AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

2.86/5 (sur 70 notes)

Nationalité : Japon
Né(e) à : Tōkyō , le 08/02/1959
Biographie :

Eimi Yamada est une romancière et mangaka japonaise.

Elle a fait des études à la faculté des lettres de l'Université Meiji.

Étant encore étudiante, elle se fait connaître comme auteur de manga, mais très rapidement, elle estime que la bande dessinée ne lui permet de s'exprimer comme elle le souhaite et cesse ces activités. Pendant quelque temps, elle travaille comme hôtesse dans des clubs et vit de petits boulots.

Elle débute comme écrivaine en 1985 en publiant sa première œuvre Amère Volupté (œuvre autobiographique d'une passion sexuelle), qui lui vaut le prix Bungei shō.

Ajouter des informations
Bibliographie de Eimi Yamada   (2)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
A l’époque où je n’avais pas encore connu de femme, un pote m’a dit : « Elles ont un trou entre les jambes, il suffit d’y mettre ton truc. » Alors, j’ai pensé qu’il y avait un gros trou béant entre les jambes. J’ai pas compris la première fois. Je me suis dit : mais, elle a pas de trou celle-là. Je savais pas qu’il fallait aller le chercher soi-même, ce trou.
Commenter  J’apprécie          173
Je baissai la tête et, ôtant l'une de mes boucles d'oreille, la laissai choir dans le ver de gin que je tenais serré dans la main. Spoon contemple d'un air soupçonneux le verre que je lui tends. Je heurte ses dents alignées comme les touches blanches d'un clavier. Un bref tintement cristallin s'élève.
Je l'obligeai a ouvrir la bouche en forçant le verre entre ses dents et y versai le liquide âpre et transparent. Le gin s'écoulait dans son estomac en brûlant sa gorge.
-Que ce diamant reste à jamais loge en toi.
Commenter  J’apprécie          140
Tout en me félicitant du bon goût de Spoon qui avait été attiré par Maria, j'étais assaillie par une jalousie d'une violence inouïe, comme je n'en avais jamais éprouvée jusque-là. Je ne pouvais pas supporter l'idée qu'il ait reposé le verre avant de m'avoir vue jusqu'à la lie. J'essayais de le mépriser pour ses mauvaises manières. Mais cela revenait à me mépriser moi même.
Commenter  J’apprécie          140
Dans mon cœur, il y avait la formule : 2 sweet + 2 be = 4 gotten ( To sweet to be forgotten)
Commenter  J’apprécie          130
Comme il sait me prendre, Spoon, il le fait si bien. Mais ce n’est jamais que mon corps qu’il cajole, jamais mon cœur.
Commenter  J’apprécie          120
Sous ma peau, il y a Spoon. Nous nous sommes parlé. Avec des mots et non avec nos corps pour la première fois depuis les centaines de fois que nous avons fait l’amour. Je lui expliqué combien j’avais eu envie de lui pendant son absence. Que j’étais même prête à plonger dans la cuvette des toilettes pour retrouver ses excréments. Qu’après avoir renversé la poubelle, j’avais aligné en rang sur la table toutes les canettes vides remplies de ses microbes. Je désirais si fort ta queue, je l’aurais mangée en la creusant avec ta cuiller, Spoon. Je continuais de parler. J’étais complètement enflammée.
Commenter  J’apprécie          95
- Ma vaurienne de bite. Assoiffée de chatte, elle glande de discos en cafés-bars.
Mis en train par son snif de coke, il se mit à aligner une suite de mots entre chant et parole sur un rythme saccadé. C’est ce qu’on appelle le rap style New York, me dit-il. Au Bronx, j’étais le meilleur parmi tous les rapers. Des paroles au contenu des plus sordides sur un ton affreusement enjoué.
Commenter  J’apprécie          90
Je chamboulai tout l’appartement comme une folle à la recherche de traces qu’il aurait pu laisser. Les taches de sperme sur le drap. Les morpions des Philippines qui ne cessaient de nous coller malgré tous nos efforts pour les anéantir. Je pouvais me contenter de n’importe quoi. En retournant son panama, j’essayai de retrouver l’un de ses cheveux chéris, pareils à des ressorts écrasés. La brosse à dents. Les cachets d’aspirine. En ouvrant le couvercle du pot de vaseline, je retrouvai les traces de ses doigts rustres. Il les trempait pour me faire ce qui me rendait si honteuse.
Commenter  J’apprécie          85
Spoon se mit à me caresser d’un air placide en gardant la tête sur l’oreiller. Plissant les yeux de plaisir comme un chaton, je lui déclarai qu’il était mon drap préféré. Il répliqua en riant que moi, j’étais sa couverture. Il y avait quelque chose de maladroit dans sa façon de la dire, comme un air candide de jeune garçon inexpérimenté en train d’avouer son amour en bredouillant. Cela ressemblait aussi à cette façon troublante que Chet Baker avait m’émouvoir en ne sachant pas chanter – je me sentais fondre comme un sucre trempé chaque fois que je l’écoutais.
Commenter  J’apprécie          80
J'étais un jeune voyou qui n'avait peur de rien, pourtant je savais aussi combien je pouvais manquer de courage dès qu'il s'agissait d'aimer un homme.
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Eimi Yamada (121)Voir plus

Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
20154 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}