AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Hardiviller   26 août 2017
Léo Ferré, amour, anarchie de Dominique Mira-Milos


*******************LA MÉMOIRE ET LA MER *****************



La marée , je l'ai dans le cœur

Qui me remonte comme un signe

Je meurs de ma petite sœur ,

De mon enfance et de mon cygne

Un bateau , ça dépend comment

On l'arrime au port de justesse

Il pleure de mon firmament

Des années lumières et j'en laisse

Je suis le fantôme jersey

Celui qui vient les soirs de frime

Te lancer la brume en baiser

Et te ramasser dans ses rimes

Comme le trémail de juillet

Où luisait le loup solitaire

Celui que je voyais briller

Aux doigts du sable de la terre



Rapelle-toi ce chien de mer

Que nous libérions sur parole

Et qui gueule dans le désert

Des goémons de nécropole



Je suis sur que la vie est là

Avec ses poumons de flanelle

Quand il pleure de ses temps là

Le froid tout gris qui nous appelle

Je me souviens des soirs là-bas

Et des sprints gagnés sur l'écume

Cette bave des cheveux ras

Au ras des rocs qui se consument

Ô l'ange des plaisirs perdus

Ô rumeurs d'une autre habitude

Mes désirs dès lors ne sont plus

Qu'un chagrin de ma solitude



Et le diable des soirs conquis

Avec ses pâleurs de rescousse

Et le squale des paradis

Dans le matin mouillé de mousse

Reviens fille verte des fjords

Reviens violons des violonades

Dans le port fanfare les cors

Pour le retour des camarades

Ô parfum rare des salants

Dans le poivre feu des gerçures

Quand j'allais , géométrisant

Mon âme au creux de ta blessure

Dans le désordre de ton cul

Poissé dans des draps d'aube fine

Je voyais un vitrail de plus

Et toi fille verte , mon spleen



Les coquillages figurant

Sous les sunlights cassés , liquides

Jouent de la castagnette tant

Qu'on dirait l'Espagne livide

Dieux des granits ayez pitié

De leur vocation de parure

Quand le couteau vient immiscer

Dans leur castagnette figure

Et je voyais ce qu'on pressent

Quand on pressent l'entrevoyure

Entre les persiennes du sang

Et que les globules figurent

Une mathématique bleue

Dans cette mer jamais étale

D'où me remonte peu à peu

Cette mémoire des étoiles .



Cette rumeur qui vient de là

Sous l'arc copain où je m'aveugle

Ces mains qui me font du fla-fla

Ces mains ruminantes qui meuglent

Cette rumeur me suit longtemps

Comme un mendiant sous l'anathème

Comme l'ombre qui perd son temps

A dessiner mon théorème

Et sur mon maquillage roux

S'en vient battre comme une porte

Cette rumeur qui va debout

Dans la rue , aux musiques mortes

C'est fini , la mer , c'est fini

Sur la plage , le sable bêle

Comme des moutons d'infini

Quand la mer bergère m'appelle







+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          84
Hardiviller   29 août 2017
Léo Ferré, amour, anarchie de Dominique Mira-Milos


********************** POÈTE VOS PAPIERS *************************



Bipède volupteur de lyre

Époux châtré de Polymnie

Vérolé de lune à confire

Grand-duc bouillon des librairies

Maroufle à pendre à l'hexamètre

Voyou décliné chez les grecs

Albatros à chaîne et à guêtres

Cigale qui claque du bec



Poète , vos papiers !

Poète , vos papiers !



J'ai bu du Waterman et j'ai bouffé Littré

Et je repousse du goulot de la syntaxe

A faire se pâmer les précieux à l'arrêt

La phrase m'a poussé au ventre comme un axe



J'ai fait un bail de trois six neuf aux adjectifs

Qui viennent se dorer le mou à ma lanterne

Et j'ai joué au casino les subjonctifs

La chemise à Claudel et les cons dits " modernes "



Syndiqués de la solitude

Museau qui dévore du couic

Sédentaire des longitudes

Phosphatés des dieux chair à flic

Colis en souffrance à la veine

Remords de la légion d'honneur

Tumeur de la fonction urbaine

Don Quichotte du crève-cœur



Poète , vos papiers !

Poète , vos papiers !



Le dictionnaire et le porto à découvert

Je débourre des mots à longueur de pelure

J'ai des idées au frais de coté pour l'hiver

A rimer le bifteck avec les engelures



Cependant que Tzara enfourche le bidet

A l'auberge dada la crotte est littéraire

Le vers est libre enfin et la rime en congé

On va pouvoir poétiser le prolétaire



Spécialiste de la mistoufle

Émigrant qui pisse au visa

Aventurier de la pantoufle

Sous la table du nirvana

Meurt-de-faim qui plane à la Une

Écrivain public des croquants

Anonyme qui s'entribune

A la barbe des continents



Poète , vos papiers !

Poète , documenti !



Littérature obscène inventée à la nuit

Onanisme torché au papier de Hollande

Il y a partouze à l'hémistiche mes amis

Et que m'importe alors Jean Genet que tu bandes



La poétique libérée c'est du bidon

Poète prends ton vers et fous-lui une trempe

Mets-lui les fers aux pieds et la rime au balcon

Et ta muse sera sapée comme une Vamp



Citoyen qui sent de la tête

Papa gâteau de l'alphabet

Maquereau de la clarinette

Graine qui pousse des gibets

Châssis rouillé sous les démences

Corridor pourri de l'ennui

Hygiéniste de la romance

Rédempteur falot des lundis

Poète , vos papiers !

Poète , salti !



.........................



















+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Hardiviller   28 août 2017
Léo Ferré, amour, anarchie de Dominique Mira-Milos


******************************LE CHIEN***********************



A mes oiseaux piaillant debout

Chinés sous les becs de la nuit

Avec leur crêpe de coutil

Et leur fourreau fleuri de trou

A mes compaings du pain rassi

A mes frangins de l'entre bise

A ceux qui gerçaient leur chemise

Au givre des pernods-minuit



A l'araignée la toile au vent

A Biftec baron du homard

Et sa technique du caviar

Qui ressemblait à du hareng

A bec d'azur au pif content

Qui créchait coté de Sancerre

Sur les MIDNIGHT à moitié verre

Chez un bistre de ses clients



Aux spécialistes d'la scoumoune

Qui se sapaient de courants d'air

Et qui prenaient pour un Steamer

La compagnie Blondit and Clown

Aux pannes qui la langue au pas

En plein hiver mangeaient des nèfles

A ceux pour qui deux sous de trèfle

Ça valait une Craven A
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Bibliographie de Dominique Mira-Milos(1)Voir plus
Lecteurs de Dominique Mira-Milos (4)Voir plus


Quiz Voir plus

Les tonalités(2nde)

Texte qui confronte à la fatalité et à la mort...

Satirique
Polémique
La tristesse
Tragique
Aucune des réponses

10 questions
4 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur