AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.24 /5 (sur 19 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Élisabeth Laville est l'une des expertes européennes de la responsabilité sociétale des entreprises. Elle a créé en 1993 le cabinet de conseil Utopies, qu'elle dirige depuis cette date. Utopies est spécialisé dans le conseil en développement durable aux entreprises, et est reconnu comme une agence pionnière dans ce domaine.

Elle a publié de nombreux ouvrages sur la responsabilité sociétale des entreprises.

Élisabeth Laville est aussi à l’origine des projets Graines de Changement (qui met en avant les "entrepreneurs du meilleur") et mescoursespourlaplanete.com (qui informe sur les solutions de consommation responsable).

Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Interview d'Elisabeth Laville, présidente d'Utopies : Qu'est- ce-qui pousse les entreprises à prendre en considération les principes du développement durable ? Réalisation : Solid'Ere


Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
Patsales   04 janvier 2015
Vers une consommation heureuse de Elisabeth Laville
La consommation consiste pour les individus à dépenser de l'argent qu'ils n'ont pas, pour acheter des choses dont ils n'ont pas besoin, afin d'impressionner des gens qu'ils n'aiment pas.

Clive Hamilton
Commenter  J’apprécie          210
Patsales   27 février 2015
Vers une consommation heureuse de Elisabeth Laville
Les gens n'ont pas besoin de grosses voitures; ils ont besoin d'admiration et de respect. Ils n'ont pas besoin de renouveler en permanence leurs vêtements; ils ont besoin de sentir que les autres les trouvent séduisants, ils ont besoin de variété, de beauté et d'excitation. Ils n'ont pas besoin de gadgets électroniques; ils ont besoin d'activités intéressantes pour occuper leur esprit et leurs émotions. Et ainsi de suite. Si l'on essaie de répondre à ces besoins, bien réels mais non matériels, d'identité, de communauté, d'estime de soi, de défi, d'amour ou de joie, par des objets matériels -alors on nourrit une soif infinie par des fausses solutions à des envies qui ne seront jamais satisfaites. Une société qui s'autoriserait à reconnaître ces besoins non matériels et à trouver des moyens pas plus matériels à les satisfaire consommerait bien moins de ressources et d'énergie, tout en atteignant des niveaux bien plus élevés d'épanouissement et de bonheur humains.

Donella Meadows
Commenter  J’apprécie          112
petitsoleil   07 mars 2016
Vers une consommation heureuse de Elisabeth Laville
Désormais, c'est au cœur de l'été que le phénomène survient, en pleines vacances, au risque de passer totalement inaperçu. Et pourtant, le "Jour du dépassement planétaire" est révélateur de l'accélération de notre consommation et de ses impacts.

En 2014, il tombe (...) ce mardi 19 août (...) : en huit mois seulement, l'humanité a cette année encore consommé la totalité de son "budget écologique" annuel, et dépassé la capacité de la planète à renouveler les ressources consommées en un an.

(...) l'épuisement des ressources naturelles s'accélère :

en 2005, le jour du dépassement global tombait le 20 octobre et, en 2000, le 1er novembre.
Commenter  J’apprécie          113
petitsoleil   07 mars 2016
Vers une consommation heureuse de Elisabeth Laville
Un exemple de ce décalage : les fabricants affichent un prix de vente alors que, pour le consommateur, ce qui compte est le coût complet d'usage dont, hélas, personne ne lui parle.

La consommation est ainsi réduite à l'achat, alors que le client, en réalité, s'intéresse avant tout à la valeur d'usage, à ce qui se passe quand il utilise le produit, après l'achat.

Mais, bercé par les sirènes de l'offre, il achète aujourd'hui sans égard pour l'ensemble des coûts liés à l'usage de ce bien : coûts directs qu'il devra supporter en tant que consommateur (énergie, consommables, produits complémentaires), coûts indirects qu'il supportera en tant que citoyen (coûts d'élimination des déchets, coûts sociaux ou environnementaux de la production et de la consommation, etc.)

Logiquement, sa satisfaction d'acheter se transforme souvent en déception d'usage.
Commenter  J’apprécie          90
petitsoleil   07 mars 2016
Vers une consommation heureuse de Elisabeth Laville
L'une des principales causes du gaspillage [alimentaire] est l'obsession irrationnelle que provoque chez certains la date de péremption des produits. (...) Pour être sûr de ne prendre aucun risque, le consommateur jette.

En Suisse, royaume du risque zéro, où les durées de conservation sur les emballages sont plus courtes de près d'un tiers qu'en France ou en Allemagne, environ 45 % des produits achetés en magasin finissent dans la poubelle.



Au cœur du problème : la confusion qui règne autour des DLC (dates limite de consommation) et des DLUO (dates limite d'utilisation optimale).



