AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.76 /5 (sur 110 notes)

Nationalité : Espagne
Né(e) le : 26/05/1971
Biographie :

Eduardo Jauregui est psychologue spécialisé dans la psychologie positive et le sens de l'humour.

Il enseigne à l'université Saint Louis, à Madrid.

Il est également le cofondateur du site internet SeriousFun, qui propose des exercices de développement personnel.

Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Eduardo Jauregui explique pourquoi son personnage principal est une femme. Sara a des tas de problèmes? jusqu?au jour où elle rencontre un chat qui parle. En savoir plus sur "Conversations avec mon chat" : http://bit.ly/2cQpRrK Chaque matin, Sara se réveille avec la nausée. Enceinte ? Impossible, cela fait bien trop longtemps que son compagnon ne l?a pas approchée. Surmenée ? Plus probable. D?ailleurs, le matin même où elle doit présenter un dossier important au travail, elle se met à avoir des hallucinations : Sybille, un drôle de chat abyssin, vient frapper à sa fenêtre et lui parle. Et pas pour dire n?importe quoi ! L?animal lui pose des questions étonnamment sensées : est-elle vraiment heureuse ? Qu?attend-elle de la vie ? La psychatnalyse commence ! Par le biais de Sybille, l'auteur, spécialiste en psychologie positive, transmet au lecteur les outils qui lui permettront, à son tour, de mettre au repos un esprit trop souvent en ébullition : faire le vide en se basant sur son propre souffle, retrouver une attention au monde et à soi, entraîner son esprit pour qu'il ne soit plus dominé par les pensées négatives, apprendre à se concentrer sur le moment présent, sur ce qu'on possède et non ce qui nous manque, pour ne plus subir mais devenir acteur de sa propre vie. Une vie pleine et heureuse.
+ Lire la suite
Citations et extraits (40) Voir plus Ajouter une citation
Eduardo Jauregui
gouelan   18 mai 2016
Eduardo Jauregui
- Ne te fie pas tant à tes pensées. Fie-toi plus, comme je te le disais hier, à ton flair. À ton observation, ton écoute, ton intuition. Je sais que pour les humains c'est difficile à comprendre, mais votre tête en ébullition vous fait tout confondre.



Conversations avec mon chat.
Commenter  J’apprécie          351
gouelan   19 mai 2016
Conversations avec mon chat de Eduardo Jauregui
Franchement, vous les humains, vous êtes d'un bizarre! Il faut voir toutes les limites et les barrières que vous vous mettez à vous mêmes. Vous êtes la risée du règne animal...
Commenter  J’apprécie          350
Josephine2   27 mai 2016
Conversations avec mon chat de Eduardo Jauregui
Page 48

- Ca me fait un peu bizarre de te parler, ai-je murmuré.



Sybille a penché la tête.



- Pourquoi bizarre ? Vous les humains, vous parlez aux chats et aux chiens depuis qu’ils vous ont apprivoisés, il y a des milliers d’années. Beaucoup de tes congénères préfèrent d’ailleurs se confier à leurs animaux domestiques plutôt qu’à leurs semblables. Franchement, ça ne m’étonne pas.



- D’accord, mais ils ne s’attendent pas à ce qu’on leur… réponde.

Sybille s’est dressé sur ses pattes avant, en s’étirant.



- Ca se voit qu’aucun animal ne t’a jamais adoptée ! a-t-elle déclaré avant de reprendre sa posture de sphinx et de pousser un soupir. Mais bon, c’est pour ça que je suis là.



- Pour quoi ?



- Pour t’adopter tiens !
Commenter  J’apprécie          290
gouelan   14 mai 2016
Conversations avec mon chat de Eduardo Jauregui
- Oui, a-t-elle concédé. La vie des humains est compliquée. Ou plutôt, je dirais qu'ils se la compliquent
Commenter  J’apprécie          262
Eduardo Jauregui
gouelan   20 mai 2016
Eduardo Jauregui
- Tu sais quoi ? J’ai une amie d’une grande sagesse qui dit toujours que le mieux, c’est d’oublier le passé et l’avenir et de ne garder que ce qui existe : le présent.



Conversations avec mon chat.



Commenter  J’apprécie          250
missmolko1   16 janvier 2018
Conversations avec mon chat de Eduardo Jauregui
Maintenant que Sybille était là, je me sentais plus rassurée. Et mes yeux s'étaient habitués à l'obscurité. Alors que j'enfilais mes chaussettes de laine préférées, j'ai remarqué la lumière qui filtrait entre les lattes du plancher. Je me suis mise à quatre pattes pour me rapprocher du sol. C'était difficilement croyable, mais, entre les rainures, je pouvais suivre vaguement les déplacements du locataire d'en dessous. Evidemment, on entendait distinctement ses pas.

