AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.44/5 (sur 226 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Nogent-sur-Marne , le 23/08/1968
Biographie :

Emmanuel Pierrat est un avocat français, romancier et essayiste.

Il est également chroniqueur juridique dans plusieurs magazines : Têtu, Livres-Hebdo, Caractère, ELLE et L'Œil. Il est aussi cofondateur en 2004 des maisons d'édition Privé (avec deux associés Guy Birenbaum et Pierre-Louis Rozynès) et Cartouche (avec Léo Scheer), et est directeur de la collection « L'Enfer » chez Flammarion. Il a traduit plusieurs ouvrages.

Il a écrit de nombreux ouvrages sur le droit d'auteur et le droit de l'information, qu'il enseigne à l'université. Passionné par la littérature, l'histoire des mœurs et de la censure, il a également publié un essai Le Sexe et la loi (reparu à La Musardine). De plus, il réédite et préface des livres érotiques du temps passé chez divers éditeurs

Emmanuel Pierrat est également impliqué en politique, ayant été candidat lors de plusieurs élections sous les couleurs du Mouvement des citoyens. Lors des élections municipales de mars 2006, il a ainsi été candidat en troisième position sur la liste “Paris, un temps d’avance” menée par Romain Lévy, pour la majorité PS de Bertrand Delanoë, dans le 6e arrondissement de Paris. À l'issue de cette élection, il est conseiller d'arrondissement du 6e arrondissement de Paris de la liste d'opposition municipale.

En tant qu'avocat il a notamment défendu Michel Houellebecq en 2002 pour ses propos sur l'Islam dans Lire en 2001, ou encore le propriétaire du nom de domaine jeboycottedanone.com dans le procédure lancée par Danone. Il a aussi organisé les relations publiques et médiatiques autour du mariage homosexuel célébré à Bègles en 2004 par Noël Mamère. Il enseigne également le droit à l'université Paris 13.

Il est le frère du journaliste et écrivain Jérôme Pierrat.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Emmanuel Pierrat   (118)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Le débat public apparaît dégradé, que ce soit dans le monde culturel, les universités, la pratique des médias… et surtout par les réseaux sociaux. Que faisons-nous du débat public ? France Culture propose une journée spéciale vendredi 16 octobre. Débattait-on mieux au XVIIIème siècle ? La "Cancel culture" importée des Etats-Unis va-t-elle convaincre la France ? Les débats de l'espace médiatique rencontrent-ils les préoccupations des citoyens ? Et au fait, qu'est-ce qu'un vrai problème ? Pour en parler, nous recevons Emmanuel Pierrat, avocat au barreau de Paris, écrivain, auteur de “Nouvelles morales, nouvelles censures” (Gallimard, 2018). Ainsi que Nathalie Heinich, sociologue, directrice de recherche au CNRS, auteure notamment de “Des valeurs. Une approche sociologique”, (Gallimard, 2017), “Ce que n'est pas l'identité” (Gallimard, 2018) et “Le pont neuf de Christo” (Thierry Marchaisse, 2020).

+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (134) Voir plus Ajouter une citation
-Aimer partager ses lectures-

Offrir un livre n'est jamais un acte totalement banal. Quelqu'un qui vous offre une bouteille de champagne vous offre une bouteille de champagne-avec, à la rigueur, la suggestion implicite de la boire ensemble. Quelqu'un qui vous offre un livre vous offre une part de lui-même. C'est un geste particulier pour faire partager un bonheur vécu-et parfois récompensé au centuple quand le destinataire vous confie avoir fait de votre cadeau son livre de chevet. Combien d'histoires d'amour naissantes ont-elles été renforcées par un présent livresque ? (p.100)
Commenter  J’apprécie          250
Vingt-cing ans auparavant, le procès de Landru avait été consacré « procès du siècle ». La même hyperbole revient sous la plume des journalistes chargés de rendre compte du procès Petiot. Deux « procès du siècle » dans un même siècle, c'est beaucoup, dira-t-on. Mais c'est finalement assez logique pour ce XXe siècle qui aura également compté deux guerres mondiales. En effet, tout comme les circonstances de l'affaire Landru étaient intrinsèquement liées à la Grande Guerre, le terreau de l'affaire Petiot est constitué par le conflit de 1939-1945. (12)
Commenter  J’apprécie          00
La plus spectaculaire des formes de justice consiste en l'ordalie. Il s'agit d'une épreuve au cours de laquelle le suspect est, par exemple, amené à ingurgiter un breuvage redoutable. Il n'est innocenté que s'il survit à la sbstance toxique ingurgité.
C'est notamment le cas chez certaines ethnies de Sierra Leone : l'accusé de vol ou de sorcellerie peut demander à se disculper en buvant" l'eau rouge"'.
Commenter  J’apprécie          200
Je veux, ô femme,
entrer tout entier dans ton être :
Il hurlera d'amour,
ton ventre bondissant.

Edmond Haraucourt (poète, 1856-1941)
Commenter  J’apprécie          170
Au premier rang de ses opposants, le frère Clemenceau a fustigé les propos de Jules Ferry devant la Chambre des députés, en 1885 : « Il faut dire ouvertement qu’en effet les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures. […] il y a pour les races supérieures un droit parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures… »
Commenter  J’apprécie          151
-Antonin Artaud-

Pour lui, la révolution est avant tout spirituelle. " Je n'aime pas les poèmes de la nourriture, écrit-il, mais les poèmes de la faim, ceux des malades, des parias, des empoisonnés, des suppliciés du langage qui sont en perte de leurs écrits. (p.139)
Commenter  J’apprécie          150
Le passage par la case juridique est désormais obligatoire pour nombre de livres, de films, d'expositions. Il y a l'auteur, il y a son éditeur ou producteur, il y a la fabrication, la commercialisation et, désormais, il y a l'examen juridique.
Le dogme d'aujourd'hui permettrait sans doute de réprimer bon nombre de textes littéraires, publiés impunément il y a encore trente ans. Il n'est pas sûr que, de nos jours, un roman comme Lolita serait accueilli sans réaction judiciaire.

