AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.93 /5 (sur 22 notes)

Nationalité : Allemagne
Né(e) à : Ludwigsbourg, Souabe , le 08/09/1804
Mort(e) à : Stuttgart , le 04/06/1875
Biographie :

Eduard Friedrich Mörike naît en 1804 d'un père médecin et d’une mère fille de pasteur. La mort de son père, alors qu’il n’a pas treize ans, pousse la famille à le destiner lui aussi à une carrière de pasteur. C’est ainsi qu’il entre en 1822 au séminaire de Tübingen, celui d’Hölderlin, Hegel et Schelling, où il reçoit une solide formation classique.

En 1826, il obtient l’habilitation au vicariat. Mais il doute de sa vocation et connaît régulièrement des périodes de mélancolie qui le contraignent à changer souvent d’affectation et à prendre de nombreux congés. En 1843 il demande sa mise à la retraite.

En 1845, Mörike se fiance avec Margarethe Speeth, une amie d’enfance de sa sœur. Il finit par trouver, en 1851, un modeste poste de professeur dans un pensionnat de jeunes filles à Stuttgart, et épouse Margarethe le mois suivant. Mais cette union sera chaotique et malheureuse. Il s’éteint à Stuttgart le 4 juin 1875, après s’être réconcilié in extremis avec sa femme.

Peu abondante, l'œuvre de Mörike est d'une qualité constante. Indifférent à la politique, n'estimant guère Heine, le plus connu des poètes polémistes, il porte à une perfection extrême les qualités de l'École souabe : musicalité du vers, plasticité des images, attachement au terroir et à la poésie populaire.

Il est notamment l'auteur de sonnets d'amour et des romans Le Peintre Nolten (1832) et Le Voyage de Mozart à Prague (1856).
+ Voir plus
Source : ww.lesbelleslettres.com
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
coco4649   09 avril 2016
Chant de Weyla et autres poèmes de Eduard Mörike
Mal du pays





Le monde s’altère à chaque pas

Qui m’éloigne de ma bien-aimée ;

Mon cœur ne veut pas continuer plus loin.

Ici, un soleil froid luit sur le paysage,

Ici, tout me semble inconnu,

Même les fleurs au bord du ruisseau !

Tout ce que je vois

A des manières si hostiles, un visage si faux.

Sans doute le petit ruisseau qui murmure parle-t-il :

« Pauvre garçon, viens le long de mes rives,

Regarde, ici aussi, les ne-m'oubliez-pas ! »

Les myosotis ! oui, ils sont beaux partout,

Mais pas aussi beaux que là-bas.

Partons, partons, surtout !

Mes yeux s'emplissent de larmes !

                                       (juin 1828)



p.77

Commenter  J’apprécie          80
coco4649   07 avril 2016
Chant de Weyla et autres poèmes de Eduard Mörike
Le beau hêtre





Caché au cœur de la forêt je connais un endroit où se dresse

 Un hêtre, tel qu’en peinture on n’en peut voir de plus beau.

Lisse et clair, d’un seul trait pur il s’élève, solitaire,

 Et nul de ses voisins ne touche à sa parure soyeuse.

Tout autour, si loin que cet arbre imposant étende sa ramure,

 La pelouse verdit, afin de rafraîchir l’œil en silence.

De tous côtés également elle ceint le tronc qui en forme le centre :

 La Nature elle-même, sans art, a tracé ce cercle adorable.

Des taillis délicats font une première enceinte, puis ce sont les

                                                   [hauts fûts

 D’une foule d’arbres serrés qui tiennent éloigné le bleu du ciel.

Près de la sombre épaisseur du chêne, le bouleau berce

 Sa tête virginale timidement dans la lumière dorée.

Là seulement où, jonché de roches, le raidillon dévale vers l’abîme,

 La clairière me laisse deviner l’étendue des champs.

‒ Quand, dernièrement, solitaire, séduit par les visions nouvelles

                                                   de l’été

 Je quittai le chemin et vins me perdre là dans les taillis,

Ce fut un esprit amical à l’oreille toujours aux aguets, la divinité

                                                 de ce bois,

 Qui soudain m’introduisit ici pour la première fois, moi l’étonné.

Quelles délices ! C’était aux environs de l’heure haute de Midi :

 Tout se taisait. Même l’oiseau dans le feuillage restait silencieux.

