AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.72/5 (sur 26 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Élisabeth Laureau-Daull a enseigné les lettres et la philosophie. Elle a publié plusieurs ouvrages, dont Sommes-nous vraiment libres? Dans la même collection ou encore Darwin… ainsi va la vie (Seuil), Gutenberg… le rêveur de livres (Seuil), Le jour où Marx a craqué (L’Harmattan).
Le syndrome de glissement est son premier roman.


Ajouter des informations
Bibliographie de Elisabeth Laureau-Daull   (8)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (46) Voir plus Ajouter une citation
C’est une erreur de croire qu’il y a trois et même quatre âges. Il y en a deux : la jeunesse et la vieillesse. La vie et la non-vie. On passe de l’une à l’autre brutalement et l’on se retrouve naufragé sans avoir vu le bateau couler.
Commenter  J’apprécie          303
Comment être hors d’atteinte de tout ? On prétend qu’une fois le vide fait autour de soi la vie ne fait plus mal, qu’elle ne fait rien du tout. C’est faux...
Commenter  J’apprécie          291
Je suis venue pour voir, et je vois. Enfin, je vois la partie émergée de cette misère. Même constat partout : l’hygiène est négligée, les draps sont souillés, les cheveux pas peignés, les ongles pas coupés. Un monde abandonné...
Commenter  J’apprécie          285
« Ce qui m’inquiète, Madame Julienne, c’est de ne pas savoir dans quels bras je mourrai, qui mes yeux verront en dernier... »
Commenter  J’apprécie          250
Qu'elle ne se fasse pas de souci, Xanthippe lui plaisait telle qu'elle était. Il ne voulait surtout pas d'une épouse incapable de penser par elle-même. (p. 65)
Commenter  J’apprécie          142
Il répond qu'on ne peut à la fois philosopher et gouverner. Et pour qu'elle le comprenne mieux, il entreprend de développer. Sa mission à lui n'est pas politique, elle est pédagogique. Ses concitoyens dorment, il doit les réveiller, il doit les mettre sur la voie du bien et du vrai.
- "On le sait, Socrate, tu le dis tout le temps !
-Pour faire de la politique, poursuit-il, il faut choisir son camp."
Or, il n'a jamais pu décider ce qui valait mieux pour une cité, tyrannie ou démocratie. Prendre le pouvoir ou le recevoir, quelle différence si on l'exerce justement ? (p. 82)
Commenter  J’apprécie          110
Elisabeth Laureau-Daull
A force de courir après les grands principes et les bonnes définitions,
le pauvre était inapte aux choses de la vie,
démuni devant, comme l'enfant qui vient de naître,
Il fallait bien qu'elle est pour deux les pieds sur terre !
P 57
Commenter  J’apprécie          111
L'enfermer ? Mais comment ? aucune porte ne ferme chez eux ! entre et sort qui veut, quand il le veut, le vieil homme est pour la liberté.
"Je ne t'ai pas demandée à ta mère pour que tu sois prisonnière, Xanthippe. Je te veux libre. Comme moi. De dire et de faire..."
Ne lui a -t-il pas répété qu'ils avaient les mêmes droits, lui et elle ? Ce qui ne l'empêche pas de remercier à haute voix elle ne sait plus quelle divinité pour n'être pas né animal, esclave...ou femelle, histoire de la provoquer. (p; 28)
Commenter  J’apprécie          90
Il tourne en rond sur l'agora et parle du matin au soir.
Comme quelqu'un qui a perdu l'esprit.
P 30
Commenter  J’apprécie          100
Voilà ce qu'elle aurait dit si on ne l'avait pas chassée.
Mais qu'il aurait écouté ?
Le jour où nous écouterons une femme n'est pas encore venu.
Viendra-t-il jamais ?
p 26
Commenter  J’apprécie          80

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Elisabeth Laureau-Daull (75)Voir plus

Quiz Voir plus

La bonne adresse

Rue des boutiques... (Patrick Modiano)

occultes
inconnues
obscures

8 questions
181 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}