AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations de Emmanuel Guibert (168)


tamara29   17 mars 2013
Le Photographe, tome 1 de Emmanuel Guibert
D’un même élan, d’une même foulée, on attaque notre premier col. C’est la montagne-frontière, le Dewana Baba, le col du vieux fou. 5000 mètres. On m’a prévenu que ce ne serait pas une partie de plaisir. Effectivement, c’est très pénible. Toute la nuit, on grimpe au pas de charge un tas de cailloux sans fin qu’on ne voit pas. Tandis que ma raison me répète en boucle que je ne vais pas y arriver, mes pieds continuent d’avancer. Il fait de plus en plus froid. Vers cinq heures, l’aube point. Saoul de fatigue, au passage du col, je dois avouer qu’au fond de moi, je me demande ce que je fous là. Et comme d’habitude, je me réponds en prenant des photos.
Commenter  J’apprécie          220
gouelan   21 janvier 2016
Le photographe, Intégrale de Emmanuel Guibert
Je médite ce paradoxe afghan : L’impossibilité de s’isoler une minute dans un pays si peu peuplé.
Commenter  J’apprécie          210
gouelan   19 janvier 2016
Le photographe, Intégrale de Emmanuel Guibert
C'est calé ce que fait Juliette, parce que ce n'est pas facile.
Pour un Afghan, un chef, c'est quelqu'un de fort. Une femme ne peut être chef.
Pourtant, ils ont tous compris que c'est Juliette qui commande.
Commenter  J’apprécie          210
cicou45   27 avril 2014
La guerre d'Alan : Intégrale de Emmanuel Guibert
"Et on sait pas si un geste n'aurait pas pu changer son destin."
Commenter  J’apprécie          210
gouelan   21 janvier 2016
Le photographe, Intégrale de Emmanuel Guibert
- À Maïdan, il y a des gisements de lapis-lazuli.
- Les pierres bleues ?
- Oui, ils font sauter la montagne à la dynamite. […]
- Qu’est-ce qu’ils en font du lapis-lazuli ?
- Les pierres sont acheminées à dos d’âne au Pakistan et vendues.
L’argent va au parti Jamiat-e-islami, un des sept partis de la résistance. Celui de Massoud et celui de Bassir, le commandant qu’on va voir à Yaftal.
- Je savais que la résistance tirait son revenu de la came, mais pas des pierres précieuses.
- Ah si. Ils produisent aussi des émeraudes et des rubis.
Commenter  J’apprécie          200
Jumax   13 mars 2013
Ariol, tome 1 : Un petit âne comme vous et moi de Emmanuel Guibert
"C'est idiot, les balles de match. Quand on arrive à la balle de match, on devrait avoir gagné le match.Comme ça on éviterait la balle de match.
J'ai ga-gné
J'ai ga-gné"
Commenter  J’apprécie          190
rabanne   03 janvier 2016
Ariol, tome 1 : Un petit âne comme vous et moi de Emmanuel Guibert
- Tous les matins, en ce moment, je suis blotti, peinard, bien au chaud, je ne demande rien à personne...
- Moi pareil.
- Et puis alors on me tire, on me pousse et je me retrouve dehors, dans le bruit et le froid.
- Moi pareil.
- Et alors, ça ne te rappelle rien ?
- Non, quoi ?
- Ta naissance.
Commenter  J’apprécie          180
BMR   15 janvier 2009
Le Photographe, tome 1 de Emmanuel Guibert
[...] - L'ennemi c'est l'hélicoptère.
Les avions sont redoutables mais ils passent et, le temps qu'ils reviennent, tu peux éventuellement te cacher.
Alors que l'hélicoptère, il survole, il s'arrête, il reste en vol stationnaire, il te cherche, il te traque, c'est horrible.
Si tu es dans un endroit où il est difficile de se cacher, tu te jettes sous ton patou. Le patou c'est la couverture des afghans.
- Oui je sais, j'en ai une, marron.
- Couleur de la terre.
Tu ne bouges plus et surtout, tu fais en sorte que rien ne dépasse.
Tu serres les poings avec le pouce à l'intérieur, comme ça. Tu sais pourquoi ?
- Non.
- Parce que l'hélicoptère repère tout ce qui brille. Même un ongle.
Commenter  J’apprécie          150
blandine5674   19 novembre 2020
Le photographe, Intégrale de Emmanuel Guibert
Je photographie beaucoup. À mesure que je photographie, je sens qu’une bonne photo est à ma portée. C’est comme si je pêchais et que ça morde. Je retiens mon souffle chaque fois que j’appuie.
Commenter  J’apprécie          140
Nastasia-B   23 août 2013
L'enfance d'Alan de Emmanuel Guibert
Depuis Los Angeles, on accédait à Santa Barbara par El Camino Real, la voie royale, une route ancienne qui remonte de San Diego à San Francisco. Le long de cette route, un moine franciscain espagnol qui venait du Mexique, le padre Junipero Serra, a établi une série de vingt et une missions.
Je ne me souviens plus quand.
Ces petites missions sont en adobe, des briques en terre renforcée de paille qu'on moule dans des formes en bois et qu'on laisse cuire au soleil. Elles sont très jolies. [...] La plus belle, c'est celle de Santa Barbara.
Après l'époque du padre, quand on a commencé à faire une route sur laquelle on pouvait se déplacer en voitures hippomobiles, le tracé du Camino Real est resté le même.
Quand l'automobile est venue, c'était encore le même.
Aujourd'hui, dans bien des endroits, c'est toujours le même.
Moi, quand je l'ai connue, la route était étroite. Sur de nombreux tronçons, il n'y avait qu'une voie. La chaussée n'était pas en bon état, les voitures tombaient souvent en panne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Nastasia-B   26 août 2013
L'enfance d'Alan de Emmanuel Guibert
LA MÈRE : D'ailleurs, écoute-moi bien. Ceci s'appelle ton PÉNIS. Il ne FAUT PAS que tu joues avec ton pénis. DU TOUT. Il ne faut pas le toucher.
ALAN : Pourquoi ?
LA MÈRE : Parce que Dieu n'aimerait pas ça. [...]
ALAN : Mais comment je vais faire pipi ? Ça va tomber n'importe où si je ne le tiens pas avec la main.
LA MÈRE : Tu peux le tenir, mais juste assez pour que le pipi aille où tu veux. Tu le tiens légèrement et c'est tout. Tu as bien compris ?
ALAN : Oui. [...]
Un beau jour, je ne sais pas pourquoi, alors que j'étais un grand adulte, je me suis rendu compte de cette gêne à toucher mon sexe. Je n'avais aucune gêne à toucher le sexe des femmes. Je le manipulais comme tout homme manipule le sexe des femmes. Ça ne me gênait pas du tout.
L'idée se limitait uniquement à mon sexe à moi. Avec toujours cette envie de ne pas déplaire à Dieu, même quand je ne faisais plus partie d'une Église et qu'à vrai dire, j'étais devenu plutôt païen, avec d'autres idées sur la religion.
Et ce jour-là, au milieu de ma vie, je me suis dit : " Mais c'est bête, la façon dont j'ai existé jusqu'ici. " Et j'ai commencé à me servir de mes mains.
Cette vérité est un peu embarrassante à raconter, mais je crois que c'est un exemple superbe de ce qu'on peut faire quand on donne à un très jeune enfant des idées qui, de toute évidence, sont ridicules. Elles peuvent rester ancrées dans sa personnalité de façon permanente et surtout INCONSCIENTE.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Nastasia-B   20 août 2013
La guerre d'Alan : Intégrale de Emmanuel Guibert
J'ai rencontré Alan Cope par hasard, en lui demandant mon chemin dans la rue. C'était en juin 1994, il avait soixante-neuf ans et moi, trente. Il vivait avec sa femme sur l'île de Ré, où je mettais les pieds pour la première fois. L'amitié nous est tombée dessus.
Commenter  J’apprécie          130
tamara29   10 mai 2013
L'enfance d'Alan de Emmanuel Guibert
J’ai pleuré pour bien des choses qui m’ont attristé dans ma vie, mais pour ma mère, non. C’était trop grand.
Commenter  J’apprécie          130
Jumax   13 mars 2013
Ariol, tome 1 : Un petit âne comme vous et moi de Emmanuel Guibert
"Les jours, en ce moment, ils sont courts comme des récrés."
Commenter  J’apprécie          130
LiliGalipette   22 mai 2012
Le Photographe, tome 3 de Emmanuel Guibert
« Je pense au meilleur et au pire de ce que je viens de vivre en Afghanistan. Et je réalise une chose : j’ai envie d’y retourner. » (p. 94)
Commenter  J’apprécie          130
gouelan   20 janvier 2016
Le photographe, Intégrale de Emmanuel Guibert
Ça s'est bien passé. On l'envoie en salle de réanimation, c'est à dire, dans la cour, sous les arbres.
Commenter  J’apprécie          120
Nastasia-B   20 août 2013
L'enfance d'Alan de Emmanuel Guibert
C'est pendant la guerre que tout a changé.
Énormément de gens, soldats, travailleurs dans les usines et les arsenaux sont passés par la côte pacifique. Un monde fou, qui ne connaissait pas la Californie, l'a traversée.
Après la guerre, qui pour nous a duré quatre ans, la population avait doublé.
C'est beaucoup, doublé.
Commenter  J’apprécie          120
tchouk-tchouk-nougat   02 mars 2018
Le Photographe, tome 1 de Emmanuel Guibert
Moi, souvent, les gens qu'on soigne me disent, l'air tout triste : "Quel dommage que tu ne sois pas musulmane! On va être dans des paradis différents."
Commenter  J’apprécie          110
KrisPy   07 octobre 2015
Le Photographe, tome 1 de Emmanuel Guibert
- Il paraît qu'on a perdu un type, cette nuit. Il a dû s'égarer sur le col, dans le noir.
- Qui c'est ?
- Un palefrenier.
- Et qu'est-ce qu'on fait ?
- Rien. On ne peut rien faire. S'il est en vie, il faut qu'il se débrouille pour nous rejoindre.
Commenter  J’apprécie          110
Nastasia-B   27 août 2013
L'enfance d'Alan de Emmanuel Guibert
Je n'aimais pas le père, mais Ruthy était gentille et je m'amusais beaucoup avec elle. Mes parents, mes grands-parents la trouvaient très laide. Peut-être l'était-elle. Moi, je la trouvais bien. [...] Plus tard, on m'a défendu de revoir cette petite fille. J'ai obéi.
Vers l'âge de 14 ans, j'étais en patins à roulettes et je suis retombé sur elle, très loin de la maison. On a été amusés de se voir.
Je me suis rendu compte qu'elle était devenue un peu jeune fille, avec un corps assez joli. Toujours aussi laide, sans doute, mais je continuais à ne pas le voir. Voilà, ça, c'est Ruthy.
Commenter  J’apprécie          100



Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

ariol

quel est l'annimal qui représente son meilleur ami?

un âne
un canard
un cochon
une mouche

4 questions
19 lecteurs ont répondu
Thème : Ariol : Le chevalier cheval de Emmanuel GuibertCréer un quiz sur cet auteur