Et j’hésitais encore à poser le pied sur ce tapis plein de grâce ;

 Avec solennité il accueillit mon pas, moi qui ne le foulai que

                                               sans bruit.

Puis, une fois adossé au tronc (qui ne porte pas trop haut

 Sa large voûte), je laissai mes regards vaguer à la ronde,

Là où les rayons enflammés du soleil traçaient une frange aveuglante,

 Presque parfaitement régulière, tout autour du cercle ombragé.

Et je restai là, sans broncher ; au plus intime de moi-même tout

                                                mon être

 Épiait le démon du silence, toute cette insondable paix.

Enfermé avec toi dans le prodige de cette ceinture solaire,

Je ne sentais que toi, ô Solitude, à toi seule allaient mes pensées.

                                            (été 1842)



p.147-149

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Partemps   28 août 2020
Poèmes : Gedichte de Eduard Mörike
Idylle vom Bodensee



Dicht am Gestade des Sees, im Kleefeld, steht ein verlaßnes

Kirchlein, unter den Höhn, die, mit Obst und Reben bewachsen,

Halb das benachbarte Kloster und völlig das Dörfchen verstecken,

Jenes gewerbsame, das weitfahrende Schiffe beherbergt.

Uralt ist die Kapelle; durch ihre gebrochenen Fenster

Streichet der Wind und die Distel gedeiht auf der Schwelle des Pförtleins;

Kaum noch hält sich das Dach mit gekrümmtem First, ein willkommner

Schutz vor plötzlichem Regen dem Landmann oder dem Wandrer.

Aber noch freut sich das Türmchen in schlanker Höhe den weiten

See zu beschauen den ganzen Tag und segelnde Schiffe,

Und jenseits, am Ufer gestreckt, so Städte wie Dörfer,

Fern, doch deutlich dem Aug, im Glanz durchsichtiger Lüfte.

Aber im Grund wie schimmern die Berge! wie hebet der Säntis

Silberklar in himmlischer Ruh die gewaltigen Schultern!



Hoch noch weilte die Sonn in Westen und wärmte des Kirchleins

Mauern; es schattete zierlich im Fenster die steinerne Rose

Innen sich ab an der Wand, an welche gelehnt auf den kühlen

Platten die Mähder vom Dorfe den Trunk einnahmen, der Schneider

Wendel und seines Weibes Verwandter, ein lediger Bursche,

Steffen genannt; die zwei. Zu ihnen gesellte sich grüßend

Martin, der Fischer, ein Siebziger schon, noch munter und rüstig;

Nicht wie seines Gewerbes die anderen, denen der Geist sich

Stumpft im gemächlichen Tun des gleich hinschleichenden Tages,

Denen die Zunge sogar in stummer Fische Gemeinschaft

Auch erstarrt, ein freundliches Wort nur mürrisch erwidernd.

Er nun stand in der Türe. Den Mostkrug reichte der Schneider

Ihm zum Bescheid und fragte, nachdem er getrunken, den Alten:



»Fischer, wie lang ist's her, seit daß die Kapelle den Meßner

Nimmer gesehn und daß sie kein Vaterunser gehört hat?

Doch wohl ein sechzig Jahre, so schätz ich, oder darüber?«

Aber der andere sagte darauf: Mitnichten! Es denkt mir,

Als ich ein Bursche mit achtzehn war, da pflegten die jungen

Ehfraun noch hierher am dritten Tag nach der Hochzeit

Beten zu gehn, nach altem Gebrauch, wann eben der Morgen

Grauete über dem See. Mit einer Gefreundtin alleine

Ging sie, die Neuvermählte, verhüllten Hauptes, und brachte

Eine wächserne Kerz und ließ den Küster die Glocke

Für sich läuten da droben, als welches besonderen Segen

Bringen sollte den Fraun, da mit ihr sich ein Wunder begeben.

Hievon habt Ihr gehört, doch wissen es wenige gründlich.«

Dies die Worte des Alten; darauf der Schneider ihm zurief:

»Setzet Euch her, und trinkt! wir haben noch Weile zu plaudern.