(...) Or, "il y a clairement des abus dans la fixation de ces fameuses DLC. Elles sont souvent trop courtes".

La preuve : les DLC concernant certains produits frais (fromage, charcuterie, jambon, lardons, etc.) varient selon qu'ils sont vendus en métropole ou dans les DOM, avec des écarts surprenants pouvant aller d'une vingtaine de jours (pour les petits suisses ou la mozzarella) à quatre-vingt-huit jours (pour le beurre) et même cent quarante jours (pour l'emmental râpé).

Ces écarts multiplient par deux, trois ou même quatre le délai recommandé. Or aucun problème sanitaire n'a jamais été détecté outre-mer. Une loi sur l'uniformisation des dates limite de consommation pour un même produit sur tout le territoire a d'ailleurs été votée en mai 2013, mais son application tarde ...



Les DLUO sont, elles, apposées sur les produits secs, pâtes, riz, gâteaux secs, etc. Les études montrent que ces produits peuvent être consommés après cette date, sans aucun danger pour la santé. Seuls leur goût et leur texture peuvent s'altérer avec le temps. (...) Rien d'étonnant à ce que la France comme l'Angleterre envisagent purement et simplement la suppression des DLUO.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
petitsoleil   07 mars 2016
Vers une consommation heureuse de Elisabeth Laville
Chaque semaine, un Français a ainsi le choix entre 1250 nouveaux livres, 10 nouveaux parfums et 13 nouveaux films, pendant qu'il consomme en moyenne une boîte de médicaments, 1,5 kilo de viande et 38 feuilles de papier A4 !



Globalement, le volume annuel de notre consommation

est trois fois plus élevé qu'il ne l'était en 1960, et dans le même temps,

notre addiction à la consommation est devenue l'un des plus grands tabous de notre société.



Pourtant, les sujets difficiles sont précisément ceux dont nous avons le plus à apprendre, et le déni n'est jamais la voie du progrès, individuellement ou collectivement.
Commenter  J’apprécie          60
petitsoleil   07 mars 2016
Vers une consommation heureuse de Elisabeth Laville
Les mentalités évoluent, entraînant doucement les pratiques. Dorénavant, pour 54 % des Français, réduire le gaspillage alimentaire est une action très importante à faire quotidiennement.



Un grand nombre d'entre eux estime d'ailleurs avoir déjà un comportement adéquat vis-à-vis du gaspillage alimentaire :

94 % disent vérifier à l'achat les dates limites de consommation et veiller à respecter la chaîne du froid, 89 % congèlent les restes, 87 % les cuisinent, 86 % utilisent des boîtes hermétiques, 75 % sensibilisent leur famille au phénomène.



Des progrès restent à accomplir :

alors que 78 % des consommateurs savent que la date de péremption est informative et qu'il est possible de consommer les produits au-delà,

55 % des Français les jettent quand même.
Commenter  J’apprécie          50
petitsoleil   07 mars 2016
Vers une consommation heureuse de Elisabeth Laville
Le crédit à la consommation est bien devenu la principale source d'endettement des ménages.

Nous n'en sommes pas à un paradoxe près : à l'autre bout de la chaîne de la consommation, le marché du garde-meuble est en plein boom.

Le consumérisme s'est à ce point développé et installé qu'un secteur entier a vu le jour, consacré au stockage des objets.
Commenter  J’apprécie          50
petitsoleil   07 mars 2016
Vers une consommation heureuse de Elisabeth Laville
Selon Lylian Le Goff, le prix de nos aliments issus de l'agriculture conventionnelle serait multiplié par deux, voire trois ou quatre, s'il reflétait leur coût global pour la santé des hommes et pour la planète.



Ironie de l'histoire, les dépenses de santé des ménages français sont passées de 6 à 13 % tandis que les dépenses alimentaires baissaient dans les mêmes proportions.
Commenter  J’apprécie          40
petitsoleil   07 mars 2016
Vers une consommation heureuse de Elisabeth Laville
La vraie richesse d'une société, ce n'est pas l'argent mais les gens. Or l'économie de marché, fondée sur la rareté, dévalorise ce qui est universel, comme l'amour ou la solidarité. Dans certains cas, elle va même à l'encontre du progrès social, puisque le PIB augmente avec les marées noires ou la criminalité qui entraînent de l'activité économique.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Voyage d'hiver... Schubert et compagnie

Entrons dans la musique : En quelle année Franz Schubert a-t-il composé le Voyage d'hiver?

1797
1827
1857
1887

7 questions
10 lecteurs ont répondu
Thèmes : musique romantique , essai , romanCréer un quiz sur cet auteur

.. ..