AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.96 /5 (sur 225 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Haubourdin, Nord , 1969
Biographie :

Dorothée Piatek est une auteure française de littérature jeunesse.

Dès l'adolescence elle se dirige vers des études de graphisme et de photographie. À 21 ans, elle obtient son diplôme de graphiste et s'installe en Normandie où elle commence à écrire ses premiers livres : albums et romans jeunesse.

Elle publie en 2002, son premier livre L'Horizon Bleu qui remportera plusieurs prix littéraires.

Suivront "Le cercle d'or" (2003), "Je marchais malgré moi dans les pas du diable" (2006) et près d'une trentaine de livres à ce jour.

Elle consacre aujourd'hui tout son temps l'écriture.

site de l'auteure:
http://www.dorotheepiatek.com/

Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Présentation du livre "Le Secret de Mademoiselle" illustrations : Chloé Rémiat texte : Dorothée Piatek Editions Vilo Jeunesse


Citations et extraits (41) Voir plus Ajouter une citation
milamirage   31 octobre 2012
L'horizon bleu de Dorothée Piatek
Ma chère épouse,

Bientôt quatre ans que j’ai quitté la maison. Toutes ces années perdues me rendent malade !

Pourquoi les hommes s’infligent-ils tant de souffrances ? Si seulement cette guerre pouvait nous assurer un avenir heureux pour toujours. Si seulement les hommes pouvaient être frères…*

[lettre de Pierre à Élisabeth]

Commenter  J’apprécie          190
milamirage   27 octobre 2012
L'horizon bleu de Dorothée Piatek
Certains ne supportent plus d’être réduits à l’état de bêtes sauvages. Comme elles, nous rampons dans les plaines, contraints de tuer pour sauver notre peau. J’ai l’impression de n’avoir plus rien d’humain. Faut-il que j’aime mon pays pour me battre ainsi !

[lettre de Pierre à Élisabeth]
Commenter  J’apprécie          180
milamirage   30 octobre 2012
L'horizon bleu de Dorothée Piatek
Trois ans et demi que j’ai quitté la maison. Trois ans et demi plongé dans un abîme de douleur, trois ans et demi sans la douceur de ta peau. Je ne suis plus un homme. Je crains que la folie ne se soit emparée de moi. L’espoir m’a quitté, il ne me reste plus que la résignation d’une vie gâchée. Je ne rentrerai pas, Élisabeth, cette guerre c’est pour la vie. Ma mémoire est saturée des horreurs et des cris de souffrance dont je suis le témoin et la victime impuissante. Les rideaux de métaux qui balaient les champs de bataille ne me quitteront jamais. Si Dieu me permet un jour de regagner ma maison, sache que mon corps sera de retour, mais que Pierre, l’homme que tu as connu, demeurera au front pour toujours.

[lettre de Pierre à Élisabeth]

Commenter  J’apprécie          170
milamirage   30 octobre 2012
L'horizon bleu de Dorothée Piatek
Toutes ces femmes aux jupes longues qui marchent sur les pavés du Nord proclament leur indépendance, l’égalité avec les hommes. Il faut avouer que depuis le départ de leur mari, elles ont largement contribué au bon fonctionnement de leur foyer. Elles sont à la fois mères, ménagères et travailleuses salariées. Leurs responsabilités n’ont jamais été aussi importantes. Régnant sur leur foyer comme des patriarches, elles n’ont pas l’intention de retrouver le statut unique d’épouse et de bonne mère une fois la guerre terminée.

Au beau milieu de cette guerre, Élisabeth est convaincue de vivre une véritable révolution de la condition féminine.