Kommt, und erzählt aus dem Grund, so wie Ihr sie wißt, die Geschichte!«

Jener nun ließ auf den Estrich zu ihnen sich nieder, die Pfeife

Holt' er, die täglich gebrauchte, hervor, mit dürftigem Rohre,

Zog dann listigen Blicks dem Schneidergesellen den Knaster

Aus dem Wamse, das neben dem Krug und Brode gelegen

(Ein Dragoner zu Pferd auf dem Päcklein rühmte die Sorte

Als der Gesundheit dienlich und von preiswürdiger Güte):

Jetzo brannte das Kraut und der Fischer begann die Erzählung.



»Anna hatte, die Gräfin, von ihren Gütern das beste,

Weinberg, Felder und Wald, dem Kloster geschenkt auf dem Todbett;

Denn sie verstarb als Wittib und ohne Kinder auf ihrem

Schlößchen, davon auf dem Bühl noch stehen die wenigen Mauern.

Aber es war ihr Bruder der Abt bei den Benediktinern

Im Stammkloster, er hieß Ernfried. Alljährlich im Sommer,

Wenn der Fischer aufs neue das Netz auswirft und den Barsch fängt

Und den Felchen zumal, den Leibtrost geistlicher Herren,

Kam er einmal an den See, um der Mönche Wirtschaft zu mustern,

Wie sein Amt ihm befahl, und die leibliche Schwester zu sehen.

Dieser gedachte nunmehr, zu ihrer Seele Gedächtnis,

Eine Kapelle zu baun, unfern dem Kloster. (Man sah dort

Aus den Fenstern hierher auf den Platz.) Und sie hoben das Werk an,

Steckten das Viereck aus und den schmälern Chor nach der Morgen-

Seit und gruben den Grund. Nicht lang, so stockte der Spaten

Kreischend an hartem Metall, und es kam ein eherner Dreifuß

Bald an das Licht - so heißet das fremde Gerät in der Chronik -,

Hoch und schwer, mit mancherlei Zierat, Schlangen und Laubwerk;

Messer sodann und Beil' und Opfergefäße von Kupfer,

Heidnische: denn es hauseten hier vorzeiten die Römer;

Auch ein gegossenes Bild ward vor aus der Erde gezogen,

Armslang nur, mit Schild und mit Schwert, ein gerüsteter Kriegsgott.

Als nun die Mönche verwundert den Fund auf dem Platze beschauten -

›Sieh!‹ sprach einer, ›das ist von ungefähr nicht, und der Anfang

Kündiget Segen dem Haus und Kloster! Bevor wir den ersten

Stein zum Grunde gelegt, ist, mein ich, die Glocke dem Kirchlein

Gnädig geschenkt, und es mußte das Erz ihm reichen der Heide.

Sagt, wo rühmte sich sonst noch eine Kapelle desgleichen?

Wo wird eine wie sie mit gläubigen Gaben geehrt sein,

Wenn sie nun steht an dem Ufer und bald ihr Ruf sich verbreitet?‹

- Alsbald fielen die andern ihm bei; doch einer bestritt ihn.

Pater Eusebius war er genannt, vor allen den Vätern

Fromm und gelehrt, kunstreich und in alten Geschichten bewandert,

Welcher mit lieblichen Farben und Gold ausmalte die Bücher.

Dieser vernahm ungern, daß jene die seltsamen Stücke

Einzuschmelzen beschlossen, wofern es gefiele dem Prior.

Der nun gab den Bescheid, ein Teil, was künstliches Werk sei,

Soll nach dem Kloster gebracht, im Saal bei den Büchern verwahrt sein,

Aber den Kessel, die Schüsseln und mächtigen Schalen, die schmucklos

Wären und glatt, die möge man ohne Bedenken dem Gießer

Lassen zum Guß und was an Gewicht noch fehle darauf tun.

Also schien es gerecht und waren es alle zufrieden.



Jetzo wuchsen gemach von Tag zu Tage die Mauern

Längs dem Gerüst in die Höh, und zunächst in der Hütte der Steinmetz

Eilte die Bogen und Fenster zu haun aus dem gelblichen Sandstein.

Kommenden Frühling, so war es bestimmt, den Tag vor des Herren

Auffahrt, wollten sie weihen das Haus. - Und es nahte die Zeit nun.

Blank in der Werkstatt hing beim Meister im Städtlein die Glocke,

Sauber von Ansehn, glatt und kraus, auch stattlich an Umfang.

