AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.37 /5 (sur 130 notes)

Nationalité : France
Biographie :

De son grand-père maternel, Georges Théodorovitch Sapounoff, né en 1899 à Koursk, Elisabeth Barillé ne conserve qu'une photo prise devant la datcha familiale bien avant la Révolution de 1917
C'est avec Corps de Jeune fille, publié chez Gallimard en 1986, qu'Elisabeth B., 20 ans et des poussières, fait une entrée fracassante dans le milieu littéraire. Elle y dévoile, avec une plume aussi riche que crue, les aventures et mésaventures d'une jeune brune avec un écrivain célèbre. Audacieux, cruel, lucide, le texte fait couler beaucoup d'encre

.Site personnel http://www.elisabethbarille.com/

Source : Internet diverzs articles
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Elisabeth Barillé - "Un amour à l'aube" et "Une légende russe" .
A l'occasion de la première édition du salon Russkaya Literatura qui s'est tenue les 7-8-9 novembre à l'Espace des Blancs Manteaux à Paris, rencontre avec Elisabeth Barillé autour de ses ouvrages "Un amour à l'aube" aux éditions Grasset. http://www.mollat.com/livres/barille-elisabeth-amour-aube-amedeo-modigliani-anna-akhmatova-9782246803928.html et "Une légende russe" aux éditions Grasset. http://www.mollat.com/livres/barille-elisabeth-une-legende-russe-9782246783497.html Notes de Musique : ?I've Been Waiting For You? (by Silence Is Sexy). Free Music Archive.
Podcasts (2) Voir tous

Citations et extraits (138) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24   28 mai 2020
L'école du ciel de Elisabeth Barillé
Chaque couple doit trouver son propre agent de résistance à l'usure des gestes et du coeur. A chaque couple, il faut un ciment. (...)

Notre ciment, et nous le sûmes très vite, serait tout simplement celui où vont se lover les pierres.

Avoir une maison à nous deux, et s'y fixer. (p. 35)
Commenter  J’apprécie          170
fanfanouche24   29 mai 2020
L'école du ciel de Elisabeth Barillé
Vieillir paraît plus acceptable quand on aime planter des arbres (...) (p. 166)
Commenter  J’apprécie          170
Piatka   15 septembre 2014
Un amour à l'aube : Amedeo Modigliani - Anna Akhmatova de Elisabeth Barillé
La solitude aiguise le regard. Être seul quelque part, c'est se rendre sensible à des choses qu'à deux, occupés l'un par l'autre, on aurait négligées.
Commenter  J’apprécie          270
fanfanouche24   29 mai 2020
L'école du ciel de Elisabeth Barillé
Car on peut demander protection à une oeuvre, n'est-ce-pas, on peut s'y réfugier comme à l'intérieur d'une place forte. (p. 137)
Commenter  J’apprécie          130
Piatka   01 novembre 2017
Commenter  J’apprécie          270
Piatka   29 octobre 2017
Petit éloge du sensible de Elisabeth Barillé
Travailler à un livre, c’est courir la chance d’en voir d’autres jaillir à point nommé, ceux-là mêmes qu’on avait cherchés, dans les bibliothèques, sur les quais ou dans nos rêves, des livres qui éclairent et fécondent les nôtres.

Le réel serait-il sensible à nos fictions ?
Commenter  J’apprécie          240
Piatka   27 octobre 2017
Petit éloge du sensible de Elisabeth Barillé
Le sensible nous promet l’infini ; il arrive même qu’il nous l’offre.
Commenter  J’apprécie          250
fanfanouche24   22 août 2014
Un amour à l'aube : Amedeo Modigliani - Anna Akhmatova de Elisabeth Barillé
[ Anna Akhmatova]

Un jour, je serai poète, répète-t-elle

En d'autres mots, dans la bouche d'une Russe, née en 1889, à la fin d'un siècle encore attaché-mais pas pour longtemps- à parquer les femmes dans l'enclos des contraintes, je serai libre. En attendant, préparons-nous ! La liberté n'est pas une libellule qu'on attrape par les ailes sur la pointe d'un roseau, un fauve plutôt, tapi dans l'ombre des pulsions. La liberté s'arrache et se mérite. (p.26-27)
Commenter  J’apprécie          210
nadejda   22 juin 2012
Petit éloge du sensible de Elisabeth Barillé
Etre libre, c'est s'affranchir des biens tarifés, des plaisirs négociables, c'est réduire sa consommation, réduire ses besoins, aiguiser ses émotions.

(...)

S'affranchir, c'est courir la chance d'atteindre la joie.
Commenter  J’apprécie          210
Piatka   14 septembre 2014
Un amour à l'aube : Amedeo Modigliani - Anna Akhmatova de Elisabeth Barillé
L'angoisse est la chance de l'artiste, pensait Modigliani, l'angoisse se travaille, comme le marbre. Tout obstacle franchi accroît la volonté, écrivait-il à son ami Oscar Ghiglia : l'homme qui ne sait pas tirer de son énergie de nouveaux désirs, et presque un nouvel individu, destinés à toujours démolir tout ce qui est resté de vieux et de pourri, pour s'affirmer, n'est pas un homme, c'est un bourgeois, un épicier, ce que tu voudras.
Commenter  J’apprécie          190
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



.. ..