AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.46 /5 (sur 35 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1974
Biographie :

Économiste sénior et conseiller scientifique à l’OFCE (Centre de recherche en économie de Sciences-po). Il enseigne à Sciences-po (Master of public affairs), Stanford University (Bing Overseas Studies) et au Collège des hautes études européennes (La Sorbonne). Attaché parlementaire à l’Assemblée nationale (1999-2000) puis collaborateur au Cabinet du Premier ministre (2000-2002), il a été chercheur invité à NYU (2003), Columbia University (2002, 2004 et 2007) et au Centre d’études européennes de l’Université d’Harvard (2005-2006). Docteur en économie, il est diplômé de Paris IX-Dauphine et de Sciences-po (summa cum laude).

En 2008, il a co-écrit avec Jean-Paul Fitoussi La Nouvelle écologie politique (Le Seuil, La République des idées). En 2007, il a co-dirigé avec Jean-Paul Fitoussi France 2012 : E-book de campagne à l’usage des citoyens et co-écrit avec Jacques Le Cacheux et Jean-Paul Fitoussi L’Etat de l’Union européenne–L’Europe des biens publics (Fayard/Presses de Sciences-po) et Report on the State of the European Union-Volume II (Palgrave).

+ Voir plus
Source : http://www.laviedesidees.fr/_Laurent-Eloi_.html
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Lancement de la collection de la chaire Gilles Deleuze intitulée "Polis académie". Patrick Boucheron et Éloi Laurent débattent autour de la thématique « Peut-on avoir confiance en l’avenir ? », en présence de Thierry Oblet.


Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
ninosairosse   18 mars 2017
Nouvelles mythologies économiques de Eloi Laurent
Qui croire ? Surtout pas ceux qui demandent à être crus sur parole sans prouver ni convaincre. Les économistes qui entendent fermer le débat par des arguments d'autorité ont toujours une mauvaise raison de vouloir le faire. Ceux qui - économistes, prétendus économistes, prétendants économistes (ils sont légion sur les ondes et les écrans) - commencent leur péroraison par « tous les économistes disent que... », « la science économique nous apprend que... », sont des charlatans qui ne cherchent dans l'économie que la confirmation de leurs préjugés.



P18
Commenter  J’apprécie          272
GabySensei   24 février 2016
Nos mythologies économiques de Eloi Laurent
Contrairement à la vulgate véhiculée par l'extrême droite et qui a contaminé une bonne partie des esprits conservateurs, et parfois même progressistes, les flux migratoires vers la France sont à point historiquement bas : de l'ordre de 280 000 personnes par an, dont 80 000 d'origine européenne et 60 000 étudiants (dont un tiers environ ne restera pas en France). Ramenée à la population française, la proportion terrifiante de ces envahisseurs sur le sol national atteint 0,4 %. [...] Ces entrées représentent environ trois fois moins que le nombre de naissances sur le sol français, lui-même alimenté par une contribution des immigrés dix-neuf fois inférieure à celle des autochtones. A ce rythme - celui des entrées et celui des naissances -, on pourra attendre encore longtemps le "grand remplacement" de la population gauloise par des hordes barbares au sang impur : il est matériellement impossible.

[...]

Comme souvent, le discours mythologique est un écran de fumée toxique : la vraie question nationale n'est pas l'insoutenabilité de l'immigration actuelle, mais la défaillance de l'intégration sociale des immigrés d'hier et de leurs enfants.

(P59)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
michdesol   27 juin 2016
Nos mythologies économiques de Eloi Laurent
L'économie est devenue la grammaire de la politique. Elle encadre de ses règles et de ses usages la parole publique, dont le libre arbitre se cantonne désormais au choix du vocabulaire, de la rhétorique et de l'intonation. Le politique parle de nos jours de "sous réserve" d'une validation économique, et on le rappelle promptement à l'ordre dès que son verbe prétend s'affranchir de la tutelle du chiffre. Or cette grammaire économique n'est ni une science ni un art , mais bien plutôt une mythologie, une croyance commune en un ensemble de représentations collectives fondatrices et régulatrices jugées dignes de foi, aussi puissante que contestables.
Commenter  J’apprécie          20
Passemoilelivre   10 avril 2020
Sortir de la croissance de Eloi Laurent
Plus précisément, la trajectoire vertigineuse du développement chinois permet de dissiper trois mythologies économiques : 1) la croissance économique ne réduit pas les inégalités et n’augmente pas le bonheur ; 2) la croissance économique nourrie par le libéralisme économique n’engendre pas le libéralisme politique ; 3) la croissance économique n’est pas la solution aux crises écologiques.
Commenter  J’apprécie          20
Passemoilelivre   10 avril 2020
Sortir de la croissance de Eloi Laurent
L’économie mondiale ne s’est donc pas dématérialisée avec la transition numérique, mais au contraire rematérialisée, ce qu’aucun indicateur de croissance, y compris qualitatif, ne nous permet de comprendre.