Aber nicht jenem zur Lust und keiner christlichen Seele,

Sondern zum Schrecken vielmehr und großen Entsetzen gedieh sie

Jeglichem. Denn als der Gießer sie anschlug, sanft mit dem Hammer

Prüfend am äußeren Rand, und stärker und wie er nur wollte,

Seht! da verweigert' sie stracks den Ton und war es nur eben

Als man klopfe zum Spott an die lederne Haube des Kriegsmanns

Oder an klotziges Blei. Da stand nun der Meister und kratzte

Hinter dem Ohr, ratlos und schwieg, Unsauberes merkend,

Vor den Gesellen. Er hätte vielleicht sie gerne verheimlicht,

Wie man ein Scheuel verbirgt vor den Augen der Menschen, ein Mondkalb

Oder zauberisch Ding, unrichtiges, welches verflucht ist.

Aber es drängten die Leute sich zu in Scharen, und einer

Sprach, aus dem Hause getreten, nachher zu dem andern im Heimweg:

›Sagt! wann ist solches erhört in der Welt? Wohl glaub ich dem Alten,

Daß er den Guß fehllos nach der Regel gemacht und die Speise

Pünktlich gemischt nach der Kunst; ich wett Euch, sein ist die Schuld nicht.

Wisset, sie hat den Satan im Leib, von wegen des Erzes,

Drin sein blutiges Opfer empfing vor alters der Abgott.‹

So denn befand es sich auch, und die Mönche bezeugten es selber.

Einige rieten, sogleich in den See die Glocke zu stürzen,

Jählings hinab in die Tiefe, bevor ausbräche das Unheil,

Doch unweislich erfand man den Rat: leicht konnte der Geist ja

Zornig im Grund aufwühlen die Wasser und über die Ufer

Treiben in Sud und Dampf den gewaltigen See, zum Verderben

Stadt und Land. Nun kam von dem Prior gesendet ein Pater,

Nicht von den Seinen, versteht, ein Franziskaner vom Thurgau,

Der sich auf die Beschwörung verstand und die Geister in Zwang nahm.

Diesen sobald nur die Sonne hinab war, führte der Meister,

Wo das Unheimliche hing, in die Kammer dort neben der Werkstatt,

Drin er allein ihn ließ (ihn stach nicht mächtig der Fürwitz -

Wendel, was dünkt Euch, bliebt Ihr dabei? Euch könnt ich es zutraun,

Denn das Sprichwort lügt wohl an Euch: es hätten die Schneider

Mut vor dem Feind ein Quentlein und wo es sicher ein Pfündlein).

Bald auch spürte der Pater, er hab es mit einem der Schlimmen.

Denn hart griff er ihn an, neun Stunden, eh daß er sich einmal

Rührte der Fuchs voll List, als wär er nicht in dem Neste.

Aber es tat nicht gut und der Tanz fing an mit dein Morgen,

Heftig. Da haben den Geist in der vierten Gasse die Nachbarn

Lachen gehört aus dem Erz und schrein mit erzener Stimme,

Gleichwie im Wald den brünstigen Hirsch, und hätte die Glocke

Krümmen sich mögen, bekannte der Mönch, und winden, da nun er

Aus der gequälten sich riß als ein Windbraus und in die öde

Luft mit Seufzen entwich. Und also war es gewonnen.

Gott dann lobte der Mönch und rief in Eile den Meister,

Dieser zugleich die Gesellen, auch andere kamen von selber,

Viele, zu sehn wie es ward und wie er nun weihe die Glocke,

Die noch empört nachdröhnte mit weinenden Tönen den Aufruhr.

Dreimal sprengt' er das Wasser und gab ihr den Segen, der Priester.

Aber zum Schluß, nachdem sie gestillt war, sprach er gelinde,

Nah hin neigend zum Rande den Mund, die bedeutsamen Worte:

›Lieblich sei, wie dein Name, nun auch deine Stimme, Maria!‹ -

Wie wenn zur Frühlingszeit im Gärtlein hinter dem Hause,

An der rebenumzogenen Wand, der sonnigen, etwan

Seine Bienen der Bauer behorcht, im Korbe, zu wissen,

Ob sich bereite der Schwarm, und schon in der summenden Menge

Hell mit feinem Getön, stoßweise die Königin dutet,

Werbend um Anhang unter dem Volk, und lauter und lauter

Unablässig sie ruft, so sang von selber die Glocke,

Vom holdseligen Klange berührt des liebsten der Namen,

So auch horchten die Männer und horchten mit Lächeln die Frauen.



