborder à la sortie de l’église Saint-Germain-des-Prés. Léon Blum avoue aussi sa gaucherie. « Je suivais donc volontiers les femmes, et je les suivais mal, avec une insistance maladroite qui pouvait sembler indiscrétion et grossièreté, qui n’était pourtant que passivité obéissante. » Sa poursuite est pourtant impressionnante : depuis l’avenue de Courcelles, Blum suit cette jeune femme jusqu’à l’Étoile, puis tout le long de l’avenue Marceau et jusqu’au pont de l’Alma où ils franchissent le pont. Puis ils longent l’avenue Bosquet, dépassent le Champ-de-Mars, les Invalides, et prennent le boulevard du Montparnasse jusqu’à la gare. « Tout en marchand, je me disais : “Il faudrait pourtant lui parler, à cette enfant. Si ma poursuite lui était désagréable ou incommode, je le saurais depuis longtemps. Mais que lui dire ?” J’étais aussi gauche pour aborder les femmes que pour les suivre. »
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Dominique Kalifa (106)Voir plus

Quiz Voir plus

Qui suis-je ? Les auteurs en B

Grand réaliste, j'ai écris Le père Goriot et Eugénie Grandet. Qui suis-je ?

Beckett
Beaumarchais
Balzac
Bossuet

7 questions
9 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..