Commenter  J’apprécie          160
milamirage   29 octobre 2012
L'horizon bleu de Dorothée Piatek
Les hommes prennent une grande inspiration et se lancent au-dessus de la butte, au devant de la mort. Des ordres sont hurlés, mais ils n’entendent déjà plus. Ils avancent courbés. La boue colle à leurs chaussures, les aspirants vers le sol. Des coups partent de tous côtés. Les cris des hommes se mêlent au bruit des balles. La fumée épaisse et âcre aveugle dans les deux camps. Baïonnettes en avant, les soldats plantent tout ce qui arrive d’en face. Ils touchent la mort du doigt, elle est fourbe, vicelarde, puante. Ils n’ont plus peur, ils sont fous, massacrant l’adversaire comme des bêtes. Le danger n’est plus là, ils sont le danger.
Commenter  J’apprécie          150
Kawane   25 septembre 2015
Le silence des oiseaux de Dorothée Piatek
Suis la cadence

Marche

Ajuste ton pas

et reste droit mon frère



Tes cris de misère

Briseront leurs nuits

Mouillés de sueur

Ils hurleront au diable

Imploreront Dieu

Pour t'avoir fait souffrir



Suis la cadence

Marche

Ajuste ton pas

Crois en toi et avance



Une nuit qui sera la dernière

Sera leur première

Ton regard et tes cris

Pourriront leurs nuits

Sur cette île mon frère

Quand tu seras parti
Commenter  J’apprécie          150
milamirage   26 octobre 2012
L'horizon bleu de Dorothée Piatek
J'aime cette photo où l'on voit la terre du Nord calme et tranquille s'étirer à perte de vue. J'en ai passé des après-midi à courir dans ces champs, à jouer sur ces pavés qui dessinent les routes de nos campagnes...

J'ai eu une belle enfance...
Commenter  J’apprécie          130
milamirage   28 octobre 2012
L'horizon bleu de Dorothée Piatek
Tout le quartier est en émoi car Mme Baron a dénoncé nos voisins aux Allemands en disant qu’ils avaient caché des bijoux dans leur jardin. Voilà où la guerre nous mène : la délation ! Quelle tristesse ! Je ne comprends pas ce qui nous arrive, Pierre.

[lettre d’Élisabeth à Pierre]
Commenter  J’apprécie          110
milamirage   29 octobre 2012
L'horizon bleu de Dorothée Piatek
France, que fais-tu de tes enfants… Nous sommes tous devenus des bêtes !

Ma tête est remplie de haine et de folie. Je ne suis plus l’homme que tu as aimé : la guerre m’a sali

[lettre de Pierre à Élisabeth]
Commenter  J’apprécie          110
verobleue   21 novembre 2017
La demoiselle de Wellington de Dorothée Piatek
Cette ville (Arras) est prise en étau sur trois côtés par les troupes allemandes. Meurtrie par les bombardements, elle n'est plus qu'un champ de pierre, de briques amoncelées, de charpentes de bois encore fumantes, de façades maintenues debout par des fils invisibles et de rues pavées menant à d'autres ruines qui se succèdent encore et encore. Toutes ces splendides maisons de grès et de brique, son hôtel de ville et sa cathédrale se sont effondrés tel un vulgaire château de cartes comme si un géant était venu y souffler des colères excessives. J'imagine les scènes d'effroi que les habitants ont dû vivre, terrés dans leurs caves, affolés par les bruits et la pluie des feux de l'enfer qui s'abattait sur leur ville. Entendre sa maison, sa rue, son quartier se réduire en cendre sous les tirs d'obus et esquiver la mort à chaque seconde. Et je ne te parle pas, Jenny, de l'air chargé de gaz, des fumées et de la chaleur des flammes qui devaient emplir leurs poumons, les menant lentement à l'asphyxie. Cette ville est détruite, et ses trésors anéantis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Quiz autour du livre "Je marchais malgré moi dans les pas du diable"

Où la famille de François habite-t-elle au début de la guerre ?

En Picardie
En PACA
En Aquitaine

10 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Je marchais malgré moi dans les pas du diable de Dorothée PiatekCréer un quiz sur cet auteur