Als am gesetzten Tage sofort allhier bei dem Kirchlein,

Auf dem geebneten Feld und dort vom Gestade hinaufwärts

An dem Hügel, schon viel Andächtige standen versammelt

Und, das neue Gebäude zu schenken der h
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
coco4649   08 avril 2016
Chant de Weyla et autres poèmes de Eduard Mörike
Visite à Urach





Vois ! les nuages s’amoncèlent en masse de ténèbres

Autour des vénérables ruines de la forteresse qui les brave !

Au loin déjà on entend le vieux Géant,

Muette la vallée attend, elle semble tout incertaine,

Seul le coucou lance ses saluts immuables, caché

Dans les insondables profondeurs vertes de la forêt, ‒

Voici que craque la voûte céleste, l’écho résonne longuement :

Le merveilleux spectacle a commencé !



Oui, tandis que de la haute clarté de son feu

La foudre m’éclaire le visage et les joues, voici que je crie

D’une voix forte parmi l’éblouissante musique du tonnerre

Ces paroles de bénédiction qu’elle confirme :

Ô toi, vallée ! l’autre seuil de ma vie !

Toi, l’âtre paisible de mes forces les plus profondes !

Toi, nid miraculeux de mon amour ! je te quitte à présent,

Adieu ! – que ton ange soit mon escorte !

                                           (mai 1827)



p.67

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Marti94   05 mai 2014
Le Voyage de Mozart à Prague de Eduard Mörike
Figaro fut accueilli par les Pragois, gens cultivés et sans préventions, avec un tel enthousiasme que le maestro, dans son émotion et sa gratitude, résolut d’écrire pour eux sa prochaine œuvre.
Commenter  J’apprécie          30
Eduard Mörike
Partemps   22 décembre 2020
Eduard Mörike
Âme de rêve



A l'époque où j'étais à Tübingen avec Alb. Rheinwald a beaucoup circulé, une fois, comme souvent, nous avons passé la moitié de la nuit avec un thé fort dans ma chambre (Jérusalem) dans toutes sortes de conversations pour la plupart joyeuses. Pendant un moment, nous avons parlé très sérieusement de notre avenir, qui était extrêmement incertain des deux côtés, en réalité sans but et sans fond devant nous. Nous aurions aimé savoir s'il adviendrait de nous quelque chose qui correspondrait à peu près aux inclinations et aux désirs de chacun. Moitié pour le plaisir, moitié sérieusement, j'ai remis en question le sort autour de moi en prenant la prochaine meilleure partie de Shakespeare allemand du stand de livres de Ludwig, près de laquelle notre table (près de la fenêtre) se tenait, tendant la main avec mon pouce et ici (je veux dire, il était le côté droit, ci-dessus) est immédiatement tombé sur un passage que nous avons pris comme une réponse affirmative. Frappant, Oracle , c'est-à-dire, contenait la relation formelle la plus précise avec mon intention. Après cela, je n'en ai presque parlé à personne parce que tout le monde doit trouver cela trop improbable et je ne voulais pas me ridiculiser. De plus, pendant de nombreuses années, j'avais complètement oublié où étaient les mots. Dans le »Troilus«, cependant, à ma grande surprise, j'ai récemment trouvé ce qui suit dans les discours entre Achille et Hector, acte IV, scène 5:



( Achille - - - réponds, dieux!



Hector. Il serait honteux pour les dieux saints de répondre à une telle question. Parler! Pensez-vous etc.)



Achille. Oui, je te le dis.



Hector. Et si vous étiez un oracle, annonçant cela, je ne vous croirais pas.



Le souligné, qui, pris comme réponse à ma question, serait ironiquement ambigu, entièrement dans le style oracle, est sans doute le passage en question de cette nuit. Que devons-nous en penser maintenant? Soit c'est une pure coïncidence, soit je ne peux l'expliquer qu'avec ma vieille hypothèse d'une activité d'âme double. A cet égard, en tant que problème psychologique, le cas a récemment pris un réel intérêt pour moi.



