AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.75 /5 (sur 44 notes)

Biographie :

Douglas Cowie est né à Chicago, Illinois (Etats-Unis) en 1977. Il a grandi à Chicago puis à Toronto. Après avoir vécu à Berlin, il habite désormais à Londres.
Ses nouvelles ont été publiées dans diverses revues britanniques. Owen Noone et Marauder est son premier roman publié en Angleterre et aux Etats-Unis.

Source : www.christianbourgois-editeur.com
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (8) Ajouter une citation
carre   25 novembre 2012
Owen Noone & Marauder de Douglas Cowie
Comme personne ne comprenait quel merveilleux poête j'étais, je n'avais pas beaucoup d'amis et je marchais sur le campus, les poings dans les poches, en pensant au jour ou je serais célèbre et ou tous ces salopards de Bradley prétendraient m'avoir connu autrefois.
Commenter  J’apprécie          160
deuxquatredeux   27 juin 2020
Owen Noone & Marauder de Douglas Cowie
Tout le monde connaît la fin de l’histoire. Voici le début.



Première partie, p. 13
Commenter  J’apprécie          20
blandine5674   21 août 2017
Owen Noone & Marauder de Douglas Cowie
Quand il y a la guerre, on ne peut pas changer les choses à l’intérieur du pays. Mais quand c’est le calme plat, il faut dénoncer toutes ces hypocrisies. On peut pas se contenter de rester assis sur son cul.
Commenter  J’apprécie          90
Charybde2   30 octobre 2016
Owen Noone & Marauder de Douglas Cowie
« As-tu la moindre idée de ce qu’il faut faire ? » demanda Owen.

Soudain je me suis rappelé le bouquin de Lomax. A la fin se trouvait un appendice qui commençait par « Le Style de guitare folk américain ». Il y avait le dessin d’un type qui jouait de la guitare, plus un diagramme qui montrait toute une série d’accords différents, et où il fallait mettre les doigts pour les jouer. J’ai installé le livre, ouvert à la bonne page, sur mon ampli. Mi mineur m’a semblé être le plus facile et nous avons donc joué cet accord en premier. Le son qui sortait de ma guitare paraissait incroyablement réel et propre, il emplissait l’espace minuscule de ma chambre d’une musique que je n’avais jamais entendue, ni en studio ni en live, comme si quelqu’un d’autre l’avait jouée.

Owen s’est penché en avant, pour voir comment on s’y prenait, puis a tapoté les cordes. Avec au final le fracas d’innombrables pianos à queue tombant d’un toit à l’unisson, une émeute sonore qui m’a donné l’impression que ma chambre explosait, avant de se dissoudre en un perçant gémissement de feedback. Owen a plongé en avant pour couper l’ampli, mettant ainsi fin à la torture auditive et s’appuyant aussitôt sur l’ampli pour ne pas tomber.

« Je crois qu’on devrait jouer un tout petit peu moins fort », dit-il.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Fredleroux   26 mars 2013
Owen Noone & Marauder de Douglas Cowie
" Putain, j'ai un de ces tracs, murmurai-je hors micro.

– Pourquoi ? dit-il en reculant avant de se pencher vers moi. On ne connaît pas ces gens. Et puis on est bons. Si ça leur plaît pas, qu'ils aillent se faire foutre. " Il s'est ensuite rapproché du micro. " Salut, tout le monde. Je suis Owen Noone. " Il m'a montré du doigt. " Voici le Maraudeur. On n'a jamais joué devant autant de gens et mon copain a un peu le trac, alors soyez sympaso. " J'ai senti mon visage virer au rouge. " Cette chanson s'appelle "John Henry". "



"Jaaaaaaaaaawwwwwwn ", commença Owen en étirant la syllabe tandis que je jouais un accord en do, puis sur le rythme rapide de " Henry " je jouais furieusement, martelant mon accord pendant qu'Owen chantait " Was a little baby boy / You could hold him in the palm of your hand ". Penché sur ma guitare, je regardais tantôt ma main gauche qui formait les accords sur le manche, tantôt ma main droite réduite à un vague brouillard glissant sur les cordes, mon bars s'activant avec rage pour transmettre mes accords au câble puis à l'ampli…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Jasp3r   12 novembre 2010
Owen Noone & Marauder de Douglas Cowie
« Jaaaaaaaaaaawwwwwwwwwnnnnnnn Henry… «



Mon bras s ‘activait sur les cordes de la guitare et le public s ‘est mis à crier, certaines voix s ‘élevant pour chanter avec nous. Owen Noone et le Marauder étaient bel et bien aux commandes.



