AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.43 /5 (sur 131 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Baden-Baden, Allemagne , le 11/03/1961
Biographie :

Eric Naulleau a fait des études de lettres à l'université de Nanterre et obtient un DEA en écrivant un mémoire dont l'intitulé est "Poétique des ruines chez quelques auteurs méconnus du XXe siècle."

En 1986, il quitte la France pour la Bulgarie où il est coopérant en tant que professeur de français. Là, il fait la rencontre de Veronika qui deviendra sa femme. Ensemble, ils traduisent plusieurs livres bulgares, ce qui permet à Éric de découvrir cette culture qui lui était encore inconnue.

De retour en France, après avoir été un temps l'assistant parlementaire de Louis Perrein, sénateur socialiste du Val-d'Oise, il crée en 1993 une association destinée à l'édition, "L'Esprit des Péninsules".

Au départ, il s'agissait pour lui de faire publier sa traduction du livre "Le cœur dans la boîte en carton", de Svetoslav Minkov et Konstantinov Konstantin Konstantinov.
Jusqu'à la mise en liquidation judiciaire de l'entreprise en 2007, la maison d'édition publiera près de deux cents titres.
En 2004, la qualité de son travail est reconnue à sa juste valeur puisqu'il obtient le prix de la traduction de l'UNESCO, pour le livre bulgare "Adieu Shangai" d'Angel Wagenstein.

Après cet important succès, Éric Naulleau fait ses premières apparitions à la télévision sur Paris Première et devient chroniqueur sur France Inter.
Il est l'auteur de pamphlets sur la littérature et les auteurs contemporains (dont Michel Houellebecq). Avec Pierre Jourde, il a écrit une parodie de manuel de littérature, "Le Jourde & Naulleau" (2004) sur le modèle du Lagarde et Michard.

Aujourd'hui, Éric Naulleau fut connu pour le duo de choc qu'il formait avec Eric Zemmour sur le plateau de "On n'est pas couché", l'émission de Laurent Ruquier.

Depuis, il continue à animer des émissions (radio, télévision...) et entretient une passion sans borne pour le musicien Graham Parker qui aboutira à l'écriture de "Parkeromane" (2010).
En 2015, il inaugure une collaboration scénique avec Graham Parker.
+ Voir plus
Source : www.news-de-stars.com
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Graham Parker et Eric Naulleau : "Parkeromane" est un livre à deux voix. Biographie et autobiographie, roman et essai, road trip entre Paris, New York et Minneapolis, voyage dans le temps et l'espace, au gré des souvenirs, des échanges épistolaires et des textes de chansons.Un livre sur l'admiration, l'émotion artistique et l'amitié unique qui en a découlé. En savoir plus : http://bit.ly/1jRlnl5

Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
Woland   04 septembre 2009
Le Jourde et Naulleau : Précis de littérature du XXIe siècle de Eric Naulleau
[...] ... Grammaire, vocabulaire.

Marc Lévy écrit dans Et si c'était vrai :



1) Quand il lui demanda comment connaissait-elle son prénom, elle répondit qu'elle était déjà là bien avant qu'il n'emménage.



2) ... imposant bâtiment de style néoclassique construit au début du siècle où, dans des dizaines de salles aux voûtes majestueuses, règne une atmosphère si différente à bien d'autres lieux semblables.



3) Il avait près de quatre-vingts suspects, dont l'un d'entre eux était peut-être en attente d'un don d'organe ou avait l'un des siens dans la même situation.



4) Green Street est une jolie rue bordée d'arbres et de maisons.



I - Rétablissez la syntaxe normale. Profitez-en pour réviser les règles de l'interrogation indirecte.



II - Trouvez quelque chose pour arranger la fin de la phrase.



III - Supprimez la redondance de la relative, puis tentez de comprendre la fin de la phrase.



IV - Imaginez ce que pourrait être une rue qui ne serait pas bordée de maisons. Ne cédez pas au vertige métaphysique. ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
LydiaB   14 mars 2013
Petit déjeuner chez Tyrannie suivi de Le crétinisme alpin de Eric Naulleau
La rentrée littéraire est ainsi définitivement passée en 2002 du registre bon enfant à celui d'une pesante farce à répétition, seulement comparable au beaujolais nouveau quant au mercantilisme et à la médiocrité du produit.
Commenter  J’apprécie          230
LiliGalipette   09 septembre 2012
Le Jourde et Naulleau : Précis de littérature du XXIe siècle de Eric Naulleau
« Comme beaucoup de grands écrivains, Alexandre Jardin n’a pas de biographie : sa vie est dans son œuvre. » (p. 133)
Commenter  J’apprécie          170
Eric Naulleau
dechosal   10 janvier 2020
Eric Naulleau
Cette légère ébriété que procure la lecture, nous la nommerons "livresse".
Commenter  J’apprécie          170
Woland   04 septembre 2009
Le Jourde et Naulleau : Précis de littérature du XXIe siècle de Eric Naulleau
[...] ... "Telle que vous me voyez, là, je marche dans la rue Eugène- Gonon.



Tout un programme. (1)



Quoi ? Sans blague ? Vous ne connaissez pas la rue Eugène-Gonon ? Attendez, vous me faites marcher, là ?



C'est une rue bordée de petites maisons en meulière avec des petits jardins en pelouse et des marquises en fer forgé. La fameuse rue Eugène-Gonon de Melun.



Mais si ! Vous savez, Melun ... Sa prison, son brie qui gagnerait à être mieux connu et ses accidents de train.



Melun. (2)



Sixième zone de carte orange."



