AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.89 /5 (sur 150 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Alexandrie, Égypte , le 09/06/1917
Mort(e) à : Londres , le 01/10/2012
Biographie :

Eric John Ernest Hobsbawm est un historien britannique.

Né de parents juifs, il grandit à Vienne (1920) puis à Berlin (1931-1933) où sa famille vécut les premières persécutions antisémites. Il déménagea à Londres en 1933 et étudia à la St Marylebone Grammar School ainsi qu'au King's College de Cambridge, où il fit partie des Cambridge Apostles et où il obtint un Ph.D. d'histoire.

Il adhéra en 1936 au Parti communiste anglais. Il enseigna l'histoire au Birkbeck College de l'Université de Londres à partir de 1947 en tant que maître de conférences. En 1970, il obtint le poste de professeur et entra en 1976 à la British Academy. Dans les années 1980, il collabora avec la revue "Marxism Today" et soutint les projets de modernisation du Parti travailliste de Neil Kinnock.

En 2002, Eric Hobsbawm a publié son autobiographie : "Franc-tireur, Autobiographie" ("Interesting Times"). Il y fait le point sur son engagement communiste, notamment au sein du parti de Grande-Bretagne.

En 2003, il a reçu le prix Balzan pour l'histoire européenne depuis 1900, notamment "pour sa brillante analyse de la douloureuse histoire de l’Europe du XXe siècle et son habileté à marier la profondeur de ses recherches historiques à un grand talent littéraire".

En dehors de ses contributions d'historien, il a écrit sur le jazz, d'abord dans le "New Statesman" sous le pseudonyme de Francis Newton, puis dans quelques essais.

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Le droit d'ingérence, selon Eric J. Hobsbawm, auteur de “L'Empire, la démocratie, le terrorisme”, quand il est pratiqué par les Américains, est pratiquement toujours intéressé. Un droit d'ingérence européen serait-il souhaitable, et pourrait-il faire contrepoids face à celui des États-Unis ? Quel regard porter sur le XXe siècle et qu’attendre du XXIe ? Dans ce nouvel ouvrage, Eric J. Hobsbawm, l'auteur de L’Âge des extrêmes, se penche sur les grandes questions qui animent les débats de ces dernières années et les passe au crible de ses analyses. Plus d'informations sur le site de l'éditeur : http://www.andreversailleediteur.com/?livreid=727
Podcasts (5) Voir tous


Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
cprevost   20 février 2011
L'Age des extrêmes : Le court Xxe siècle, 1914-1991 de Eric J. Hobsbawm
A la fin de ce siècle, il est devenu possible pour la première fois de voir à quoi peut ressembler un monde dans lequel le passé, y compris « le passé dans le présent », a perdu son rôle, où les cartes et les repères de jadis qui guidaient les êtres humains, seuls ou collectivement, tout au long de leur vie, ne présentent plus le paysage dans lequel nous évoluons, ni les mers sur lesquelles nous faisons voile : nous ne savons pas où notre voyage nous conduit ni même où il devrait nous conduire.
Commenter  J’apprécie          60
cmeert   28 mai 2014
L'Age des extrêmes : Le court Xxe siècle, 1914-1991 de Eric J. Hobsbawm
Un livre d'histoire du XXième siècle écrite par un marxiste. Et qui est resté fidèle à ses idées même après la chute de l'URSS. Convaincu que si l'expérience soviétique a échoué, il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain.

Une lecture très intéressante surtout vers la fin où l'auteur développe les problèmes majeurs de l'humanité que le capitalisme ne semble pas pouvoir résoudre humainement.
Commenter  J’apprécie          40
johnowen9   06 mars 2013
L'Age des extrêmes : Le court Xxe siècle, 1914-1991 de Eric J. Hobsbawm
Ceux d'entre nous qui ont vécu la Grande Crise trouvent encore presque incompréhensible que les orthodoxies du marché pur, si clairement discréditées, aient pu de nouveau présider à une période de crise mondiale à la fin des années 1980 et dans les années 1990, qu'elles furent une fois de plus incapables de comprendre et de traiter. Reste que cet étrange phénomène devrait nous remettre en mémoire, parce qu'il illustre cette grande caractéristique de l'histoire: la mémoire incroyablement courte des théoriciens et des praticiens de l'économie. Il montre aussi avec éclat combien la société a besoin d'historiens, ces professionnels de la mémoire faits pour rappeler à leurs concitoyens ce qu'ils souhaitent oublier.
Commenter  J’apprécie          30
courgette   16 février 2011
L'Age des extrêmes : Le court Xxe siècle, 1914-1991 de Eric J. Hobsbawm
Dans la seconde moitié du siècle, alors que l'équilibre des superpuissances semblait stabiliser les frontières et, dans une moindre mesure, les régimes, l'implication des militaires en politique devait se faire plus courante, ne serait-ce que pour une raison : le monde comptait désormais quelques deux cents États, pour la plupart nouveaux et donc dépourvus de toute légitimité traditionnelle, et encombrés de systèmes politiques plus susceptibles d'engendrer le désordre politique qu'un gouvernement efficace.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaoui   13 août 2013
Les bandits de Eric J. Hobsbawm
Le banditisme, c’est la liberté, mais dans une société paysanne, la liberté est l’apanage d’un très petit nombre. La plupart des gens sont prisonniers à la fois du seigneur et du travail, les deux se renforçant l’un l’autre. Car si les paysans sont les victimes de l’autorité et de la cœrcition, c’est moins en raison de leur vulnérabilité économique – en général, ils arrivent pratiquement à suffire à leurs besoins – qu’à cause de leur manque de mobilité.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaoui   13 août 2013
Les bandits de Eric J. Hobsbawm
Ce sont des héros, non pas en dépit, mais dans une certaine mesure à cause de la crainte et de l’horreur qu’ils inspirent. Ce ne sont pas tant des redresseurs de torts que des vengeurs, des hommes doués de puissance et qui en usent. Leur pouvoir de séduction n’est pas celui du justicier ; s’ils fascinent, c’est parce qu’ils font la preuve que même les pauvres et les faibles peuvent être redoutables.
Commenter  J’apprécie          30
courgette   16 février 2011
L'Age des extrêmes : Le court Xxe siècle, 1914-1991 de Eric J. Hobsbawm
Le talent dans les arts a déserté les anciens modes d'expression parce que de nouvelles voies étaient disponibles ou attrayantes, voire gratifiantes : ainsi en fut-il, même dans l'entre-deux-guerres, de jeunes compositeurs d'avant-garde qui ont pu être tentés, à l'exemple d'Auric ou de Britten, d'écrire des musiques de film plutôt que des quatuors à cordes.
Commenter  J’apprécie          30
courgette   16 février 2011
L'Age des extrêmes : Le court Xxe siècle, 1914-1991 de Eric J. Hobsbawm
Les raisons de conserver une forte paysannerie étaient et restent non économiques, puisque dans l'histoire du monde moderne l'augmentation considérable de la production agricole est allée de pair, en particulier depuis la Seconde Guerre mondiale, avec une baisse non moins spectaculaire du nombre et de la proportion d'agriculteurs.
Commenter  J’apprécie          30
Charybde2   14 juillet 2018
Franc-tireur de Eric J. Hobsbawm
Qu’est-ce qu’être juif pouvait bien signifier dans les années vingt pour un gamin anglo-viennois intelligent qui ne souffrait d’aucun antisémitisme et qui était tellement éloigné des pratiques et des croyances du judaïsme traditionnel que, jusqu’à sa puberté, il ne se savait même pas circoncis ? Peut-être cela seulement : une fois, quand j’avais une dizaine d’années, j’acquis un principe simple de ma mère en une occasion que j’ai oubliée, mais où je dus rapporter, ou même répéter, quelque observation négative à propos d’un oncle en qualifiant son comportement de « typiquement juif ». Elle me dit très fermement : « Tu ne dois jamais faire ou sembler faire quoi que ce soit qui pourrait laisser entendre que tu as honte d’être juif ! »

J’ai tenté d’obéir depuis, bien que l’effort à déployer ait parfois été presque intolérable à la lumière du comportement du gouvernement d’Israël. Le principe de ma mère suffit à ce que je m’abstins, à regret, de me déclarer konfessionslos (sans religion), comme on avait le droit en Autriche à treize ans. Cet ordre me fit porter à vie le fardeau d’un nom de famille imprononçable qui glisse spontanément vers Hobson ou Osborn. Il suffit depuis à définir ma judaïté et me laissa libre de vivre, pour reprendre l’expression de mon regretté ami Isaac Deutscher, comme un « juif non juif » – mais pas comme ce que des régiments d’agitateurs religieux ou nationalistes appelèrent un « juif qui se hait ». Je n’éprouve aucune obligation émotionnelle à sacrifier aux pratiques d’une religion ancestrale, et moins encore à être proche de ce petit État-nation militariste, culturellement décevant et politiquement agressif qui revendique ma solidarité sur des bases raciales.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   13 août 2013
Les bandits de Eric J. Hobsbawm
Toutefois, dans les deux cas, ce que l’on appelle aujourd’hui la « publicité » est un enjeu fondamental : sans elle, les bandits ou les groupes clandestins n’auraient aucune existence publique.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Historiettes historiques ...

"Souviens-toi du vase de Soissons !" aurait dit Clovis, à l’un de ses soldats qui n’avait pas voulu rendre un vase précieux. En représailles, Clovis aurait ...

fendu le crâne du soldat avec une hache
fait enfermer le soldat dans un vase à sa taille
condamné le soldat à faire de la poterie

10 questions
49 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , historique , anecdotesCréer un quiz sur cet auteur

.. ..