Ce qu ‘avait dit Owen au petit déjeuner se vérifiait. Pendant une heure et demi nous faisions vraiment la différence pour les gens, et c ‘était plus important que tout ce que nous faisions par ailleurs. Attaquer Jack Noone était une rigolade en comparaison. Un truc sans conséquence. C ‘était une diversion que personne ne prenait au sérieux, en dehors de nous deux, en dehors d ‘Owen. Et voilà ce que les gens désiraient : deux guitares vibrantes, sonores, et une succession de chansons pour oublier, l ‘espace d ‘un concert, tout le reste ou bien se rappeler ce qu ‘ils voudraient bien se rappeler, ressentir brièvement une joie fragile en regardant et en écoutant un spectacle qui était là pour les traverser, une chose simple qu ‘ils comprenaient ou qu ‘ils n ‘avaient pas besoin de comprendre. Il leur suffisait de croire en ces deux types sur scène, en leur – en notre – capacité à chasser tout le reste.



Owen a demandé à la foule de chanter encore plus fort pour Jack Noone juste avant d ‘attaquer « Yankee Doodle », et tout le temps o๠ils ont chanté et o๠nous avons joué, c ‘a été la chose la plus importante du monde pour un bon millier de personnes, mais cette chose perdait sens au-delà des cinq minutes de la chanson. Le lendemain matin, de retour chez eux, quand ces gens diraient à leurs amis que ৠ‘avait été un concert formidable, quelque chose serait déjà perdu dans leur récit, et quand ils mettraient leur CD pour écouter « Yankee Doodle », ils en retrouveraient une bribe, mais seulement une bribe. Puis ils vieilliraient, ils auraient des factures à payer , des gosses à gronder, ils finiraient par retrouver Owen Noone & Marauder tout en bas d ‘une pile de CD, ils le joueraient et le fil ténu du souvenir les ramènerait presque à leur point de départ. Alors ils souriraient en se rappelant comme c ‘était rigolo quand ils étaient jeunes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2   30 octobre 2016
Owen Noone & Marauder de Douglas Cowie
Tout le monde connaît la fin de l’histoire. Voici le début.

La première fois que je rencontrai Owen Noone, c’était en 1995, j’étais étudiant de première année à Bradley University, dans l’Illinois. J’étudiais l’anglais, je me prenais pour un poète. (…)

Voilà à peu près ce que j’écrivais : des poèmes sans rythme sur des filles à qui je n’avais jamais parlé, à qui je ne parlerais jamais, mais pour qui mon coeur était supposé gémir. Comme personne ne comprenait quel merveilleux poète j’étais, je n’avais pas beaucoup d’amis et je marchais sur le campus, les poings dans les poches, en pensant au jour où je serais célèbre et où tous ces salopards de Bradley prétendraient m’avoir connu autrefois.

Je maudissais aussi tous les gens que je côtoyais parce qu’ils ne comprenaient rien à la musique. Je travaillais comme DJ à WCBU, la station de radio de Bradley, où une fois par semaine j’animais une émission de deux heures consacrée à la scène rock locale. Ils m’ont confié ce créneau horaire parce que j’ai écrit un long projet prétentieux sur des groupes obscurs, en insistant sur le fait que cette musique était vitale pour la communauté tout entière, pas seulement pour quelques étudiants branchés. Ces groupes étaient infiniment plus talentueux, intéressants et, comme ma poésie, voués tôt ou tard à l’immortalité, que les musiciens foireux adulés par les étudiants des fraternités qui sortaient avec les égéries de mes poèmes. Tout passait à la moulinette des radios commerciales – tout -, déplorais-je.

Voilà comment, ou plutôt pourquoi je suis devenu l’ami d’Owen Noone : à cause d’une discussion liée à la musique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Bellonzo   16 janvier 2014
Owen Noone & Marauder de Douglas Cowie


Il vendait des poupées gigognes à l'effigie d'Owen Noone(leader du groupe).Dans Owen Noone se trouvait Kurt Cobain dans lequel se trouvait John Lennon dans lequel se trouvait Elvis Presley dans lequel se trouvait Buddy Holly.

Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Bibliographie de Douglas Cowie(1)Voir plus
Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

La couleur des sentiments

Ce livre tourne autour de 3 personnages importants. Quel personnage de la liste ne fait pas parti de ce trio?

Skeeter
Constantine
Minny
Aibileen

12 questions
1239 lecteurs ont répondu
Thème : La couleur des sentiments de Kathryn StockettCréer un quiz sur cet auteur