AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.28 /5 (sur 45 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Strasbourg , le 21/10/1946
Biographie :

Dominique Moïsi, né en 1946, est conseiller spécial de l'IFRI (Institut français de relations internationales), après en avoir été le directeur adjoint. Il est également professeur à l'Université de Harvard.
Son père Jules Moïsi a été déporté à Auschwitz, matricule 1597211.
Après des études de sciences politiques et de droit à la Sorbonne, ainsi qu'à Harvard, il enseigne à l'école nationale d'administration, à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et à l'Institut d'Etudes Politiques de Paris. Il a été l'assistant de Raymond Aron.
Expert en géopolitique et spécialiste en politique internationale, il la connait aussi bien que les hommes de pouvoir qui la font. Il est titulaire de la Chaire de géopolitique européenne à au Collège d'Europe à Natolin (Varsovie), collège orienté vers les institutions européennes2.
Dominique Moïsi publie des articles dans le Financial Times, le New York Times, Die Welt et d'autres quotidiens.
Spécialiste des relations internationales et du Moyen-Orient, il est l'auteur de plusieurs ouvrages et a publié Géopolitique de l'émotion chez Flammarion en 2009. Il est aussi membre du groupe Bilderberg dont les réunions alimentent des débats passionnés et très controversés depuis 1954 (date du début de la 3e ère de la mondialisation capitaliste).
Il est un « fanatique » du sport, le journal L'Équipe étant une lecture favorite.
+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Dominique Moïsi   (7)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

La géopolitique des séries, Dominique Moïsi


Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation

Le président Obama n'a rien de Frank Underwood, le héros de la série "House of cards", mais ce dernier est la démonstration que l'on peut devenir président des Etats-Unis sans avoir jamais été élu, en tenant un discours du type: "La démocratie, c'est sérieusement surfait", "Democracy is seriously overrated", dit Underwood, qui vient d'être nommé vice-président, dans un de ses apartés particulièrement efficaces avec le public, les yeux droit dans la caméra.

Commenter  J’apprécie          120

J'aime aussi entendre le son du shofar qui sonne la fin du jeûne... C'est l'appel du berger à la vie. Dieu ne révèle-il pas là une autre forme de présence que celle des hautes envolées mystiques ? Une présence au coeur de ce peuple qui a survécu des millénaires durant. Un peuple qui sort du désert et se rassemble. Un peuple qui de doit d'être, comme je le pense aujourd'hui , plus éthique qu'ethnique, plus témoin de l 'histoire que comptable de sa géographie.....

Commenter  J’apprécie          90

“Le spectateur français se passionne d’autant plus pour une série comme House of Cards qu’elle lui paraît tout simplement impossible en France. Nous ne sommes pas aux États-Unis, quand même ! Il y a des limites à l’autocritique.”

Commenter  J’apprécie          60

Ce qui domine le monde musulman, psychologiquement et émotionnellement, c'est le sentiment d'humiliation politique et culturelle, ainsi qu'une soif exacerbée de dignité. (p.101)

Commenter  J’apprécie          40

Les quêtes identitaires ont remplacé l'idéologie comme moteur de l'histoire: dans un monde où les médias jouent le rôle d'une caisse de résonance et d'une loupe grossissante, les émotions comptent plus que jamais. (p.18)

Commenter  J’apprécie          30

Bill Clinton, l'ancien Président des Etats-Unis de 1992 à 2000, ,n'aurait-il pas dit, bien évidemment sur le ton de la confidence amusée, à Kevin Spacey, l'homme qui joue son rôle, c'est-à-dire le rôle du Président dans la série:

- "J'adore House of Cards. Quatre-vingt-dix-neuf pour cent de ce que vous faites dans la série est vrai. Le un pour cent erroné tient à ce que vous ne pourriez jamais faire passer aussi vite une loi sur l'éducation dans la vie!"

Commenter  J’apprécie          20

Dans le cas de l'Occident, l'instinct de conservation commanderait que nous retrouvions le sens des valeurs universelles. Nous aimons prêcher la supériorité de notre modèle démocratique et la nature unique de notre système de protection sociale par comparaison avec la Chine et l'Inde. Mais ces valeurs sont-elles réellement mises en pratique dans nos propres pays ? Posons-nous la question et osons y répondre honnêtement, quoi qu'il en coûte. (p. 250)

Commenter  J’apprécie          20

C'est chez eux, dans leur patrie, que les Africains devront créer l'espoir, pour se délivrer des chimères qu'ils vont chercher ailleurs. (p.211-212)

Commenter  J’apprécie          30

La culture de la peur réduit le fossé qualitatif qui existait autrefois entre les démocraties et les régimes non démocratiques car elle pousse nos pays à violer leurs propres principes moraux, fondés sur le strict respect de l'état de droit. Si nous continuons à prêcher des valeurs que nous ne mettons plus en pratique, nous perdrons notre poids moral et notre pouvoir d'attraction. (p.150-151)

Commenter  J’apprécie          20

Hier, à travers des séries comme Dallas et Derrick, on découvrait le niveau de vie des Américains ou des Allemands de l'Ouest. Aujourd'hui, il ne s'agit plus de pénétrer dans le confort des intérieurs, mais dans la noirceur des âmes.

Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura