AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations de Eric Dubois (73)


Eric Dubois
sabine59   14 décembre 2018
Eric Dubois
La nuit est bleue des mots infinis
Des escaliers de velours
La nuit est une divinité absolue
Dont les blessures sont éternelles
Et dont les regrets nous font pleurer
Des larmes silencieuses
Commenter  J’apprécie          292
brigetoun   18 février 2010
C'est encore l'hiver de Eric Dubois
Quand l'amour vous quitte
et que le ciel est bleu
Solitude de certains soirs
chercher les mots
Il faut attendre
la main sur le verre
Désapprendre à aimer
pour mieux aimer plus tard
Commenter  J’apprécie          120
brigetoun   05 septembre 2011
Mais qui lira le dernier poème ? de Eric Dubois
Je suis dans un trou du temps

Les années je les regarde

Avec la bienveillance du berger

pour son troupeau
Commenter  J’apprécie          110
brigetoun   05 septembre 2011
Mais qui lira le dernier poème ? de Eric Dubois
L’instant choisi

Il y a du soleil

sur le canapé

Un bouquet de fleurs

résume le lieu

Et la nuit viendra

une enveloppe
Commenter  J’apprécie          90
brigetoun   18 février 2010
C'est encore l'hiver de Eric Dubois
On peut penser
qu'il n'y a rien
L'hiver
métaphore de la pensée
L'esprit vide
recroquevillé
Penser à rien
comme tout
Se résumant
à rien
Ni Dieu
ni quoi
Que l'esprit n'anime
pas les êtres
C'est nous réduire
à l'état de choses
Sans une intelligence
extérieure
Mais l'esprit
n'a pas de fin
C'est l'espoir
Commenter  J’apprécie          90
brigetoun   05 mars 2011
Radiographie de Eric Dubois
La vie est une victoire
sur les jours qui passent
Commenter  J’apprécie          80
brigetoun   05 mars 2011
Radiographie de Eric Dubois
Accorder du temps à
comme une voix

Ce chant entendu d’une oreille
un souffle

De l’âme entendu par les pores
une respiration
Commenter  J’apprécie          70
brigetoun   18 février 2010
C'est encore l'hiver de Eric Dubois
Des rues désertes
et des villas oubliées
Des visages sans visages
des mains sans mains
On ne sait pas
définir le temps
Si c'est du passé
ou du présent
Si on peut encore parler
d'avenir
Les pas ne sont pas attachés
à leur propriétaire
Ils marchent seuls
dans la nuit
Commenter  J’apprécie          70
brigetoun   05 mars 2011
Radiographie de Eric Dubois
Cette faculté d’oubli
d’autres réunions de famille

Qui est si facile
certains se sont perdus de vue
Commenter  J’apprécie          60
brigetoun   05 mars 2011
Radiographie de Eric Dubois
Mais qui j’ai oublié
la lune en larmes

Dans son nuage de pluie
qui je tente de m’en souvenir
Commenter  J’apprécie          60
brigetoun   18 décembre 2011
C'est encore l'hiver de Eric Dubois
Au plus fort de l’hiver
il y a les sentiments

On est envahi
oui
Commenter  J’apprécie          30
lepoetedelannee   24 mai 2020
L'homme qui entendait des voix de Eric Dubois
En 1996, avec Myriam, jeune femme de trente ans, séparée, en instance de divorce, deux enfants en bas âge ? C'est cette année-là, que j'entendis les voix, les premières voix et qu'elles se sont presque tues, depuis. Deux ans, auparavant, mon licenciement pour motif économique, fut libérateur. Je quittai un environnement malsain. Je quittai sans regret une entreprise où certes j'avais su évoluer mais dans laquelle je n'avais pas eu ma place. Après plus de six ans de bons et loyaux services, comme on dit, dans la formule consacrée, je me retrouvai chômeur de longue durée.
Commenter  J’apprécie          10
lepoetedelannee   24 mai 2020
L'homme qui entendait des voix de Eric Dubois
En 1990 j'avais rencontré d'autres amis dans d'étranges conditions, tous avaient été enrôlés par une secte d'inspiration humaniste et l'avaient quittée très rapidement, au bout de quelques semaines, comme moi, près d'un fast-food en face de Beaubourg : Paul l'antillais, Rebecca, Ahmed le marocain, Élyette, Mohamed etc. que je perdais de vue au milieu de la décennie, de sorte que le seul et véritable ami c'était bien Julien qui me permettait de supporter toute cette ambiance délétère à mon travail. Je me répète, je n'en parlais à personne, même à mes proches, à ma famille, à mes vrais amis. Pourquoi ce silence qui opacifiait ma vie ? Je la compartimentais, ma vie, pour me protéger peut-être ou pour essayer de continuer jusqu'où, jusqu'à quand ?
Commenter  J’apprécie          10
bibap3   23 avril 2020
Paris est une histoire d'amour: Récit de Eric Dubois
Comment conquérir le cœur de cette jeune fille rencontrée à la terrasse d'un café, vers l'Odéon ? "Rencontrée " n'est pas le mot juste , plutôt "abordée " brièvement en quelques paroles douces et nullement intrusives. Et comment décrire exactement ce qu'il s'est réellement passé ? Peut-être qu' en croisant mon regard, elle a compris qu'il y avait quelque chose ? Mais je me perds en conjectures. D'abord, qu'est-ce que je lui ai dit exactement ? Il semble que je ne m'en souvienne pas précisément. J'ai dû dire des banalités sur la météo, comme il fait beau, ah, le soleil ! Le soleil et Paris s'entendent si bien comme deux vrais amis pour la vie. Je sais qu'elle a souri, à ce moment-là. Nous étions proches, l'un de l'autre. Deux tables côte à côte. Une partie de hasard, jeu merveilleux aux règles mystérieuses.
Elle est simplement partie. Bref éclair de volupté sinueuse. Et j' ai fait hmm dans la tête. Hmm... J'ai juste le souvenir de son profil de médaille.
J'ai payé ma consommation. Un expresso. J'avais du temps à perdre. J'avais le choix entre les cinémas de l'Odéon et les bouquinistes des quais de Seine. J'ai décidé de divaguer, de me perdre dans les rues du Quartier Latin. Avec l'air de ne penser à rien, juste l'air, parce qu'en fait, mon esprit était occupé par des rêves éveillés, c'est comme ça quand on est amoureux ! Et quand je suis amoureux, me viennent, en rafale, des idées lumineuses, des sentiments limpides, à l'aune des sensations du monde. Mais je ne sais rien d'elle et cela ressemble à un mauvais roman photo ou à une romance à deux balles. Je la retrouverai peut-être. Et là, j'irai plus loin. J'oserai.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
coco4649   29 novembre 2017
Langage(s) de Eric Dubois
 
