AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.04 /5 (sur 13 notes)

Nationalité : Allemagne
Né(e) à : Lich , le 11/12/1935
Mort(e) à : Lich , le 02/01/2014
Biographie :

Dorothea Razumovsky, née Princesse Solms-Hohensolms-Lich, est une polémiste et romancière.

Philosophe de formation, elle est l'auteur d'essais sur des sujets aussi divers que la condition féminine en Afrique du Sud, l'histoire de la Yougoslavie ou de l'Albanie.

Son premier roman, Les vaches rouges ou un dernier amour (Letzte Liebe, 2009), a été très remarqué en Allemagne.

Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Puszi   19 mars 2014
Les biscuits du bonheur de Dorothea Razumovsky
p.21 « Mon corps mal en point, usé, ce corps donc je suis prisonnière, ne limite-t-il pas d’emblée ma toute nouvelle liberté ? »



p.67 « A quatre-vingts ans, on ne vit pas plus vite qu’à quarante ; en revanche, le temps passe bien plus rapidement, peut-être parce que le moindre mouvement physique ou intellectuel vous coûte et que l’on ne peut plus accomplir autant de choses. Il me suffisait de penser au temps que je mettais tous les matins pour enfiler les étroits bas de contention sans lesquels je ne peux plus marcher et encore moins rester longtemps debout. Je n’étais plus un individu véritablement productif, si j’appliquais la définition de la productivité que j’avais apprise à l’école, c’est-à-dire le rapport entre la valeur produite et le nombre d’heures de travail. La plupart des gens souhaitent atteindre un âge avancé, mais ils devraient savoir que la vieillesse s’accompagne de privation de presque toutes les joies et entraîne des souffrances inéluctables ; ne serait-ce que celle de continuer à avoir envie de jouir de certains plaisirs et de ne plus pouvoir les satisfaire. On redoute la mort, alors qu’en vérité, c’est elle qui nous libère de nos souffrances. »



p.113 « On n’est pas seulement responsable de ce qu’on fait, mais aussi de ce qu’on néglige. »



p.159 « J’ai essayé d’imaginer ce qu’elle deviendrait si on l’enfermait dans la maison de retraite dont je m’étais enfuie. On lui accorderait une, deux cigarettes par jour, qu’elle ne pourrait fumer que dehors, au grand air ; on lui interdirait purement et simplement de fumer dans les salles communes, comme on interdit aux résidents permanents leur cher petit alcool. A la place, on la bourrerait de produits chimiques : anxiolytiques, antalgiques et somnifères, médicaments pour le cœur, la tension et la digestion qui créent tous une dépendance progressive. Bien souvent, les vieux étaient tellement hébétés ou désorientés par ces médicaments qu’ils tombaient et se faisaient de graves fractures. Après tout, nos biscuits au chanvre bio n’étaient certainement pas plus nocifs. »



p.160 « Presque tous nos résidents sont dépendants à quelque chose… Les vieux messieurs parlent à n’en plus finir de leur système digestif et prennent généralement trop de laxatifs. Mais la plupart sont déjà intoxiqués quand ils arrivent chez nous. Si vous vous imaginez que le coma éthylique est l’apanage des jeunes, vous vous mettez le doigt dans l’œil. Si on les laissait faire, nos pensionnaires de quatre-vingt-cinq ou quatre-vingt-dix ans ne demanderaient qu’à picoler jusqu’à en perdre conscience par pure solitude et par désespoir. »



p.165 « Le temps qu’on peut perdre à mon âge à chercher des objets, c’est à désespéré ! Où l’as-tu vu pour la dernière fois ? Quand l’as-tu tenu en main, as-tu bien regardé dans tes poches ? J’avais pris l’habitude de noter par écrit toutes les choses importantes. Et j’essaie de ranger certains objets, mes clés par exemple, systématiquement au même endroit ou de les suspendre au même crochet. Enfin, j’essaie… »

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Puszi   19 mars 2014
Les vaches rouges ou un dernier amour de Dorothea Razumovsky
p. 27 « Lorsque l’on commence à s’inquiéter de la santé d’autrui, on court le risque de devoir écouter pendant des heures des histoires de malade. »

p. 35 « D’une façon générale, je m’irrite de plus en plus souvent et violemment avec l’âge. Où est passée cette sérénité propre à la vieillesse qui vous fait prendre les choses telles qu’elles sont ? »

p. 63 « On ne peut pas vivre non plus sans aucun contact avec les autres. Même ici. »

p. 78 « A partir d’un certain âge, on a tous un petit arsenal de pièces de rechange. »

p.177 « Oui, je suis heureuse, car on a besoin de moi. Peut-être chaque être humain n’a-t-il besoin pour être heureux que d’une seule personne qui ait besoin de lui. »

Commenter  J’apprécie          10
Nikoz   01 novembre 2018
Les vaches rouges ou un dernier amour de Dorothea Razumovsky
Comment était-ce possible, elle était sa mère et ne le connaissais quasiment pas.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Littérature allemande... ou pas?

...

Elias Canetti
Katarina Mazetti

10 questions
50 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , littérature germanique , germanophoneCréer un quiz sur cet auteur