AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.77/5 (sur 92 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Grenoble , 1963
Biographie :

Dramaturge et femme de lettres française, Elsa Solal a suivi des études de linguistique. Elle a mené un parcours d'auteur, de metteur en scène et de comédienne. Elle dirige des ateliers d’écriture et elle enseigne à l'université de la Sorbonne Nouvelle. Elle écrit pour le jeune public, des dramatiques pour France Culture ainsi que des scénarios pour la télévision. Boursière du C.N.L et Lauréate d'En Quête d'Auteur AFAA-Beaumarchais 1999, elle a dirigé le numéro spécial du C. N. E. S. Elle collabore à diverses publications : Passerelles, Aube, Alternatives Théâtrales, Actuel hors série. Elle est l'auteur d'une vingtaine de pièces dont la plupart ont été créées. Dernières parutions : Il était une fois le monde, éd. Dappers, L'Autre Guerre, éd. Syllepse, Démons aux Anges, éd. les Solitaires Intempestifs. Olympe de Gouges, éd. Lansman 2007.


+ Voir plus
Source : http://www.ricochet-jeunes.org et www.theatredurondpoint.f
Ajouter des informations
Bibliographie de Elsa Solal   (10)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Texte d'Elsa Solal, Mise en scène et lumière Frédéric de Rougemont. Collaboration artistique Alain Batifoulier, avec Odile Frédeval. La tragédie contemporaine et le monologue au théâtre. L'enquête, l'acte théâtral et son prolongement social. Réalisation Frédéric de Rougemont.


Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
Les femmes ont le droit de monter à l'échafaud, elles doivent avoir celui de monter à la tribune.
Commenter  J’apprécie          380
Le soir en cachette, elle embrasse la nuit et les étoiles, remplit des pages d'encre et de lune de son bonheur étonné. "Est-ce que ça va durer toujours?" se demande-t-elle?
Commenter  J’apprécie          160
En 1789, contrairement aux espoirs qu'avait fait naître le grand mouvement des Lumières, la Déclaration des droits de l'homme ne pense pas à la femme qui reste illégitime et privée de droit de cité. Les femmes auront beau participer activement aux événements ou combats, elles sont renvoyées à la maison, à la sphère privée, dite domestique. Elles ne siègent pas dans les assemblées et sont exclues de la scène politique et de l'espace public. Malgré la Déclaration des droits de la femme écrite par Olympe de Gouges en 1791, les femmes ne seront toujours pas considérées comme citoyennes. Pire, elles verront naître de la République une loi qui leur interdira de participer à des réunions de plus de trois à cinq personnes ou à des associations politiques.

Plus tard, le Code civil de Napoléon accentuera considérablement ces inégalités et parachèvera l'exclusion des femmes du droit de cité. L'empereur affirmera que la femme est la propriété des hommes, comme l'arbre à fruit est celle du jardinier.
Commenter  J’apprécie          122
Durant une année, j’ai été incapable d’écrire un mot. Toutes ces existences, ces récits continuaient à vivre comme une blessure au cœur d’un pays : la plaie de la violence inouïe qui accable une à trois femmes sur dix en France. J’étais submergée, ces histoires, ces visages, ces voix résonnaient encore dans ma maison. Puis un jour, m’est revenu l’humour de ces femmes rencontrées, leur force de vie mystérieuse, leur générosité et leur humanité face une telle cruauté qui reste souvent impunie. Ainsi ce livre devenait nécessaire, il m’a fallu trouver une forme. J’ai choisi la frontière entre la littérature et le théâtre. Ce roman-théâtre permettrait de mettre à distance et de nommer l’innommable.
Commenter  J’apprécie          70
Mon histoire est l'histoire de mon peuple. […] Ma vie n'a de sens qu’en lien avec lui. Le peuple indien de ce continent-tortue. C'est l'histoire de l'un des plus grand hold-up de tous les temps, la plus grande escroquerie qui soit.
Commenter  J’apprécie          80
On dit que lorsqu'on va mourir on voit défiler toute sa vie. C'est plus que ça. Bien plus fort que des images. C'est un paysage infini, une vague qui vous submerge toute entière. Un ciel immense qui vous ouvre le cœur et la mémoire, c'est la sieste à l'ombre des feuilles du grand platane, le soleil qui perce par endroits entre les branches et vous aveugle, le bain quand j'étais petite, les fous rires volés, les chuchotements interdits, la colline que je dévale, la voix de ma mère qui sent le thym, le parfum du mimosa, l'odeur du chèvrefeuille coincé sous les volets (...)
Commenter  J’apprécie          70
Parfois, l'honorabilité est le masque préféré de la violence.
Commenter  J’apprécie          80
Cet homme malade et fragile, pris de vertiges et de malaises incontrôlables toute sa vie, se sent encore plus proche de sa fille depuis qu’elle a sa polio. Pourquoi dit-on “sa” polio, “sa” crise d’épilepsie ? La maladie devrait rester une étrangère, loin, une ennemie au lieu de faire partie prenante des êtres et de se marquer avec un possessif.
Commenter  J’apprécie          60
Je suis femme, je crains la mort, je redoute votre supplice, mais je n'ai point d'aveux à faire : mourir pour accomplir son devoir, c'est prolonger sa maternité au delà du tombeau
Commenter  J’apprécie          60
J'ai senti l'effroi, là, juste derrière moi. C'est la peur basique de tous ceux et celles pour qui la liberté n'est pas donnée à la naissance.
Commenter  J’apprécie          60

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Elsa Solal (145)Voir plus

¤¤

{* *} .._..