Cachez ces personnages immoraux, p. 43
Commenter  J’apprécie          140
L’« affaire Céline » témoigne encore de ces nouveaux tourments. Et disons-le d’emblée : les trois pamphlets antisémites sont répugnants. Le décret-loi Marchandeau du 21 avril 1939, qui modifie la loi du 29 juillet 1881 dite « sur la liberté de la presse » et y inscrit des sanctions « lorsque la diffamation ou l’injure, commise envers un groupe de personnes appartenant, par leur origine, à une race ou à une religion déterminée, aura eu pour but d’exciter à la haine entre les citoyens ou les habitants » aurait éradiqué Bagatelles pour un massacre, publié en 1937, et L’Ecole des cadavres, qui date de 1938 (Les Beaux Draps a été édité en 1941).

Céline, qui après s’être enfui à Sigmaringen avait été détenu au Danemark, avait d’ailleurs pleinement conscience de l’impossibilité de laisser à la Libération ces livres dans le commerce. Les lois sur la propriété intellectuelle accordent à l’auteur, en France, une prérogative morale véritablement extraordinaire du droit commun. Il s’agit du « droit de retrait ou de repentir », grâce auquel un écrivain, en dépit de tout engagement contractuel, peut choisir de reprendre son manuscrit et, si l’œuvre est déjà publiée, d’en arrêter la commercialisation.
Commenter  J’apprécie          120
Robert Smith a dix-sept ans quand il s'entiche de ce livre [L'Etranger de Camus]. Meursault devient son héros, celui qui accepte de se mettre à nu et de mourir pour la vérité, celui qui ne pleure pas à l'enterrement de sa mère et ne regrette pas d'avoir tué un homme. En écrivant 'Killing an Arab' à la première personne, le chanteur narrateur cherche à rendre hommage au roman de Camus. Mais avec un titre aussi laconique et brutal, Polydor se méfie de l'accueil que lui réservera le public anglais. Alors la maison de disques décide de joindre le roman de Camus au 45 tours.
La sortie de 'Killing an Arab', en 45 tours puis sur l'album 'Boys don't cry', est un événement médiatique. D'un côté, la presse britannique s'enflamme pour le meilleur single de l'année ; de l'autre, the National Front, l'extrême droite anglaise, tente de récupérer le morceau et de le détourner pour en faire son hymne raciste. Robert Smith en est anéanti. (p. 114)
> https://www.youtube.com/watch?v=SdbLqOXmJ04
Commenter  J’apprécie          120
En novembre 1954, Mendès France, alors président du Conseil, s'apprête à envoyer près de 100 000 hommes en Algérie alors que de la boue indochinoise reste encore collée à leurs godillots. C'est dans ces circonstances que Vian décide, puisque Mouloudji est bâillonné, de faire entendre sa chanson partout en France. Mais les patriotes se sentent insultés par ce 'Déserteur' et Vian est conspué : "Traître ! ", "Retourne en Russie, coco !". A Dinard, un commando d'élus locaux ira même jusqu'à l'attendre à l'entrée des artistes pour lui régler son compte. A la radio, seul Europe n°1 ose diffuser le 'Déserteur' dans la version Mouloudji. Quant à la RTF, le comité de censure l'a déjà mise à l'index. Et en 1958, à l'instigation de Paul Faber, conseiller municipal de la Seine, la chanson est définitivement interdite de toute diffusion.

- version chantée par Mouloudji :

Messieurs qu'on nomme Grands
Je vous fais une lettre
Que vous lirez peut-être
Si vous avez le temps
Je viens de recevoir
Mes papiers militaires
Pour partir à la guerre
Avant mercredi soir
Messieurs qu'on nomme Grands
Je ne veux pas la faire
Je ne suis pas sur terre
Pour tuer des pauvres gens
C'est pas pour vous fâcher
Il faut que je vous dise
Les guerres sont des bétises
Le monde en a assez
Depuis que je suis né
J'ai vu mourir des pères
J'ai vu partir des frères
Et pleurer des enfants
Des mères ont tant souffert
Et d'autres se gobergent
Et vivent à leur aise
Malgré la boue de sang
Il y a des prisonniers
On a vole leur âme
On a vole leur femme
Et tout leur cher passé
Demain de bon matin
Je fermerai ma porte
Au nez des années mortes
J'irai par les chemins
Je vagabonderai
Sur la terre et sur l'onde
Du Vieux au Nouveau Monde
Et je dirai aux gens:
Profitez de la vie
Eloignez la misère
Vous êtes tous des frères
Pauvres de tous les pays
S'il faut verser le sang
Allez verser le vôtre
Messieurs les bon apôtres
Messieurs qu'on nomme Grands
Si vous me poursuivez
Prévenez vos gendarmes
Que je n'aurai pas d'armes
Et qu'ils pourront tirer
Et qu'ils pourront tirer...

La version initiale était:

Monsieur le président; (au lieu de messieurs....)
et à la fin : "que je tiendrai une arme ,
et que je sais tirer ..."
corrigée pour conserver le côté pacifiste de la chanson
Commenter  J’apprécie          90

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Emmanuel Pierrat (460)Voir plus

Quiz Voir plus

Quiz royal

De ses filles, laquelle est la préférée du Roi Lear ? (Le Roi Lear - William Shakespeare)

Goneril
Régane
Cordélia

20 questions
127 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..