En général, ma présupposition est la suivante: l'âme brille et travaille de son côté nuit ou rêve dans la vraie conscience en ayant la vue des choses dans la région sombre qui autrement lui resteraient complètement inconnues. Vos idées dans la sphère du jour et de la nuit alternent dans des moments infiniment petits et comprimés avec la plus grande rapidité, de sorte que la continuité de la conscience de veille ne semble pas être interrompue. J'ai pensé à cette pensée en essayant d'expliquer la vision fantôme, ainsi que les déclarations souvent étonnamment précises sur le fait de frapper à la table, etc., où beaucoup de choses ne sont apparemment basées que sur un jeu vide, parfois taquin de l'âme du rêve.



Dans le cas mentionné ci-dessus, l'âme du rêve connaissant m'avait inspiré à remettre en question le livre et m'a guidé dans ce qui a suivi; c'est-à-dire qu'à ce moment-là, j'agissais partiellement somnambulique, à l'exception de la prise décisive de mon doigt. Aussi étrange et aventureux que cela puisse paraître, pourquoi serait-ce carrément impossible? Et au fait: "Une hypothèse totalement fausse vaut mieux qu'aucune", dit Goethe quelque part en référence à sa théorie des couleurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Eduard Mörike
Partemps   14 janvier 2021
Eduard Mörike
L’âme des rêves





J’étais à Tübingen avec Alb. Rheinwald a beaucoup contourné, nous avons passé une fois, comme souvent, la moitié de la nuit avec un thé fort dans mon salon (Jérusalem) dans toutes sortes de divertissements, le plus souvent gais. Pendant un certain temps, il a été très sérieusement question de notre avenir, qui était, de part et d’autre, extrêmement incertain et en fait sans but ni fond. Nous aurions aimé savoir si nous devenons quelque chose qui correspondrait à peu près aux penchants et aux désirs de chacun. À moitié pour le plaisir, à moitié au sérieux, j’ai pris le destin autour de moi, en tombant de la table de Louis, où se tenait notre table (à la fenêtre), la partie la plus proche du Shakespeare allemand, en prenant le pouce et là (je veux dire, c’était le côté droit, en haut) à un endroit que nous avons pris comme réponse affirmative. Elle était frappante, en quelque sorte comique-frappante, parce qu’elle contenait elle-même l’expression oracle, c’est-à-dire la relation formelle la plus précise à mon intention. Par la suite, je n’ai rien dit à personne, parce que tout le monde doit la trouver trop improbable et je ne voulais pas me ridiculiser. J’avais aussi oublié, depuis de nombreuses années, l’endroit où se trouvent les mots. Mais dans le « Troilus », à ma grande surprise, dans les discours entre Achill et l’Hector, acte IV, scène 5, j’ai trouvé ce qui suit.



( Répondez, les dieux !



Hektor. Il serait mauvais pour les dieux de donner une réponse à une telle question. Parle ! Tu crois, etc.)



Ahill. Oui, je te le dis.



Hektor. Et si tu étais un oracle, je ne te crois pas.



Ce qui, considéré comme une réponse à ma question, serait ironiquement ambigu, est sans aucun doute l’endroit en question de cette nuit-là. Qu’en pense-t-on? Soit c’est une pure coïncidence, soit je ne peux l’expliquer qu’avec mon ancienne hypothèse d’une double activité d’âme. Dans cette relation, en tant que problème psychologique, le casus a récemment un réel intérêt pour moi.



En général, ma condition est celle-ci: l’âme rayonne et agit de son côté de la nuit ou de son rêve dans la vraie conscience, en ayant dans la région obscure la vision de choses qui lui restaient autrement complètement inconnues. Leurs représentations dans la sphère de jour et de nuit se succèdent à des moments infiniment petits et serrés avec une extrême rapidité, de sorte que la constance de la conscience éveillée ne semble pas interrompue. J’ai eu cette idée d’expliquer naturellement cette idée en essayant de voir les fantômes, ainsi que les déclarations souvent si étonnantes à la table de table, etc., alors que beaucoup de choses semblent reposer sur un jeu vide, en partie taquin, de l’âme de rêve.



