AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.28/5 (sur 104 notes)

Nationalité : Autriche
Né(e) le : 08/04/1859
Mort(e) le : 26 avril 1938
Biographie :

Edmund Husserl est né le 8 avril 1859 à Prostějov en Moravie (actuelle République tchèque). Il fait d'abord des études en mathématiques, avec Weierstrass. Il se consacre à la philosophie dès lors qu'il veut réfléchir sur les fondements et le sens de sa science. Ses recherches le mèneront au-delà de la mathématique et il tentera de refondre l'ensemble des sciences dans la philosophie qui deviendra la science rigoureuse. Il suit les cours de Franz Brentano (qui fut aussi le professeur de Sigmund Freud) sur l'intentionnalité chez Thomas d'Aquin, qui seront à la base de ses développements phénoménologiques ultérieurs.
D'origine juive, il se convertit au protestantisme luthérien le 8 avril 1886. En 1887, il est privatdozent à l'université de Halle. En 1896, il publie sa Philosophie de l'arithmétique, ouvrage qui défend une thèse psychologiste. C'est en 1900-1901 qu'il publie son premier grand ouvrage : les Recherches logiques, sur lesquelles il reviendra ultérieurement. Le tome I (Prolégomènes à la logique pure) critique la position psychologiste qu'il avait défendue dans son premier livre, et Husserl devient logiciste. Ensuite, il devient phénoménologue dans le tome II (Recherches pour la Phénoménologie et la Théorie de la connaissance) et critique le logicisme. Ainsi sont esquissées les trois grandes étapes de sa pensée.
En 1906, il obtient le titre de professeur titulaire à Göttingen, puis à Fribourg en Brisgau de 1916 à 1928. En 1913, il publie un ouvrage fondamental : les Idées directrices pour une phénoménologie (ou plus couramment : Ideen I). En 1929, il est invité en France à donner deux conférences à la Sorbonne, qui donneront les Méditations cartésiennes, texte synthétique qui esquisse les grandes questions de la phénoménologie transcendantale. Le professeur Husserl se voit interdire l'accès à la bibliothèque de l'université de Fribourg en application de la législation antisémite adoptée par les Nazis en avril 1933. Il est radié du corps professoral en 1936. C'est à Vienne, puis à Prague, que Husserl fera ses dernières conférences.
Il meurt le 26 avril 1938, alors que le national-socialisme menace de destruction ses manuscrits inédits. Ils furent heureusement évacués à Louvain où se trouvent encore aujourd'hui les fameuses Archives Husserl, dans lesquelles près de 300 000 feuillets restent à dépouiller.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Edmund Husserl   (36)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Stefano Osnaghi – Archives Husserl, ENS, Paris The Oxford Handbook - Département de physique Université Paris Cité - Universidade Federal da Bahia - ARCHIMEDES S.I.E.E. Project - SPHERE-UMR7219-CNRS - APC, present two days of history and epistemology of the foundations of Quantum Mechanics. On the occasion of the publication of The Oxford Handbook of the History of Quantum Interpretations. Nearly a century after its formulation and despite its unprecedented predictive successes in accounting for physical processes, quantum mechanics is still at the center of a lively debate.In the same spirit as The Oxford handbook of the history of Quantum Interpretations, the two days offer a historical overview of the contrasts that have been at the heart of quantum physics over the past 100 years. Drawing on the extensive expertise of several lecturers working in the fields of physics, history and philosophy. Thus, the objective of these two days is to fuel the ongoing debate on the foundations of quantum mechanics by dealing with the major open questions concerning the interpretations of Quantum Mechanics. April 14 and 15, 2023 - Université Paris Diderot - France Organizing Committee : Jean-Jacques Szczeciniarz, Olival Freire, Joseph Kouneiher et Michel Paty

+ Lire la suite

Citations et extraits (48) Voir plus Ajouter une citation
Edmund Husserl
Quiconque veut vraiment devenir philosophe devra " une fois dans sa vie " se replier sur soi-même et, au-dedans de soi, tenter de renverser toutes les sciences admises jusqu'ici et tenter de les reconstruire.
Commenter  J’apprécie          420
"dans la détresse de notre vie, cette science [la science objective] n'a rien à nous dire. Les questions qu'elle exclut par principe sont précisément les questions qui sont les plus brûlantes à notre époque malheureuse pour une humanité abandonnée aux bouleversements du destin : ce sont les questions qui portent sur le sens ou sur l'absence de sens de toute cette existence humaine"
Commenter  J’apprécie          120
Le mot intentionnalité ne signifie rien d’autre que cette particularité foncière et générale qu’à la conscience d’être conscience de quelque chose, de porter, en sa qualité de cogito, son cogitatum en elle-même.
Commenter  J’apprécie          110
Je voudrais, en terminant, et afin d'éviter les malentendus, indiquer que la phénoménologie, comme nous l'avons développée plus haut, n'élimine que la métaphysique naïve, opérant avec les absurdes choses en soi, mais qu'elle n'exclut pas la métaphysique en général. Elle ne fait pas violence aux motifs et aux problèmes qui animaient intérieurement la tradition ancienne. C'était sa méthode et sa position des problèmes qui étaient absurdes, non point ses problèmes et les motifs de leur position.