(1) : Cette magistrale entrée en matière constitue une démonstration de l'art consommé avec lequel l'auteur sait capter l'attention bienveillante du lecteur. Tout d'abord, prendre le personnage en pleine action, in media res. Mais faire en sorte que cette action soit banale, afin de favoriser l'identification. Ne pas omettre un petit clin d'oeil complice au lecteur. Il est toujours content qu'on le prenne à témoin. Pimenter par une figure de style, ironie ou paradoxe. Ici, il s'agit d'une sorte d'antiphrase : "tout un programme" ironise sur la banalité de marcher dans une rue banale, et anticipe sur le développement ultérieur de l'ironie. Faire en sorte tout de même que cette figure soit aussi un cliché. Ici, en quatre lignes, quatre expressions toutes faites : "telle que vous me voyez", "tout un programme", "sans blague", "vous me faites marcher." Le cliché est important pour appâter la sympathie du lectorat. Il a l'air d'un trait d'esprit, d'une invention verbale, mais c'est un trait devenu si courant qu'il peut appartenir à n'importe qui. L'important est que le lecteur puisse faire en sorte de s'attribuer le langage du texte. Il ne s'exprimerait pas autrement. Il s'identifie.



(2) : Tirer à la ligne constitue le b-a-ba réthorique dans les techniques d'appât du lecteur. Plus le mot ainsi détaché est banal, mieux cela vaut. On crée ainsi un effet de constraste très seyant. ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Eric Naulleau
DocIdoine   26 mars 2019
Eric Naulleau
Cesare Battisti avoue sa responsabilité dans les 4 meurtres pour lesquels il a été condamné. On attend les réactions de Bernard-Henri Lévy, Fred Vargas et tous ceux qui ont défendu jusqu'à l'absurde l'innocence de ce terroriste — avec le plus parfait mépris pour ses victimes.
Commenter  J’apprécie          120
Woland   04 septembre 2009
Le Jourde et Naulleau : Précis de littérature du XXIe siècle de Eric Naulleau
[...] ... L'excellence de la forme répond dans cette oeuvre à l'originalité du fond. Marc Lévy maîtrise parfaitement un passé simple d'une grande distinction et se risque parfois, mais moins souvent, à des subjonctifs imparfaits avec lesquels on ne le sent pas complètement à son aise. Il fait bien attention aussi à employer de jolis synonymes, pour ne pas répéter les mots, comme on l'explique en quatrième pour faire des rédactions.



En mars 2053, Marc Lévy publie son oeuvre testament, L'Amour au delà de l'Amour. Il s'éteint quelques mois plus tard en murmurant : "Je me demande comment l'éternité sera-t-elle possible à vivre, mon amour, sans que je peux te serrer dans mes bras, mais crois-moi, nonobstant, un jour, nous serons réunis pour toujours", sous les torrents de larmes de l'assistance. ... [...]
Commenter  J’apprécie          90
Luniver   04 décembre 2013
Dialogues Désaccordés de Eric Naulleau
[N]os échanges ressemblent beaucoup, je trouve, toutes proportions gardées, aux échanges entre Rousseau et Voltaire.
Commenter  J’apprécie          90
Luniver   04 décembre 2013
Dialogues Désaccordés de Eric Naulleau
Et je te réponds sur la loi Gayssot qu’au nom du droit des chercheurs à chercher, des historiens à travailler sur l’Histoire, je partage tes critiques. Mais tu devrais chaque matin rendre grâce à Jean-Claude Gayssot de t’avoir élevé, ainsi que quelques autres penseurs qui exhalent une odeur de fagot sur Internet, à la dignité de martyr de la liberté d’expression !
Commenter  J’apprécie          72
gabb   07 juin 2019
Au secours, Houellebecq revient ! de Eric Naulleau
Un jour j'ai assisté à cette scène à la Porte de Versailles : une mère et sa fille tournaient autour du stand d'un éditeur spécialisé dans les ouvrages pour la jeunesse, la mère feuilletait des romans pour adolescents, lisait les quatrièmes de couverture, prenait un livre, le reposait, en choisissait un autre ... et au bout d'un moment elle a décrété:

"On n'a qu'à prendre celui-ci, il a l'air sympatoche."

Et la littérature n'a rien à voir avec cette vague notion, elle exige un effort auquel on entend aujourd'hui renoncer pour entrer dans le règne éternel et bienheureux du sympatoche. Cette mère de famille, des mieux intentionnées au demeurant, avait sans doute saisi au vol, dans le brouhaha de Foire aux bestiaux ou de Quinzaine des soldes qu'est devenu le Salon du livre de Paris, quelque tournure ou notion qui lui paraissait familière. Quand la littérature est une expérience de l'étrangeté, quand la littérature suppose un écart avec la langue courante, avec l'usage quotidien et essentiellement pratique des mots, un écart que certains écrivains en vogue entendent désormais réduire au minimum, voire anéantir - et nous voyons déjà se profiler l'ombre de celui qui sera l'une des vedettes de notre entretien : Michel Houellbecq.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Le p'tit bal ....

C'est mon dernier bal ... "J'ai dit à mes copains Y'a un baloche à Sarcelles On va y faire un saut Y aura p't'être des morues Et puis ça fait un bail Qu'on s'est plus bastonné Avec de la flicaille Ou des garçons bouchers C'est mon dernier bal Ma dernière virée Demain dans l'journal Y'aura mon portrait" Indice : Lola

La compagnie créole
Bernard Lavilliers
Renaud
Michel Sardou

16 questions
28 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanson , fêtes , françaisCréer un quiz sur cet auteur

.. ..