Dans le cas mentionné ci-dessus, l’âme de rêve en connaissance de cause avait stimulé chez moi l’idée d’interroger le livre et m’avait guidé par la suite; c’est-à-dire que je me suis comporté à ce moment-là jusqu’à la poignée décisive de mon doigt partiellement somnambule. Aussi étrange et aventureux que cela ait l’air, pourquoi serait-ce impossible ? Et au fait, « une hypothèse fausse vaut mieux que pas du tout », dit Goethe quelque part à propos de sa théorie des couleurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Latviane   02 juillet 2013
A minuit de Eduard Mörike
Jusque dans le sommeil encore, les eaux chantent

Le jour,

Le jour qui fut aujourd'hui.
Commenter  J’apprécie          30
Partemps   22 décembre 2020
Chant de Weyla et autres poèmes de Eduard Mörike
Le jeune poète



Quand autrement la beauté,

toujours fugitive apparition de la grâce ,

comme un éclat de soleil, réapparut devant

mes

sens avec un plaisir étonné ;

Quand la nature souvent et toute la

vie sur terre sont devenues

presque trop lourdes sur mon sein,

Qu'à peine une exultation ivre

ni l'expression de purs remerciements étaient

pour une si douce existence:

Ô comme cela m'a poussé, pauvre

fils d'Apollon,

tout cela, beau conçu

Sous les sons de la lyre dorée,

régal, pour s'accrocher pour toujours!



Mais si ce que je ressentais profondément n'était

pas immédiatement si pur et complet,

Comme il vivait dans l'âme,

Dans la seconde âme du poète,

La chanson, jouée,

Si je

touchais seulement les cordes avec un doigt terne maladroitement -

Oh, combien de fois je veux désespérer «

Que je resterai toujours étudiant!



Mais, chérie, regarde, avec toi

je suis soudainement transformée:

Dans la chaude chambre d' hiver,

Par le miroitement de cette lampe,

Où j'écoute tes paroles,

Tiens d'humbles paroles d'amour!

Comment tu as alors calmement redressé tes

cheveux bruns bouclés,

Tellement lissés pour moi

Toutes ces images confuses,

tous les vains soucis du cœur,

des actions et des pensées très divisées.

Joyeusement enthousiaste, légèrement plumée,

je m'envole de la poésie des

bandes roses serrées que je ne vis que

dans leur parfum pur,

comme dans l'élément.



Ô toi belle, tu souris,

secoue, embrasse-moi, la petite tête,

Et ne comprends pas ce que je veux dire.

Si je ne veux pas

me connaître ,

je sais juste que tu m'aimes, que je

tiens tes petites mains dans la fuite du temps !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Partemps   22 décembre 2020
Chant de Weyla et autres poèmes de Eduard Mörike
Amour présages



Récemment, je me suis tenu dans le jardin ce matin-là

devant le grenadier, pensif;

J'avais l'impression de devoir attendre tout de suite

s'il voulait faire sauter l'œuf.



Mais elle ne semblait pas savoir à

quel point l'abondance se gonflait pour elle,

et qu'elle

devait brûler dans les baisers de feu du jour d'or.



Et là, sur la pelouse, gisait Jorinde;

Comme je suis prêt à vous saluer rapidement,

alors qu'elle ne fait que jeter

le sommeil de ses yeux!



Puis la noirceur de ces yeux brille

sur moi dans l'amour et le bon repos,

Elle écoute le manque de liberté de mes blagues

Avec un émerveillement enfantin.



Entre les deux, je me suis dit:

qu'est-ce que tu vas faire? c'est une enfant!

Les lèvres qui gonflent de maturité

Quelle bêtise et pieux!



En effet, elle ne semblait pas savoir, à

quel point son abondance gonflait,

et qu'elle

devait brûler dans les baisers du garçon le plus effronté.



Je médite tranquillement de haut en bas,

Et c'est ainsi que je suis allé;

Mais le lendemain matin,

je me trouvai tôt à l'arbre là-bas.



Ma! qui lui a fait

un tel miracle en quelques heures ?

Vous avez ligoté la couronne de flammes?

Et que me dit ce signe?



Je me dépêche rapidement dans le couloir, la

voilà déjà en train de marcher dans le rayon du matin;

Et bientôt, ô merveille d'émerveillement!

Nous nous sommes embrassés pour la première fois.



Maintenant l'arbre poussait fleur après fleur

fraîchement sorti dans l'air bleu,

Et pourtant, comme il a brûlé pendant longtemps,

nous n'avons jamais cessé de nous embrasser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Printemps 🌞🌻

Quel poète, prix Nobel de Littérature, est l'auteur de "Prière au printemps" ?

Rainer Maria Rilke
Paul Eluard
Sully Prudhomme
Anatole France

11 questions
63 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , printemps , musique , littérature , peinture , histoire , cinemaCréer un quiz sur cet auteur