La phénoménologie ne dit pas qu'elle s'arrête devant « les dernières questions les plus hautes ». « L'être, premier en soi », qui sert de fondement à tout ce qu'il y a d'objectif dans le monde, c'est l'intersubjectivité transcendantale, la totalité des monades qui s'unissent dans des formes différentes de communauté et de communion. Mais, à l'intérieur de toute sphère monadique effective, et, à titre de possibilité idéale, à l'intérieur de la sphère monadique imaginable, réapparaissent tous les problèmes de la réalité contingente, de la mort, du destin, le problème de la possibilité d'une vie « authentiquement » humaine et ayant un « sens » dans l'acception la plus forte de ce terme et, parmi ces problèmes, ceux du « sens » de l'histoire et ainsi de suite, en remontant toujours plus haut.

Nous pouvons dire que ce sont là les problèmes éthiques et religieux, mais posés su un terrain où doit être posée toute question qui peut avoir un sens possible pour nous.

C'est ainsi que se se réalise l'idée d'une philosophie universelle tout autrement que ne se la représentaient Descartes et son temps, qui furent seduits par l'idée de la science moderne. Elle ne se réalise pas sous la forme d'un système universel de théorie déductive, comme si tout ce qui existe était englobé dans l'unité d'un calcul. Le sens essentiel et fondamental de la science s'est radicalement transformé. Nous avons devant nous un système de disciplines phénoménologiques, et dont la base fondamentale n'est pas l'axiome ego cogito, mais une pleine, entière et universelle prise de conscience de soi-même.

En d'autres termes, la voie qui mène à une connaissance des fondements derniers, au plus haut sens du terme, c'est-à-dire à une science philosophique, est la voie vers une prise de conscience universelle de soi-même, monadique d'abord et intermonadique ensuite. Nous pouvons dire également que la philosophie elle-même est un développement radical et universel des méditations cartésiennes, c'est-à-dire d'une connaissance universelle de soi-même, et embrasse toute science authentique, responsable d'elle-même.

L'oracle delphique γνῶθι σεαυτόν [connais-toi toi-même] a acquis un sens nouveau. La science positive est une science de l'être qui s'est perdue dans le monde. Il faut d'abord perdre le monde par l'ἐποχή [épochè], pour le retrouver ensuite dans une prise de conscience universelle de soi-même. Noli foras ire, dit saint Augustin, in te redi, in interiore homine habitat veritas [Ne vas pas au-dehors. Ne te disperse pas à l'extérieur. Rentre en toi-même. C'est en l'homme intérieur qu'habite la vérité]. (pp. 133-134)
Commenter  J’apprécie          50
Quand on est parvenu dans l'ego, on prend conscience qu'on se tient dans une sphère d'évidence, derrière laquelle vouloir poser encore des questions en retour est un non-sens.
Commenter  J’apprécie          70
L'immense production philosophique d'aujourd'hui, avec son mélange désordonné de grandes traditions, de recommencements et d'essais littéraires à la mode - visant non à l'effort, mais à l'"effet", - ne devrons-nous pas à notre tour les soumettre à un renversement cartésien et entreprendre de nouvelles "Meditationes de prima philosophia" ?
Commenter  J’apprécie          50
"Noli foras ire", dit saint Augustin, "in te redi, in interiore homine habitat veritas."

Excipit.
Commenter  J’apprécie          50
Tout cela, Descartes le désigne, on le sait, par le terme de cogito. A vrai dire, le monde n'est pas pour moi autre chose que ce qui existe et vaut pour ma conscience dans son pareil cogito.
Commenter  J’apprécie          40
Mais c'est ici justement qu'est le danger !
Commenter  J’apprécie          50
La tâche que le philosophe s'impose, le but de sa vie en tant que philosophe, c'est une science universelle du monde, un savoir universel, valable de façon ultime, l'universum des vérités en-soi du monde, du monde en-soi.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Edmund Husserl (152)Voir plus

Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
19620 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}