AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.74/5 (sur 115 notes)

Nationalité : Liban
Né(e) à : Beyrouth , le 12/07/1948
Biographie :

Elias Khoury est un romancier, dramaturge et critique libanais.

Né à Achrafieh, le quartier à dominante chrétienne de Beyrouth, à l’âge de 20 ans, il se rend en Jordanie où il s’émeut au contact des camps palestiniens ce qui l’amène à militer au sein de l’OLP. Après les massacres de Septembre Noir, à Aman, il part pour Paris où il rédige un mémoire sur la guerre civile libanaise de 1860 qui a opposé les Druzes aux Chrétiens. À son retour au Liban, il dirige, aux côtés de Mahmoud Darwich, la revue "Shu’un filistiniya" (Les questions Palestiniennes) (1975-1979). En 1975, Il prend part activement à la guerre civile durant laquelle il est sérieusement blessé et manque de perdre la vue.

En 1977, il publie son premier roman "La petite montagne" où il narre sur un rythme lancinant le chaos de la guerre, la disparition de la ville et la destruction de la vie. Par la suite, il consacre une vaste fresque à l’exode des palestiniens en 1948 avec "La Porte du soleil" (1998). Le roman s’inspire de la structure des mille et une nuits et retrace l’aventure des réfugiés et la guerre civile au Liban, avec en contrepoint, une magnifique histoire d’amour. Il sera adapté à l’écran par Yousry Nasrallah en 2004.

De 1983 à 1990, il fut directeur éditorial de la section culturelle de Al-Safir. Il a été rédacteur en chef de Al-Mulhaq, le supplément culturel du quotidien Al-Nahar, depuis que le quotidien a été réédité après la guerre civile libanaise.
+ Voir plus
Source : /www.belles-etrangeres.culture.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Elias Khoury   (11)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Elias Khoury, l'auteur de **La Porte du soleil**, nous offre avec cette nouvelle épopée palestinienne un brillant roman labyrinthique, tout en poésie, qui vient brouiller nos codes, nos attentes, nos lectures, pour nous ramener au sens – de la beauté, de l'existence, de l'humanité. En librairie le 4 octobre 2023. **L'Étoile de la mer** d'Elias Khoury : https://www.actes-sud.fr/catalogue/litterature-etrangere/letoile-de-la-mer
Podcasts (4) Voir tous


Citations et extraits (43) Voir plus Ajouter une citation
La pitié est le sentiment le plus détestable qui soit, disais-tu. Il ne faut pas avoir pitié de soi, car, lorsqu'un être humain s'apitoie sur lui-même, c'est la fin.
Commenter  J’apprécie          90
Karim avait tourné le dos à Beyrouth en quittant cette jeune fille qui l'avait longtemps habité. Il n'avait pas menti à Dany en disant qu'il ne l'avait jamais trompée, et ce n'était pas par pudeur ou par fidélité, mais parce qu'il en était incapable. Sa saveur, qui ressemblait à celle des fruits de mer, restait accrochée à ses sens.
Commenter  J’apprécie          80
Je hais cette phallocratie idiote, je pense qu'elle cache une véritable impuissance chez un grand nombre d'homme.
Commenter  J’apprécie          70
Samih parlait sans arrêt de son rêve d'écrire un livre qui n'aurait ni début ni fin. Une épopée, disait-il. L'épopée du peuple palestinien. Il commencerait par raconter les détails de la grande expulsion de 1948. Il disait toujours que nous ne connaissions pas notre histoire, qu'il fallait réunir les histoires de chaque village afin que chaque village demeure vivant dans notre mémoire.
Commenter  J’apprécie          50
Quelle est la part du conte ? Quelle est la part de la vérité ?
Commenter  J’apprécie          60
...je compose ma vie en l'assemblant, en dénouant ses fils enchevêtrés, en la tissant de nouveau pour confectionner un vêtement unique qui serait aussi mon linceul. C'est cela l'écriture. Ne croyez jamais les écrivains et les artistes: l'art ne triomphe pas de la mort comme l'a écrit Mahmoud Darwich. l'art tisse pour nous un linceul fait de mots et de couleurs, nous nous y enveloppons et nous fermons les yeux sur un espoir désespéré.
Commenter  J’apprécie          40
Nous avons besoin de nous retrouver dans une autre culture pour découvrir qu'une bonne moitié de nos évidences ne sont en fait que des bêtises.
Commenter  J’apprécie          50
Je ne leur ai pas parlé des mouches : je n'ai pas pu, je n'ai rien dit, pourtant j'étais décidé à leur en parler. En prenant ma douche, je m'étais dit que l'histoire des mouches allait constituer le clou de la visite. J'allais leur raconter comment j'étais sorti de l'hôpital, comment les fusées éclairantes lancées par l'armée israélienne illuminaient la nuit du camp, comment la nuit s'était transformée en journée de sang et de frayeur.
Commenter  J’apprécie          30
Samih parlait sans arrêt de son rêve d'écrire un livre qui n'aurait ni début ni fin. Une épopée, disait-il. L'épopée du peuple palestinien. Il commencerait par raconter les détails de la grande expulsion de 1948. Il disait que nous ne connaissions pas notre histoire, qu'il fallait réunir les histoires de chaque village afin que chaque village demeure vivant dans notre mémoire.
Commenter  J’apprécie          30
Et voici Beyrouth. Un amoncellement de pierres ; des immeubles de béton où le soleil étincelle. La mer est bleue. Elle va se couvrir de marins partis à la recherche d’horizons lointains (…)

Voici Beyrouth ; comme accrochée à la hanche du monde… Mes lunettes noires enlevées, j’ai vu la ville dans sa blancheur. J’étais arrivé. Je descendis la passerelle ; dans l’aéroport, tout le monde courait et se bousculait ; on entendait des bruits d’obus ; quelqu’un près de moi, qui attendait des voyageurs, se plaignit de ce qu’on allait sans doute fermer l’aéroport.

Je descendis la passerelle, mais personne n’était là à m’attendre
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Elias Khoury (178)Voir plus

¤¤

{* *} .._..