 
Écrire c’est tutoyer la mort

Dire l’impossible

Écrire ou mourir

On laisse des mots en héritage


On partage le sensible avec les mots qu’on isole dans des cages
vides



Ajuster le pourquoi et le comment Interroger l’espace



Quelque chose qui ressemble à un départ promet l’aube claire

met de la couleur au monde et de la tristesse aux arbres

Quelque chose comme les dents du ciel

Quelque chose comme les bruits du RER

On met toujours des mots au corps

des mots au présent

des mots à la présence charnelle

aux vêtements des malades
Commenter  J’apprécie          10
coco4649   29 novembre 2017
Le cahier : Le chant sémantique, Choix de textes 2004-2009 de Eric Dubois
SACREMENT


La nuit les rêves la brèche
Spasme
À la croisée des abîmes les semailles en friche
L’imminence
Je traverse les battements de ton cœur tes arcanes
enterre tes errances
Pensées mortes
Entrevoir une clairière après l’obscurité
Voir le ciel
Pensées mortes
Entrevoir une clairière après l’obscurité
Voir le ciel
Commenter  J’apprécie          10
coco4649   29 novembre 2017
Le cahier : Le chant sémantique, Choix de textes 2004-2009 de Eric Dubois
CHEMIN


en amont du siècle
par où passent les
loups

je creuserai
mon chemin
en balisant
de blancs

les mots
qui mènent
à la défaite

je louerai
l’eau et le sable

je soulèverai
le soleil
jusqu’à
plus soif

et bénirai
le cyprès et
l’ortie

en aval
j’ouvrirai
la perspective

et lorsque la
nuit viendra
j’allumerai
un feu
pour mes amis
Commenter  J’apprécie          10
coco4649   29 novembre 2017
Le cahier : Le chant sémantique, Choix de textes 2004-2009 de Eric Dubois
DU FEU


on aime parfois allumer dans la nuit des feux protecteurs
des pénates et des sentiers intimes
et laisser dériver ses pensées premières le long des voies
sans balise

on aime creuser dans son lit les plumes et le coton de
quelques blessures passées et dormir dans le plaisir du
plaisir

on aime vivre dans le vivier de quelques amis
et les écouter nous écouter des voix nues

on aime tout cela et plus encore et mieux on aime
particulièrement toucher l’âme
Commenter  J’apprécie          10
coco4649   29 novembre 2017
Le cahier : Le chant sémantique, Choix de textes 2004-2009 de Eric Dubois
EAU VIVE


se souvenir
à l’imparfait
l’eau

qui serpente
oriflamme de nacre
dans l’épaisseur

vive s’ébat
dans les marnes
et les dépôts

un peu de bru/me
de brui/ne
couleur de lait

nourrice aux seins
solides et bolides
caresse les joncs

coule dans la gorge
l’orge et le jour
s’éteint

réceptacle
de la mémoire
parchemin

jamais ne meurt
le goût de
la promenade
Commenter  J’apprécie          10
coco4649   29 novembre 2017
Le cahier : Le chant sémantique, Choix de textes 2004-2009 de Eric Dubois
UNE NUIT DE SENS


à perte de nu
vers l’infini définir

cet insaisissable
devenir

monte à cru
une nuit

de sens
pour quel tourment

s’assemble
au coin du temps

je navigue à vue
mon amour s’isole

dans la note sourde
la nuit à blanc
Commenter  J’apprécie          10



Auteur membre de Babelio voir son profil
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Immortelle Barbara

Un beau jour ou peut-être une nuit / Près d’un .…. je m’étais endormie

bac
sac
lac
frac

12 questions
45 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanson française , poésie françaiseCréer un quiz sur cet auteur
.. ..