Aucun pays n’illustre mieux le caractère insoutenable (et largement inutile) de la croissance mondiale que celui qui l’alimente en grande partie depuis près de trente ans : la Chine.
Commenter  J’apprécie          20
Passemoilelivre   10 avril 2020
Sortir de la croissance de Eloi Laurent
D’où l’importance de considérer le rôle de l’État dans le capitalisme. La puissance publique peut servir de pouvoir de régulation, de contre-force ou d’accélérateur des effets néfastes potentiels de certaines formes de capitalisme. La raison pour laquelle le capitalisme danois n’est pas aussi destructeur que le capitalisme américain tient précisément au rôle de l’État dans la mise en œuvre d’une législation environnementale qui contrecarre l’inclinaison du système économique actuel à traiter les ressources environnementales du seul point de vue de la rentabilité à court terme. L’État danois parvient également à limiter le pouvoir destructeur de l’inégalité sociale au moyen de taxes et de transferts considérablement plus élevés (et plus justes) que dans le reste du monde.
Commenter  J’apprécie          10
Passemoilelivre   10 avril 2020
Sortir de la croissance de Eloi Laurent
Dans un discours prononcé à l’université du Kansas le 18 mars 1968, peu de temps avant son assassinat, Robert Kennedy expliqua aux citoyens américains, dans un langage pénétrant et accessible, la nécessité d’aller au-delà du produit national brut (le PNB, une variante du PIB) pour saisir le sens véritable du développement humain. La croissance, affirmait-il, « mesure tout sauf ce qui vaut la peine de vivre ». Les recherches universitaires ont vite fait écho à la critique éloquente et puissante de Kennedy. Dans une série d’articles publiés entre 1972 et 1973, les économistes William Nordhaus et James Tobin suggérèrent que la « croissance » était devenue « obsolète ». Ainsi naquit, il y a près d’un demi-siècle, ce que l’on nomme aujourd’hui « l’agenda au-delà du PIB ».
Commenter  J’apprécie          10
Passemoilelivre   10 avril 2020
Sortir de la croissance de Eloi Laurent
Les responsables qui continuent de se fier à la croissance sont rendus aveugles aux deux dimensions les plus essentielles de l’existence : la santé du corps et de l’esprit et la vitalité de la biosphère (qui conditionne la possibilité de poursuivre l’aventure humaine sur la planète). Ils et elles négligent les questions d’égalité, de répartition et de redistribution, confondant la croissance avec le progrès social. Ils et elles dégradent les écosystèmes pour des gains économiques de court terme, nuisant au bien-être humain tout en croyant l’améliorer. La politique économique finit par divorcer des connaissances scientifiques et, plus grave encore, des aspirations des citoyens.
Commenter  J’apprécie          10
Passemoilelivre   10 avril 2020
Sortir de la croissance de Eloi Laurent
Si les humains ont besoin de savoir, ils ont ensuite besoin de croire – c’est-à-dire de donner un sens à leurs connaissances –, et aussi de rêver pour arriver à se résoudre au changement (une plaisanterie bien connue nous rappelle que tout le monde veut le progrès, mais que personne ne souhaite le changement). La science du changement climatique s’est sans doute en grande partie cristallisée il y a trente ans, mais cela ne signifie absolument pas que nous disposions alors de tout ce qu’il nous fallait pour agir et que nous avons tout gâché.
Commenter  J’apprécie          10
Passemoilelivre   10 avril 2020
Sortir de la croissance de Eloi Laurent
En dehors du PIB, de son évolution (la croissance), de ses composants (consommation, investissement, échanges extérieurs) et de quelques indicateurs macroéconomiques relatifs au marché du travail, les députés et les sénateurs ne reçoivent aucune information officielle sur l’état social et écologique du pays au moment de voter le budget. Pour le dire simplement, les parlementaires français sont mal informés sur l’état du pays qu’ils représentent et qu’ils ont bien du mal à se représenter.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

LNHI-49891

France - Dans quel arrondissement de Paris se trouve cet ancien hôtel particulier qu'est le Palais de l'Elysée, résidence officielle du président de la République depuis la IIe République?

6e
8e
10e

10 questions
15 lecteurs ont répondu
Thèmes : Chefs d'État , maisons , politiqueCréer un quiz sur cet auteur

.. ..