AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.77 /5 (sur 11 notes)

Nationalité : Albanie
Né(e) à : Menkulas , le 13/10/1931
Mort(e) à : Tirana , le 03/02/2017
Biographie :

Dritëro Agolli est un poète, écrivain et journaliste albanais. Il naît le 13 octobre 1931 dans une famille paysanne à Menkulas, District de Devoll au sud de l’Albanie, non loin de la frontière grecque. Il fait ses études secondaires à Gjirokastre qu’il achève en 1952 puis il entreprend des études de philologie et de journalisme à la Faculté des Arts de Leningrad. Il vit aujourd'hui à Tirana.

Ses premières publications datent de 1946 et son premier recueil de poésie, Në rrugë dolla, est publié en 1958. Dans ce volume et ceux qui suivront il apparaît que l’attachement à ses origines forme le cœur de son credo poètique et le public découvre un auteur lyrique d’importance et d’une grande maîtrise technique.

Parallèlement à son activité littéraire il travail durant quinze ans comme journaliste à Zëri i Popullit, journal au service du régime communiste albanais d’Enver Hoxha. Il fut à la tête de l’Union des écrivains et artistes albanais de 1972 jusqu'à son retrait le 31 janvier 1992, par la suite il devint également membre du Parlement pour le Parti Socialiste Albanais. Pour un temps il donna des cours de stylistique dans la section journalisme de l’Université de Tirana et outre la poésie, les nouvelles et romans son œuvre compte des essais et critiques, des scénarios cinématographiques ainsi que des traductions. Il possède également sa propre maison d'édition, Dritëro Publishing Company, au travers de laquelle il publie quelques nouveaux volumes de prose et de poésie.

En Albanie, Dritëro Agolli jouit d’une notoriété et d’une reconnaissance aussi importante que celle accordée à Ismail Kadare, tant par ses pairs que par le public.
+ Voir plus
Source : Le Courrier des Balkans
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
LydiaB   02 mars 2012
L'Homme au canon, numéro 54 de Dritëro Agolli
Mato était en bons termes avec les Shtaga et les Maruka, car dans les générations antérieures leurs familles avaient noué de multiples alliances. Rien ne l'opposait aux Pindjo, mais il ne les aimait pas, à cause de leurs procédés déloyaux. "Ils te tuent la nuit et te pleurent le jour" disait-il d'eux en confidence.

Ainsi vivait, avec ses haines et ses luttes intestines, le village d'Arun. L'esplanade de la mosquée, où se dressait un chêne séculaire, ne rassemblait que rarement la totalité des hommes du village. Elle s'ornait aussi d'une fontaine à cinq becs, comme si aucun des cinq clans n'avait voulu boire de la même eau que les autres.



"Oui, ça va mal ! fit Mourad, comme sortant d'un rêve. Et nous regardons faire, les bras croisés. Au lieu de tirer sur les Allemands, nous nous entre-tuons pour des affaires de famille !... Je suis las de vous tous, à la fin ! ajouta-t-il, continuant de parler comme pour lui-même, mais soudain tout animé. Je ne me sens plus la force de vous convaincre... Le Christ et Mahomet ensemble, s'ils venaient ici, ne se feraient pas mieux entendre que moi ! Vous avez tous le coeur et la tête mangés par la gangrène !"

Mato Gruda baissa les yeux, puis il tira de sa poche sa boîte à tabac et se roula une autre cigarette.

" Tant que certains comptes n'ont pas été vidés, il est difficile de trouver l'apaisement, fit-il d'une voix lointaine.

- C'est-à-dire ? Explique-moi !

- Tant que justice n'a pas été faite, pour l'honneur de nos foyers", poursuivit Mato.

Mourad eut un sourire amer.

"Quelle justice ? lança-t-il. En cinquante ans, elle a fait près de quarante victimes, dans notre seul canton. Et la folie continue ! Eh bien, allez au diable ! Egorgez-vous... Gens maudits... Pays maudit !..." s'écria-t-il et d'un bond il se releva, le revolver pendant mollement à sa ceinture relâchée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
le-mange-livres   12 avril 2012
L'Homme au canon, numéro 54 de Dritëro Agolli
Il n'avait guère envie, en un tel moment, de quitter sa maison ; il lui semblait qu'en s'absentant, il exposait son canon à quelque danger. Il éprouvait le besoin de le veiller comme on veille un enfant qui s'agite dans son sommeil et qu'il faut recouvrir de temps à autre.
Commenter  J’apprécie          20
le-mange-livres   12 avril 2012
L'Homme au canon, numéro 54 de Dritëro Agolli
La population d'Arun se partageait en cinq clans entre lesquels ne régnaient pas toujours une harmonie parfaite.
Commenter  J’apprécie          20
miriam   27 août 2017
Splendeur et décadence du camarade Zulo de Dritëro Agolli
Le camarade Zulo ne peut pas rester sans donner son avis. Pour lui il n’y a pas de phénomène qui ne soit prétexte à l’épanouissement de sa pensée. « au début naît le phénomène naît ensuite le rayon de la pensée a-t-il dit. »
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Abécédaire des auteurs de romans policiers

A comme ... Je mélange souvent le fantastique, le trash et l'humour avec du policier. Mon héros principal est Bourbon Kid, qui quand il boit tue. Personne ne connaît mon nom. Je suis ...

Jussi Adler Olsen
Alexis Aubenque
Brigitte Aubert
Anonyme

26 questions
135 lecteurs ont répondu
Thèmes : romans policiers et polars , Abécédaires , humourCréer un quiz sur cet auteur