- Tu te rends compte Sybille ! ai-je murmuré. Je peux voir marcher le voisin !

-Oui, et on le sent parfaitement, aussi, a fait la chatte en flairant le sol.

- C'est pas croyable, c'est quoi cette baraque ? Si je renverse une tasse de café, je brûle mon voisin !

- Pourquoi tu veux renverser une tasse de café ?

- C'et une façon de parler, Sybille ! Tu ne vois pas ? Cette maison est un vrai désastre ! Je le savais, je me suis fait avoir.

- Moi, je ne la trouve pas si mal, a dit Sybille en se vautrant sur le canapé. Elle me paraît confortable, chaleureuse. Je m'y sens très bien.

- Ce Pakistanais m'a roulé dans la farine, ai-je insisté. Il s'est bien fichu de moi. Comme Joaquín avec sa maîtresse, comme mon frère et mon père avec leurs foutus dettes. A croire qu'ils sont tous de mèche. Bonjour l'appart : un système électrique qui date du XIXe siècle, des murs en carton-pâte et une voisine psychopathe !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
gouelan   20 mai 2016
Conversations avec mon chat de Eduardo Jauregui
- Tu sais quoi ? Sur le moment, j'ai bien cru que ma vie était finie, je l'ai vraiment cru.

- Et tu n'avais pas forcément tort ! Mais il doit bien t'en rester quatre ou cinq.

- Quatre ou cinq ?

- Oui, quatre ou cinq vies.

Elle s'est levée et s'est éloignée sur le muret.

- Les humains disent que les chats ont sept vies. Mais eux aussi connaissent le truc.

- Quel truc ?

- Tu sais bien : renaître de ses cendres... Se réinventer. traverser ce pont et passer d'une vie à une autre.

Elle a escaladé mes genoux et s'est assise de l'autre côté, près de moi.

- Ici, tu peux jeter dans le fleuve ta vie passée, ce cadavre qui flottait déjà, inerte, cette vie noyée sous le stress, bousculée par le manque de temps, plombée par la routine.

Nous avons contemplé toutes deux les tonnes d'eau qui se déversaient sous le pont.

- En réalité, il y a des avantages à venir voir les portes de la mort, a poursuivi Sybille.

Elle a regardé en l'air, vers les passerelles métalliques unissant les deux tours de Tower Bridge.

- Ici, tu te moques de ce qui peut t'arriver dorénavant. Tu acceptes chaque moment parce maintenant tu vois tout de haut, avec de la distance. Et si tu peux accepter ce qui t'arrive, quel que soit ce qui t'arrive, alors tu es libre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
gouelan   20 mai 2016
Conversations avec mon chat de Eduardo Jauregui
Les peupliers d'argent

S'inclinent au-dessus de l'eau.

Ils savent tout mais ne parleront jamais.



L'iris de la fontaine

Ne crie pas sa tristesse.

Tout est plus digne que l'Humanité !



La science du silence face au ciel étoilé

Seuls la fleur et l'insecte la possèdent.

La science des chants pour les chants appartient

Aux bois frémissants

Et aux flots de la mer.

Le silence profond de la vie sur terre,

C'est la rose qui nous l'enseigne

Au rosier épanoui.



Il faut répandre le parfum

Que recèlent nos âmes !

Il faut être tout chants,

Tout lumière et bonté.

Il faut s'ouvrir entier

Face à la nuit noire

Pour nous emplir d'immortelle rosée !



Il faut coucher le corps

Dans notre âme inquiète !

Aveugler nos yeux d'une lueur d'au-delà,

À l'ombre de nos cœurs,

Et arracher les étoiles que nous offre Satan.



Il faut être comme l'arbre

Constamment en prière

Comme l'eau et la rivière

Fixe en l'éternité !



Il faut se griffer l'âme de nos serres de tristesse

Pour qu'y entrent les flammes

De l'horizon astral !



Dans l'ombre de l'amour meurtri jaillirait

Une source d'aurore

Paisible et maternelle.



Des villes dans le vent disparaîtraient.

Et Dieu sur un nuage

Nous verrions passer.



Frederico Garcià Lorca.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
gouelan   18 mai 2016
Conversations avec mon chat de Eduardo Jauregui
Les chats sont plus indépendants lorsqu'ils ont des problèmes, mais vous, les humains, vous êtes plus comme les chiens. Vous avez besoin de votre meute.
Commenter  J’apprécie          203
gouelan   18 mai 2016
Conversations avec mon chat de Eduardo Jauregui
- Au bout du compte, la vie, ce n'est pas que des roses et du chocolat... Les roses fanent et le chocolat fait grossir...
Commenter  J’apprécie          180
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Le buveur d'encre

Quel est l'auteur de ce livre

Eric sanvoisin
Catherine Girard-Audet
Eric sonvoisoin
Jenny smith

20 questions
13 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
.. ..