AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.25 /5 (sur 28 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Missoula (MT) , le 21/04/1907
Mort(e) à : Terra Bella (CA) , le 17/06/1968
Biographie :

Romancière américaine, Dorothy Baker née Dorothy Dodds dans le Montana, a grandi en Californie. En 1930 elle se marie avec le poète Howard Baker.
En 1938, elle publie Young Man with a Horn, traduit en français par Boris Vian (Le jeune homme à la trompette, Gallimard, 1951). Ce roman inspiré par la vie du cornettiste de jazz Bix Beiderbecke a été adapté au cinéma par Michael Curtiz avec Kirk Douglas, Lauren Bacall et Doris Day.
Avec son mari, elle adapta pour Broadway son second roman Trio qui fit scandale à cause de son thème principal, l'homosexualité féminine - le spectacle fut rapidement retiré de la scène sous la pression des lobbys protestants.
En 1962 elle écrit Cassandra au mariage, roman sur la gémellité inspiré par les deux filles du couple Baker.
Dorothy Baker décéda d'un cancer à Terra Bella (Californie) en 1968.
+ Voir plus
Source : en.wikipedia.org
Ajouter des informations
Bibliographie de Dorothy Baker   (2)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
LuMM   14 avril 2018
Cassandra au mariage de Dorothy Baker
Les femmes comme il faut ont toujours une sainte horreur de l'alcool...de l'alcool que boivent les autres. Et je savais bien pourquoi. Parce que l'alcool révèle la vérité et que la vérité est une chose que les femmes comme il faut n'aiment pas entendre. Cela les terrorise. Ce qu'elles veulent, c'est qu'on leur sorte des clichés sur le bonheur de se retrouver à la maison, tous réunis en famille, avec un mariage en perspective pour couronner le tout, et elle se font une joie d'entrouvrir pour vous la boite de Pandore...
Commenter  J’apprécie          180
Alice_   19 septembre 2013
Cassandra au mariage de Dorothy Baker
En fin de compte, c’est la seule chose qu’il faut savoir : celui qui ne craint pas de tout perdre peut tout gagner.
Commenter  J’apprécie          80
Alice_   18 septembre 2013
Cassandra au mariage de Dorothy Baker
Je humai mon verre encore une fois, bus un peu, et lui dis qu’il y avait bien d’autres choses que je ne comprenais pas non plus, par exemple, pourquoi les femmes voulaient toujours se comporter comme on s’imagine qu’elles le doivent, vous proposer à manger, vous inviter à parler aux gens qui téléphonent ou pommader vos coups de soleil. Et en hiver vous dire de mettre un manteau.
Commenter  J’apprécie          60
LuMM   14 avril 2018
Cassandra au mariage de Dorothy Baker
Je humai mon verre encore une fois, bus un peu, et lui dis qu'il y avait bien d'autres choses que je ne comprenais pas non plus, par exemple, pourquoi les femmes veulent toujours se comporter comme on s'imagine qu'elles le doivent, vous proposer à manger, vous inviter à parler aux gens au téléphone ou pommader vos coups de soleil. Et en hiver vous dire de mettre un manteau.
Commenter  J’apprécie          50
Perlaa   25 décembre 2020
Le jeune homme à la trompette de Dorothy Baker
Si inséparables à l'origine que puissent être la musique et la danse, seul le profane préfère danser sur du bon jazz plutôt que de l'écouter. Le bon jazz en lui-même est tellement riche que danser dessus, pour tous ceux qui aiment cette musique, c'est une espèce de gaspillage.
Commenter  J’apprécie          40
Alice_   19 septembre 2013
Cassandra au mariage de Dorothy Baker
- Qui donc a dit « une vie sur laquelle on ne réfléchit pas ne vaut pas la peine d’être vécue » ? demandai-je, sans aucune raison particulière.

Et Jude répondit : « Papa, qui d’autre ? » sur ce ton léger et spontané que je connaissais si bien et qui m’avait tant manqué pendant neuf longs mois de la pire année de ma vie.

Commenter  J’apprécie          30
claraetlesmots   22 mai 2013
Cassandra au mariage de Dorothy Baker
e me trouve dans une situation très particulière, ma mère ayant été écrivain ; auteur de deux romans, trois pièces de théâtre et un certain nombre de dialogues pour l’écran, tous très connus. Or il n’et pas facile de devenir écrivain lorsqu'on, est soi-même la fille d’une femme de lettres. Je ne sais pas au juste pourquoi, mais c’est un fait. Probablement par crainte d’une comparaison. La peur de l’égaler, ou de ne pas l’égaler, ou de finir de la même façon… Non que j’aie quoi que ce soit contre ma mère ; je crois que je l’aimais. Mais il y avait à peine trois ans qu’elle était morte, trois ans seulement, et je préférais attendre encore un peu avant d’essayer. Ou de ne pas essayer. D’abord il fallait que j’écrive cette thèse idiote et que je décroche le diplôme, ce bouche-trou.
Commenter  J’apprécie          20
Alice_   19 septembre 2013
Cassandra au mariage de Dorothy Baker
- Tu ne peux donc jamais être sérieuse ? dit grand-mère.

Si sa question avait été sérieuse, je crois que j’aurais répondu, car tout ce que j’attends de la vie, au fond, c’est justement quelque chose qui soit digne d’être pris au sérieux. On me demande si je suis capable d’être sérieuse ! Mais il n’y a qu’une seule réponse : je ne puis être autrement, je n’ai jamais été, ni ne suis, ni ne serai jamais autrement. C’est de là que viennent tous mes ennuis, mais c’est aussi mon unique certitude ; savoir jusqu’à quel point je peux être sérieuse vis-à-vis de ce que j’aime. Je suis tellement vouée au sérieux que je passe mon temps à balayer des ordures.
Commenter  J’apprécie          20
Alice_   18 septembre 2013
Cassandra au mariage de Dorothy Baker
- Qu’est-ce qu’il y a, Cassandra ?

C’était bon d’entendre mon nom, et papa le disait d’une voix si douce, si pleine de sollicitude, que je faillis lui dire tout ce que j’avais sur le cœur, lui parler non seulement de ce que j’étais en train de penser mais de tout le reste aussi, de mes cours, de mon travail, de mes désordres inextricables, de mes jours et de mes nuits qui se succédaient uniformément sans aucun point d’appui, sans aubes ni crépuscules, sans rien à quoi me rattacher sauf peut-être le pont, et cette interminable chaîne de verres, d’assiettes, de dentifrices, de serviettes de toilette et de divans.
Commenter  J’apprécie          20
Alice_   18 septembre 2013
Cassandra au mariage de Dorothy Baker
Les femmes comme il faut ont toujours une sainte peur de l’alcool… de l’alcool que boivent les autres. Et je savais bien pourquoi. Parce que l’alcool révèle la vérité, et que la vérité est une chose que les femmes comme il faut n’aiment pas entendre. Cela les terrorise. Ce qu’elles veulent, c’est qu’on leur sorte des clichés sur le bonheur de se retrouver à la maison, tous réunis en famille, avec un mariage en perspective pour couronner le tout, et elles se font une joie d’entrouvrir pour vous la boîte de Pandore…
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Poètes et/ou romanciers ?

Victor Hugo a écrit beaucoup de poésie. A-t-il aussi écrit des romans ?

oui
non

10 questions
37 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie françaiseCréer un quiz sur cet auteur