AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.11 /5 (sur 9 notes)

Nationalité : Pologne
Né(e) à : Charvieu, France , le 18 août 1937
Mort(e) à : Varsovie, Pologne , le 24 juillet 1979
Biographie :

La vie d'Edward Stachura (1937-1979), comme sa poésie, était une recherche de l'impossible, une tentative pour franchir les frontières de la littérature, une éternelle errance. " Poète maudit ", à la fois Rimbaud et Kerouac, il fascinait la jeunesse polonaise. Au mois d'avril 1979, des " voix intérieures ", l'obligèrent à rester sur les rails à l'arrivée d'un train. Atteint de multiples blessures - la main droite déchiquetée - il fut transporté à l'hôpital. Lorsqu'il reprit connaissance, il ne reconnut personne, il ignorait jusqu'à son identité, et d'une voix étrange récitait des vers en français. Soigné dans un hôpital psychiatrique, Edward Stachura tenta ensuite de " se résigner au monde " chez sa mère, à la campagne. C'est là que de la main gauche, il rédigea ce journal qui narre le combat qu'il livra pour " se retrouver ". " Je voudrais écrire quelque chose, un livre qui s'intitulerait Me résigner au monde, que j'écrirais de la main gauche, celle du coeur. Je dis ça comme si je n'écrivais pas de tout mon coeur quand j'écrivais de la main droite. J'ai toujours écrit de tout mon coeur. " Le texte s'interrompt brutalement le jour où il est à nouveau hospitalisé. Le 24 juillet, Edward Stachura, revenu à Varsovie, se pendait dans son appartement.


+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
coco4649   16 décembre 2016
Me résigner au monde de Edward Stachura
 

 

 Peut-être vais-je enfin trouver l'apaisement.

 O Seigneur des Pâturages, comme je me

suis démené dans ma détresse !

 Je regarde ces braves gens par lesquels je

me suis toujours senti tellement attiré, dont

la rude existence m'affectait tant, ces braves

gens que j'aimais tant, et maintenant, dans

mon malheur, je les aime encore plus.

 Je les regarde et je les admire. Ils deman-

dent si peu. Ils se contentent d'un rien. Moi

aussi, vers la fin, je voulais me contenter de

très peu. De très peu, et non pas de peu,

parce que j'étais extrême en tout, comme

on dit.



p.17





Commenter  J’apprécie          30
monikaszymaniak   18 juin 2020
Le point sur l'upsilon de Edward Stachura
simultanément mise à nu et en joue

calmement poliment lola psalmaudit :

je m’adresse à toi groin de cochon, queue de cochon, peton de cochon, jambonneau, bourrelet, bedonnant, beignet, à toi grosse nouille, boudin, boyau, quenelle, auge, gnome, lombric, à toi coléoptère, épidémie rampante, reptilien, venin, variole, à toi parasite, bourdon, lèpre, pestilence, à toi hyène, chacal, canaille, à toi catacombe, hécatombe, à toi pauvre type…
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Edward Stachura (5)Voir plus


Quiz Voir plus

Labyrinthe: C'est le Pérou et ce n'est pas le Pérou!

La Maison verte

Julio Cortazar
Gabriel Garcia Marquez
Augusto Roa Bastos
Mario Vargas Llosa

15 questions
19 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , bande dessinée , cinema , poésieCréer un quiz sur cet auteur